Physique des plasmas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plasma.

La physique des plasmas est la branche de la physique qui étudie les propriétés, la dynamique et les applications des plasmas. Un plasma est une phase de la matière constituée de particules chargées, d'ions et d'électrons. La physique des plasmas n'est pas à proprement parler un domaine de la physique à part entière. Elle s'inspire et approfondit les concepts fondamentaux des autres disciplines (physique atomique, physique quantique, physique statistique, etc.) pour l'adapter au problème compliqué par nature de l'étude d'un rassemblement disparate de particules chargées ou non, un plasma.

La transformation d'un gaz en plasma (gaz ionisé) ne s'effectue pas à température constante pour une pression donnée, avec une chaleur latente de changement d'état, comme pour les autres états, mais il s'agit d'une transformation progressive. Lorsqu'un gaz est suffisamment chauffé, les électrons des couches extérieures peuvent être arrachés lors des collisions entre particules, ce qui forme le plasma. Globalement neutre, la présence de particules chargées donne naissance à des comportements inexistants dans les fluides, en présence d'un champ électromagnétique par exemple.

Un plasma peut également se former à basse température si la source d'ionisation lui est extérieure. C'est le cas de l'ionosphère, cette couche élevée de l'atmosphère terrestre qui, bien que froide, subit en permanence un intense bombardement ionisant de particules venant du soleil. Les aurores polaires sont l'une des manifestations de ce plasma.

Cet état est le plus commun dans l'univers, car il se retrouve dans les étoiles, le milieu interstellaire et aussi l'ionosphère terrestre. À une autre échelle, on trouve également des plasmas dans les tubes fluorescents, les propulseurs spatiaux. Ils sont couramment utilisés dans l'industrie notamment en micro-électronique.

Introduction[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le plasma, tout comme le solide, le liquide, ou le gaz, est un état de la matière. Il n'est visible sur Terre qu'à très haute température, quand l'énergie est telle qu'elle réussit à arracher des électrons aux atomes. On observe alors ce qu'il est convenu d'appeler une sorte de « soupe » d'électrons extrêmement actifs dans laquelle « baignent » des noyaux d'atomes.

Le terme plasma, appelé aussi « quatrième état de la matière », a été utilisé en physique pour la première fois par le physicien américain Irving Langmuir en 1928 par analogie avec le plasma sanguin auquel ce phénomène s’apparente visuellement.

Dans les conditions usuelles, un milieu gazeux ne permet pas la conduction de l’électricité. Lorsque ce milieu est soumis à un champ électrique faible, un gaz pur est considéré comme un isolant parfait, car il ne contient aucune particule chargée libre (électrons ou ions positifs). Les électrons libres et les ions positifs peuvent apparaître si on soumet le gaz à un champ électrique de forte intensité ou à des températures suffisamment élevées, si on le bombarde de particules ou s’il est soumis à un champ électromagnétique très intense.

Lorsque l’ionisation est assez importante pour que le nombre d’électrons par unité de volume soit comparable à celui des molécules neutres, le gaz devient alors un fluide très conducteur qu’on appelle plasma.

À l’origine, un plasma désignait un gaz ionisé globalement neutre, puis cette définition a été étendue aux gaz partiellement ionisés dont le comportement diffère de celui d’un gaz neutre. Aujourd'hui, on parle de plasma lorsque la matière que l'on observe contient un grand nombre de particules de natures différentes qui peuvent interagir entre elles et avec l'environnement : c'est une soupe d'électrons, cations, anions, atomes neutres, agrégats (clusters)...

Pour caractériser un plasma, il faut tenir compte du nombre d’espèces présentes et de leurs différents états de charge, puis étudier l’évolution de la densité, de la température et de la fonction de distribution dans l’espace et en vitesse, ce pour toutes les réactions susceptibles de se produire, qu’elles soient chimiques ou nucléaires, sans oublier les collisions qui peuvent avoir lieu. Si les processus de recombinaison entre électrons et ions n’équilibrent pas le processus d’ionisation, le plasma est dit hors d’équilibre thermodynamique. L’étude complète de tous les phénomènes apparaissant dans un plasma est à ce jour impossible, il en résulte une simplification initiale nécessaire à la distinction et au classement des plasmas.

La physique des plasmas s'intéresse aussi à la dynamique des faisceaux d'électrons, de protons, d'ions lourds : les plasmas non neutres. On peut citer entre autres le travail accompli par des physiciens théoriciens sur les plasmas de quarks et de gluons[réf. souhaitée]. La définition physique du mot plasma ainsi étendue est la suivante : ensemble de particules suffisamment excitées pour ne pas pouvoir se combiner de manière stable et former les particules qui sont observées dans l'état fondamental.

Pour distinguer ces définitions, le plasma dit de matière est constitué d'électrons et d'ions incapables de former des atomes tandis que le plasma de quarks appelé plasma quark-gluon est formé des quarks incapables de se combiner pour former des neutrons, protons, etc. Un plasma de neutrons et protons est observé lorsque ces particules sont trop excitées pour former des ions.

Cependant, il ne sera question que de plasmas à base d'atomes dans la suite de cet article.

Exemples[modifier | modifier le code]

Les différents plasmas en fonction de leur température par rapport à leur densité.

Les plasmas sont extrêmement répandus dans l'Univers puisqu'ils représentent plus de 99 % de la matière connue. Toutefois, ils passent presque inaperçus dans notre environnement proche, « la Terre », étant données leurs conditions d'apparition très éloignées des conditions nécessaires à la vie terrestre.

Ainsi on peut distinguer les plasmas naturels et les plasmas artificiels (créés par l'homme) :

- les plasmas naturels :

- les plasmas artificiels :

La physique[modifier | modifier le code]

Comme un plasma est une assemblée de particules différentes en interaction, il est de manière générale difficile de le caractériser. Supposons que le plasma contienne X espèces, incluant les différents états de charge d'un même atome (ou molécule ou agrégat ...), il faut pour complètement le décrire, étudier l'évolution de la densité, de la température, de la fonction de distribution dans l'espace et en vitesse de chaque espèce, au cours de toutes les réactions chimiques, nucléaires, ou collisions qui peuvent avoir lieu. C'est une tâche quasiment impossible, car même si on peut écrire des équations reliant toutes ces données, il est souvent impossible de les résoudre, même numériquement, avec les moyens informatiques actuels.
Pour simplifier, dès le départ, le(s) problème(s), on répartit les plasmas en plusieurs catégories. Dans chaque catégorie les plasmas vont avoir un certain type de comportement propre. Pour construire ces catégories, il faut définir différents paramètres comme suit.

Température des espèces (« plasma chaud », « plasma froid »)[modifier | modifier le code]

Un plasma, du fait qu'il contient des espèces ionisées, contient aussi des électrons libres (par neutralité globale du plasma, exception faite des faisceaux de particules). Les électrons ont une masse 2000 fois plus faible que les ions (le rapport masse du proton ou du neutron sur masse de l'électron vaut plus exactement 1836), ils ont donc moins d'inertie et sont plus « réactifs ». Il est donc plus facile de donner de l'énergie aux électrons qu'aux espèces plus lourdes, les ions. On va alors scinder les plasmas en deux catégories :

  • « plasma froid » aussi appelé « plasma non thermique », « plasma bitempérature » ou encore « plasma hors équilibre » : les électrons ont acquis assez d'énergie pour effectuer des réactions par collision avec les autres espèces. Les espèces neutres et chargées (ions) quant à elles pourront effectuer des réactions chimiques classiques.
  • « plasma chaud » ou encore « plasma thermique » : les électrons, mais aussi les ions sont assez énergétiques pour influencer le comportement du plasma.

Pourquoi cette dénomination ? En physique des plasmas, on mesure l'énergie cinétique des électrons ou des ions par leur température (comme en physique statistique : E \sim k_B T, où  k_B est la constante de Boltzmann). Cette dénomination fait référence à l'énergie des ions.

  • Dans le cas des « plasmas froids », la température (l'énergie) des électrons est très supérieure à celle des ions  T_i \ll T_e . Les ions sont considérés comme « froids » et ne pourront faire que des réactions chimiques possibles avec leur énergie.
  • Dans les plasmas chauds, les ions sont « chauds » et donc plus réactifs T_i \sim T_e ~.

Cette différenciation scientifique est également culturelle :

  • les plasmas froids peuvent être étudiés en laboratoire. Les scientifiques ont alors acquis un savoir-faire expérimental, actuellement largement appliqué dans les industries (gravure, dépôts PVD/CVD...).
  • les plasmas chauds demandent plus d'énergie pour leur création, et les installations qui les produisent sont donc moins nombreuses (car plus coûteuses...) et moins accessibles. Le savoir-faire qui s'est développé est essentiellement théorique, donc plus fondamental.

Autres caractérisations[modifier | modifier le code]

Pour caractériser les plasmas et les phénomènes liés on utilise différentes notions :

  • Le degré d'ionisation \alpha :
\alpha = \frac{n_e}{n_e+n_n} avec n_e densité électronique et n_n densité de neutre.
Si \alpha \ll 1 alors le plasma est dit « faiblement » ionisé et si \alpha\approx 1 alors il est dit « fortement » ionisé.
Si on rapproche le degré d'ionisation des interactions particulaires on pourra aussi classifier selon les mêmes catégories :
Un gaz faiblement ionisé a des fréquences de collision électron-neutre supérieures aux fréquences de collision électron-ion ou électron-électron.
On utilisera la notation usuelle : \nu_{e0}\gg\nu_{ee}, \nu_{ei}
Pour un gaz fortement ionisé on a alors : \nu_{e0}<\nu_{ee}, \nu_{ei}
  • Le paramètre plasma \Gamma :
\Gamma\approx\frac{<E_p>}{<E_c>}\approx\frac{e^2n^\frac{1}{3}}{\varepsilon_0kT}
<E_p> représente l'énergie potentielle moyenne liée aux interactions coulombiennes
<E_c> représente l'énergie cinétique moyenne liée à l'agitation thermique
si \Gamma<1 le plasma est faiblement corrélé : il est dit « cinétique »
si \Gamma>1 le plasma est fortement corrélé.

Concepts fondamentaux[modifier | modifier le code]

  • La notion de quasi-neutralité
Le critère de quasineutralité indique qu'un plasma est globalement électrique neutre, c'est-à-dire qu'il y a autant de charges positives que négatives. Pour un plasma constitué d'une densité d'ions positifs chargés une seule fois n_i et d'électrons de densité n_e, alors on a la relation : Zn_i + n_e = 0. La quasi-neutralité est notamment issue de la conservation de la charge électrique lors des processus d'ionisation. Un plasma sous l'effet des forces de Coulomb (F=qE) et de Laplace (F=qv\times B), comme tout système dynamique, tend vers une position d'équilibre en minimisant ses forces.

On voit rapidement qu'une égalité Zn_i + n_e = 0 permet d'atteindre cette stabilité. Seulement cette équation prise telle quelle ne permet pas de résoudre les équations de Maxwell correctement.

On considérera alors par exemple le rapport \frac{n_e - Zn_i}{n_e + Zn_i} \ll 1
En fait les études sur les plasmas portent souvent sur des perturbations d'une grandeur moyenne. Par exemple si on considère la densité moyenne d'électron \bar n_e. Une perturbation de cette densité sera n_e et le plasma sera caractérisé par une densité électronique \bar n_e + n_e. On posera souvent comme hypothèse \bar n_e \gg n_e


  • L'écrantage électrique, notion de gaine et frontière d'un plasma
Pour se représenter une gaine on étudie un plasma un peu particulier :
  • il est monodimensionnel (selon un axe x);
  • à l'instant t=0, pour les x<0 on a un plasma à l'équilibre n_e = n_i
  • pour les x>0, l'espace est vide.
La frontière « vide-plasma » est donc un plan perpendiculaire à l'axe (Ox).
Pour t>0 la situation va évoluer via l'agitation thermique des électrons (dans de nombreux cas on considère les mouvements des ions négligeables devant ceux des électrons, on supposera alors les ions comme fixes).
L'agitation thermique tend à étaler la distribution d'électrons mais elle est contrebalancée par les forces électrostatiques qui tendent à la neutralité. On va donc obtenir une distribution électronique approchant la courbe bleue sur le second schéma. Cette distribution est appelée gaine électronique et on peut démontrer qu'elle a une taille de l'ordre de la longueur de Debye \lambda_D

Situation initiale


Situation à l'équilibre


L'écrantage électrique défini précédemment nous permet d'identifier la longueur de Debye : c'est l'échelle de longueur au-dessous de laquelle il peut y avoir une séparation de charge et au-dessus de laquelle le plasma retrouve sa neutralité.
\lambda_D = \sqrt{\frac{\epsilon_0kT}{ne^2}}

ε0 :permittivité du vide
k : constante de Boltzmann
ne:densité d'électrons


  • Perturbation d'un plasma


Quand on perturbe un plasma à l'équilibre, les électrons vont se mettre à osciller avec une certaine fréquence : \omega_p = \sqrt{\frac{n_0e^2}{\epsilon_0m_e}}

Les ordres de grandeurs[modifier | modifier le code]

Les différents plasmas
Dénomination Densité électronique[en m-3] Température électronique [K]
Faiblement ionisé
Ionosphère (couche basse) 10^{-3} 10^{2,5}
Décharge dans les gaz 10^{-5} - 10^{-9} 10^{4} - 10^{5}
Fortement ionisé
Ionosphère (couche haute) 1 10^{3}
Couronne solaire 10^{1} 10^{6,5}
Dense
Fusion magnétique 10^{20} 10^{8}
Cœur d'étoile 10^{29} 10^{7,5}
Fusion inertielle 10^{30}
Naine blanche 10^{32} 10^{7}

Modélisation mathématique[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux modèles mathématiques adaptés aux différents types de plasmas. Ils font tous appel à un couplage entre les équations d'évolution des particules et du champ électromagnétique. Le grand nombre d'équations et de degrés de liberté (3 d'espace, 3 de vitesse, plus le temps) classe les problèmes de la physique des plasmas parmi les plus difficiles à résoudre numériquement.

La plupart du temps, on considère que les particules sont influencées par le champ électromagnétique moyen : c'est l'approche de Vlasov. À l'inverse, on peut considérer toutes les interactions entre particules : c'est l'approche de Fokker-Planck, qui est naturellement beaucoup plus complexe.

Pour modéliser l'évolution du champ électromagnétique, on utilise classiquement les équations de Maxwell. Si les effets du champ magnétique sont faibles, on peut se contenter de l'équation de Poisson de l'électrostatique. Ces équations sont couplées aux précédentes par les termes sources de densité de charge et de courant du plasma. Ceux-ci sont obtenus à partir des moments de la distribution en vitesse.

Suivant les cas, on pourra également considérer ou non l'effet de collisions entre particules (interactions à très courte portée). Si les collisions sont suffisamment nombreuses, la distribution en vitesse des particules tend vers un équilibre Maxwellien local : c'est la limite fluide.

Une approximation courante consiste à considérer un seul fluide moyen pour toutes les particules du plasma : c'est la magnétohydrodynamique (ou MHD), qui permet notamment de modéliser le vent solaire.

Les champs de recherche et d'applications[modifier | modifier le code]

  • Équilibre et stabilité des plasmas
    C'est un problème majeur notamment pour toutes les recherches où un confinement est nécessaire, par exemple pour la fusion nucléaire.
  • Diagnostic & Simulation
    Les diagnostics expérimentaux et la simulation numérique sont deux outils indispensables aux plasmiciens. La simulation numérique des plasmas est très gourmande en puissance machine de par la complexité des interactions à traiter. Actuellement les codes de calcul sont essentiellement des codes 1D ou 2D particulaires, 2D et 3D fluides. De nombreux codes sont des codes hybrides.
  • Fusion nucléaire :
  • Source de plasma :
  • Interactions du plasma avec les ondes et les faisceaux :
    • Interaction laser-plasmas.
  • plasmas ultra-froids
  • Plasmas industriels :
    • Plasma de dépôt et gravure ;
      Actuellement c'est le domaine le plus développé du point de vue industriel. Les plasmas sont utilisés pour la gravure des microprocesseurs et autres composants. Le dépôt intervient lui aussi en microélectronique associé étroitement à la gravure. Mais il est aussi utilisé dans des technologies liées aux couches minces, dans d'autres domaines comme l'optique ou pour l'ajout de couches de protections en métallurgie (miroir, etc.) ;
    • Plasma pour implantation ionique (IIIP: Implantation Ionique par Immersion Plasma) ;
      Utilisés en microélectronique et dans l'industrie des matériaux, ces traitements permettent de modifier les propriétés de matériaux immergés dans un plasma en implantant des atomes (extraits de ce plasma) sous leurs surfaces. L'IIIP permet de réduire drastiquement les coûts liés aux implantations par faisceau d'ions mais remplit une fonction similaire (avec une moindre précision). Les ions sont accélérés par une gaine dite matrice d'ions (évoluant en gaine de Child-Langmuir) induite par de fortes impulsions de l'ordre de plusieurs kV et de plusieurs µs. Cette technique permet de rendre les matériaux biocompatibles, résistants à la corrosion, d'une plus grande dureté ou de créer des matériaux magnétiques pour capteurs utilisés dans les applications biomédicales. L'un des enjeux actuels est la réalisation uniforme de jonctions de surface (ultra-shallow doping) qui permet la miniaturisation de transistors.
    • Les disjoncteurs à haute tension dont le principe de coupure du courant est basé sur le refroidissement d'un plasma d'arc entre deux conducteurs ;
    • Plasma pour test de rentrée dans l'atmosphère ;
      Des torches à plasma sont aussi utilisées pour reproduire les températures extrêmes atteintes lors des rentrées dans l'atmosphère d'appareils comme les navettes spatiales. Afin de reproduire aussi les phénomènes de frottement, la torche est dite supersonique car le plasma est propulsé à une vitesse supérieure à celle du son.
    • Traitement des déchets ;
  • Physique des plasmas naturels

Liens externes[modifier | modifier le code]