Bibliothèque interuniversitaire de santé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibliothèque interuniversitaire de santé
Le logo de la BIU Santé comporte une couleur par pôle : rouge (médecine-odontologie), vert (pharmacie-biologie-cosmétologie) et bleu (histoire de la santé)
Le logo de la BIU Santé comporte une couleur par pôle : rouge (médecine-odontologie), vert (pharmacie-biologie-cosmétologie) et bleu (histoire de la santé)
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Adresse Pôle médecine-odontologie : 12, rue de l'École-de-Médecine Paris 6e ;

Pôle pharmacie-biologie-cosmétologie : 4, avenue de l'Observatoire Paris 6e

Coordonnées 48° 51′ 04″ N 2° 20′ 27″ E / 48.8512, 2.340748° 51′ 04″ Nord 2° 20′ 27″ Est / 48.8512, 2.3407  
Informations générales
Date d’inauguration 2011
Collections 550 000 ouvrages, 20 000 périodiques, 1 300 manuscrits
Superficie Pôle médecine-odontologie :

SHOB 6 300 m2 ;

Informations visiteurs
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bibliothèque interuniversitaire de santé

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Bibliothèque interuniversitaire de santé

La Bibliothèque interuniversitaire de santé (BIU Santé) est une bibliothèque interuniversitaire parisienne spécialisée en médecine, odontologie, pharmacie et dans les sciences associées. Elle est issue de la fusion, le 1er janvier 2011, de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d'odontologie (BIUM) avec la Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie (BIUP), les deux sites restant toutefois distincts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bibliothèque interuniversitaire de médecine[modifier | modifier le code]

Salle de lecture de la BIU Santé, secteur médecine/odontologie
Grande salle de lecture de la BIU Santé, pôle médecine / odontologie.

La BIUM est originairement la bibliothèque de l'ancienne Faculté de médecine de Paris, créée au Moyen Âge et installée rue de la Bûcherie puis rue Jean-de-Beauvais[1]. La faculté est supprimée en 1793, mais une École de santé est établie par la Convention en 1794 et s'installe dans l'ancienne Académie de chirurgie, dans un bâtiment construit par Jacques Gondouin[2].

Dispersées au moment de la fermeture de la faculté, les collections sont reconstituées par le chirurgien et bibliothécaire Pierre Sue qui y joint les fonds de l'ancienne Académie de chirurgie, ceux de la Société royale de Médecine et enfin d'autres pris dans les dépôts littéraires de la capitale.

Durant tout le XIXe siècle et une grande partie du XXe siècle jusqu'au début des années 1970, la bibliothèque constitue la Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris et ses fonds continuent de s'accroître.

Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie[modifier | modifier le code]

Façade de la faculté de pharmacie

L'histoire des collections de la BIUP remonte à un don d'ouvrages fait en novembre 1570 par quatre maîtres de la communauté des apothicaires-épiciers de Paris à leur corporation. D'autres dons des gardes de la communauté étoffent la bibliothèque commune jusqu'en 1777, date à laquelle est créé le Collège de Pharmacie de Paris. Le fonds d'ouvrages et d'archives passe en 1803 sous la responsabilité du secrétaire de l'École de Pharmacie et de certains professeurs (notamment Nicolas Gaston Guibourt).

La fonction de bibliothécaire n'apparaît au sein de l'École de pharmacie qu'en 1878, puis un règlement pour le service entre en vigueur en février 1882. Cette même année 1882, l'École et la bibliothèque quittent l'ancien Jardin des apothicaires rue de l'Arbalète et emménagent dans de nouveaux locaux à la faculté de pharmacie de Paris, avenue de l'Observatoire.

C'est surtout le docteur et historien Paul Dorveaux (1851-1938), bibliothécaire de 1884 à 1922, qui va marquer l'établissement d'une empreinte durable, par l'organisation d'une politique de conservation et d'acquisition, touchant aussi bien la production scientifique courante que les manuscrits et ouvrages anciens.

Sous les directions de Gabriel Garnier (1936-1961) et Yvonne Ruyssen (1961-1973), la bibliothèque connut de nouvelles mutations : accroissement des effectifs en personnel, réorganisation des locaux et ouverture d'une nouvelle salle de lecture (salle Dorveaux) en 1958[3].

Depuis 1972[modifier | modifier le code]

À la suite de l'éclatement de l'Université de Paris, les deux bibliothèques sont d'abord intégrées en 1972, avec la bibliothèque scientifique, dans la bibliothèque interuniversitaire C en vertu du décret no 72-132 du 10 février.

Via le décret no 78-1122 du 16 novembre 1978, chacune de ces bibliothèques retrouve une autonomie sous les noms respectifs de Bibliothèque interuniversitaire de médecine et de Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie. Les deux entités relèvent de l'université Paris-Descartes (Paris 5), mais la BIUM est un service commun avec les universités Pierre-et-Marie-Curie (Paris 6) et Paris Diderot (Paris 7), tandis que la BIUP est un service commun avec Paris 11.

Le regroupement des deux bibliothèques est décidé en septembre 2009[4] et est effectif au 1er janvier 2011.

Statut et fonctionnement[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque est régie par une convention passée entre les universités Paris-Descartes (Paris 5), Paris Diderot (Paris 7) et Paris 11. Elle est rattachée administrativement à l'université Paris Descartes. Elle est dirigée par un conservateur des bibliothèques, actuellement Guy Cobolet (conservateur général).

La Bibliothèque interuniversitaire de santé est CADIST pour la médecine, l'odontologie et la cosmétologie, et pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour la médecine et la pharmacie.

La BIU Santé est une bibliothèque de recherche, principalement dédiée aux étudiants, chercheurs et enseignants des disciplines de santé, y compris la psychologie. Elle accueille aussi tous les professionnels de santé non universitaires, ainsi que toute personne menant des recherches en adéquation avec ses collections.

Le site consacré à la médecine et à l'odontologie est implanté dans l'ancienne Faculté de médecine de Paris, rue de l'École-de-Médecine, dans le trapèze formé par cette dernière, la rue Hautefeuille, le boulevard Saint-Germain et la place Henri-Mondor. Ces locaux abritent la présidence de l'Université Paris-Descartes (services administratifs, financiers, etc.), ainsi que le Musée d'histoire de la médecine et de l'art dentaire.

Le site consacré à la pharmacie fait partie des anciens locaux de la faculté de pharmacie de Paris. Une salle de lecture propre aux étudiants (salle Fialon) a été ouverte en 1991.

Lectorat : 16 000 lecteurs inscrits physiquement ; 130 000 internautes différents consultent chaque mois le site Web de la bibliothèque, dont 60 % en provenance de l'étranger.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le pôle médecine-odontologie abrite deux salles de lecture :

  • la salle Louis Landouzy fut le premier espace public de la bibliothèque. Elle abrite désormais les collections d'odontologie ;
  • la grande salle, le long du boulevard Saint-Germain, fut inaugurée en 1891. Elle est l’œuvre de l'architecte Léon Ginain, qui mit un point d'honneur à ce qu'elle fût plus longue de six mètres que celle de la bibliothèque Sainte-Geneviève. En 1908, elle fut rehaussée d'un niveau pour permettre d'installer un étage supplémentaire de magasins.

Le pôle pharmacie-biologie-cosmétologie, actuellement en travaux, comprend deux salles de lecture :

  • la salle Dorveaux, dans l'aile nord ;
  • la salle Fialon, dans l'aide sud.

Collections[modifier | modifier le code]

La BIU Santé est une bibliothèque de référence au niveau national en matière médicale. Elle est aussi le conservatoire de toutes les thèses de médecine et de chirurgie dentaire soutenues en France, dont elle reçoit un exemplaire. Pour Paris, la collection de thèses remonte à 1539. La BIU Santé est dépositaire du dépôt légal pour les ouvrages de médecine et d'odontologie. L'ensemble de la collection figure parmi les trois plus riches du monde, avec celles de la National Library of Medicine (États-Unis) et de la Wellcome Library (Londres).

Pour gagner de la place, la BIU Santé a confié une partie de ses collections, en particulier des thèses de province (seulement les années anciennes), les thèses étrangères et les revues en caractères non latins au Centre technique du livre de l'enseignement supérieur.

Médecine-odontologie[modifier | modifier le code]

  • Plus de 400 000 ouvrages imprimés ;
  • près de 16 000 titres de périodiques français et étrangers, dont 2 000 en cours ;
  • de nombreuses ressources électroniques (documents numériques, bases de données et périodiques en ligne, Internet).

Histoire de la santé[modifier | modifier le code]

Pharmacie-biologie-cosmétologie[modifier | modifier le code]

  • Plus de 88 000 volumes ;
  • plus de 4 000 publications en série en cours (périodiques et collections) ;
  • 204 manuscrits.

Bibliothèque virtuelle[modifier | modifier le code]

Le site Internet de la BIU Santé comprend :

  • une partie moderne (catalogues, bases de données, service question-réponse en ligne BIUMINFO, fourniture de documents à distance, 15 000 signets, etc.)
  • et une bibliothèque virtuelle patrimoniale, Medic@, qui offre l'accès en ligne à des corpus de textes intéressant l'histoire de la médecine, de l'art dentaire, de la pharmacie et de la sante en général, du XVe siècle au XXe siècle, que complètent d'autres produits et services documentaires (banque de 85 000 images, expositions virtuelles, base bio-bibliographique de médecins, publication électronique de thèses et de congrès, sites web de sociétés savantes).

En collaboration avec l'Académie nationale de chirurgie, la BIU Santé publie aussi un revue scientifique, les e-Memoires de l'Académie nationale de Chirurgie[5].

Liste des directeurs[modifier | modifier le code]

Le directeur est un conservateur, et souvent un conservateur général, des bibliothèques.

Bibliothèque de médecine[modifier | modifier le code]

Bibliothèque de pharmacie[modifier | modifier le code]

  • Oswald Goepp (1878-1879)
  • Gabriel Le Mercier (1879-1884)
  • Paul Dorveaux (1884-1922)
  • Louis Barrau-Dihigo (1922-1925)
  • Charles Beaulieux (1926-1931)
  • Maurice Bernard (1931-1936)
  • Gabriel Garnier (1936-1961)
  • Yvonne Ruyssen (1961-1973)
  • Paul Roux-Fouillet (1974-1977)
  • Marie-Edmée Michel (1977-1989)
  • Françoise Malet (1989-1999)
  • Odile Rohou (2000-2003)
  • Christiane Baryla (2003-2006)
  • Laurence Boitard (2006-2009)
  • Françoise Boucheron (par intérim 2009-2010)

BIU Santé[modifier | modifier le code]

  • depuis 2011 : Guy Cobolet

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Hahn. La bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris. Paris : Librairie Le François, 1929, p. 31
  2. Ibid., p. 63
  3. Yvonne Ruyssen. « La bibliothèque de la Faculté de Pharmacie de Paris à travers le temps », Revue d'histoire de la pharmacie, XXI, no 218, septembre 1973, p. 535
  4. Annonce de l'unification de la BIUP et de la BIUM et lien vers le courrier du président de l'université Paris Descartes.
  5. Page consacrée aux e-Mémoires

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « La BIU Santé département médecine-odontologie. - Un aperçu de l'histoire du fonds », Le Livre ancien au Grand Palais. 22e Salon international du livre ancien, de l'estampe et du dessin, Paris, Grand-Palais, 16-17-18 avril 2010, p. 19-29 [lire en ligne]
  • Régis Rivet, Bernadette Molitor. « Bibliothèque interuniversitaire de médecine », Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, Paris : Payot, 1995, vol. 1, p. 202-207.
  • Paul Dorveaux. Historique de la bibliothèque de l'École de pharmacie de Paris... suivi de l'analyse du premier registre des archives de l'École de pharmacie, Besançon : Jacquin, 1910.
  • André Hahn. La Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris, Paris : Librairie Le François, 1929.
  • Yvonne Ruyssen. « La bibliothèque de la Faculté de Pharmacie de Paris à travers le temps », Revue d'histoire de la pharmacie, XXI, no 218, septembre 1973, p. 529-538.
  • Marie-Edmée Michel. « La bibliothèque de la Faculté de Pharmacie de Paris (1882-1982) », La Faculté de pharmacie de Paris, Saint-Cloud : Comarco, 1982.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :