Activision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Activision, Inc. est une entreprise américaine de développement et d'édition de jeux vidéo, créée en 1979. À partir de 2007, la société constitue avec Blizzard Entertainment l'éditeur Activision Blizzard, qui appartint au conglomérat français Vivendi avant de devenir indépendant en 2013.

Activision est le premier éditeur indépendant (des constructeurs) de jeux vidéo pour consoles aux États-Unis. Ses premiers produits sont des cartouches pour l'Atari 2600. En 2005, Activision est le deuxième éditeur indépendant de jeux vidéo au monde, derrière Electronic Arts. Le 2 décembre 2007, Vivendi rachète Activision et engage une fusion avec Blizzard Entertainment pour donner naissance à Activision Blizzard, le plus gros éditeur indépendant[pas clair] mondial.

Activision édite notamment les jeux vidéo à succès Tony Hawk's, Guitar Hero ou encore Call of Duty.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Avant la création d'Activision, les jeux vidéo étaient développés spécifiquement par les fabricants des consoles pour leur matériel ; par exemple, Atari était le seul éditeur pour l'Atari 2600. Cette pratique pénalisait particulièrement les développeurs de jeux, puisqu'ils ne recevaient aucune prime pour les jeux ayant eu un minimum de succès et n'étaient même pas mentionnés dans les modes d'emploi. Quand certains jeux vidéo se transformèrent en succès rapportant plusieurs millions de dollars, plusieurs programmeurs décidèrent qu'ils en avaient assez et quittèrent leur compagnie.

Activision était le premier éditeur tiers pour la 2600. La compagnie a été fondée par Jim Levy, ancien directeur de l'industrie musicale, et par les anciens programmeurs d'Atari David Crane, Larry Kaplan, Alan Miller et Bob Whitehead. Contrairement à Atari, qui ne mentionnait pas ses programmeurs lorsqu'il éditait des jeux, Levy prit l'habitude de promouvoir à la fois les jeux et les créateurs.

Le départ des quatre programmeurs, qui avaient par ailleurs conçu plus de la moitié des jeux vendus par Atari, a causé une bataille judiciaire entre les deux compagnies qui ne s'est finalement résolue qu'en 1982. Tandis que le marché du jeu vidéo commençait à décliner, Activision étendait ses activités, produisant des titres pour les consoles aussi bien que pour les ordinateurs personnels et faisant l'acquisition de petits éditeurs.

En 1982, Activision sorti Pitfall! : considéré comme le premier jeu de plate-forme, ce fut le titre le plus vendu sur la 2600 ; grâce à ce succès, l'équipe, dont les prouesses techniques étaient déjà démontrées, acquis une certaine notoriété et le genre « plateforme » devint, au cours des années 1980, un genre très populaire. Précurseur des jeux d'arcade, ce succès vidéoludique fut de nombreuses fois copié en une multitude de clones.

En 1985, Activision a fusionné avec Infocom, pionnier en matière de jeux d'aventure. Jim Levy était un grand admirateur des titres d'Infocom et voulait que cette compagnie en difficulté reste solvable. Mais six mois environ après leur « mariage », Bruce Davis devint PDG d'Activision ; opposé à cette fusion dès le début, Davis insista pour qu'Infocom modifie ses politiques commerciales, avec pour conséquence une décroissance dramatique des ventes. Finalement en 1989, après plusieurs années de pertes, Activision ferma les studios d'Infocom de Cambridge, Massachusetts relocalisant seulement 11 des 26 employés dans les nouveaux quartiers généraux d'Activision à Silicon Valley ; seuls cinq employés acceptèrent.

En 1988, Activision commença à travailler sur d'autres types de logiciel, comme les applications d'affaires ; pour mieux représenter tous ses secteurs d'activité, Activision changea son nom en Mediagenic (beaucoup de gens croient que Mediagenic est une compagnie qui a acheté Activision, mais ce n'est qu'un nom différent pour la compagnie auparavant appelée Activision). Depuis ce changement, Mediagenic a continué à utiliser largement la marque Activision dans ses jeux vidéo pour les nombreux systèmes sur lesquels ils étaient édités, particulièrement sur la Nintendo Entertainment System, la Sega Master System, l'Atari 7800, Commodore 64 et Amiga. La décision d'étendre ses domaines d'activités se révéla être mauvaise, puisqu'en 1992, Mediagenic déposa une demande pour être placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis. L'époque du premier Activision était révolue.

Le nouvel Activision[modifier | modifier le code]

L'échec de Mediagenic entraina une réorganisation et une fusion avec The Disc Company. À la suite de cette banqueroute, Mediagenic reprit son tout premier nom, Activision, dans l'État de Delaware durant le mois de décembre 1992. Activision décida de quitter Silicon Valley pour la Californie du Sud. Tandis qu'il se remettait de sa faillite, Activision développa des jeux pour PC et consoles, tout en faisant des acquisitions stratégiques. Activision décida alors de ne se concentrer uniquement que sur le monde vidéoludique.

En 1991, Activision compila 20 des anciens jeux d'Infocom dans une collection sur cédérom intitulé The Lost Treasures of Infocom. Le succès de cette compilation mena, en 1992, au lancement de 11 titres supplémentaires dans The Lost Treasures of Infocom II.

En 2003, Activision a été l'objet d'une enquête par la U.S. Securities and Exchange Commission, comme plusieurs autres éditeurs de jeux, pour ses pratiques de comptabilité douteuses afin d'alléger prétendument ses résultats trimestriels.

En 2004, la compagnie a fêté son 25e anniversaire de fondation et a déclaré un revenu record, en plus d'une douzième année consécutive de croissance de son chiffre d'affaires.

En 2006, Activision sort le jeu Guitar Hero, qui obtient un énorme succès mondial. La franchise dépasse le milliard de dollars de ventes.

En 2007, Activision acquiert les droits de la licence James Bond, détenue jusqu'alors par le géant Electronic Arts. Le premier jeu, Quantum of Solace, sort en même temps que le film éponyme le 31 octobre 2008.

Activision sort en 2010 deux nouveaux jeux estampillés James Bond : le premier, qui est une aventure inédite intitulée Blood Stone 007, sort sur PC, Xbox 360, PlayStation 3 et Nindendo DS ; le deuxième est, quant à lui, à la fois un remake et un hommage au GoldenEye de la Nintendo 64, sobrement intitulé GoldenEye 007, et disponible exclusivement sur Wii.

Rachat par Vivendi Games[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 2007, Vivendi annonce prendre 50 % du capital d'Activision, par un apport de Vivendi Games et de trésorerie, soit une transaction de 18,9 milliards de dollars[2]. L'ensemble s'appelle désormais Activision Blizzard, Blizzard étant la principale composante de Vivendi Games. Blizzard Activision redevient indépendant en fin 2013.

Studios[modifier | modifier le code]

Actuels[modifier | modifier le code]

Fermés[modifier | modifier le code]

Vendus[modifier | modifier le code]

Autres labels[modifier | modifier le code]

Durant la deuxième moitié des années 1980, certains jeux édités par la compagnie sur micro-ordinateurs sont sortis sous les labels d'édition « Electric Dreams Software », « Gamestar » et « Triple Six ».

Liste des principaux jeux Activision[modifier | modifier le code]



Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]