São Paulo Futebol Clube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir São Paulo (homonymie).

São Paulo Futebol Clube

Logo du
Généralités
Fondation 25 janvier 1930
Couleurs blanc, rouge et noir
Stade Morumbi
(67 052 places)
Siège Pça Roberto Gomes Pedrosa 1 Morumbi
CEP 05653-070 São Paulo/SP
Championnat actuel Brésil - Série A
Président Drapeau : Brésil Carlos Miguel Aidar
Entraîneur Drapeau : Brésil Muricy Ramalho
Joueur le plus capé Drapeau : Brésil Rogério Ceni (1172)
Meilleur buteur Drapeau : Brésil Serginho Chulapa (242)
Site web www.saopaulofc.net
Palmarès principal
National[1] Championnat du Brésil (6)
Championnat de São Paulo (22)
International[1] Championnat du monde des clubs (1)
Coupe intercontinentale (2)
Copa Libertadores (3)
Copa Sudamericana (1)
Recopa Sudamericana (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le São Paulo Futebol Clube est une association sportive brésilienne. Fondé en 1930 puis rebaptisé en 1935 après une brève période d'inactivité. C'est un des principaux clubs sportifs du pays avec, entre autres, des sections de football, boxe, athlétisme, volley-ball, gymnastique artistique, basket-ball.

Selon une étude réalisée pour le journal sportif Lance!, en 2004, l'équipe possédait le troisième plus grand groupe de supporters du pays, derrière le CR Flamengo et le SC Corinthians, avec plus de 13 millions de supporters à travers tout le Brésil.

Selon la revue de sports Placar, le São Paulo est la deuxième équipe de football ayant fourni le plus grand nombre de joueurs pour la sélection brésilienne dans des Coupes du Monde, après Botafogo.

Historique[modifier | modifier le code]

1900 - 1934 : Du Paulistano au São Paulo FC da Floresta[modifier | modifier le code]

En 1900 est établi le Clube Atlético Paulistano. Après d'innombrables conquêtes, à cause du professionnalisme du football, l'équipe décide de fermer ses activités dans ce sport, ainsi que la Associação Atlética das Palmeiras. Les supporters et joueurs des deux équipes ont décidé alors de se joindre et ils ont établi le São Paulo Futebol Clube en 1930. D'être son champ de jeu de la Floresta, cette équipe a été connue comme São Paulo da Floresta. Dans cette année, l'équipe a fini le championnat Paulista comme vice-champion et en 1931, champion pour la première fois. En 1933 a lieu le premier match de football professionnel du pays : 5-1 contre Santos FC.

La direction manque et l'équipe s'endette encore. La solution a été de fusionner avec le Clube de Regatas Tietê. Le département de football disparaît le 14 mai 1935.

1935 - 1939 : Enfin, le São Paulo FC[modifier | modifier le code]

Peu après la fusion avec le Tietê, qui a enterré São Paulo da Floresta, les fondateurs et refondateurs créée le Grêmio Tricolor, qui donne naissance au Clube Atlético São Paulo, le 4 juin 1935, et, finalement, au São Paulo Futebol Clube, établi le 16 décembre de cette même année. Le premier match était contre la Portuguesa Santista le 25 janvier 1936. Le jeu n'arrive presque pas, d'être la fête de la ville de São Paulo. Porphyrio da Paz, directeur de football et l'auteur de l'hymne du club a insisté auprès du département de l'Éducation et a fini en réussissant la libération. Le club a déjà né très populaire. Néanmoins, c'était très faible. Ils ont décidé alors de renforcer l'équipe avec un nouveau fusion, cette fois avec les Étudiants De São Paulo da Mooca. Avec la nouvelle fusion, le São Paulo est arrivé au vice-championnat de São Paulo en 1938.

1940 - 1950 : Le rouleau compresseur[modifier | modifier le code]

En 1940, quand est inauguré le Pacaembu, le football de São Paulo commence une nouvelle ère. Le São Paulo a été le club qui mieux a profité du moment. En 1941, plus une vice-championnat de São Paulo. En 1942, l'extravagance : pour 200 contos de réis---monnaie brésilienne à la époque--- (l'équivalent aujourd'hui de 81 000 dollars canadiens) le São Paulo a engagé Leônidas da Silva, joueur du CR Flamengo, considéré comme étant le meilleur joueur de l'époque au Brésil. Mais le club ne s'est pas arrêté là. Déjà en supposant la condition de grande équipe ensuite a apporté grands noms comme l'Argentin Antônio Sastre, Noronha, Bauer, Zezé Procópio, Luizinho, Rui et Teixeirinha. Avec eux, le Tricolor a formé la célèbre équipe connu sous le nom du Rolo Compressor, champion cinq fois dans les années 1940 (1943, 1945, 1946, 1948 et 1949). À cette époque, le club s'était déjà installé dans le Canindé, terrain ensuite vendu à la Portuguesa pour viabiliser la construction du stade du Morumbi.

1951 - 1970 : Peu de succès[modifier | modifier le code]

Le commencement des années 1950 n'a pas été de grandes conquêtes. Peut-être parce que les supporters et la directrice du Tricolor était déjà animée avec la possibilité d'un nouveau stade. Malgré cela, le São Paulo a été champion Paulista en 1953. Pendant la décennie, même sans gagner aucun championnat, l'équipe connu des joueurs qui marqueraient définitivement l'histoire du club, cas du gardien Poy, du défenseur Mauro Ramos de Oliveira (probablement plus le plus grand défenseur du Tricolor de tous les temps), de l'attaquant Maurinho, du brillant « Garrincha de l'aile gauche » Canhoteiro, de l'attaquant Gino Orlando, qui pendant un bon temps a été le plus grand buteur de l'équipe dans tous les temps (seulement dépassé, temps plus tard, par Serginho Chulapa).

Malgré cet escadron, le São Paulo sera seulement champion à nouveau en 1957. Pour cette occasion, l'équipe bénéficiait de l'expérience de l'originaire de Rio de Janeiro Zizinho, avec ses 35 ans, et du coach hongrois Béla Guttmann. De ce moment en avant, avec le bourgeonnement de Santos FC de Pelé et de la construction du Morumbi en consommant tous les efforts et les ressources, le São Paulo aurait la plus grande période sans conquêtes de son histoire.

1970 - 1975 : La gloire d'autrefois[modifier | modifier le code]

Le Morumbi finalement terminé en 1970, les nouvelles recrues furent Gérson, du Botafogo, Pedro Rocha, milieu uruguayen du CA Peñarol ; et Toninho Guerreiro, buteur du Santos FC. Dirigé par Aymoré Moreira, technicien de l'équipe Brésilienne lors de la Coupe du monde 1962, le São Paulo a atteint la consécration avec un rond d'antécédence, gagnant le Guarani par 2-1 dans Campinas.

En 1970, année de bi-championnat, la base était la même. Dans la décision finale un match nul suffisait, mais le Tricolor n'a pas laissé par moins et a battu les SE Palmeiras par 1-0, but de Toninho Guerreiro. Dans cette même saison, dans le premier championnat brésilien de l'histoire, le São Paulo est resté derrière seulement l'Atlético Mineiro commandé par le technicien Telê Santana. Dans les années suivantes, le pouvoir du Santos FC de Pelé diminue et la crise du SC Corinthians s'aggrave. São Paulo et Palmeiras ont répété plusieurs fois un duel particulier. En 1972, le Palmeiras est resté avec le titre pour avoir un point en plus. En 1973, la bataille a été à la finale de le Championnat Brésilien. Encore Palmeiras champion, autre fois São Paulo vice. Dans l'année suivante, 1974, ce a été la fois de donner la priorité à la Copa Libertadores. Le Tricolor est arrivé en finale contre le CA Independiente (Argentine), et a perdu dans le match d'appui.

L'équipe de 1975, sous la commande de l'ex-gardien José Poy, déjà avait un style de jeu de celle qui était entraînée jusqu'à alors par Zezé Moreira. Le São Paulo reste avec plus une conquête de Champion Paulista, mettant en échec la Portuguesa aux penaltys.

1976 - 1979 : Tempos d'affirmation[modifier | modifier le code]

Waldir Perez, Chicão et Serginho ont été les propriétaires de la fête en la campagne du Championnat Brésilien de 1977, conquis dans Mineirão, contre l'Atlético Mineiro. Dans les années suivantes, aucune autre conquête important jusqu'au 1980. Des temps de Zé Sérgio et Serginho Chulapa, maintenant plus grand buteur de l'histoire du club.

Années 1980 : Décennie Tricolor[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, le São Paulo conquerait un nombre impressionnant de titres. Dans la défense, peut-être la meilleure paire de défenseurs d'une équipe brésilienne de tous les temps : Oscar et Dario Pereyra. Bi-champion Paulista en 1980 et 1981.

En 1984, Cilinho révélerait au monde les « Menudos du Morumbi » : Paulo Silas, Müller et Sidney. En l'année suivante, le trophée Paulista resterait en le Morumbi, avec une équipe très rapide, talentueuse et intelligente. L'attaque avait Careca, buteur mortel qui irait à la Coupe du monde 1986, et le milieu de terrain avait Falcão, arrivé de l'Italie, déjà considéré le « Roi de Rome ».

En 1986, le technicien Pepe conduirait l'équipe pour la conquête du second Championnat Brésilien, devant le Guarani, déterminé aux penaltys. En 1987, ce sera « l'au revoir » de Don Dario Pereyra de la défense Tricolor, et aussi la dernière trophée soulevé par les « Menudos ». La « Décennie Tricolor » réservait encore un Paulista, en 1989.

1990 - 1995 : L'ère Telê[modifier | modifier le code]

En 1990, l'équipe ne s'est pas engagé en le Championnat Paulista et a fini éliminé dans les phases initiales. Les échecs dans le tournoi de l'État ont ouvert les yeux de la direction et, pour remettre de l'ordre dans l'équipe, ils ont appelé le légendaire technique Telê Santana. Telê est arrivé au Morumbi à temps de prendre l'équipe à la finale du Championnat Brésilien de cette année, perdant contre le SC Corinthians.

En 1991, après trois finales des Championnats Brésiliens consécutives, le São Paulo conquerrait son troisième titre au-dessus du Bragantino de Carlos Alberto Parreira. Et le second semestre réservait plus joies pour les supporters Tricolores. L'élimination en les phases initiales du Championnat Paulista de l'année précédente a obligé le São Paulo jouer dans un groupe avec des équipes plus faibles de la série A1. La rencontre avec les plus grands rivaux est seulement arrivée aux finales, culminant avec une victoire incontestée sur le SC Corinthians dans le premier match de la décision (3 à 0). Lors du match retour, un match nul sans but et la conquête.

L'année de 1992 donne du début à la période de consécration internationale de São Paulo. L'équipe de Telê, de Zetti et de Raí arrive à la finale de la Libertadores. Dans le premier jeu de la fin, en Rosario, le Newell's Old Boys a gagné par 1-0. Dans le match retour, victoire du Tricolor par le même score et, finalement, le trophée de la Libertadores aux penaltys!

La séquence de conquêtes a continué dans cette année historique. Le rêve du Mondial Interclubes à Tokyo finalement est arrivé. L'adversaire était FC Barcelone de Johan Cruyff : São Paulo 2-1, de virage. Dans le retour, la finale du Paulista et un autre trophée. Le SE Palmeiras, lequel attendait un titre depuis 16 ans, a eu à attendre un peu plus.

Raí déjà était un des plus grands joueurs de l'histoire de São Paulo et est resté dans le club seulement assez pour gagner plus une Libertadores, en 1993, contre l'Universidad Catolica. Après la sortie de Raí au Paris Saint-Germain, en France, Telê a retracé São Paulo avec Leonardo en commandant du milieu de terrain de l'équipe qui combattrait par le second trophée Mondial à Tokyo. L'adversaire était le Milan AC de Fabio Capello. Le jeu a été équilibré et, quand l'arbitre se préparait à siffler la fin du match, Muller marque un inattendu but de talon, après donner les côtes pour le lance. Résultat : São Paulo double champion du monde des clubs.

1996 - 2004 : Choc Traumatique Après Telê[modifier | modifier le code]

En le début de 1996, par des questions de santé, Telê est obligé de laisser le São Paulo, donnant fin à l'époque dorée du club. Après lui, entre 1995 et 2004, 14 techniciens ont passé par le Tricolor sans s'affirmer. Durant ces 10 ans, les seules conquêtes de l'équipe conduite par Rogério Ceni, qui a aussi compté avec Luís Fabiano et Kaká ont été le Paulista de 2000 et le premier trophée du Tournoi Rio-São Paulo du club, en 2001.

2005 : Année parfaite[modifier | modifier le code]

En 2005, avec Leão, le São Paulo gagne force et initie une nouvelle trajectoire de conquêtes, gagnant avec facilité le Paulista. Leão laisse l'équipe, mais Paulo Autuori, qui s'entraînait avec la sélection péruvienne, ne diminue pas l'enthousiasme, prenant l'équipe à la finale de la Libertadores, contre l'Atlético PR, première de l'histoire entre deux équipes du même pays. Avec 1-1 à Porto Alegre, et une belle victoire pour 4-0 dans le Morumbi, le São Paulo remporte la Libertadores de 2005 et est la première équipe brésilienne à être trois fois champion en cette compétition. En décembre de 2005, le São Paulo dispute le Mondial des clubs. Lors du premier match il met en échec Al Ittihad Djeddah d'Arabie saoudite par 3 à 2 et à la finale met en échec aussi le Liverpool FC d'Angleterre par 1 à 0. São Paulo devient ainsi le seul club brésilien trois fois champion du monde des clubs.

Palmarès[modifier | modifier le code]


Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Super-championnat de São Paulo (1) :


  • Octobre 2014
  • Rogerio Ceni est devenu à 42 ans:
  • le joueur ayant remporté le plus de matches avec le même club de l'histoire du foot avec 590 matches.
  • Le plus de buts inscrits par un gardien.
  • Le plus souvent capitaine de son équipe

Comme les deux records précédents, celui-ci a été officiellement reconnu par le Livre Guinness des records le 20 avril 2014 lors d’un match à domicile face à Botafogo. A cette époque, Ceni en était à 866 matches joués en tant que capitaine, et a depuis largement dépassé la barre des 900 (928, série en cours).

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif actuel (2014)[modifier | modifier le code]

No. Nat. Position Nom du joueur
1 Drapeau du Brésil G Rogério Ceni (capitaine)
2 Drapeau du Brésil D Rafael Tolói
3 Drapeau du Brésil D Rodrigo Caio
4 Drapeau du Brésil D Antônio Carlos
5 Drapeau du Brésil M Souza
6 Drapeau de l'Uruguay D Álvaro Pereira
7 Drapeau du Brésil M Michel Bastos
8 Drapeau du Brésil M Kaká
9 Drapeau du Brésil A Luís Fabiano
10 Drapeau du Brésil M Paulo Henrique Ganso
11 Drapeau du Brésil A Alexandre Pato
12 Drapeau du Brésil G Denis
13 Drapeau du Brésil D Paulo Miranda
14 Drapeau du Brésil A Alan Kardec
No. Nat. Position Nom du joueur
15 Drapeau du Brésil M Denílson
16 Drapeau du Brésil D Reinaldo
17 Drapeau du Brésil A Osvaldo
18 Drapeau du Brésil M Maicon
19 Drapeau du Brésil A Ademilson
21 Drapeau du Brésil D Edson Silva
24 Drapeau du Brésil G Léo
25 Drapeau du Brésil M Hudson
26 Drapeau du Brésil D Auro
27 Drapeau du Brésil D Luis Ricardo
29 Drapeau du Brésil A Ewandro
30 Drapeau du Brésil G Renan Ribeiro
34 Drapeau du Brésil D Lucão
35 Drapeau du Brésil M Gabriel Boschilia

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.