La Livinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Livinière
Vue générale de La Livinière
Vue générale de La Livinière
Blason de La Livinière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Olonzac
Intercommunalité Communauté de communes le Minervois
Maire
Mandat
Pierre-André Pedesseau
2008-2014
Code postal 34210
Code commune 34141
Démographie
Gentilé Liviniérois
Population
municipale
548 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 00″ N 2° 38′ 14″ E / 43.3166666667, 2.63722222222 ()43° 19′ 00″ Nord 2° 38′ 14″ Est / 43.3166666667, 2.63722222222 ()  
Altitude 153 m (min. : 90 m) (max. : 598 m)
Superficie 31,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Livinière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Livinière

La Livinière est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

La Livinière de l'occitan "vinièra" (vigne) s'appelait Livineira en 1069 et prit son nom actuel en 1688[1].

Il y a 2 000 ans, les romains plantèrent les premières vignes dans la future région du Minerve.

Depuis 1999, l'appellation Minervois-La Livinière, produisant des vins rouges de qualité, a été accordée à cinq communes des contreforts de la Montagne Noire[2].

Au Moyen Âge, Bernard-Aton, obtient allégeance de La Livinière, contribuant à augmenter la puissance de la famille des Trencavel, alors parmi les seigneurs méridionaux les plus puissants après le Comte de Toulouse[3].

À partir de 1318 La Livinière fait partie du diocèse de Saint-Pons. Elle est alors inféodée à la baronnie de Rieux[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Le Camus - -
mars 2008 en cours Pierre-André Pedesseau S.E -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 548 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
842 993 1 030 1 139 1 253 1 171 1 163 1 116 1 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 131 1 034 1 026 960 1 073 1 206 1 161 1 028 1 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 061 1 068 1 026 1 036 1 008 962 886 731 670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
709 682 567 512 506 588 558 549 548
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au milieu des terres viticoles, datant au moins du Moyen Âge, existe une très vieille carrière, témoin de l'activité passée de La Livinière. D'anciennes meules inachevées, destinées aux moulins de la région, sont encore présentes.

Des dizaines d’édifices du nom de « capitelles », encore visibles, elles-aussi, ont été édifiées pour mettre les bergers à l’abri des intempéries et protéger leurs biens. Ce sont des cabanes en pierre sèche que les bergers de la région ont baties en charriant des tonnes de pierres pour créer des salles de repos.

La Livinière est aussi connue pour ses fours à chaux, visibles au bord des sentiers et construits à la même époque et sur le même principe que les capitelles.

  • Sanctuaire Notre-Dame du Spasme, inscrit aux MH en 2006.
  • Église paroissiale Saint-Étienne, inscrite aux MH en 2006.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Villages de France
  2. Guide des vins Hachette
  3. La féodalité languedocienne
  4. Et quoique led. Nicolas [de La Jugie] eust cette belle terre de Rieux et beaucoup d'autres, il avait en particulière affection La Livinière. Il y séjournait le plus, y ayant un fort et gros chasteau et dedans une belle et riche chapelle ... Nostre Nicolas portait ordinairement le titre de seigneur de La Livinière seul ... Histoire de St-Pons
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :