Aller au contenu

Accident minier de Soma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Accident minier de Soma
Effort de sauvetage après la catastrophe de la mine Soma à Manisa, Turquie.
Effort de sauvetage après la catastrophe de la mine Soma à Manisa, Turquie.

Type Catastrophe minière
Pays Turquie
Localisation Soma (Manisa)
Coordonnées 39° 11′ 18″ nord, 27° 36′ 32″ est
Date
15 h 10 (UTC+2)
Bilan
Morts 301

Géolocalisation sur la carte : Turquie
(Voir situation sur carte : Turquie)
Accident minier de Soma

L'accident minier de Soma, survenu le à 15 h 10 (UTC+2), est une explosion minière ayant fait 301 victimes[1],[2].

Il est à ce jour la catastrophe industrielle la plus grave survenue en Turquie depuis la catastrophe de Kozlu qui a fait 263 morts le [3].

Un deuil national de trois jours est décrété[4]. Des manifestations contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan sont organisées dans plusieurs villes notamment à Izmir[5],[6]. Deux jours après l'accident, quatre syndicats professionnels appellent à la grève[7].

La mine appartient au groupe minier Soma Kömür İşletmeleri A.Ş[8],[2].

Le , près de 800 mineurs sont au travail quand un incendie se déclare dans un des puits, les prenant au piège dans les galeries. Celui-ci s'étend rapidement et de nombreux mineurs succombent rapidement aux flammes et aux émanations toxiques de monoxyde de carbone[9].

Le s'ouvre le procès de la catastrophe à 50 km des lieux du drame, dans le petit tribunal d'Akhisar[10]. Trente-sept personnes sont jugées[9].

Le , l'ancien PDG Can Gürkan est condamné à quinze ans de prison pour avoir négligé la sécurité des mineurs au profit de la rentabilité de la mine. Le directeur général, Ramazan Doğru, et le directeur technique, Ismail Adali, reçoivent des peines de vingt-deux ans et six mois tandis que le directeur des opérations, Akın Çelik, et le responsable technique, Ertan Ersoy, sont eux condamnés à dix-huit ans et neuf mois de prison[9]. Can Gürkan a été libéré en avril 2020 avec une interdiction de sortie du territoire grâce à une amnistie dans le cadre de la pandémie de Covid-19[11].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. (tr) « Soma maden kazası neler oluyor », internethaber.com, (consulté le )
  2. a et b (tr) « Soma'daki faciada ölü sayısı 282 », sur Milliyet, (consulté le )
  3. (tr) Ahmet Öztürk, « Her Mart'ta kanıyor yürekler », Radikal (journal turc), (consulté le )
  4. (tr) « Milli Yas İlanı », Türkiye Cumhuriyeti Başbakanlık, (consulté le )
  5. « Turquie : le bilan de la catastrophe minière s'alourdit à 282 morts », Le Monde, (consulté le ) : « A Izmir, métropole égéenne située à une centaine de kilomètres à l'ouest de Soma, la police est intervenue en tirant des gaz lacrymogènes pour disperser une foule de 20 000 manifestants qui dénonçaient la négligence du gouvernement, a rapporté l'agence de presse Dogan. »
  6. (tr) « Soma Erdoğan’ın üzerine yürüdü », (consulté le )
  7. « La tragédie minière en Turquie ravive la colère contre le régime d’Erdogan », (consulté le ) : « Des manifestations ont été organisées dans plusieurs autres villes alors que la colère gronde contre le pouvoir turc déjà confronté à une fronde sans précédent au printemps dernier. Quatre syndicats ont décrété pour jeudi une journée de grève dans le pays en hommage aux mineurs tués dans le drame dans la mine de charbon de Soma, à une centaine de kilomètres au nord-est d’Izmir. »
  8. (en) Emre Peker, « Turkey Coal Mine Explosion Kills More Than 200 », sur The Wall Street Journal, (consulté le )
  9. a b et c « Turquie : quatre ans après la catastrophe minière de Soma, le PDG condamné à quinze ans de prison », sur lemonde.fr, .
  10. (en) « I24NEWS », sur i24news.tv (consulté le ).
  11. (tr) « Soma faciası davasında Can Gürkan tahliye edildi », sur hurriyet.com.tr, (consulté le )