Taussac-la-Billière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taussac-la-Billière
Église paroissiale N.-D.-de-Pitié de Taussac
Église paroissiale N.-D.-de-Pitié de Taussac
Blason de Taussac-la-Billière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Gervais-sur-Mare
Intercommunalité Communauté de communes Combes et Taussac
Maire
Mandat
Yves Poujol
2014-2020
Code postal 34600
Code commune 34308
Démographie
Gentilé Taussacois
Population
municipale
485 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 04′ 19″ E / 43.6222222222, 3.07194444444 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 04′ 19″ Est / 43.6222222222, 3.07194444444 ()  
Altitude 230 m (min. : 199 m) (max. : 700 m)
Superficie 14,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taussac-la-Billière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taussac-la-Billière

Taussac-la-Billière (en occitan : Tauçac) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Carte


Géographie[modifier | modifier le code]

10 hameaux ou lieux-dits :

  • Les Cambous
  • La Billière
  • La Sesquière
  • Le Cros
  • Taussac
  • Les Quintes
  • Le Mas de Soulié
  • Maurian
  • La Bourbouille
  • L'Horte.

Superficie : 1 462 ha dont 908 de bois

Altitude : 199 à 700 m NGF. (source : IGN)

Cours d'eau qui traversent la commune : la Mare (rivière) ; le Bitoulet.

Commune appartenant au Parc naturel régional du Haut-Languedoc

Géologie[modifier | modifier le code]

(source : schéma des carrières du département de l'Hérault - arrêté préfectoral du 22 mai 2000)

  • Des gisements de barytine sont connus dans les assises carbonatées du Cambrien.
  • De nombreux indices de gypse existent dans les formations triasiques (Keuper) et ont localement fait l’objet d’exploitations (Hérépian, Taussac la Billière, Joncels et Creissan).

Ancienne mine de cuivre à l'Horte.

Terroir[modifier | modifier le code]

Les vins issus de vendanges récoltées sur le territoire de la commune de Taussac-la-Billière peuvent être vendus sous la dénomination “ Vin de pays de la haute vallée de l’Orb ” (source : décret modificatif du 14 décembre 2005).

La commune appartient aux aires géographiques pour les AOC :

  • « Roquefort » (source : décret du 17 mai 2005 modificatif relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Roquefort ») ;
  • « Pélardon » (source : décret du 30 mars 2007 modificatif relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Pélardon »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Villa Taussina citée en 936.

Mines romaines à La Bourbouille.

Avant 1650, Taussac dépendait sur le plan religieux de Saint-Martin le Vieux, église aujourd'hui disparue, située sur le territoire de Villemagne-l'Argentière. Notre-Dame de Douch sur le territoire de la communauté de Taussac appartenait au diocèse de Béziers et servait de paroisse à une partie des habitants de Rosis (anciennement Saint-Gervais-Terre-Foraine). La communauté du Pradal dépendait de Taussac. L'église Notre-Dame de Maurian appartenait à l'abbaye de Villemagne et faisait partie du diocèse de Castres.

À la Révolution, a été créée la commune de Taussac-et-Douch.

En 1829, Douch et quelques hameaux comme Madale, Héric, etc ont été détachés de la commune de Taussac-la-Billière et rattachés à celle de Rosis. La commune s'est alors appelée: Taussac. Ce nom est devenu Taussac-la-Billière par décret du 23 juillet 1919.

Aujourd'hui sur le plan religieux, la commune fait partie du Diocèse de Montpellier et appartient à la Paroisse "Notre Dame des Lumières" (Bédarieux, Lamalou-les-Bains, Le Bousquet-d'Orb). Elle possède aussi depuis 1983 d'un oratoire œcuménique "Saint Jean de la Paix de Dieu" dédié à la paix dans le monde qui se situe au-dessus du village de l'Horte[1].[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 Aujourd'hui Yves Poujol SE  
mars 2008 2014 Yves Poujol SE  
mars 2001 2008 Yves Poujol SE  
1960 2001 Pierre Mas    
Les données manquantes sont à compléter.


Taussac-la-Billière appartient aux zones de revitalisation rurale (ZRR). À noter la réduction d'impôt au titre des investissements locatifs réalisés dans les résidences de tourisme classées situées dans ces ZRR (source : bulletin officiel des impôts du 15 février 2002).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 485 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 550 698 700 502 484 485 469 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410 398 419 402 376 377 363 334 354
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345 335 331 294 277 315 263 229 209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
207 219 213 259 330 352 390 407 453
2011 - - - - - - - -
485 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sources : Insee, Enquête annuelle de recensement 2004 RP99 - Exploitations principales

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Aven de la Bourbouille (mine romaine de plomb argentifère).
  • Retenue d'eau de la Biconque.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte Germaine dans le hameau de la Billière : Vierge en bois doré 17e, chasuble 17e, canopée 17e.
  • Église Notre-Dame-de-Pitié de Taussac (reconstruite en 1690) : calice de M. Salles, curé de Taussac 1750-1791. (source : ministère de la culture)
  • Chapelle Notre-Dame à Maurian (citée en 1164, ancienne église paroissiale appartenant au diocèse de Castres), difficile à dater ; chasuble 18e.
  • Chapelle ancienne de Notre-Dame-de-l'Horte, restaurée en 1880.
  • Chapelle œcuménique Saint Jean de la Paix de Dieu : construction août 1983. (source : ministère de la culture)

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque commémorant l'abbé Antoine Salles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. source : ministère de la culture
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :