Mons (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mons (homonymie).
Mons
Les vallées du Jaur et de l'Orb
Les vallées du Jaur et de l'Orb
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Olargues
Intercommunalité Communauté de communes Orb et Jaur
Maire
Mandat
Arielle Escuret
2014-2020
Code postal 34390
Code commune 34160
Démographie
Gentilé Trivallois
Population
municipale
579 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 20″ N 2° 57′ 22″ E / 43.5722, 2.9561 ()43° 34′ 20″ Nord 2° 57′ 22″ Est / 43.5722, 2.9561 ()  
Altitude Min. 117 m – Max. 1 054 m
Superficie 22,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Mons

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mons

Mons ou Mons-la-Trivalle est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. La commune se situe dans le canton d'Olargues.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Mons se situe dans la vallée de l'Orb, au sud du massif de l'Espinouse.

Mons est une commune française comptant 567 habitants. Possédant un patrimoine riche en faune et en flore, il se situe au cœur du parc naturel régional du Haut-Languedoc, au pied des gorges d'Héric, à quelques kilomètres de la petite ville d'Olargues. Ses tuiles qui indiquent le midi Languedocien et ses maisons du sud offrent au soleil d'un jaune canari leur rare beauté.

Sous-bois sur le massif du Caroux, commune de Mons.
Fagus sylvatica sur le massif du Caroux, commune de Mons.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

NO
Cambon-et-Salvergues
Nord
Rosis
NE
Saint-Martin-de-l'Arçon
Ouest
Saint-Julien

Mons
 
Est
Colombières-sur-Orb
Olargues
SO
Vieussan
Sud
Les Aires
SE

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mons

Les armes de Mons-la-Trivalle se blasonnent ainsi : d'azur, à une tour posée sur un mont entre deux montagnes et surmontée d'un croissant, le tout d'argent.[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mons s'écrit en occitan Mònts

Ses habitants sont appelés les Trivallois.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1869, la commune, ainsi que celle de Saint-julien, cède une partie de son territoire communal pour la création de la commune de Cambon-et-Salvergues.

Le hameau Bardou au nord du village, prèsque abandonné et partiellement en ruines dans les années 60, a été reconstruit depuis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1794 Augustin Hortala    
1794 1799 Pierre Vidal    
1799 1800 François Jamme    
1800 1809 Pierre-Jean Massot    
1809 1815 Jacques Roger    
1815 1817 Pierre-Léon Massot    
1817 1841 Jean-Barthélémy Hortala    
1841 1848 François Jamme    
1848 1870 Pierre-Jean Massot    
1870 1871 Joseph-Auguste Hortala    
1871 1878 Fortuné Roger    
1878 1888 Joseph-Auguste Hortala    
1888 1900 Sylvain Lauze    
1900 1912 Jules Bouttes    
1912 1918 Henri Taurines    
1918 1944 Alphonse Lauze    
1944 1973 Marcel Roger    
1973 1983 Pierre Granier    
1983 2001 Pierre Azéma    
2001 2005 Richard Hugoy    
2005 2014 Alain Ringal    
2014   Arielle Escuret    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 579 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 164 1 124 1 222 1 350 1 466 1 477 1 458 1 481 1 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 344 1 266 1 230 967 933 889 904 830 790
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
713 711 703 627 626 643 612 558 495
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
629 440 455 514 519 507 538 547 581
2011 - - - - - - - -
579 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

La baisse importante de population entre le recensement de 1866 et celui de 1872 est due à la cession, en 1869, d'une partie du territoire communal pour la création de la commune de Cambon-et-Salvergues.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle castrale Saint-Roch de la Voulte

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p 30.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :