Lubrizol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lubrizol Corporation
logo de Lubrizol

Création 1928
Fondateurs Kent Smith,
F. Alex Nason,
Frank A. Nason,
Kelvin Smith,
Vincent Smith,
Tommy James
Forme juridique Filiale
Siège social Wickliffe (Ohio)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction James L. Hambrick (président du CA et CEO)
Eric R. Schnur (2017)
Actionnaires Berkshire HathawayVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Spécialités chimiques
Société mère Berkshire Hathaway
Filiales Lubrizol France (d)
Effectif 7 000
8 700 (2017)
Site web www.lubrizol.com

Chiffre d'affaires en augmentation6,3 Md US$ (2017)
6,1 Md US$ (2011)
5,42 Md US$ (2010)[1]

Lubrizol Corporation est une société de l'industrie chimique américaine créée en 1928 sous le nom de «Graphite Oil Products Company» à Cleveland (Ohio). Ses premiers produits ont été un lubrifiant au graphite et son applicateur pour les premières automobiles. En 1929, la société change de nom et devient The Lubri-Graph Corporation. Elle déménage à Wickliffe (Ohio) en 1931[2] puis en 1934 se rebaptise The Lubri-Zol Corporation[2]. Le nom devient enfin Lubrizol en 1943[3].

Elle appartient depuis 2011 à la holding « Berkshire Hathaway » de Warren Buffett.

La société est cotée en bourse (bourse de New York) depuis les années 1960 et son siège social est basé à Wickliffe. En 2019, l'entreprise dispose d'un réseau international de sites de production mais aussi de laboratoires dans 27 pays, et des bureaux de vente dans plus de 100 pays dont la moitié hors Amérique du Nord.

Lubrizol, initialement spécialisé dans des produits à destination de l'automobile s'est ensuite principalement développé dans le domaine de la chimie fine et des biotechnologies (avec en 1979 dix millions de dollars investis dans Genentech ; En 1982, Lubrizol Corp possède 18% des actions en circulation de Genentech[4].) ; elle est actuellement composée de trois divisions :

  1. Lubrizol Additives, spécialisée dans les additifs pour huiles moteurs/transmissions dans le domaine du transport, les additifs et fluides de lubrification industrielle, additifs pour essence et carburant diesel. (En 2014, deux usines alimentent principalement ce segment (80 %) aux États-Unis et en France[5],[6]) ;
  2. Advanced Materials, qui fournit des additifs et bases (polymères, etc.) pour divers produits de consommation courante, dont cosmétiques, boissons et aliments[5], mais aussi spécialités pharmaceutiques, peintures. Ce segment fournit aussi des polymères de performance[6] ;
  3. Lubrizol Oilfield Solutions[7] qui vend des produits chimiques utiles pour l'exploitation de champs pétroliers et/ou gaziers, facilitant le forage, ou améliorant la fluidité du pétrole dans les pipelines[6].

Le catalogue de l'entreprise contient une gamme de plus de 12 000 produits, dont des additifs pour lubrifiants et carburants, pour applications industrielles, ainsi que de très nombreuses autres spécialités chimiques.

Produits, R&D[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin des années 1960, Lubrizol s'est concentré sur des produits rendant les moteurs plus résistants face à l'usure, à la corrosion et à l'encrassement, en rendant donc ces moteurs plus efficients et résistants.

Dans les années 1980, la société a continué à créer de nouveaux additifs pour les huiles destinées au travail des métaux, pour les graisses d'essieux et d'engrenages industriels, pour les fluides hydrauliques de transmission « couvrant toutes les applications sur route et hors route » (secteurs miniers, agricole, de la construction...) ; pour les huiles de moteur (véhicules routiers, navires, aéronefs...), pour les turbines, pour les huiles de compresseurs, pour les huiles de boîte de vitesses... Lubrizol produit une large gamme d'additifs pour les carburants tels que le fuel, l'essence, le kérosène, le diesel, le Biofuel, le fuel domestique et les fuels lourds industriels et de la marine. Lubrizol a aussi une gamme d'additifs pour fluides hydrauliques spéciaux tels que fluides de fracturation, de forage, de cimentation... destinés à l'extraction d'hydrocarbures fossiles ; un marché mondial évalué au début des années 2010 à 20 milliards de dollars (16 Md €) par an, en raison de l'explosion du nombre des forages de gaz de schiste aux États-Unis, et car les forages pétrogaziers sont de plus en plus complexes et profonds[8]), ainsi que des molécules modifiant ou contrôlant la viscosité.
Lubrizol a notamment breveté l'utilisation de phosphates ou d'un cocktail de phosphates et d'une amine comme additif de fluide de forage/fracturation[9],[10].

Lubrizol depuis les années 1980 produit aussi une gamme d'émulsifiants pour explosifs (ADEX)[11]. Ces émulsifiants dits PIBSA [polyisobutylene succinic anhydride)-based emulsifiers] à base de polyisobutylène succinique anhydride) rendent les explosifs beaucoup moins instables lors du stockage et plus fiables au moment de l'explosion. Ces émulsifiants peuvent être utilisés dans des mélangeurs à jet, des broyeurs à broches ou à colloïdes[11]. Ils peuvent contenir des microbilles ou chimiquement générer des microbulles de gaz. Ils sont à utiliser seuls ou en mélange[11]. Ils sont vendus prêts à l'emploi ou concentrés (et alors à diluer par le client)[11].
Lubrizol propose aussi des "Agents de réticulation" qui rendent l’émulsion rigide ou au contraire caoutchouteuse, permettant à un explosif liquide ou pâteux coulé dans un trou de forage, un trou fracturé ou un trou en hauteur de se figer ou se bloquer dans le trou, renforçant la puissance de l'explosion[11]. Grâce à des usines ou entrepôts dispersées dans le monde (17 pays en 2019), Lubrizol affirme offrir des prix plus bas, et de meilleurs délais, et selon l'entreprise (2019) « Pour de nombreux clients », ses « entrepôts intermédiaires » et « installations de stockage en vrac offrent le luxe de dessiner des produits selon les besoins »[11].

En parallèle Lubrizol s'est développé dans le domaine des biotechnologies, de l’agroalimentaire et des produits chimiques de spécialité, bien au-delà du secteur des transports[2].

Via son réseau de laboratoires, l'entreprise a mis au point de nombreux produits : en 2011, Lubrizol détenait environ 1 600 brevets.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon le site de l’entreprise[12] l'entreprise est créée en 1928 par Frank A. Nason et son fils Francis A. "Alex" Nason, avec Thomas W. James et ses brothers Kent H. Smith, Vincent K. Smith et A. Kelvin Smith[2]. :

  • en 1928, deux étudiants de la School of Applied Science, Alex Nason et Kelvin Smith, se rencontrent à l'University Club of Cleveland. Nason évoque son idée de développement d'un nouveau lubrifiant. Smith fonde alors avec Nason et quelques proches The Graphite Oil Products Company ;
  • en 1929, l'entreprise est rebaptisée Lubri-Graph Corporation avec la mise sur le marché du Lubri-Zol Concentrate ;
  • en 1934, Lubri-Graph change pour The Lubri-Zol Corporation, reflet de sa meilleure vente ;
  • en 1940, The Lubri-Zol Corporation perd son tiret pour Lubrizol ;
  • en 1953, Lubrizol s'installe à Rouen (France) (première usine dans ce pays) ;
  • en 1969, Lubrizol achète trente-deux hectares et fait construire une usine proche du Havre à Oudalle ;
  • en 1973, Lubrizol achète R.O. Hull & Company, Inc. ;
  • en 1979, Lubrizol investit dix millions de $ dans Genetech ;
  • en 1980, Lubrizol vend R.O. Hull & Company, Inc. à McGean Chemical Co. de Cleveland ;
  • en 1981, Lubrizol investit dans Altus Corp., Zikonix Corp. et dans SIGCO Research ;
  • en 1985, Lubrizol achète Agrigenetics Corporation de Boulder, Colorado ;
  • en 1989, Lubrizol lance avec sa filiale anglaise et trois agences gouvernementales de l'URSS une nouvelle joint-venture SoLub Product Application Laboratory ;
  • en 1990, Lubrizol vend à Roche Holdings sa participation dans Genetech ;
  • en 1997, Lubrizol achète Gateway Additive Company et Hyrolec Management. Ltd. ;
  • en 2000, Lubrizol achète à Alox Metalworking Additives ses activités et ROSS Chem Inc. ;
  • en 2003, Lubrizol achète à BASF des activités issues de The Dow Chemical Company pour le soin puis des activités à Avecia ;
  • en 2004 (3 juin), Lubrizol achève l'achat de Noveon International, Inc. pour un montant en espèces de 920 millions de dollars EU, en prenant en charge une dette de 920 millions de dollars EU.[13] Cette initiative, entre autres marque la volonté de Lubrizol de s'étendre hors de son activité de création et production d’additifs pour créer un deuxième secteur d’activité (Lubrizol Advanced Materials) qui va produire diverses familles de produits chimiques industriels pour les emballages, les peintures et les textiles, ainsi que des produits chimiques pour les soins personnels tels que les lotions et les shampoings, ou encore des ingrédients chimiques pour de nombreux plastiques et autres polymères techniques, outre des produits destinés aux marchés des dispositifs médicaux et des produits pharmaceutiques[2],[14],[15],[16]
  • en 2004, Lubrizol procède à l'achat pour 140 millions de $ de deux entreprises : le secteur « lubrifiants pour la réfrigération » de Croda International Plc. et le segment additifs pour le travail du métal de Lockhart Chemical Company ;
  • en 2011 (14 mars) Berkshire Hathaway annonce qu'elle s'apprête à acheter Lubrizol (pour 9,7 milliards de dollars américains en espèces) [17],[18]. L'achat s'es fait quelques semaines à peine après qu'un haut dirigeant de Berkshire (David Sokol) ait fait un pari majeur sur le cours des actions avec son propre argent[19]. Cet accord a été finalisé en septembre 2011[20]. En 2011, Lubrizol finalise aussi l'achat de Lipotec SA et achète le segment Cosmétiques (Personal Care) de Nalco Holding Company (pour 166 millions de $)[21] ;
    Et le 16 septembre 2011 Berkshire Hathaway Inc. annonce l’achat de The Lubrizol Corporation qui devient sa filiale à 100 % ;
  • En 2014, Lubrizol a racheté (en décembre) les activités de chimie de synthèse et de fluides de forage de Weatherford International dans le cadre d'une transaction évaluée à 825 millions de dollars EU[7]. Cela a abouti à la création du troisième secteur d'activité de la société, « Lubrizol Oilfield Solutions »[7], cette année là Lubrizol achète aussi Warwick Chemicals et achève l'achat de Vesta Inc. ;
  • en 2015, le 16 septembre, Lubrizol achète EcoQuimica (Industria e Comercio Produtos Quimica Ltda.).
  • en 2017 (février), la société a annoncé qu'elle avait supprimé son secteur d'activité Exploitation des champs pétrolifères après avoir perdu 365 millions de dollars EU[22] ; et un mois plus tard (mars) elle prenait la majorité du capital de Lubrizol India Private Ltd (sa joint-venture indienne avec Indian Oil Corp.[23].

Dans les années 2000, Lubrizol a diversifié ses activités, via un plan d'investissement échelonné sur 10 ans, lancé en 2010. [20]. Ce plan visait à accroître sa capacité mondiale de production d'additifs, avec notamment une nouvelle usine à Zhuhai (Chine), mise en service en 2013[24]. La société a aussi élargi son segment biotechnologique avec l’annonce d’un investissement de 60 millions de dollars pour l’extension de ses usines de fabrication de polymères et d'excipients[25]

Filiales et sites de production[modifier | modifier le code]

Lubrizol United States : sites de Avon Lake, Brecksville, Calvert City, Painesville, Wickliffe

Présence en France[modifier | modifier le code]

Informations commerciales et financières[modifier | modifier le code]

La société « Lubrizol France » est en activité depuis le 11 octobre 1954.

Elle est dirigée depuis le 6 avril 2012 par Frédéric Henry. Son chiffre d'affaires (2017) était de 1 163 415 900 €, pour un résultat de 119 470 000 € (en 2017).

Son effectif moyen annuel est de 695 salariés (2017).

Lubrizol France en 2014 se disait être le premier exportateur de Normandie. Cette filiale dispose de 3 sites industriels de production basés à :

L'usine de Rouen

Cette usine qui appartient à la filiale Lubrizol France de Lubrizol est la première du groupe à avoir produit hors des États-Unis. Créée en 1954, elle est la 1re filiale étrangère de Lubrizol, avec (en 2014 un effectif de 500 personnes et un chiffre d'affaires de 800 millions d’euros). Début 2019, l'entreprise a déposé une demande d'autorisation d'extension (de 1 598 tonnes) de ses capacités de stockage de substances dangereuses dans la partie de l'usine située sur la commune de Rouen[26]

Situation, dessertes

Les 14 hectares de l'usine sont situés au cœur d’une zone industrielle et portuaire (port fluvial ; Grand port maritime de Rouen) construite dans une boucle de la vallée de la Seine, au Sud-Ouest de Rouen, à cheval sur deux communes (Rouen et Petit-Quevilly). Elle est desservie par la voie rapide Sud III et les quais de Seine. Il s'y trouve des bureaux administratifs, des unités de production dotées d’une salle de contrôle, des zones de stockage de matières premières et de produits finis en vrac ou en conditionnements, et une zone de livraison de matières premières et de produits finis. Les voies ferrées situées dans le périmètre du PPRT ne sont pas gérées par RFF mais par le Grand port maritime de Rouen. Une aire d'accueil pour les gens du voyage est présente en limite du périmètre, enclavée entre Lubrizol, Pier Seine et CB PREMIX.

Production

Ce site produit des additifs de lubrifiants de moteurs industriels et de véhicules, des additifs pour carburants ainsi que pour l’industrie des revêtements de surface, à partir de composés chimiques dont la liste n'est pas révélée au public pour des raisons de sûreté [27].

Risques ; classement de l’usine de Rouen

Ce site industriel est classé au titre des risques pour l’environnement et la santé[28] selon la directive Seveso seuil haut avec servitudes ; toute activité sur ce site est soumise à autorisation de l’administration (avec contrôles inopinés possibles par les services de l’État). L’État impose pour son fonctionnement, l'établissement d'un plan de prévention des risques technologiques prévisibles (PPRT) soumis à enquête publique[5], un arrêté préfectoral d’exploitation révisable tous les 5 ans [29] et divers autres arrêtés dits complémentaires

Jusqu'en 2009, l’usine de Rouen était selon la Directive Seveso classée au niveau « Seuil bas », mais des études toxicologiques et écotoxicologiques imposées par le Règlement européen Reach (Enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques) en 2009 ont relevé le classement au « seuil haut » conformément à la réglementation sur les produits dangereux qui a évolué et non en raison de changements de produits ou de mode de fabrication[5].

Dans un rayon de moins de 10 à 5 km figurent plusieurs zones d'habitats de grand intérêt écologique[30]. Le site est certifié ISO 9002 (en 1991), puis ISO 9001 (en 2003) puis ISO 14001 (en 1997)[31].

Structuration de l'usine

Les unités de production d'« antioxydants, dites Atelier 120, 121 et 123 disposent d’un stock de pentasulfure de phosphore (384 t de capacité en 2014), d’une zone de production d’acide dithiophosphorique (U120), et d’une unité de production de 50 000 t/an de Dialkyldithiophosphate de zinc (U121/123)[5]

Les unités de production DA-PIBSA et dispersants disposent de[5] :

  • Une unité d’alkylation DA-PIBSA (capacité de 20 000 t/an)[5] ;
  • une unité de production de dispersants (capacité de 25 500 t/an)[5].

Des unités « Calcium 8 dites "Ca8"(capacité de 3 000 t/an)[5]

Des unités de mélange, conditionnement (enfûtage), stockage (d’alcools et Ca8 notamment) pour livraison de produits finis à partir d’une zone de préparation des commandes, et d’une zone de chargement des produits conditionnés[5].

En complément, outre des bureaux administratifs, des équipements industriels sont dédiés à la protection de l’air (traitement des gaz résiduels de l’usine (par oxydation thermique, SHNa, Socrématic et brûlage en torchère.
De même pour le traitement des eaux de process de l’usine : une unité de prétraitement utilise l'ultrafiltration et une station d’épuration complète le dispositif.
Figurent aussi des unités de fluide thermique, et une tour de refroidissement (dispersion d’eau dans un flux d’air)[5]

L'exploitant, sur la base d'un étude de dangers[32] en vue de prévenir les accidents majeurs et de limiter leurs conséquences pour l'homme et l'environnement ;

Santé, sécurité, environnement et gestion des risques[modifier | modifier le code]

Selon le site internet de l'entreprise (version septembre 2019), « la sécurité des processus implique la prévention des rejets catastrophiques de matières dangereuses pouvant entraîner des blessures graves, voire mortelles pour les employés » et l'entreprise applique dans le monde « les meilleures politiques, procédures et pratiques (...) pour "Réduire les risques ; en entraînant moins de blessures ; Minimiser les dommages à l'environnement ; Éliminer les incidents pouvant générer un impact négatif sur la communauté ; Augmenter l'intégrité opérationnelle ; Améliorer la rentabilité, et la Sécurité », « en conformité avec la législation américaines » et contrôler « avec des relations étroites avec les forces de l'ordre dans de nombreuses communautés »[33].

Lubrizol y explique être « conscient de l'importance de maintenir des environnements plus propres et plus sains pour les générations futures », dont en prévenant les pollutions grâce à la méthode des trois R: Réduire, Réutiliser, Recycler ; « Le respect des lois et réglementations environnementales est considéré comme le minimum pour toute installation de Lubrizol » le groupe a adopté le système de gestion Responsible Care de l'ICC (International Council of Chemical), et s'est affilié à L'ASIS International (sécurité internationale) et à l'American Chemistry Council (ACC)[33].

La sécurité des processus de fabrication est améliorée par des audits, par le partage des retours d'expérience entre les installations dans le monde, en veillant à la bonne formation des employés (qui inclut la compétence en termes d'identification des risques), en développant l'analyse des risques appliquée aux processus de fabrication, en étudiant et évaluant les domaines de préoccupation pour diminuer les risques[33].

En France, selon son site internet, Lubrizol-France est en 2019 certifiée ISO 9001 ; ISO 14001 et OHSAS 18001[34]

Accidents industriels[modifier | modifier le code]

  • En 1975 et 1989, 2 incidents (similaires à celui qui surviendra en 2013) se traduisent par l'émission de mercaptans.
  • Le , un incident se produit à l'usine Lubrizol située à Rouen (Seine-Maritime) : la décomposition chimique d'un bac de dialkyldithiophosphate de zinc (sigle ZDP)[36] se traduit par l'émission d'un nuage de gaz composés d'un cocktail de mercaptans (probablement dominé par l'isopropylmercaptan[37]), dont l'odeur était perceptible bien au-delà du site rouennais[38] par plusieurs centaines de milliers de personnes, le panache allant du sud de Londres à la région parisienne[39],[40] (« Des plaintes de riverains invoquant de mauvaises odeurs, des maux de tête ou des nausées ont ainsi été recueillies par les centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) et Air normand entre le 21 et le 22 janvier »[37]).
    L’étude de danger avait modélisé le risque de décomposition du dialkyldithiophosphate de zinc, risque également pris en compte dans l’élaboration du PPRT : selon cette modélisation l’H2S peut être émis (hautement toxique avec des effets mortels ou irréversibles au-delà de certains seuils, seuils non atteints dans l’environnement lors de l’évènement du 21 janvier). Cette décomposition est aussi source de grandes quantités de mercaptans, gaz réputés peu toxiques mais dont le seuil olfactif est très bas (10 000 fois inférieur aux concentrations atteintes dans l’air ce jour là). Les gênes ou maux de tête liés à ce type d'évènement n’ont pas été intégrés dans le PPRT, mais doivent l’être dans les plans d’urgence (PPI…) . Après analyse de l'accident, des mesures correctives ont été soumise au CODERST (mai 2013) puis imposées à l’usine via un arrêté préfectoral (juin 2013). Ces mesures sont : un meilleur suivi de la température des bacs d’ajustage, de nouveaux systèmes automatiques de sécurité, une analyse des besoins en agitation et réfrigération des bacs (décalorifugeage, nouveaux moyens de réfrigération...), de nouveaux outils de suivi du process, de fabrication et d’alarme, un processus amélioré de réponse en cas de décomposition, l'amélioration du système de mesure des mercaptans dans la cheminée et enfin le redimensionnement du système traitant les rejets dans l’air en cas de décomposition. La mise en place de ces mesures a été vérifiée par la DREAL les 11 et 12 juin 2013[5]. Le panache invisible mais odorant de mercaptans a été rétrospectivement modélisé (publication 2015)[37]
  • Le 3 septembre 2019, un incendie s'est déclaré dans l'usine Lubrizol, à Oudalle, près du Havre (Seine-Maritime). 50 pompiers et 12 engins ont été mobilisés[41].
  • Le , des explosions et un incendie (accident majeur) se déclare vers h 40 dans les zones de stockage de l'usine de Rouen[42]. Les autorités déclenchent le confinement de la population dans un rayon de 500 m autour de l'usine [43], ferment préventivement des établissements scolaires des communes environnantes, puis recommandent de ne pas avoir de contacts directs avec les suies, de ne pas manger les récoltes et les produits alimentaires exposés[44]. En raison des conditions météorologiques, le panache de fumée toxique a formé un nuage noir et lourd qui est resté relativement concentré à basse altitude sur une vingtaine de kilomètres de long et d'environ 6 km, localement rabattu au sol par le vent et la pluie. Ce panache s'est ensuite peu à peu dispersé vers le nord-est, porté par un vent venu du sud-ouest. Il a touché le pays de Bray puis a traversé les Hauts-de-France en se dirigeant vers la Belgique. En raison de la pluie, des dépôts de suies et d'hydrocarbures ont eu lieu. Plusieurs zones humides et la Seine elle-même ont été polluées, avec des conséquences probables pour la faune aquatique et la biodiversité des zones concernées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lubrizol Corporation, « Corporate Citizenship Report 2011 » [PDF] (consulté le 13 février 2013).
  2. a b c d et e Trotman, Andrew (2011) "Who are Lubrizol?". The Daily Telegraph ; 14 mars
  3. (en) Lawrence A. Cunningham, Berkshire Beyond Buffett: The Enduring Value of Values, New York City, Columbia University Press, (ISBN 9780231538695), p. 128.
  4. Andrew Pollack (1982) Genentech to sell 6.5% to Corning, New-York Times, 14 avril
  5. a b c d e f g h i j k l m n et o « Rapport du commissaire enquêteur sur le plan de prévention des risques technologiques à l'usine Lubrizol », sur seine-maritime,
  6. a b et c Présentation du bureau Lubrizol de Paris par Lubrizol, consulté le dimanche 29 septembre 2019
  7. a b et c DeBenedetto Paul (2014). "Lubrizol to shell out $825M for Weatherford businesses". Law360. publié le 1er décembre, consulté le 1er novembre 2016.
  8. Cottineau J (2014) Lubrizol mise sur les spécialités pétrolières ; InfoChimie
  9. Brevet déposé par Lubrizol Methods and system for creating high conductivity fractures ;
  10. Lubrizol Additives, sur le website de Lubrizol
  11. a b c d e et f ADEX Emulsifiers, Lubrizol, consulté le 06 oct2019
  12. https://online.lubrizol.com/timeline/
  13. "Company news: Lubrizol will buy Noveon for $920 million in cash". The New York Times (17 avril 2004). Consulté le 01 novembre 2016
  14. Blumenthal, Karen (2004) "Lubrizol agrees to buy Noveon to broaden product offerings". The Wall Street Journal 19 avril ; consulté le 1er novembre 2016
  15. Jack W. Plunkett (2008) Plunkett's Chemicals, Coatings & Plastics Industry Almanac 2009. Plunkett Research. (ISBN 9781593924652).
  16. Putrich, Gayle S. (24 February 2016) "Acquisitions lead Lubrizol to expanded offerings". Plastics News. Consulté le 15 novembre 2016.
  17. "Wall Street down but resilient on Japan crisis". Herald Sun. The Herald and Weekly Times. 2011-03-15. Consulté 2011-03-14.
  18. Thomas, Helen (2011) "Berkshire Hathaway in $9bn Lubrizol deal". Financial Times 14 mars, consulté le 1er novembre 2016.
  19. "David Sokol: Timeline of His Lubrizol Stock Purchases". The Wall Street Journal. 30 mars 2011
  20. "[Berkshire Hathaway closes on $9 billion deal for Lubrizol Corp. of Wickliffe]". The Associated Press. 16 septembre 2011. consulté le 15 novembre 2016.
  21. Katie Schaefer (27 janvier 2011) "Lubrizol/Noveon acquires Nalco's personal care business". Cosmetics & Toiletries. consulté le 8 novembre 2016
  22. Buhayar, Noah (27 février 2017) "[https://www.bloomberg.com/amp/news/articles/2017-02-27/berkshire-s-lubrizol-took-365-million-loss-on-oilfield-business Berkshire's Lubrizol took $365 million loss on oilfield business]" ; consulté le 1er mars 2017
  23. " [http://www.crainscleveland.com/article/20170321/NEWS/170329929/lubrizol-corp-to-take-majority-stake-in-indian-joint-venture Lubrizol Corp. to take majority stake in Indian joint venture]". Crain Communications. 21 mars 2017. consulté le 16 octobre 2017
  24. Suttell, Scott (21 aout 2013). "Lubrizol opens big additives plant in China". Crain Communications. consulté le 16 octobre 2017.
  25. McCafferty, Rachael (7 juin 2017) "Lubrizol Corp. is investing $60 million in its LifeSciences business". Crain's Cleveland Business. Crain Publishing. consulté le 16 octobre 2017
  26. DREAL (2019) Projet d’extension et de modification du site - Société LUBRIZOL à rouen ; publié le 18 janvier 2019 (modifié le 25 janvier 2019)
  27. Lubrizol Rouen / Cas par cas, décision signée, DREAL
  28. Arrêté du 10 mai 2000 relatif à la prévention des accidents majeurs impliquant des substances ou des préparations dangereuses présentes dans certaines catégories d'installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation, sur Légifrance
  29. Arrêtés préfectoraux du 30 aout 2006, puis du 25 novembre 2010
  30. L'usine est située à environ 3,8 km au nord-est des Coteaux de Biessard (ZNIEFF de type I) et à 1,6 kl à l’est du Coteau d’Hénouville et de la forêt de Roumare (ZNIEFF de type I) et à 1,1 km à l’est du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande, à environ 6,8 km à l’est de la zone « Estuaire et marais de la Basse Seine aval » (classée Natura 2000 et ZPS (Zone de protection spéciale pour les oiseaux), ainsi qu’à 4,6 km au nord est des « Boucles de la Seine Aval » également classée Natura 2000 et ZPC. La forêt de Roumare est classée en Forêt de protection ; source : Préfète de la région Normandie (2019) lubrizol rouen cas par cas décision signée (format pdf - 174.9 ko - 25/01/2019)
  31. présentation de l'usine de Rouen sur le site de Lubrizol, consulté le 29 septembre 2019
  32. étude de dangers, définie à l'article 3-5 du décret du 21 septembre 1977
  33. a b et c Source : Site internet de Lubrizol, page intitulée Health, Safety, Environmental and Security, consultée le dimanche 29 septembre
  34. Présentation de Lubrizol France, par lui-même, consulté dimanche 29 septembre 2019
  35. Patrick Bottois, « Explosion et incendie chez Lubrizol à Oudalle (Seine-Maritime) », sur usinenouvelle.com, (consulté le 22 février 2019)
  36. Les ZDP sont des ingrédients anti-usure pour lubrifiants.
  37. a b et c Tognet F (2015) Modélisation du panache odorant de Lubrizol. ;
    Voir aussi F. Tognet, M. Durif, F. Meleux, L. Letinois, E. Boulvert, M. Ramel, P. Bodu, A. Colette, B. Bessagnet, L. Rouil (2014) From Paris to London, post accidental dispersion modelling of a single point source release: The Lubrizol case study. 16th International Conference on Harmonisation within Atmospheric Dispersion Modelling for Regulatory Purposes, 8-11 September, Varna, Bulgaria.
  38. Lubrizol Corporation, « Communiqué de Lubrizol-Incident à l'usine de Rouen-La neutralisation du batch en décomposition est terminée » (consulté le 13 février 2013).
  39. Marc Braun, « Fuite de gaz chez Lubrizol à Rouen : l'erreur humaine confirmée », sur www.paris-normandie.fr, Paris Normandie, (consulté le 13 février 2013).
  40. ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents), « Rejet prolongé de mercaptans dans une usine chimique - Fiche accident de la base ARIA no 43616 », (consulté le 18 octobre 2015).
  41. « Incendie dans une usine classée Seveso, près du Havre : des grands moyens mobilisés », sur actu.fr (consulté le 27 septembre 2019)
  42. « Incendie dans une usine classée Seveso à deux pas du centre-ville de Rouen », sur www.franceinter.fr, France Inter, (consulté le 26 septembre 2019)
  43. https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie-sur-un-site-seveso-a-rouen-une-cellule-de-crise-mise-en-place-la-prefecture-demande-d-eviter-le-secteur_3632587.html
  44. Préfecture de la Seine-Maritime, « Mise à jour : Incendie au sein de l'entreprise Lubrizol », sur http://www.seine-maritime.gouv.fr, (consulté le 28 septembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]