Plateforme de la Mède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Raffinerie de Provence)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mède (homonymie).

Plateforme de la Mède
Présentation
Coordonnées 43° 23′ 46″ nord, 5° 06′ 10″ est
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Châteauneuf-les-Martigues
Compagnie Total
Fondation 1935
Caractéristiques techniques
Capacité 500 000 tonnes par an
Produits Biodiesel de type HVO
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La plateforme de la Mède ou anciennement raffinerie de Provence ou raffinerie de la Mède est située à la Mède sur la commune de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône). Elle a été construite par la Compagnie française de raffinage puis mise en route en juin 1935.

La raffinerie étant fortement déficitaire, il a été décidé en avril 2015 d’arrêter les activités de raffinage dite "classique" à la fin 2016 et d"entamer des travaux de reconversion en une plateforme abritant notamment une bio-raffinerie et une petite centrale solaire de 8 MW[1]. La capacité de production de biodiesel dit « HVO » (huile végétale hydrotraitée) sera de 500 000 tonnes par an à partir de son démarrage prévu mi-2018. Elle sera ainsi la première raffinerie de biodiesel française de taille mondiale[Quoi ?] et l'une des plus grandes en Europe[2]. Ce projet est contesté car la production de biodiesel devrait être essentiellement assurée grâce à de l'huile de palme, conduisant à la déforestation en Indonésie et en Malaisie.

Reconversion au biodiesel[modifier | modifier le code]

La raffinerie a stoppé sa production en décembre 2016 puis des travaux de reconversion (toujours en cours) sont engagés par Total dans la production de biodiesel dit « HVO » (huile végétale hydrotraitée) avec une capacité de 500 000 tonnes par an à partir de son démarrage prévu mi-2018[3] ; La bio-raffinerie est conçue pour pouvoir traiter tout type d’huiles, de 1re et 2e génération : entre 60 et 70% d’huiles végétales (certifiées selon les critères de l’Union européenne) et entre 30 et 40% d’huiles alimentaires usagées résiduelles[4]. Total a retenu la technologie Vegan d'Axens, qui permet de produire des biocarburants par hydrotraitement d’huiles végétales et de graisses[réf. nécessaire].

Cette conversion permettrait de donner un futur au site qui était lourdement déficitaire avec notamment le maintien de 250 emplois, sur les 470 auparavant, sur le site[5].

Ce projet est contesté car la production de biodiesel devrait être essentiellement assurée grâce à de l'huile de palme, car c'est la matière première la moins chère (20 à 30 % moins coûteuse que l'huile de colza). Selon certains producteurs français de biodiesel, cela pourrait avoir un impact sur la filière biodiesel française existante fondée sur le colza ; de plus, l'ONG « Les amis de La Terre » dénonce ce projet car la production d'huile de palme conduit à la déforestation en Indonésie et en Malaisie[6]. La consommation prévue de 400 000 tonnes d'huile de palme, implique la destruction de plus de 1 500 km2 de forêts tropicales, l'équivalent de l'habitat de 1 500 orangs-outangs[réf. nécessaire].

En mai 2018, la préfecture des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté d’autorisation pour les installations de la Mède lui permettant la fabrication de biocarburants. Total devra, conformément à l’arrêté, utiliser au moins 25 % d’huiles recyclées ou usagées[7].

Les Jeunes agriculteurs et la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) protestent en juin 2018 contre l'autorisation donnée à Total d'importer une grande part d'huile de palme en bloquant treize raffineries et dépôts de carburant à travers la France. Selon eux, le sol français fourni assez de colza et de tournesol pour alimenter une filière énergétique nationale[8]. Les 300 000 tonnes d'huile de palme que Total va importer mettent péril les exploitations de 75 000 producteurs de colza, selon la FNSEA, alors que ce débouché représente 70 % de leur revenu ; l'huile de palme est 30 % moins chère que celle de colza. En 2017, plus de la moitié de l'huile de palme importée par l'UE a servi à fabriquer du biodiesel pour les voitures et les camions, selon l'ONG belge Transport et Environnement. Produire un litre de biodiesel à partir d'huile de palme revient à rejeter trois fois plus de CO2 dans l'atmosphère qu'un litre de diesel, selon une étude commandée par la Commission européenne et publiée par Transport et Environnent. Par ailleurs, l'huile de palme apporte « une contribution significative à la perte de biodiversité » (tigres de Sumatra, orangs-outangs, etc), selon un rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable, publié en décembre 2016[9].

Le 5 juillet 2018, six associations de défense de l'environnement, dont France nature environnement, Greenpeace France, la Ligue pour la protection des oiseaux PACA et les Amis de la Terre, déposent un recours contre l’autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède au tribunal administratif de Marseille[10].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En dehors de la production de biodiesel et de biocarburant pour l'aviation, le site abritera également[11] :

  • une plateforme de logistique de stockage d'une capacité d'1,3 million de m³
  • une unité de régénération de résidus maritimes en partenariat avec Ecoslops
  • un centre de formation (2500 stagiaires par an) Oleum Sud, en partenariat avec IFP Training
  • une centrale solaire de 8 MW[12] dotée de la technologie SunPower

Grèves[modifier | modifier le code]

Plusieurs grèves ont eu lieu sur le site de la Mède:

  • Contre la loi travail en mai et juin 2016 (loi El Khomri)
  • Contre le plan de restructuration de l'activité du raffinage en France et le plan social ou 180 postes sont supprimés (avec des départs volontaires et des reclassements) en avril 2015.

Pollution[modifier | modifier le code]

  • Suite à des pluies en novembre 2014, le contenu d'un bassin de rétention d'hydrocarbures a débordé dans l'étang de Berre. Il s'agit d'un bassin de rétention et de décantation d'eaux usées de la raffinerie Total La Mède à Châteauneuf-les-Martigues. Les eaux contenant des hydrocarbures se sont déversées dans le canal reliant Marseille au Rhône sur environ 4 hectares puis les premiers arrivages à la côte ont souillé la rive Sud de l'étang.
  • Le 7 août 2005, un nuage d'une dizaine de tonnes d'hydrocarbures s'est échappé accidentellement de cette raffinerie. Du fait du vent, le nuage s'est ensuite rabattu plus au sud sur la commune de Sausset-les Pins, située en bordure de Méditerranée, de l'autre côté de la chaîne de la chaîne de l'Estaque. Il semble que le fort vent ait en réalité permis d'éviter une véritable catastrophe, en éloignant le nuage d'hydrocarbures de la torche de la raffinerie. Au final, plusieurs centaines d'habitations auront toutefois été endommagées.

Accident[modifier | modifier le code]

  • Le 9 novembre 1992 : explosion à la raffinerie, 6 techniciens morts et 1 autre grièvement blessé, dommages matériels étendus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Total met en service sa centrale solaire de La Mède », La Mède Total,‎ (lire en ligne)
  2. Philippe Passebon, « A La Mède, une bioraffinerie transformera les huiles usagées en biocarburants », Industrie-techno.com,‎ (lire en ligne)
  3. Marie-Cécile Bérenger, « Total-La Mède : fin d'une époque », LaProvence.com,‎ (lire en ligne)
  4. Dinhill On, « Biocarburants: la bioraffinerie de Total à La Mède opérationnelle en 2018 », Formule Verte,‎ (lire en ligne)
  5. BFM BUSINESS, « Comment Suez va aider Total à convertir la raffinerie de la Mède », BFM BUSINESS,‎ (lire en ligne)
  6. Biocarburants : controverses autour du projet de Total à La Mède, Les Échos, 22 juin 2017
  7. Bouches-du-Rhône: Hulot appelle Total à réduire «au maximum» l'huile de palme dans sa future bio-raffinerie de La Mède, 20 minutes, 16 mai 2018
  8. Les agriculteurs relancent la contestation contre la future bioraffinerie de Total, Les Échos, 7 juin 2018.
  9. Biocarburants : six questions pour comprendre le blocage des raffineries, Les Échos, 11 juin 2018.
  10. Huile de palme : action en justice contre la raffinerie de Total, France nature environnement, 5 juillet 2018.
  11. Dominique Pialot, « Total transformera bien de l’huile de palme en biodiesel », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  12. Total transformera bien de l’huile de palme en biodiesel, La Tribune, 23 juin 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]