MV Wakashio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

MV Wakashio
Type vraquier
Histoire
Chantier naval Universal Shipbuilding, Kawasaki, Japon
Lancement 2007
Statut Épave depuis le
Caractéristiques techniques
Longueur 300 mètres
Port en lourd 120 000 tpl
Carrière
Propriétaire Nagashiki kisen KK (d)
Affréteur Mitsui O.S.K. Lines (Japon)
Pavillon Panama

Le MV Wakashio ou Wakashio (わかしお?) est un vraquier japonais de la compagnie Nagashiki kisen et de l’affréteur Mitsui O.S.K. Lines sous pavillon panaméen et contenant 3 800 tonnes de fioul, dont l'échouement est à l'origine d'une marée noire à l'île Maurice en 2020[1].

Échouement et marée noire[modifier | modifier le code]

Le , le MV Wakashio s'échoue sur le récif de la Pointe d'Esny[2], au sud-est de l'île Maurice[1]. Il contient deux cents tonnes de gazole et 3 800 tonnes de fioul[2]. La cale no 9 située devant la salle des machines a eu une entrée d'eau et il y a une fuite entre les deux parties, les cales 7 et 8 sont également inondées et les secours ont inondé la cale 6 pour stabiliser le bateau, tandis que les cales 1 à 5 n'ont pas d'eau. le navire est posé sur le fond marin peu profond là où il a échoué. Il y a douze mètres de différences entre les trois cents mètres que mesure le bateau. Le mauvais temps travaille la structure et provoque une fuite[3].

Alors que depuis le début de l'accident les autorités se voulaient rassurantes, le elles annoncent que la coque du navire comporte une brèche et qu'il y a une fuite d'huile[2]. Les cuves commencent alors à fuir dans les lagons[1]. Le ministre de l'environnement, Kavy Ramano annonce que le navire Andromeda doit arriver dans les trois ou quatre jours pour pomper les produits de la fuite, précisant qu'il devra faire deux allez-retour pour transférer le fioul dans un autre lieu de stockage. Il ajoute « Pour l’Angel One, on avait transféré le fioul dans les installations de la Mauritius Fertilizers, aujourd’hui Total »[4].

Le 9 août, au soir, un tiers de ses trois mille tonnes de carburant s’est déversé en direction des côtes. Le navire menace de se briser[5].

La compagnie Nagashiki kisen (長鋪汽船?), propriétaire du navire, présente ses excuses[6] et envoie une équipe spécialisée dans le sauvetage, tout en indiquant que les conditions météorologiques rendent difficiles ces opérations[3].

Le 12 août, Pravind Jugnauth, annonce que « tout le fioul a été pompé des réservoirs »[7] .

MV Wakashio, brisé en deux.

Le 16 août, le bateau se brise en deux[8], laissant fuir un reliquat de fioul estimé à 100 tonnes encore contenu dans la cale. Il est prévu de remorquer les deux tiers avant de l’épave et de les couler au large. Cette partie contient les moteurs du vraquier et environ 30 mètres cubes de pétrole que les conditions météo empêchent de pomper[9].

Le 24 août la proue est coulée, comme prévu, à 3 600 mètres de profondeur.

Le 31 août, le remorqueur Sir Gaëtan Duval sombre alors qu'il tracte une barge chargée de collecter les résidus de fioul encore contenus dans l'arrière du vraquier. Le naufrage de ce remorqueur fait trois morts et un disparu[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Au large de l'île Maurice, la crainte d'une catastrophe écologique », sur France 24, .
  2. a b et c « Fuite d’huile sur un vraquier : l’île Maurice craint une « catastrophe écologique », sur Le Télégramme, .
  3. a et b « Vraquier échoué : Nagashiki Shipping Co. Ltd s’engage à prendre ses responsabilités », sur Le Mauricien, .
  4. « Wakashio: une substance noire s’échappe de l’épave », sur L'Express.mu, .
  5. AFP, « Le navire transportant 4 000 tonnes de pétrole échoué à l’île Maurice menace de se briser », Le Monde, .
  6. (ja) « 商船三井運航の貨物船座礁、海に漏れ出た重油は1000トン以上 », sur 読売新聞 / Yomiuri.co.jp,‎ .
  7. « Tout le fioul restant dans le bateau échoué au large de l’île Maurice a été pompé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Abdoollah Earally, « Marée noire à Maurice: le navire MV Wakashio s'est brisé en deux parties », RFI, (consulté le )
  9. « Le « Wakashio », échoué près de l’île Maurice, s’est « cassé en deux » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Maurice : trois marins morts et un disparu lors du naufrage d'un remorqueur », sur Réunion la 1ère (consulté le )