Joncels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joncels
L'abbatiale de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Pierre aux liens sur la commune de Joncels
L'abbatiale de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Pierre aux liens sur la commune de Joncels
Blason de Joncels
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Lunas
Intercommunalité Communauté de communes d'Avène, Orb et Gravezon
Maire
Mandat
Rémy Paillès
2014-2020
Code postal 34650
Code commune 34121
Démographie
Gentilé Joncelois
Population
municipale
293 hab. (2011)
Densité 6,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 18″ N 3° 11′ 43″ E / 43.7383333333, 3.19527777778 ()43° 44′ 18″ Nord 3° 11′ 43″ Est / 43.7383333333, 3.19527777778 ()  
Altitude 380 m (min. : 290 m) (max. : 835 m)
Superficie 46,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Joncels

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Joncels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joncels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joncels

Joncels est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 28 mai 1321, Guillaume Frédol, évêque de Béziers, promulgue à la demande du Pape Jean XXII des statuts de réformation, visant tant l'abbé que les moines de l'Abbaye de Joncels, pour remédier aux désordres qui s'étaient introduits dans l'abbaye[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1978 en cours Rémy Paillès DVG Conseiller général depuis 1999
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 293 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 673 602 648 701 721 757 734 784
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
735 673 647 654 603 541 571 508 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
429 439 392 303 328 295 287 306 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
247 222 198 203 222 227 257 261 294
2011 - - - - - - - -
293 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne abbaye bénédictine Saint-Pierre aux liens. Elle aurait été fondée au VIIe siècle et connut son apogée au XIIe siècle. À partir du XIVe siècle elle perd progressivement son indépendance et ses richesses, tombe en ruine, dévastée par les guerres de religion. À la Révolution française les bâtiments sont démantelés et vendus à des particuliers. Le cloitre fut remanié en place centrale.
  • La Villa Issiates: maison aux bois sculptés.

Œuvres du sculpteur lituanien Kazimir Peciukevicius. Sculptures sur bois inspirées de la tradition lituanienne. Environ 150 pièces. Visibles sur le site http://villa.issiates.free.fr

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :