Jardin Royal (Toulouse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jardin Royal
Image illustrative de l’article Jardin Royal (Toulouse)
Le jardin Royal en 2007, vue partielle.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Toulouse
Quartier Busca-Montplaisir
Histoire
Création 1754
Gestion
Protection Jardin à l'anglaise
Localisation
Coordonnées 43° 35′ 44″ nord, 1° 27′ 01″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Jardin Royal
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Jardin Royal
Géolocalisation sur la carte : Toulouse
(Voir situation sur carte : Toulouse)
Jardin Royal
Le jardin Royal en 2011, vue partielle.
Dédicace à Déodat de Séverac, de la part de la ville de Toulouse.

Le jardin Royal[a] est un jardin public à l'anglaise situé dans la ville de Toulouse. Il se trouve dans le quartier de Busca-Montplaisir, au sud-est de l'hypercentre.

Historique[modifier | modifier le code]

Didier Daurat déposant une gerbe devant la statue "La Gloire de l'Aviation" en 1961

Créé par Louis de Mondran en 1754, le jardin Royal fut le premier jardin public de Toulouse. Comme le Grand-Rond, il fut aménagé en jardin à l'anglaise entre 1861 et 1863. Il couvre une surface de 1,7 hectare.

Son nom a changé suivant les époques. D'abord nommé « jardin public de Toulouse », il prit le nom de « jardin Royal » avec la création du jardin du Grand-Rond. Bien évidemment, à la Révolution, le jardin changea de nom. Durant le XIXe siècle, suivant les orientations politiques des dirigeants de Toulouse, le qualificatif du parc oscilla entre « Public » et « Royal ». C'est en 1886 qu'il prit définitivement le nom de « jardin Royal ».

Plusieurs statues ornent le jardin, rendant en particulier hommage à Déodat de Séverac, Antoine de Saint-Exupéry et les pionniers de l'Aéropostale.

Description[modifier | modifier le code]

Le jardin Royal est relié au jardin du Grand-Rond par une passerelle passant au-dessus du boulevard et est agrémenté de nombreuses statues. On y retrouve des essences d'arbres comme le ginkgo biloba, le micocoulier, des cèdres du Liban, un tulipier de Virginie, un oranger des Osages et des magnolias.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jardin Royal, à Toulouse, est un jardin public. Ainsi, pour la correcte écriture de son nom, l'orthotypographie qui doit être suivie est celle des odonymes, cf. les conventions typographiques en vigueur concernant les noms de lieu.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Marie Granier, Toulouse côté jardins, éditions Daniel Briand, , 96 p. (ISBN 9782903716660), p. 20. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :