Minervois (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Minervois
Minervois
Vignoble du Minervois en période estivale.jpg
Vignoble du Minervois
Désignation(s) Minervois
Appellation(s) principale(s) minervois[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1985
Pays Drapeau de la France France
Région parente Languedoc-Roussillon
Sous-région(s) coteaux de l'Aude (Minervois)
Localisation Aude et Hérault
Climat tempéré méditerranéen sous influence océanique
Ensoleillement
(moyenne annuelle)
300 à 350 jours par an
Sol calcaire
Superficie totale 15 000
Superficie plantée 4 172 hectares hectares en 2008[2]
Cépages dominants grenache N, mourvèdre N, syrah N et grenache blanc B[3]
Vins produits 94 % rouges, 4 % rosés et 2 % blancs[4]
Production 174 183 hectolitres en 2008[2]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 48 à 60 hectolitres par hectare[5]

Le minervois[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur le piémont de la montagne Noire, à cheval sur l'Aude et l'Hérault. Il produit majoritairement des vins rouges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La vigne est arrivée dans la région d'Agde avec les Grecs au VIe siècle[6]. C’est de Minerve que toute cette région fut christianisée par saint Rustique. L'autel de marbre blanc consacré en 456 par cet évêque de Narbonne en reste le témoin. La viticulture se développa jusqu'à la fin de l’Empire romain mais déclina par la suite[7].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sous les Carolingiens, le Minervois (Suburbium Minerbense) fut une subdivision du Pagus Narbonensis. Du fait de son importance, au IXe siècle, il devint le Pagus Minerbensis jusqu'à l’époque féodale[7].

Au cours du Moyen Âge se développent des vignobles monastiques avec les fondations des abbayes de Lagrasse, Caunes-Minervois, Fontfroide et Saint-Hilaire. Les moines améliorent la viticulture.

Lorsque l'hérésie des cathares devint dominante, il n'y eut aucun interdit sur le vin contrairement aux bogomiles et aux manichéens qui l'avaient inclus dans leurs interdits alimentaires[8]. Mais au cours de la croisade contre les Albigeois, selon le jésuite Langlois, partisan de la croisade, Henri de Beaujeu, « Durant trois mois entiers, occupa ses troupes à brûler les blés, à arracher les vignes, à couper les haies et les arbres, à abattre les maisons, à ruiner les chemins, à faire un désert de l'un des plus beaux pays du monde »[9].

Le Minervois fut divisé lors de la création du diocèse de Saint-Pons en 1318 par Jean XXII, ce qui fait que le Minervois historique ne s’adapte plus aux terroirs produisant l'appellation Minervois[7]. Le Prince Noir, au cours de la guerre de Cent Ans, s'avança dans le Languedoc et son passage se solda par l'arrachage du vignoble[10].

Période moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Pierre-Paul Riquet, créateur du canal du Midi
Une partie du Comité d'Argeliers, Marcelin Albert, Elie Cathala, Louis Blanc et le médecin Senty

En 1681 l'achèvement par Pierre-Paul Riquet du Canal Royal du Languedoc reliant la Méditerranée à l'océan Atlantique permit l'installation du vignoble moderne. Tout comme les céréales, de la fin du XVIIIe au début du XIXe siècle, le vin fut transporté en péniches. À partir de 1855, le vignoble connut une forte progression. La crise de l'oïdium, suivie du phylloxéra, puis la surproduction des vins de qualité inférieure engendrèrent la révolte de 1907 qui trouva ses chefs de file dans le Comité d'Argeliers[11].

Le mouvement coopératif qui s'ensuivit redonna un essor de la viticulture. Au milieu du XXe siècle, les vignerons décident de choisir la qualité contre la quantité. Cette politique permet aux vins du Minervois d'obtenir l'AOC en 1985[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village tire son nom de la racine celte[Quoi ?] men, la pierre[12].[Informations douteuses] (comme dans menhir) En dépit d'une présence romaine certaine, le nom ne vient pas de la déesse Minerve[réf. nécessaire]. Le village, siège du pouvoir seigneurial au Moyen Âge, a donné son nom à tout le pays qui était sous la coupe de son seigneur. Le Minervois correspond géographiquement et étymologiquement au Pagus Minerbensis de l'époque carolingienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Orographie[modifier | modifier le code]

Le Minervois se situe dans un vaste amphithéâtre coincé entre le Massif central et les Pyrénées. Adossé à la montagne Noire, ses coteaux dominent une plaine de faible altitude, traversée par les axes de circulation, l'Aude et le Canal du Midi. Au nord, se trouve le plateau de Minerve avec ses pinèdes et ses garrigues. Cet ensemble constitue un terroir viticole particulièrement favorable[11].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les rivières qui descendent de la montagne Noire ont déposé sur leurs rives des terrasses de galets, de grès, de schistes ou de calcaires. Elles alternent avec des zones de marnes. Tandis que près de Caunes-Minervois, affleurent des veines de schiste et de marbre[13].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est à dominante méditerranéenne. L’automne est caractérisée par des orages violents et rapides. L’été est souvent chaud et sec ce qui est favorable à la culture de la vigne.

Les vents sont souvent présents. Cette région est l'une des plus venteuses avec 300 à 350 jours de vent par an[14]. Ce phénomène est essentiellement dû aux reliefs nord et sud qui forment un couloir. Du nord-ouest souffle le cers. C’est un vent de terre, sec, violent et froid en hiver. De l'est souffle le marin. Il est chaud et humide et provient de la mer.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Domaine viticole au pied de la montagne Noire

Il est situé entre Narbonne et Carcassonne dans les départements de l'Aude et de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Sa limite Nord est constituée par la montagne Noire et sa limite sud se situe le long des rives de l'Aude.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'appellation d'origine contrôlée minervois est sise à cheval sur les départements de l'Aude et de l'Hérault.
Les communes de l'Aude sont : Aigues-Vives, Argeliers, Argens-Minervois, Azille, Badens, Bagnoles, Bize-Minervois, Blomac, Bouilhonnac, Cabrespine, Castelnau-d'Aude, Caunes-Minervois, Ginestas, Homps, Laure-Minervois, Limousis, Mailhac, Malves-en-Minervois, Marseillette, Mirepeisset, Paraza, Pépieux, Peyriac-Minervois, Pouzols-Minervois, Puichéric, Redorte (la), Rieux-Minervois, Roquecourbe-Minervois, Roubia, Rustiques, Saint-Couat-d'Aude, Saint-Frichoux, Saint-Nazaire-d'Aude, Sainte-Valière, Sallèles-Cabardès, Salsigne, Tourouzelle, Trassanel, Trausse, Trèbes, Ventenac-en-Minervois, Villalier, Villarzel-Cabardès, Villegly et Villeneuve-Minervois.
Les communes de l'Hérault sont : Agel, Aigne, Aigues-Vives, Azillanet, Beaufort, Cassagnoles, Caunette (la), Cesseras, Félines-Minervois, Livinière (la), Minerve, Montouliers, Olonzac, Oupia, Saint-Jean-de-Minervois et Siran.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Pour le vin rouge, le décret d'application de l'INAO indique que seuls peuvent entrer dans l'appellation les carignan N, grenache N, syrah, mourvèdre, lladonner pelut N, cinsault N, picpoul N, terret N et aspiran N. Le carignan doit être inférieur à 40 %, les grenache N, syrah, mourvèdre supérieurs à 60 % avec le groupe syrah/mourvèdre dépassant les 20 %[15].

Pour le vin rosé, les cépages admis sont les mêmes que pour le rouge. Par tradition, il est admis qu'entre dans leur vinification un maximum de 10 % de cépages blancs[15].

Pour le vin blanc, les cépages principaux de l'AOC sont grenache B, bourboulenc, maccabeu, marsanne, roussanne et vermentino. Sont admis en tant que cépages secondaires picpoul B, clairette B, terret B, muscat B à petits grains[15].

Méthodes culturales et réglementaires[modifier | modifier le code]

Par leur cahier des charges, les vignerons s'obligent à planter leurs vignes avec une densité de 3 000 pieds/ ha. Actuellement la tendance se dirige vers 4 000 pieds/ ha. Afin d'obtenir un rendement de 50 hl/ha, la taille doit être courte (maximum de 6 coursons de un à deux yeux). La taille longue, dite encore taille guyot, ne se pratique que pour la syrah, la marsanne et la roussanne[15].

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Pour les vins rouges, peut être utilisée soit une vinification par macération carbonique, qui est surtout pratiquée pour les vins primeurs ou à boire jeunes, soit une vinification classique avec ou sans éraflage de la vendange[15].

Structures des exploitations[modifier | modifier le code]

Domaine viticole à Rieux-Minervois
Le Pas du Templier AOC Minervois

Sa surface est de 4 400 hectares environ et comporte plus de 170 caves particulières et 35 caves coopératives.

Terroirs et types de vin[modifier | modifier le code]

Vignoble Minervois-la-livinière
Vignoble sur coteaux à Minerve

Avec ses 5 000 hectares, ce vignoble est l'un des plus grands du Languedoc. Le vignoble est planté dans un vaste amphithéâtre orienté plein sud, situé près de la montagne Noire. Passant d'une altitude de 50 mètres près des rives de la Méditerranée jusqu'à 500 mètres sur le piémont les conditions climatiques varient énormément tant au niveau des écarts de température (3 à 4 degrés) que de la pluviométrie (500 à 800 mm/an). À cela s'ajoutent des sols d'origine géologiques diverses, ce qui permet d'obtenir des vins différents dans leur uniformité[16].

Parmi les terroirs se distinguent ceux dits du Canal du midi[17], des Causses[18], des Mourels[19], des coteaux et contrefort[20], des Trois vallées[21] et des Terrasses[22]. Les sols peuvent être calcaires[23], de grès[24], de galets roulés[25], de schistes[26] et marbre incarnat[27].

Si les vins blancs et rosés, d'excellente qualité, restent confidentiels, la palette des vins rouges est vaste. Elle va des vins friands, fruités, gouleyants, à consommer dans l'année, à des cuvées exceptionnelles de vins de garde qui expriment leur potentiel après deux à trois années de vieillissement[16].

Vin et gastronomie[modifier | modifier le code]

Domaine Montaude
Minervois et truffes
La confrérie de l'académie universelle du cassoulet

Le Minervois AOC, en fonction de son temps de vinification, parvient à pleine maturité après deux ans de vieillissement. Il peut se consommer jusqu'à 8/10 ans pour de grandes cuvées millésimées[28].

Le rouge dégage des notes de fruits noir (pruneaux cuits), de violette et quelques fois de cannelle. Ce vin s'accorde traditionnellement avec un poulet aux olives, du jambon de Bayonne, des terrines, des pâtés, un navarin d'agneau, un risotto, le confit de canard, le cassoulet, des viandes rouges, des canards, des abats ainsi que des fromages moyennement affinés[28].

Lors de la première fête de la gastronomie qui s'est déroulée dans toute la France le vendredi 23 septembre 2011, l'Académie universelle du Cassoulet de Carcassonne organisa à la Tour Eiffel un banquet où furent conviés 140 gastronomes parisiens. Les vins du Minervois accompagnèrent le cassoulet servi[29].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Les chiffres donnés par le syndicat viticole de l’appellation Minervois font état d'une baisse des volumes de l’ordre de 20 % au cours de la campagne 2009. En contrepartie, les producteurs vendent la moitié de leur volume à l'export, tandis que la vente en bouteille est en augmentation et frise les 50 % sur une production annuelle de 120 000 hectolitres[30].

Toujours en 2009, les ventes annuelles en grandes et moyennes surfaces (GMS) de l’AOC Minervois ont été en baisse de - 12 % en volume. Cette tendance a été générale sur l'ensemble des AOC du Languedoc-Roussillon à l'exception du languedoc (AOC) et des côtes-du-roussillon villages[31].

Les ventes en GMS des AOC Minervois, Corbières et Languedoc en 2009
Total GMS Vente en volume (Million de litres) Vente en valeur (Million d'€)
AOC Minervois 3,8 (-12 %) 10,5 (-9 %)
AOC Corbières 15,4 (-6 %) 38 (-2,5 %)
AOC Languedoc 2,8 (+15 %) 14,8 (+13 %)

Liste de producteurs[modifier | modifier le code]

Château Artix, millésime 2011
Caves coopératives[32]
  • Le Cellier de Mérinville, Rieux-Minervois
  • Cave Caunes-Trause, Caunes-Trausse
  • Caveau du Silène, Azille
  • Les Coteaux du Minervois, Pépieux
Châteaux et domaines[33].
  • Château Artix, Beaufort
  • Borie de Maurel, Félines-Minervois
  • Château Millegrand, Capestang
  • Domaine de Cibadiès, Capestang
  • Château d'Agel, Agel
  • Domaines des Homs, Rieux-Minervois
  • Jean-Baptiste Sénat, Trausse-Minervois
  • Château La Grave, Badens
  • Château Villerambert-Julien, Caunes-Minervois
  • Domaine de Gourgazaud, La Livinière
  • Domaine La Prade-Mari, Aigne
  • Château l'Hospitalet, Narbonne
  • Domaine de Barroubio, Saint-Jean-de-Minervois
  • Massamier La Migniarde, Pépieux
  • Vignoble du Loup Blanc, Bize-Minervois
  • Château de Pennautier, Pennautier
  • Château Coupe Roses, La Caunette
  • Vignobles Jeanjean, Saint-Félix-de-Lodez
  • Domaine La Tour Boisée, Laure-Minervois
  • Vignobles Lorgeril, Pennautier
  • Château Sainte-Eulalie, La Livinière
  • Vignobles Foncalieu
  • Domaine De Corneille
  • Domaine Parazols-Bertrou, Béatrice et Jean-Marie Bertrou.
  • Clos Centeilles, Patricia Boyer-Domergueis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Collectif, Le guide Hachette des vins 2010 (ISBN 978-2-01-237514-7), page 738
  3. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  4. « AOC minervois », Les AOC du Languedoc (consulté le 20 août 2010)
  5. Décret du 29 octobre 2009.
  6. « Languedoc, histoire et occitanie », Les AOC du Languedoc (consulté le 20 août 2010)
  7. a, b et c Le Minervois historique et ses limites géographiques
  8. Jeûnes et restrictions alimentaires chez les Cathares
  9. J. J. Barrau, Histoire des croisades contre les Albigeois, 1847
  10. Histoire du vignoble du Langudoc-Roussillon
  11. a, b et c Corbières, Minervois, terres de liens
  12. Philippe Assié, Minerve, Cité Cathare, Loubatières,‎ 1991, 30 p. (ISBN 2862661538, lire en ligne)
  13. AOC Minervois sur le site languedoc-wines.com
  14. Les Couleurs de l’Aude de André Authier et Jean-Philippe Vidal, édition les créations du Pélican, page 4 (ISBN 978-2-7191-0630-3)
  15. a, b, c, d et e Fiche INAO Minervois
  16. a et b Terroirs et vins sur le site officiel de l'AOC Minervois
  17. Terroir du canal du midi
  18. Terroir des Causses
  19. Terroir des Mourels
  20. Terroir des coteaux et contrefort
  21. Terroir des Trois vallées
  22. Terroir des Terrasses
  23. Sols des plateaux du Minervois
  24. Sols du piémont des Causses du Minervois
  25. Sols des terrasses caillouteuses du Minervois
  26. Sols de la lisières nord du Minervois
  27. Sols de Caunes-Minervois
  28. a et b Minervois accord mets/vin sur le site oenologie.cuisine-et-mets.com
  29. Cassoulet languedocien et vins du Minervois
  30. Commercialisation de l'AOC Minervois sur le site lejournalduvin.com
  31. Ventes annuelles des vins du Languedoc-Roussillon en GMS
  32. Tourisme en Minervois
  33. Châteaux et domaines en Minervois

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]