La Salvetat-sur-Agout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Salvetat et Agout (homonymie).
La Salvetat-sur-Agout
Vue générale de La Salvetat-sur-Agout
Vue générale de La Salvetat-sur-Agout
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton La Salvetat-sur-Agout
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne du Haut Languedoc
(siège social)
Maire
Mandat
Thibault Estadieu
2014-2020
Code postal 34330
Code commune 34293
Démographie
Gentilé Salvetois
Population
municipale
1 145 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 06″ N 2° 42′ 14″ E / 43.6017, 2.7039 ()43° 36′ 06″ Nord 2° 42′ 14″ Est / 43.6017, 2.7039 ()  
Altitude Min. 663 m – Max. 1 087 m
Superficie 87,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
La Salvetat-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
La Salvetat-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Salvetat-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Salvetat-sur-Agout

La Salvetat-sur-Agout (occitan : La Salvetat d'Agot) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Commune située au confluent de la Vèbre et de l'Agout dans la zone que l'on appelle les Hauts cantons de l'Hérault. L’altitude de la commune varie de 663 mètres à 1 087 mètres.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est la deuxième du département de l'Hérault en superficie, avec 8 755 hectares. La Salvetat-sur-Agout comprend de nombreux hameaux et comprend quelque 139 lieux-dits sur son territoire, dont les principaux sont :

  • Arifat
  • Ayalet
  • Baliere
  • Baquier
  • Barthèses (les)
  • Barthézou
  • Belbèze
  • Bellevue
  • Belot
  • Beluguet
  • Besses Basses
  • Besses Hautes
  • Biquery
  • Bonabou
  • Bonneval
  • Bouldouires (les)
  • Bouriotte (la)
  • Broutille (la)
  • Burguet (le)
  • Cabanot
  • Cabrials
  • Cacavel
  • Cambarot
  • Cambou (le)
  • Camp del Tour
  • Camparut
  • Camporel
  • Camperdut
  • Canalasse (la)
  • Cantarane
  • Cas
  • Casteillet (le)
  • Caumezelles
  • Cavalié
  • Cabille
  • Cité de Marcouls
  • Citou
  • Cledelle (la)
  • Col d’Empy
  • Colombier
  • Combe Birot
  • Combe du Faux
  • Combe Rouge
  • Combecanden
  • Combesalat
  • Combette(la)
  • Combres
  • Condax
  • Couffignet
  • Cournut (le)
  • Coutelieres (les)
  • Crouzet (le)
  • Croye (la)
  • Dévès (le)
  • Dévèze (la)
  • Dévezel (le)
  • Douvieres (les)
  • Drayes (les)
  • Farguettes (les)
  • Faubourg Campemar
  • Faure
  • Félicien
  • Font Blanche (la)
  • Font Cabrials
  • Font dal roc
  • Font Rouge (la)
  • Fontalbes
  • Fonts (les)
  • Fournas (le)
  • Gache (la)
  • Gachette (la)
  • Gamelas
  • Gazel (le)
  • Gibou
  • Gieussels
  • Gorse Basse (la)
  • Gorse Haute (la)
  • Goudal
  • Goursolles (les)
  • Goutin fabre
  • Goutin pere
  • Goutine de Maur
  • Goutinemale
  • Grualgues
  • Gruasse (la)
  • Gua de la Vergne
  • Gua des Brasses
  • Guillou Bas
  • Guillou Haut
  • Jammou
  • Jasse (la)
  • Jasse de Sécun (la)
  • Jasse du Banès (la)
  • Jean Andrieu
  • Label
  • Laffachadou
  • Lanau
  • Larénas
  • La Roussille
  • Lassoubs
  • Lattes (les)
  • Layrolle
  • Lignères basses
  • Lixirié
  • Lunel
  • Madrague (la)
  • Maldinier
  • Malescalier
  • Marcouls
  • Mas d’Azais
  • Mégès
  • Meriat
  • Mirelac
  • Montblanc
  • Moulières
  • Moulin du Trou
  • Moutouse (la)
  • Nayriel
  • Ondes (les)
  • Padou
  • Pagès
  • Paillé de Bastide
  • Pastourel
  • Pause (la)
  • Pautru (la)
  • Pesseplane
  • Pesses (las)
  • Peyral (le)
  • Peyralade
  • Peyrebesse
  • Peyremale
  • Pioussourne (la)
  • Piquestelle
  • Pistre
  • Plaine de Cas
  • Plamelot
  • Planacan
  • Planchers (les)
  • Pode (la)
  • Pradelles de Cas (les)
  • Prat del Fau
  • Prat Tancat
  • Pré du Rey
  • Pré grand (le)
  • Primaube (la)
  • Querelle
  • Rajal (le)
  • Raziades (les)
  • Rebondin
  • Rec (le)
  • Reganard
  • Renquiere
  • Renteille
  • Resclause(la)
  • Rescol
  • Rey (le)
  • Rieu (le)
  • Rieu Blanc
  • Rieumajou
  • Roubillouse (la)
  • Roussille Basse (la)
  • Roussille Haute (la)
  • Roussolp
  • Roussolp petit
  • Roy
  • Sagne de Gos
  • Salvetat (la)village
  • Saujas le Bas
  • Saujas le Haut
  • Sénégas
  • Serayac
  • Serre (le)
  • Sidobre
  • Soult (le)
  • Suquet (le)
  • Tane (la)
  • Tautas (le)
  • Taverne (la)
  • Tenèle (la)
  • Triby (le)
  • Vaissiere
  • Valiere
  • Végende (la)
  • Verdier (le)
  • Vergne Escure
  • Vergne Redonde
  • Vernets
  • Verniole
  • Vialanove
  • Vidals (les)
  • Violette (la)
  • Vivié (le).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sont limitrophes :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement de la commune remonte au Xe siècle, là où se trouvent la chapelle de Saint Étienne de Cavall et le vieux pont des pèlerins sur la Vèbre. Pour des raisons de sécurité, les habitants s'installent au XIIe siècle au piton rocheux plus haut, un lieu de refuge fortifiée, ce qui explique le nom de La Salvetat. Guillaume de Jourdain La tour médiévale du Cazal défendait les remparts. On entrait en ville par une des trois portes: la Poterne, le Carretal et la Portanelle. Malgré ses défenses, la ville a été prise et le château et les remparts détruit et reconstruit plusieurs fois au cours de l'histoire, notamment au temps des Cathares et au temps des guerres de religion.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société républicaine » en 1793[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes  de La Salvetat-sur-Agout

Les armes de La Salvetat-sur-Agout se blasonnent ainsi :

de gueules à une tour d'argent ajourée et maçonnée de sable, sommée de trois donjons d'or aussi maçonnés de sable, celui du milieu plus haut que les autres, le tout posé sur une rivière d'azur[2]

.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1875   Auguste Roque    
1878   Léopold Azaïs    
1880   Emile Gros    
janvier 1990 2008 Francis Cros PS Conseiller général

Ancien président de la communauté de communes

mars 2008   Thibault Estadieu DVD  

Services municipaux[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle et primaire, un Centre communal d'action sociale, une police municipale et une caserne de sapeurs pompiers. En 2011 le village emploie 24 agents de la fonction publique territoriale[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Salvetois. Au dernier recensement, la commune comptait 1145 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 813 2 919 3 177 3 649 3 986 3 845 4 009 4 174 4 260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 035 3 777 3 896 3 668 3 656 3 548 3 601 3 320 3 124
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 999 2 841 2 711 2 200 2 104 1 949 1 919 1 677 1 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 532 1 361 1 115 1 174 1 153 1 118 1 194 1 204 1 145
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le village a été classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », mais n'est plus labellisé à ce jour.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne au bourg.
  • Ancienne église Saint-Étienne-de-Cavall (actuelle chapelle du cimetière), datant du 4e quart du XIe siècle, remaniée aux XVe, XVIe et XIXe siècles. Inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques le 29 novembre 1976.
  • La Vierge Noire de Saint-Étienne-de-Cavall
  • Sur le cimetière de Cavall la section des tombes de guerre.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La cité médiévale, la ville a laissé en héritage des vestiges remarquables dont une chapelle romane, et un pont du XIIe siècle. Le vieux village recèle de belles voûtes à la tour de Cazal. La Salvetat offre de belles toitures d'ardoise qui s'enroulent en colimaçon autour du clocher de l'église.
  • Les ruelles du vieux village
pont de St.Étienne-de-Cavall sur le Vèbre

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 416.
  2. Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, Armorial des communes de l'Hérault, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 68.
  3. Chiffres clés de la commune
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :