Hubert Goffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hubert Goffin
Description de cette image, également commentée ci-après

Le monument à Ans

Naissance
Décès
Sclessin
Nationalité Liégeoise, française et enfin néerlandaise
Pays de résidence LuikVlag.svg Liège
Flag of France.svg France
Flag of France.svg France
Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas
Profession
Mineur
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Descendants
Mathieu Goffin

Hubert Goffin (1771-1821) est un mineur liégeois. Il sauva de nombreux ouvriers mineurs lors d'une inondation du charbonnage de Beaujonc du [1],[2].

Héros liégeois[modifier | modifier le code]

Cet acte de courageux dévouement lui valut d'être fait Chevalier de la Légion d'honneur avec une pension annuelle de six cents francs d’un décret signé le par l’empereur Napoléon Bonaparte. La décoration lui est remise, sous les vivats, le à l'Hôtel de ville[3]'[4].

La catastrophe de la mine de Beaujonc[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catastrophe de la mine de Beaujonc.

Ce fut l'une des catastrophes les plus terribles du genre dont on ait conservé le souvenir. Elle eut lieu le , dans la mine de Beaujonc, située à quelques kilomètres de Liège.

L’invasion subite des eaux, se précipitant avec violence d’une hauteur de 75 mètres, enferma 127 mineurs dans un étroit espace, où, pendant cinq jours et cinq nuits, ils travaillèrent sans relâche à surmonter les obstacles qui s’opposaient à leur délivrance. Hubert Goffin et son fils Mathieu, âgé de 12 ans, avait, au moment de l’irruption des eaux, refusé de se sauver afin de partager le sort de ses camarades.

le , grâce à son héroïsme et à sa force d’âme, 70 ouvriers furent rendus à leur famille. Goffin et son fils voulurent être délivrés les derniers.

Fin tragique lors d'un autre accident[modifier | modifier le code]

Le 8 juillet 1821, faisant appel à sa compétence et bien qu'il soit au repos ce jour-là, la famille Colson le pria de descendre dans la galerie de la houillère liégoise du Bois de Saint-Gilles à Sclessin. Un incendie s'y étant déclaré, Hubert Goffin entreprit de déboucher l'obturation de la galerie que les mineurs avaient pratiquée pour priver le feu d'oxygène. À ce moment, une violente explosion de grisou projeta Hubert Goffin contre la voûte de la galerie et lui fracassa le crâne… Après deux heures d'agonie, Hubert Goffin rejoignit son fils Mathieu décédé un an plus tôt. Il avait dix enfants.

Mémoire[modifier | modifier le code]

Cent ans plus tard, la commune d'Ans lui a levé un monument sur la place communale. Une statue commémorant l'évènement se trouve place Nicolaï. Elle est l’œuvre de l'artiste liégeois Oscar Berchmans (1869-1950)[5] et a été inaugurée, en 1912, lors d'une cérémonie pour le centième anniversaire de la catastrophe.

On célébra son dévouement sur nos théâtres, et l’Académie française le proposa comme sujet du prix de poésie. La pièce de Charles Hubert Millevoye fut couronnée; elle avait pour titre : « Goffin ou le héros liégeois »[6].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Personnalité liée par alliance[modifier | modifier le code]

  • Ivan Colmant, époux de Jeanne Julie Goffin, descendante directe de Hubert Goffin

Famille liée par alliance[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hubert Goffin, héros liégeois », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Deuxiène série, Tome I, janvier 1854 (dans liegecitations.wordpress.com) (consulté le 2 mars 2009)
  2. Biographie universelle, ancienne et moderne, supplément, tome 65, Paris, L.G. Michaux, 1838, page 491 (sur Google Books)
  3. Source: voir Histoire de Belgique de F. Van Kalken p. 503
  4. « Leonore/Goffin Hubert », sur Base Léonore des titulaires de la Légion d'honneur.
  5. Gaëtane Leroi, « Mémoires/La lettre mensuelle, Oscar Berchmans (1869-1950) », ULg,‎ (consulté le 4 avril 2009)
  6. Charles Hubert Millevoye, Goffin ou le héros liégeois dans Œuvres complètes (Paris, 1822), tome 3, page 283, sur GoogleBooks.