Guy Vallancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Vallancien

Guy Vallancien, né le 1er janvier 1946 à Boulogne-Billancourt, est chirurgien urologue français, professeur à l’université Paris Descartes et membre de l'Académie nationale de médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Janson-de-Sailly, il opte pour une carrière médicale et devient interne des hôpitaux de Paris en 1972. Il soutient sa thèse en 1978, puis occupe un poste de chef de clinique-assistant à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, de 1979 à 1982. Il rejoint ensuite le Centre Médico Chirurgical de la porte de Choisy à Paris. Nommé professeur des universités en 1992, il devient chef du département d’urologie à l’Institut mutualiste Montsouris[1] en 1996.

Secrétaire général de l’Association française d’urologie (AFU) de 1986 à 1992, il est nommé chairman du Comité des Lois de l’European Association of Urology (EAU) en 1991 puis membre du Strategy Planning Board de 1998 à 2001, office de la même association. Il est trésorier de la Société internationale d’urologie de 1997 à 1998.

Il reçoit la médaille d’or de l’Association française d’urologie en 2000.

Activités universitaires et politiques[modifier | modifier le code]

Auteur de nombreuses publications scientifiques, Guy Vallancien est un pionnier internationalement reconnu dans les innovations du traitement des lithiases urinaires par voie per-cutanée et par lithotripsie extracorporelle, ainsi que dans la mise au point et le développement de la chirurgie cœlioscopique[2] et robotique des cancers de la prostate[3],[4], du rein[5] et de la vessie.

Il a fondé et préside l’École européenne de chirurgie (EEC)[6], ainsi que le Cercle Santé Société et la Convention on Health Analysis and Management (CHAM) www.canalcham.fr qui réunit de nombreux décideurs[7].

Il est membre de l’Académie nationale de chirurgie[8], membre de l’Académie nationale de médecine[9] et ancien secrétaire général du Conseil national de la chirurgie[10].

Il a été chargé de mission auprès du ministre de la Santé, Jean-Francois Mattei, en 2002-2003 dans le cadre du Plan hôpital 2007 sur la gouvernance hospitalière[11]. Il a aussi été chargé de mission sur la chirurgie dans les petits hôpitaux. Il est l’auteur des rapports sur la chirurgie dans les petits hôpitaux[12] et sur la rémunération des chirurgiens[13] et sur les maisons de santé, ainsi que d'un rapport sur la gouvernance hospitalière à la demande des ministres de la santé Xavier Bertrand puis Roselyne Bachelot-Narquin. Il a enfin participé à la commission présidentielle sur le réforme des centres hospitalo-universitaires (2009).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages grand public[modifier | modifier le code]

  • La Santé n’est pas un droit : manifeste pour une autre médecine, éditions Bourin, Paris, 2007, 199 p. (OCLC 421814894)
  • La Prostate après 40 ans : où est-elle ? à quoi sert-elle ? ses maladies, les différents traitements, Le Rocher, Paris, 2003, 207 p. (OCLC 469594069)
  • Les hommes aussi ont leurs secrets… : la prostate, ses maladies, les différents traitements, leurs coûts, Éd. du Rocher, Monaco, 1998, 169 p. (OCLC 717613309)
  • La révolution médicale (avec Thomas Tursz, Jean Pierre Davant et Pierre Boncenne), Le Seuil, Paris, 2003, 211 p. (OCLC 835225997)

Notes et références[modifier | modifier le code]