BASF

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Badische Anilin- & Soda-Fabrik (BASF)
logo de BASF
Logo de BASF en 2015
illustration de BASF

Création 6 avril 1865
Fondateurs Frédéric Engelhorn
Personnages clés Kurt Bock (CEO), Jürgen Hambrecht (Président du Conseil d'Administration)
Forme juridique Société européenne
Action LSE : BFA
FWB : BAS
Slogan The Chemical Company
Contribution invisible, succès visible
We create chemistry[1]
Siège social Ludwigshafen, Rhénanie-Palatinat
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Direction Martin Brudermüller (depuis 2018)
Directeurs Martin Brudermüller (en) et Jürgen Hambrecht (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires liste jointe
Activité Industrie chimique, pétrole, gaz
Produits colorants, pesticides, matières plastiques
Filiales Wintershall, Cognis (en), Engelhard Corporation, BASF Plant Science
Effectif 122 404 en 2018
Site web www.basf.com

Capitalisation 64 294 millions EUR en octobre 2019
Chiffre d'affaires 62 675 millions EUR en 2018
Résultat net 4 707 millions EUR en 2018[2]
Le siège de BASF à Ludwigshafen.
Image satellite des usines BASF sur le Rhin à Ludwigshafen.
position.

BASF SE est un groupe chimique allemand et le plus grand groupe de chimie au monde [3]. Frédéric Engelhorn a fondé la BASF dont l'abréviation signifiait à l'origine Badische Anilin- & Soda-Fabrik (« Fabrique d'aniline et de soude de Bade »). Le siège social de l'entreprise créé en 1865 se situe à Ludwigshafen sur le Rhin en Allemagne. Sur une surface de plus de 10 km2, près de 34 000 personnes travaillent au développement, aux essais, à la fabrication et à la vente de plusieurs milliers de produits.

Profil[modifier | modifier le code]

L'histoire de BASF commence le , avec trente employés, sous la direction de Frédéric Engelhorn (1821-1902), produisant de l'aniline, de la soude, des colorants dérivés de goudron. Le groupe commence à prendre une envergure internationale à partir des années 1900, les effectifs passant de 7 000 à 24 000 en l'espace de vingt ans. BASF est connue pour avoir été la première à synthétiser les colorants alizarine, indigo et indanthrène. Elle a en outre réussi à créer du caoutchouc synthétique, et a réussi à obtenir, à partir d'azote et de charbon, de l'ammoniac. BASF fabrique aussi des engrais et des produits pharmaceutiques[4].

BASF comprend plus de 170 filiales et coentreprises et opère sur plus de 380 sites de production, aussi bien en Europe, Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud et Afrique. BASF a des clients dans plus de deux cents pays et fournit ses produits pour une grande variété d'industrie.

À la fin de 2014, le groupe employait plus de 113 292 personnes (dont plus de 50 800 en Allemagne) et son chiffre d'affaires s'élevait à 74 milliards d'euros pour un bénéfice de 7,6 milliards d'euros. Le groupe étend actuellement ses activités internationales avec une vue particulière sur l'Asie. Entre 1990 et 2005, BASF a investi 5,6 milliards d'euros en Asie, notamment dans l'acquisition des sites de Nanjing et Shanghai[5].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Liste des principaux actionnaires au 30 octobre 2019[6].

Norges Bank Investment Management 2,98%
The Vanguard Group 2,80%
DWS Investment 1,60%
Amundi Asset Management 1,53%
BNP Paribas Asset Management France 1,49%
Franklin Advisers 1,41%
DWS Investments 1,39%
BlackRock Asset Management Deutschland 1,20%
Deka Investment 1,04%
BlackRock Investment Management 1,02%

Histoire[modifier | modifier le code]

BASF a été fondée le , à Mannheim, dans le pays de Bade, ce que rappelle son sigle : Badische Anilin und Soda-Fabrik, « Fabrique badoise d'aniline et de soude ». Le siège de l'entreprise a toutefois été transféré au bout d'une semaine sur l'autre rive du Rhin, à Ludwigshafen, Palatinat (au demeurant, il y a longtemps que BASF ne produit plus ni aniline ni carbonate de sodium)[4].

La spécialité originelle de la compagnie était des colorants dérivés du goudron, son premier procédé étant basé sur la récupération de sous-produits de la gazéification du charbon en gaz de ville, à partir desquels étaient élaborés des colorants aniline.

BASF devint rapidement un acteur majeur de l'industrie chimique européenne. Ses effectifs passèrent de 7 000 personnes en 1900 à 24 000 en 1920, contribuant à faire passer la population de Ludwigshafen de 5 000 à 60 000, puis à 100 000 habitants[7].

En 1921, l'explosion de l'usine d'Oppau, à Ludwigshafen, tue 560 personnes, en blesse 2 000 et dévaste la ville[8].

En 1925, le groupe est rattaché à l'IG Farben pour former un consortium qui devint l'une des pièces maîtresses de l'économie de guerre allemande, notamment dans la construction d'un des trois grands camps du complexe concentrationnaire et de mise à mort d'Auschwitz: Monowitz-Buna. Le groupe sera démantelé par les Alliés après la Seconde Guerre mondiale, et sera recréé en 1952. La société actuelle est redevenue l'un des premiers groupes chimiques mondiaux[9].

En 1932, BASF invente les premières bandes magnétiques en plastique[10].

Le , un accident dans l'usine de Ludwigshafen tue 207 personnes et en blesse 3 818. En 1953, BASF lance ses produits d'enregistrement audio grand public, puis en 1966, elle commence sa production de cassettes audio, en 1973, celle de disquettes et en 1977, celle de cassettes vidéo.

En 1991, BASF acquiert Agfa-Gevaert et crée BASF Magnetics, celle-ci est filialisée en 1996, puis vendue en 1997 sous le nom de Emtec Magnetics à KOHAP, une entreprise chimique coréenne spécialisée dans la production de polytéréphtalate d'éthylène[11].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

En novembre 2008, principalement à cause du ralentissement de la demande de l'industrie automobile, BASF a décidé d'arrêter temporairement la production de produits chimiques dans 80 sites et de ralentir la production dans une centaine d'autres[12].

En janvier 2009, BASF a arrêté plusieurs sites de synthèse d'ammoniac à la suite d'une réduction de la demande mondiale[13].

Le , BASF a acquis une position majoritaire dans Ciba Specialty Chemicals[14]. Ciba sera intégrée dans BASF comme division à part entière[15].

Le , sa filiale, BASF Plant Science, obtient l'autorisation de culture dans l'Union européenne de la variété de pomme de terre transgénique qu'elle a mise au point, 'Amflora', dont l'amidon composé quasi exclusivement d'amylopectine est intéressant pour l'industrie papetière (cette variété n'est pas destinée à l'alimentation humaine)[16],[17]. BASF décide toutefois, dès 2012, de surseoir à la commercialisation d'Amflora, jugée finalement non intéressante en Europe.

Le , BASF vend son département chimique dans les secteurs alimentaire et fermentation à PMC Ouvrie[18].

En mai 2015, BASF vend une partie de ses activités dans la fabrication d'ingrédients pour l'industrie pharmaceutique à Siegfried Holding, pour 270 millions d'euros[19].

En février 2016, Akzo Nobel annonce l'acquisition des activités peintures industrielles, de BASF, pour 475 millions d'euros[20],[21]. En juin 2016, BASF annonce l'acquisition pour 3,2 milliards de dollars de Chemetall, filiale d'Albemarle regroupant les activités de traitements de surfaces des métaux et plastiques[22].

En septembre 2017, BASF annonce l'acquisition des activités nylon, regroupant 2 400 employés, de Solvay pour 1,6 milliard d'euros[23]. En octobre 2017, BASF annonce la reprise des activités de semences végétales de Bayer, comprenant notamment la marque LibertyLink et de nombreux brevets, pour 5,9 milliards d'euros. Cette transaction était un sacrifice inévitable de son concurrent historique, Bayer, destiné à financer l'acquisition de Monsanto[24].

Entre 2016 à 2019, les ventes par BASF de pesticides interdits en Europe mais destinés au Brésil ont augmenté de 44 %[25].

Le groupe BASF[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, les activités du groupe sont très variées : produits pour l'agriculture, colorants, matières plastiques, produits pharmaceutiques, biotechnologie, pétrochimie de base, engrais, peintures, gaz et pétrole, produits pour la construction, etc.

Son usine de Ludwigshafen couvre 1 000 hectares et le groupe compte plus de 109 000 employés à travers le monde (au ) (répartis comme suit : 69 809 en Europe (32 910 à Ludwigshafen), 16 487 en Amérique du Nord, 15 965 en Asie-Pacifique et 6 879 dans le reste du monde)[26].

En 2014, le groupe BASF est divisé en six segments qui englobent 15 divisions distinctes :

  • produits chimiques ;
  • plastiques ;
  • produits de performances (dispersions et pigments, produits de soin et d’entretien) ;
  • solutions fonctionnelles (catalyseur, chimie de la construction et produits dédiés au BTP) ;
  • produits agricoles et de nutrition ;
  • pétrole et gaz.

Investissements importants [modifier | modifier le code]

BASF détient des parts dans plusieurs entreprises :

  • BASF Coatings GmbH, Münster (100 %) ;
  • BASF Services Holding GmbH, Ludwigshafen (100 %) ;
  • BASF Schwarzheide (100 %) ;
  • Polyuréthanes BASF GmbH, Lemfoerde (100 %) ;
  • Wintershal Holding AG , Kassel (100 %), pétrole et gaz ;
  • Wingas GmbH, Kassel (50 %) ;
  • Styréniques, Francfort (50 %) ;
  • ainsi que de nombreuses filiales étrangères dans 170 pays.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de BASF aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 1 770 000 dollars[27].

BASF est inscrit, depuis 2008, au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare, en 2017, pour cette activité, des dépenses annuelles d'un montant de 3 200 000 euros[28].

Pour l'année 2017, BASF France déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 euros[29].

Condamnation[modifier | modifier le code]

En 2000, le groupe plaide coupable et est condamné à une amende de 225 millions de dollars pour entente sur les prix des vitamines[30].

Évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Sur la période 2010-2014, BASF a minoré sa facture fiscale de près d’un milliard d’euros grâce à des montages fiscaux[31].

Non respect des normes européennes[modifier | modifier le code]

Le , la fédération allemande pour l'environnement et la protection de la nature (Bund) révèle en utilisant les données fournies par l'agence fédérale de l'environnement allemande comme par l'Agence européenne des produits chimiques que 654 entreprises opérant en Europe ne respectent pas, entre 2014 et 2019, le protocole européen d'enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques, censé protéger la santé et l'environnement des Européens. Ces entreprises, parmi lesquelles BASF, emploient massivement des substances de synthèse interdites et potentiellement dangereuses[32],[33],[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « We create chemistry », BASF, (consulté le 8 janvier 2015)
  2. https://www.zonebourse.com/BASF-SE-4000294/fondamentaux/
  3. « BASF SE », rs-seliger.de, (consulté le 29 septembre 2015).
  4. a et b (en) History, sur basf.com, consulté le .
  5. (en) The Red Days of Nanjing, basf.com, consulté .
  6. Zone Bourse, « BASF : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 30 octobre 2019)
  7. (en) 1902-1924, basf.com, consulté le .
  8. (de) Niels Weise, Eicke, Paderborn, Schöningh, , 456 p. (ISBN 9783506777058), p. 51.
  9. (en) Molecular weight, The Economist, 2006-11-02.
  10. Edmond Maestri, Les grandes questions de l'histoire contemporaine (lire en ligne).
  11. (en) 1990-2014, basf.com, consulté le .
  12. (en) smd -- with wire reports, « Chemicals Giant to Cut Production in 180 Plants », Spiegel Online,‎ (lire en ligne).
  13. (en) Alexander Neubacher, « A German Industrial Giant Runs into Trouble », Spiegel Online,‎ (lire en ligne).
  14. (en) Associated Press, « BASF completes acquisition of Ciba », Forbes,‎ (lire en ligne).
  15. (en) BASF, « Ciba acquisition now perfect: BASF starts integration process », BASF, (consulté le 10 avril 2009).
  16. Philippe Ricard et Hervé Kempf, « L'innocuité de la pomme de terre transgénique mise en cause », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  17. (en) Josh Ward, « GM Potato Approval 'A Big Step for Germany' », Der Spiegel,‎ (lire en ligne).
  18. Business Wire, PMC Ouvrie, .
  19. (en) Siegfried buys BASF drug ingredient businesses for $306 million, Reuters, .
  20. Akzo Nobel splashes €475m on BASF’s coatings business, Financial Times, .
  21. Thomas Escritt et Luwig Burger, Akzo Nobel to buy BASF industrial coatings unit for 475 mln euros, Reuters, .
  22. Ludwig Burger, BASF buys Albemarle's surface treatment business for $3.2 billion, Reuters, .
  23. Georgina Prodhan et Robert-Jan Bartunek, « BASF boosts nylon business with 1.6 billion euro Solvay deal », sur Reuters, .
  24. Maria Shaehan, « BASF to buy seeds, herbicide businesses from Bayer for $7 billion », sur Reuters, .
  25. Guy Pichard, « Comment des pesticides interdits en Europe se retrouvent dans nos jus, notre café et nos assiettes via le Brésil »
  26. (en) BASF rapport d'activité 2010.
  27. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le 6 juin 2018).
  28. « Registre de transparence », Commission européenne (consulté le 6 juin 2018).
  29. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 6 juin 2018).
  30. Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 8.
  31. « Comment BASF a minoré sa facture fiscale de près d’un milliard d’euros », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2018)
  32. Stéphane Mandard, « Au moins 654 entreprises ne respectent pas la réglementation sur les substances chimiques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019).
  33. (en-US) Jack Hunter, « Named: major brands ‘breaking EU chemical safety law’ », sur EEB - The European Environmental Bureau (consulté le 21 mai 2019).
  34. (en) Elke Örtl, REACH Compliance: Data availability in REACH registrations Part 2: Evaluation of data waiving and adaptations for chemicals ≥ 1000 tpa, Umweltbundesamt, (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]