Roqueredonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roqueredonde
la mairie de roqueredonde
la mairie de roqueredonde
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Lunas
Intercommunalité Communauté de communes Lodévois et Larzac
Maire
Mandat
Jean Reverbel
2014-2020
Code postal 34650
Code commune 34233
Démographie
Population
municipale
244 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 48′ 05″ N 3° 12′ 46″ E / 43.8014, 3.2128 ()43° 48′ 05″ Nord 3° 12′ 46″ Est / 43.8014, 3.2128 ()  
Altitude Min. 453 m – Max. 853 m
Superficie 22,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roqueredonde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roqueredonde

Roqueredonde (en occitan Tiudaç) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. C'est une petite commune rurale du nord de l'Hérault, situé sur le plateau de l'Escandorgue, en bordure du plateau du Larzac.

ret

Un important temple du Bouddhisme tibétain, le Lerab Ling, y est situé. Ses habitants sont appelés les Roqueredondais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Paysage depuis Nogaret

La commune de Roqueredonde se situe dans le nord du département de l'Hérault, à la limite de l'Aveyron, à 16 km au nord-ouest de Lodève et à 70 km au nord-ouest de Montpellier, chef-lieu du département.

Les communes limitrophes sont Romiguières au nord-est, Lauroux à l'est, Les Plans au sud-est, Joncels au sud, Ceilhes-et-Rocozels à l'ouest, Fondamente au nord-ouest et Le Clapier au nord (les deux dernières se trouvant dans l'Aveyron).

Le territoire communal, accidenté et boisé, est traversé par la haute vallée de l'Orb et ses affluents. Il est constitué en partie du plateau basaltique de l'Escandorgue, qui résulte d'épanchements volcaniques datés entre 2,5 et 1,5 million d'années[1].

L'habitat est réparti en plusieurs hameaux dispersés dans le territoire communal : Autignaguet, la Borie Noble, Nogaret, le Mas de Grèze, le Mas de Mourié, le Mas Neuf, et Roqueredonde situé au centre de la commune.

Hameau de Nogaret, Roqueredonde

Les communications sont assurées principalement par la route départementale D 902 (ex RN 602) qui relie Roqueredonde à Lodève.

Sur le plan ferroviaire, la ligne des Causses (Béziers - Neussargues-Moissac), ligne à voie unique électrifiée en 1 500 V continu, longe la limite communale ouest. La gare de Ceilhes - Roqueredonde, située à l'extrémité nord-ouest de la commune, est desservie par les services TER Languedoc-Roussillon[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Roqueredonde

Les armes de Roqueredonde se blasonnent ainsi :

de sinople, au pairle losangé d'or et de sable[3]

Ces armes ont été enregistrées à la fin du XVIIe siècle dans l'armorial général de France de Charles d'Hozier. Elles appartiennent à une série de blasons au pairle losangé, attribués alors aux paroisses du diocèse de Lodève, qui ne diffèrent entre elles que par la couleur du fond d'écu et des losanges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé du maire et de dix conseillers dont deux sont adjoints au maire, proportionnellement au nombre d'habitants.

Roqueredonde appartient au canton de Lunas. Le canton fait partie de la cinquième circonscription de l'Hérault, vaste circonscription qui va du centre de l'Hérault jusqu'aux limites de l'Aude et du Tarn, dont le député est, depuis juin 2002, Kléber Mesquida (PS), maire de Saint-Pons-de-Thomières.

La commune adhère à la Communauté de communes Lodévois et Larzac, qui regroupe vingt six communes majoritairement rurales autour de Lodève, pour une population totale de 13 000 habitants, dont 60 % pour la ville-centre, Lodève.

Roqueredonde fait partie de la juridiction d’instance de Lodève et de grande instance de Montpellier, ainsi que de commerce de Montpellier[4].

Les maires de Roqueredonde[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Reverbel DVD  
2008 2014 Jean Reverbel DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 244 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 288 367 335 375 353 339 380 349
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307 281 312 313 310 352 354 350 339
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311 290 286 224 238 250 179 164 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
136 202 206 196 169 138 161 163 245
2011 - - - - - - - -
244 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le temple Lerab Ling

Le temple du bouddhisme tibétain de Lerab Ling dont le responsable est Sogyal Rinpoché est situé à Roqueredonde. Il a été inauguré le 22 août 2008 en présence du Dalaï Lama, de Carla Bruni-Sarkozy, Line Renaud et bien d'autres personnalités[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :