Saint-Étienne-Estréchoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-Estréchoux
Image illustrative de l'article Saint-Étienne-Estréchoux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Bédarieux
Intercommunalité Communauté de communes des Monts d'Orb
Maire
Mandat
Henri Mathieu
2014-2020
Code postal 34260
Code commune 34252
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2011)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 07″ N 3° 06′ 16″ E / 43.6686111111, 3.1044444444443° 40′ 07″ Nord 3° 06′ 16″ Est / 43.6686111111, 3.10444444444  
Altitude 280 m (min. : 255 m) (max. : 594 m)
Superficie 3,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Estréchoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Estréchoux

Saint-Étienne-Estréchoux est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Hameaux et Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Estréchoux (commune de Graissessac) Origine "Estrechura":passage étroit,défilé
  • Saint-Étienne de Mursan
  • Vérénoux

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1323 Rector de Mursano
  • Église Saint Étienne de Mursan citée dès 1341
  • Sous l'Ancien Régime, Saint-Étienne de Mursan et Saint-Étienne-Estréchoux faisaient partie de la Communauté de Boussagues (La Tour-sur-Orb).
  • En l'an II, elles sont rattachées à Camplong, commune nouvellement créée.
  • En 1900, la commune de Saint-Étienne-Estréchoux est créée par distraction de celle de Camplong (B.L., 1900, LXI-767)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Étienne-Estréchoux

Les armes de Saint-Étienne-Estréchoux se blasonnent ainsi :

d'or au pal de sinople chargé d'une lampe de mineur de sable, adextré d'une grappe de raisin au naturel et sénestré d'une branche de châtaignier aussi au naturel[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 en cours Guy Bono   ...
1983 2004 Pierre Cuq   décédé durant son 4e mandat
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1901. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
774 808 952 847 930 720 684 686 685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
595 502 405 354 291 262 248 244 253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vue générale.

L'économie ancienne de Saint-Étienne-Estréchoux était celle d'une agriculture de montagne, dans laquelle l'exploitation du châtaigner tenait une place de premier ordre. Au XIXe et XXe siècles, la principale source d'emploi reposait sur les mines de charbon de Graissessac. Avec la fermeture de ces mines, la vallée a aujourd'hui une activité réduite.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Étienne de Mursan
  • vieille Croix extérieure à l'église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial des communes de l'Hérault, Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 58.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :