A cappella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

A cappella (ou plus rare à capella[1], a capella[2] et parfois alla cappella) est une expression de la musique vocale indiquant qu'un chant ou une partie d'un chant, à une ou plusieurs voix, est exécuté sans accompagnement instrumental.

Manécanterie chantant a cappella

Étymologie[modifier | modifier le code]

Francisation de l’expression italienne alla cappella en référence aux chœurs de la chapelle Sixtine qui chantent sans accompagnement[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIIIe siècle, un chant a cappella désigne une œuvre vocale religieuse, écrite généralement pour quatre voix mixtes, souvent extraite d'une messe ou d'un motet, utilisant le contrepoint rigoureux et l'imitation, d'harmonie simple évitant les dissonances, parfois soutenue par un orgue ou tout au moins par un positif ou tout autre instrument présent dans la chapelle où ont lieu les répétions (d'où l'expression a cappella : à la manière du travail fait dans la chapelle). Chaque partie peut être suivie par un instrument monodique, mais l'ensemble du chœur peut aussi être doublé par un consort d'instruments. Ce style d'écriture, propre à la musique religieuse, s'oppose aux autres écritures pour voix comme la mélodie accompagnée, le récitatif, la cantilène ou l'aria.

Le Kyrie de la Missa brevis de Lotti fait partie du répertoire a cappella, il peut être doublé par un consort de flûte à bec.

La technique et son répertoire sont alors enseignés dans les maîtrises des écoles catholiques rattachées à de grandes paroisses, à des cours princières, royales ou celle pontificale de la Chapelle Sixtine de Rome. Les chants polyphoniques propres aux cérémonies liturgiques y sont cultivés, les choristes participants recevant, outre une éducation générale solide, une formation musicale et religieuse poussée.

Ce n'est qu'au XIXe siècle que l'expression a cappella est utilisée pour qualifier plus largement toute pratique vocale à plusieurs voix dénuée d'accompagnement[4] et ensuite aussi, par extension, au chant à une voix seule ou d'inspiration profane (Chant grégorien, madrigal de la Renaissance française ou italienne, psaumes et hymnes des Églises réformées ou orthodoxes, zemirot (en) judaïques, nasheed musulmans).

De nos jours[modifier | modifier le code]

Depuis le milieu du XXe siècle, le chant a cappella s'est étendu à la musique populaire, le jazz, le R&B, le slam. Certains chanteurs et groupes de tous genres se spécialisant dans cette technique vocale soit ponctuellement pour une phrase ou une chanson, soit pour l'ensemble de leur répertoire.

Groupes a cappella contemporains[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc-Albert Moriamé, Outils d'orthographe. Une méthode simple à l'usage de tous, Presses universitaires de Namur,‎ 2003, 200 p. (ISBN 2-930378-07-7, lire en ligne), p. 164
  2. « A capella n'est pas une orthographe correcte » Le Lexique Alain Bonnard BG Éditions;
  3. à capella Sur le site fr.wiktionary.org
  4. Science de la Musique Vol. I, p 4, Marc Honegger Éditions Bordas

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]