Les Aires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Aires
L'église
L'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Gervais-sur-Mare
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Lamalou-les-Bains
Maire
Mandat
Michel Granier
2014-2020
Code postal 34600
Code commune 34008
Démographie
Gentilé Airois
Population
municipale
580 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 57″ N 3° 06′ 16″ E / 43.5825, 3.1044444444443° 34′ 57″ Nord 3° 06′ 16″ Est / 43.5825, 3.10444444444  
Altitude 198 m (min. : 149 m) (max. : 640 m)
Superficie 20,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Les Aires

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Les Aires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Aires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Aires

Les Aires est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. La commune englobe les lieux-dits de Margal, Cantemerles, Violès, les Abbes et le Moulinas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Les Aires se trouve sur la rive gauche de l'Orb, au pied du château de Mourcairol.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune de Les Aires abrite la source exploitée par Vernière[1] et source St Michel de Mourcairol[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries de la commune

Autrefois, l'église paroissiale commune aux villages actuels d'Hérépian, Lamalou-les-Bains, les Aires et le Poujol-sur-Orb était Saint-Pierre-de-Rhèdes.

En 1845, la commune de Mourcairol disparaît, remplacée par celle des Aires. Le hameau de Villecelle, détaché du territoire des Aires, devient commune et prend le nom de Lamalou-les-Bains en 1879.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des représentants successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 Barthélémy Vernet   Consul-maire
1792 1793 Étienne Trebosc   Consul-maire
1793 1795 Louis Barthelemy   Procureur et agent national
1795 1797 Marc Ferret   Procureur et agent national
1797 1799 Barthélémy Vernet   Agent national
1799 1830 Jacques Calvet   Maire
1830 1838 Henri Ducros   Maire
1838 1840 Jean Prosper Ferret   Maire
1840 1846 Marc Joseph Ferret   Maire
1846 1847 Eusèbe Jean Ferret   Maire
1847 1871 Bruno Negre   Maire
1871 1881 Marc Ferret   Maire
1881 1884 Joseph Calas   Maire
1884 1885 Denis Lau   Maire
1885 1888 Abel Calas   Maire
1888 1904 Joseph Maroy   Maire
1904 1920 André Bouzac   Maire
1920 1935 Paul Lau   Maire
1935 1945 Gaston Calas   Maire
1945 1971 Raymond Cros   Maire
1971 1977 Pierre Gombert   Maire
1977 1983 Marc Ferret   Maire
1983 1989 Pierre Gombert   Maire
mars 1989 2001 Marcel Obiols   Maire
mars 2001 2008 Paule Hureaux   Maire
mars 2008 2014 Jean-Marie Puechberty   Maire
mars 2014       Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune au vu du nombre d'habitants est assez riche. Nous pouvons y trouver l'usine d'embouteillage et de forage de la Vernière, de la source St Michel de Mourcairol et de la Cairolle.

On peut aussi découvrir la grande carrière active de l'entreprise sablière gravière appartenant à Servant, fournissant du sable et du béton.

Le laboratoire L.C.H Chimie prépare des produits d'entretien, spécialisés pour les piscines.

En entreprise influente, Travesset est également notable. Elle se charge de la préparation et de la maintenant des réseaux électrique et de l'éclairage public[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants des Aires sont appelés les Airois et les Airoises[5].


En 2011, la commune comptait 580 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
771 718 801 807 855 894 898 557 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581 561 561 532 524 521 542 478 471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445 467 450 420 403 418 360 330 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
324 364 361 467 537 544 557 561 580
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue générale depuis Capimont sur le village, la vallée de l'Orb et le château du Mourcairol.
  • Ruines du château du Mourcairol.
  • Chapelle castrale de Saint-Michel.
  • Tronçon de la voie antique Béziers-Cahors.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le village des Aires possède un stade de football dans lequel évolue le club sportif intitulé Espoir club airois[8]. Le club fait évoluer plusieurs équipes telles que les juniors mixtes, les séniors féminins et masculins[9],[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Michel.

Liens externes[modifier | modifier le code]