Nages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nages (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Nage.
Nages
Château et église Saint-Victor
Château et église Saint-Victor
Blason de Nages
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn
Arrondissement Castres
Canton Murat-sur-Vèbre
Intercommunalité Communauté de communes des Monts de Lacaune
Maire
Mandat
Alain Cabrol
2014-2020
Code postal 81320
Code commune 81193
Démographie
Gentilé Nageols
Population
municipale
334 hab. (2011)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 37″ N 2° 46′ 49″ E / 43.6769444444, 2.7802777777843° 40′ 37″ Nord 2° 46′ 49″ Est / 43.6769444444, 2.78027777778  
Altitude Min. 700 m – Max. 1 181 m
Superficie 47,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Nages

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Nages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nages
Liens
Site web Mairie

Nages (en occitan Najas) est une commune française située dans le département du Tarn et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Nageols (en occitan, los Najòls)

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

La commune située dans le Massif central en montagne Noire sur le Viau. Le pic de Montgrand, plus haut sommet du Tarn, est situé sur son territoire.

Communes limitrophes[1][modifier | modifier le code]

Rose des vents Murat-sur-Vèbre Rose des vents
Lacaune N Murat-sur-Vèbre
O    Nages    E
S
la Salvetat-sur-Agout (Hérault) Fraisse-sur-Agout (Hérault)

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre de Cent Ans, la région a vu les chevauchées du Prince Noir.

Le château de Nages appartenait aux comtes de Thézan, qui y résidaient rarement.

En 1586, pendant les guerres de religion, le château a été investi par les troupes protestantes commandées par le duc de Montgomery. Après quelques coups de canon, la garnison se rendait et fut exécutée au lieu-dit Martinoles. L’église paroissiale Saint-Martin a été détruite lors de ces événements. Á la suite de quoi, l’église castrale Saint-Victor a été agrandie et a fait fonction d’église paroissiale. Une des tours du château a été transformée en clocher.

Pendant la Révolution, le comte de Thézan n’a pas émigré. Ses biens n’ont pas été saisis. Le château, les fermes de Roucan et Trédos sont devenus propriétés de sa fille, la princesse de Mérode. La fille de cette dernière, duchesse de Lévis Mirepoix, lui a succédé. Les Lévis Mirepoix ont vendu leurs propriétés de Nages après la Première Guerre mondiale.

Depuis quelques années, une restauration des vestiges du château est en cours, réalisée par des propriétaires privés et le Centre de recherche du patrimoine de Rieumontagné qui a acquis deux tours.

Paroisses de Nages :

  • Saint-Victor
  • Notre-Dame-de-Villelongue (paroisse créée en 1734)
  • Saint-Pierre-de-Tastavy (paroisse créée le 30/1/1839)
  • Notre-Dame-de-Condomines (paroisse créée le 20/2/1846)
L’église Saint-Victor.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Nages

Les armes de Nages se blasonnent ainsi : de sable à trois fusées d’argent, posées en fasce.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1955 1974 Gustave Theron    
1974 mars 1989 Joseph Pistre    
mars 1989 mars 2008 Robert Pistre DVD Conseiller général
mars 2008 mars 2014 François Joucla    
mars 2014 en cours Alain Cabrol    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 334 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 162 1 453 1 320 1 426 1 784 1 899 1 932 1 900 2 016
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 827 1 845 1 843 1 715 1 632 1 574 1 585 1 527 1 524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 343 1 224 1 185 1 014 903 859 784 678 558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
589 494 387 330 321 330 339 341 334
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Centre de loisir de Rieumontagné et le lac du Laouzas.
Croix de 1612
  • Château de Nages. On peut y voir des collections d'objets datant du Moyen Âge, et de la Renaissance.
  • Musée de la vie paysanne en Haut-Languedoc à Rieumontagné.
  • Maison de Payrac. La maison de Payrac, située au milieu des bois, possède une boutique d'objets traditionnels en bois, fabriqués à la main, une boutique de charcuterie, une salle de collections de tableaux, et de nombreuses animations pour les grands et les petits.
  • Musée du presbytère de Tastavy.
  • Le lac du Laouzas, un lac artificiel. On peut s’y baigner (l'été, les températures sont aux alentours de 22 °C - 26 °C).

Hameaux[modifier | modifier le code]

Hameaux dépendants de la paroisse de Saint-Victor de Nages :

  • Besset (le)
  • Bouissounet (le)
  • Barraquette (la)
  • Cabot
  • Canal (la)
  • Carlebou (moulin de)
  • Combe (la)
  • Fangouses (les)
  • Ferriere
  • Garrigue (la)
  • Griffoulou (le)
  • Mounarc
  • Nages
  • Peyroux
  • Pontis
  • Provincous
  • Rec des Rivals (le)
  • Roucan
  • Rieumontagné
  • Rouvières
  • Sagne du Besset (la)
  • Sagnes de Vergnes (les)
  • Saut des Cabanals
  • Serre del Bes (la)
  • Terral (moulin de)
  • Vergne (la)
  • Vieules (les)

Hameaux dépendants de la paroisse de ND de Villelongue :

  • Barraques (les)
  • Barthes de Naujac
  • Bonnabou
  • Borie-Neuve
  • Cabanelles (les)
  • Cabriol
  • Cambou
  • Capte (la)
  • Devèse (la)
  • Font Petière
  • Gabutal (le)
  • Gabutal Haut (le)
  • Goutimpère
  • Landes (les)
  • Mezerac
  • Moulin de Vèbre
  • Naujac
  • Pierre sur autre
  • Pradas (le)
  • Prade Haute (la)
  • Prat Tanquet
  • Ramières
  • Rec del Bosc
  • Rieu Martel
  • Rouyregros
  • Sagne Plane
  • Sauyères
  • Trabes
  • Tribi
  • Vaute (la)
  • Vergnes (les)
  • Villelongue

Hameaux dépendants de la paroisse de Notre-Dame de Condomines :

  • Bétirac
  • Capélanié (la)
  • Condomines
  • Coste (la)
  • Dreille (la)
  • Griffoulou (le)
  • Mas Pinenc
  • Mathe (le)
  • Mense
  • Costos (les)
  • Tredos
  • Vergnes (les)

Hameaux dépendants de la paroisse de Saint-Pierre de Tastavy :

  • Arrasses (les)
  • Blaquière (la)
  • Brugassou (le)
  • Cante Aussel
  • Clapus haut
  • Crozes (les)
  • Esclop de Montgrand (l')
  • Gourtufel le Bas
  • Gourtufel le Haut
  • Podes (les)
  • Rec de la Courbe (le)
  • Rec de Lauzier (le)
  • Robert
  • Sagne d'Antougnot (la)
  • Salamou
  • Salvaget
  • Tarigousto
  • Tastavy

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fêtes, traditions[modifier | modifier le code]

Repas des os.
  • En mars, avril, l'Association de Rieumontagné propose le traditionnel repas des os, qui reprend une ancienne recette des éleveurs de cochons : le repas des os consiste à faire bouillir les os du cochon après qu’on ait enlevé les morceaux de viande les plus nobles. C’est ainsi que se retrouvent dans votre assiette un tas d’os que vous devez manger avec les doigts à la recherche de goûteux restes de viandes accrochés aux os.
  • En été, les soirs et après-midis du dernier week-end de juillet (vendredi, samedi, dimanche), le village est animé par des orchestres de musette, des groupes de rock, de musique moderne ou des années 1980. Les forains y étendent quelques stands de snack, churros, boissons et même des jeux pour les plus jeunes (pêche aux canards, fléchettes, tirs à la carabine, etc.). Le village, calme et presque désert dans la journée, retrouve alors une ambiance de fête typique du Sud Ouest, avec des musiques entraînantes, et pour tous les goûts. Un grand marché de nuit est organisé, fin juillet, début août, on l'on peut écouter de la musique, acheter toutes sortes de produits de la région et du monde entier, et même manger sur place.
  • En automne, fin septembre, les villageois participent à la fête du Chou où l'on peut voir des danseurs, en costumes traditionnels du début du XXe siècle, tournoyer aux rythmes d'un ou deux accordéons. Des bals sont organisés pour honorer « les choux ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, Géoportail, consultation à l’échelle Ville + 1/4, le 12 décembre 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011