Cabrerolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cabrerolles
Blason de Cabrerolles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Murviel-lès-Béziers
Intercommunalité Communauté de communes des Avant-Monts du Centre Hérault
Maire
Mandat
Emmanuel Villaneuva
2014-2020
Code postal 34480
Code commune 34044
Démographie
Gentilé Cabrerollais
Population
municipale
358 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 45″ N 3° 07′ 34″ E / 43.5458333333, 3.1261111111143° 32′ 45″ Nord 3° 07′ 34″ Est / 43.5458333333, 3.12611111111  
Altitude 310 m (min. : 134 m) (max. : 705 m)
Superficie 28,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Cabrerolles

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Cabrerolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cabrerolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cabrerolles

Cabrerolles (en occitan Cabrairòlas) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le texte qui suit est inspiré de la page « histoire de la commune » publiée sur le site d ela mairie.

Comme l’attestent les vestiges trouvés au lieu-dit "le Balaruc" à environ 500 m au nord-est de l’église du village de Cabrerolles, l’implantation humaine sur le territoire communal est très ancienne.
Le site du Balaruc fait partie des habitats ceinturés. Sa position offrait les particularités permettant de construire une enceinte rationnelle et efficace ; le matériau pour l’édification des murs est abondant et offre des volumes facilitant l’élévation de murailles. Au point culminant (480 m), une petite construction oviforme, dont les blocs de pierre ne sont plus en place, devait correspondre à une tour de guet permettant d’exercer une surveillance de la zone sud sur plus de 100 °.
À partir du poste de guet, l’habitat a été implanté à l’est, à l’ouest et au nord, dans la partie la moins accidentée et la moins pentue, s’étendant sur 1 000 m2 environ.
Accessible par deux voies, en l’occurrence deux sentiers pierreux de même type et de même aspect, parfois consolidés par des murs de soutènement, l’habitat de Balaruc abritait huit cabanes, presque toutes édifiées en bordure du mur de ceinture auquel elles sont parfois adossées.

Une histoire riche et tourmentée[modifier | modifier le code]

L’achèvement du donjon de Cabrerolles, en 980, est le prélude à l’ensemble féodal fortifié du XIe siècle, constitué du château et de la chapelle dédiée à Notre-Dame-de-la-Roque.
Atracérius, vassal du vicomte de Narbonne, est le premier seigneur à y avoir résidé. Jusqu’en 1630, les seigneurs y jouaient le rôle de protecteur du Languedoc et bénéficiaient des impôts payés par les marchands traversant leur territoire.
Lieu de passage des pèlerins, à l’époque des croisades et malheureusement victime des guerres de religion, sa chapelle sera partiellement détruite par les troupes protestantes du seigneur Claude de Narbonne. Ses remparts ne résisteront pas aux hordes destructrices du [Qui ?]Duc de Montmorency.
Cette place fortifiée, qui fut le théâtre des fureurs des guerres de religion, sera condamnée en 1630 lors de l’extermination des féodaux et sera reconnue comme bien public lors de la Révolution française de 1789.
Le démantèlement de ses fortifications la laissa en proie aux pilleurs. L’intérêt qu’y portaient beaucoup de personnes et les habitants de la commune depuis fort longtemps, put enfin se concrétiser en 1990 par les efforts conjugués de la municipalité de Cabrerolles et de l’Association de Sauvegarde du Patrimoine de la Commune de Cabrerolles.

Un vocation viticole ancienne dynamisée par l'A.O.C. Faugères[modifier | modifier le code]

Bien qu’implantée plus tardivement que sur la côte, où les Phocéens avaient introduits les premiers plants au VIe av. J.-C., des noms de lieux-dits évoquent encore le souvenir d’anciennes propriétés romaines.
Ruinée par les troubles qui accompagnèrent le déclin de l’Empire romain et qui se poursuivirent durant le haut Moyen Âge jusqu’au VIIe siècle, et fortement touchée par les invasions barbares en 405, il semble que la viticulture ne se soit pas relevée avant les années 1200 qui coïncidèrent avec une période d’essor économique et démographique dans la majeure partie de l’Europe.
Ce n’est que vers le XIIe siècle, avec l’accroissement de la population, que les défrichements se multiplièrent jusqu’au sommet des monts et que l’on édifia d’innombrables murs de pierres sèches soutenant les terrasses.
Jusqu’au XIXe siècle, la région produisait des vins rouges connus pour leur qualités, ainsi qu’une eau-de-vie réputée : la fine de Faugères.
L’avènement du vignoble de masse, puis la Seconde Guerre mondiale, entraînèrent le déclin du vignoble. Sous l’impulsion de Jean Vidal, maire de Cabrerolles, quelques vignerons décidèrent de résister à l’attrait facile de la plaine bitteroise et de s’engager vers une politique de qualité. Grâce à eux, le terroir viticole de Faugères obtint le statut de V.D.Q.S. le 18 mai 1955 et l’appellation A.O.C. le 5 mai 1982.

Des paysages d'exception valorisés par la création du parc Naturel Régional du Haut-Languedoc[modifier | modifier le code]

Dès la préfiguration de sa constitution, la commune de Cabrerolles et les 6 autres communes de l’Appellation Faugères ont choisi de faire partie du Parc Naturel du Haut Languedoc.
Installé sur les derniers contreforts du Massif Central et plus précisément ses avant-monts, le Haut Languedoc affiche son identité montagnarde en dominant les plaines viticoles languedociennes et céréalières du Lauragais, à deux pas de grands centres urbains de Montpellier et Toulouse.
Assis sur la ligne de partage de eaux mariant les climats atlantique et méditerranéen, le Parc bénéficie d’une situation géographique privilégiée qu’exprime une grande diversité naturelle et paysagère.
Territoire de convergences, le Parc s’engage, en appliquant sa Charte dans un objectif de développement durable, à valoriser les ressources patrimoniales, économiques et humaines de cette authentique terre de rencontres des Midis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1794 Pierre Gept    
1794 1796 François Lagarde    
1796 1797 Charles Carratié    
1797 1799 Pierre Jean Piques    
1799 1800 Jean François Galzy    
1800 1801 François Lagarde    
1801 1801 Étienne Duran    
1801 1806 François Lagarde    
1806 1819 Jean François Galzy    
1819 1823 Jean Pierre Adrien Gept    
1823 1832 Jean-Pierre Vidal    
1832 1837 Augustin Maury    
1837 1840 Jean-Pierre Tronq    
1840 1843 Jean-Pierre Vidal    
1843 1847 Auguste Carratié    
1847 1848 Adrien Henri Gept    
         
  1989 Jean Vidal   plus longs mandats de la commune
mars 1989 1995 Serge Guittard    
mars 1995 2008 Emmanuel Villaneuva UMP Réélu mars 2001
mars 2008 2014 Emmanuel Villaneuva UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Source Mairie de Cabrerolles

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 358 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
427 463 533 603 622 696 694 730 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
708 736 750 701 687 608 551 529 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518 479 451 496 458 462 403 416 388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
293 284 256 255 293 270 297 324 355
2011 - - - - - - - -
358 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Fite, international de rugby à XV, est né le 13 octobre 1938 à Cabrerolles.
  • Vincent Sauvage (batteur du groupe Zebda), membre honoraire de la confrérie du vin de Faugères, fils, petit-fils et descendant de Cabrerollais.
  • Michel Polac (1930-2012), journaliste, écrivain, critique et producteur de radio-télévision repose au cimetière de Cabrerolles.
  • Damien Blanquefort, vice-champion de France 2010 de sport électronique sur le jeu vidéo Team Fortress 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :