Olivier Schwartz (sociologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier Schwartz.

Olivier Schwartz, né en 1951, est professeur de sociologie à l'Université Paris Descartes et membre du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux). Il est le fils du professeur Bertrand Schwartz et le neveu du mathématicien Laurent Schwartz [1].

Ses recherches s'intéressent aux classes populaires dans la société française contemporaine.

Il a publié en 1990 Le Monde privé des ouvriers, où sont présentés les résultats d’une enquête ethnographique concernant les modes de fonctionnement des familles ouvrières de l’ancienne région minière du Nord-Pas-de-Calais. Il enquête aujourd’hui sur les conducteurs d’autobus de la RATP (Régie autonome des transports parisiens).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, PUF, Paris, 1990, rééd. 2002, 558 pages, Note de lecture en ligne par Quentin Ravelli
  • « Sur le rapport des ouvriers du Nord à la politique », Politix, numéro 13, 1991
  • « L'empirisme irréductible », in Le hobo, sociologie du sans-abri, Nels Anderson, Fernand Nathan, 1993
  • « Sur la question corporative dans le mouvement social de décembre 1995 », Sociologie du travail, numéro 4, 1997
  • « Le militant syndical, leader et médiateur ? », Revue de sociologie et d’anthropologie, 1999
  • La notion de « classes populaires », habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998
  • « La pénétration de la "culture psychologique de masse" dans un groupe populaire : paroles de conducteurs de bus » PUF, Sociologie, 2011/4 Vol.2
  1. Laurent Schwartz, un mathématicien aux prises avec le siècle, autobiographie de Laurent Schwartz, Odile Jacob, 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]