Hérépian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hérépian
Image illustrative de l'article Hérépian
Blason de Hérépian
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Gervais-sur-Mare
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Lamalou-les-Bains
Maire
Mandat
Jean-Louis Lafaurie
2014-2020
Code postal 34600
Code commune 34119
Démographie
Gentilé Hérépiannais
Population
municipale
1 483 hab. (2011)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 39″ N 3° 06′ 58″ E / 43.5941666667, 3.1161111111143° 35′ 39″ Nord 3° 06′ 58″ Est / 43.5941666667, 3.11611111111  
Altitude 191 m (min. : 178 m) (max. : 520 m)
Superficie 8,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Hérépian

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Hérépian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hérépian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hérépian

Hérépian (en occitan Erépio) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Hérépian est une commune située à un carrefour entre Saint-Pons-de-Thomières, Bédarieux et Béziers. Il est bordé par le fleuve Orb et la rivière Mare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hérépian dépendait du diocèse de Béziers et de l'ancienne paroisse de Saint-Pierre de Rhèdes, avant la création de la paroisse de Saint-Martial.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Hérépian
Période Identité Étiquette Qualité
février 1980 septembre 2003 Jean-Marie Oustry DVD Conseiller général (1993-2004)
septembre 2003 mars 2014 Pierre Bernard DVD  
mars 2014 en cours Jean-Louis Lafaurie DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 483 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 690 738 788 991 1 072 1 083 1 115 1 185
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 143 1 149 1 261 1 206 1 278 1 580 1 238 1 132 1 188
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 252 1 278 1 289 1 143 1 154 1 193 1 171 1 067 1 112
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 122 1 135 1 126 1 157 1 241 1 368 1 446 1 469 1 483
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martial du XVe siècle, située en plein cœur du village.

La fonderie de cloches Granier[modifier | modifier le code]

Son origine remonte au XVIe siècle, vers 1580, lorsque Guillaume Granier fabriquait des sonnailles dont les bergers équipaient leurs troupeaux de moutons. Granier exerçait dans le petit village « Des Nières » (hameau de la commune de Saint-Gervais-sur-Mare) où se trouvaient les principaux matériaux nécessaires à la fabrication : charbon, argile, etc. Dans les années 1920, la fonderie s'installe à Castanet-le-Bas (commune de Saint-Gervais-sur-Mare). La famille Granier a toujours exercé dans ce petit village jusque dans les années soixante-dix lorsque les difficultés de transport, la fermeture des mines, l’ont conduit à s’installer plus bas dans la vallée à Hérépian. La fonderie fabrique encore aujourd’hui des cloches pour particuliers (propriétés et châteaux), églises, sonnailles (clochettes, grelots) pour animaux, troupeaux.

Cette fonderie a fait l'objet d'une étude ethnographique et technique qui a abouti à la création d'un musée : le musée des cloches et de la sonnaille. La fonderie ainsi que le musée sont situés à l'emplacement de l'ancienne gare d'Hérépian. Après une fermeture temporaire, le musée des cloches et de la sonnaille est à nouveau ouvert depuis le 16 juin 2014.

La fonderie et le musée (sur le site de l'ancienne gare d'Hérépian).
L'ancienne fonderie de Castanet-le-Bas (commune de Saint-Gervais-sur-Mare).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne Giral (1689-1763), propriétaire de la verrerie royale d'Hérépian; il possède en outre la concession des mines de charbon de la baronnie de Boussagues, près de La Tour-sur-Orb.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Hérépian est jumelée avec

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011