Transports à Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plan du schéma du plan de déplacement urbain retenu en 2001

Les transports à Toulouse et dans son agglomération ont évolué avec l'accroissement de la ville. Dans l'agglomération, les déplacements se font principalement par automobile. Les déplacements en automobile sont majoritaires et les autres modes de transport sont disqualifiés. La construction de nombreux parcs de stationnement en centre-ville dans la décennie 1980-1990 a renforcé cette tendance, mais la construction de lignes de métro amorce un mouvement inverse. Dans le domaine de la circulation cycliste, les pistes cyclables sont assez peu développées.

Situation générale[modifier | modifier le code]

L'agglomération étant particulièrement étendue et morcelée entre zones d'habitat, zones commerciales et pôles d'emplois bien distincts, les trajets moyens sont longs. Par ailleurs, les usagers sont souvent contraints de composer avec un réseau de transport en commun encore insuffisant, prenant en charge en 2004 seulement 7 % des trajets de l'agglomération[1], et un réseau de voiries secondaires trop peu développé[2]. Du fait d'un manque de réflexion conjoint sur l'ensemble du territoire de l'agglomération[3] qui a miné la mise en place des transports collectifs et n'a pas permis la construction d'une agglomération compacte, la voiture règne comme le mode principal de déplacements dans l'agglomération : 64 % des déplacements[4] à comparer aux 50 % Lyonnais.

Les déplacements sont difficiles dans l'agglomération, le périphérique étant souvent encombré aux heures de pointes (jusqu'à 140 000 voitures par jour sur certaines sections selon la DRE, soit le seuil de saturation d'une 2*3 voies). Cependant la construction de nouvelles lignes de transports en commun amorce un mouvement inverse depuis l'ouverture de la seconde ligne de métro fin juin 2007, complété en 2010 par une ligne de tramway qui relie Toulouse (station de métro Arènes) à la commune de Beauzelle via Blagnac. La ligne initiale, ouverte en 2010, ne dessert ni l'aéroport, ni les zones d'activités liées à l'aéroport, hormis son arrêt Servanty-Airbus. Deux projets d'extension sont à l'étude : la ligne Envol (antenne de la ligne principale) doit desservir l'aéroport en 2014, et la ligne Garonne, prolongement de la ligne actuelle des Arènes jusqu'au Palais de Justice de Toulouse.

Actuellement un vaste projet autoroutier concernant l'ensemble de l'agglomération est à l'étude. Il s'agirait d'un contournement autoroutier dont le tracé favoriserait un transit par l'est de l'agglomération. Le débat public, prévu à l'automne 2007, poursuivra la réflexion sur l'opportunité d'un tel projet, son éloignement à Toulouse (qui divise les politiques locales) et sur son tracé définitif (soit par l'est, l'est et le sud et l'ouest et le sud)[5].

Précisions[modifier | modifier le code]

La grande agglomération toulousaine, concerne 179 communes, sur lesquelles vivent 1,1 millions de personnes qui ont 552 000 emplois[6].

Chaque jour, 3,8 millions de déplacements y sont effectués [6].

La problématique de transport y fait face à un accroissement de la population de 14 % en neuf années [6].

La marche à pieds y est le deuxième mode de transport après la voiture, en part modale [6].

Le trafic de transit y est très faible et il est concentré sur les voies rapides urbaines reliant les autoroutes. Un quart de ce trafic de transit est constitué de poids-lourds. Mais les deux tiers des flux de transit sont liés au périmètre de l'ancienne région Midi-Pyrénées[6].

252000 véhicules sont échangés quotidiennement entre l'agglomération et celle de Montauban qui est contiguë[6].

En 2013, à Toulouse, 40 % des déplacements se font en voiture, 21 % en TC et 33 à pieds[6]. La même année, en proche banlieue, les chiffres sont de 72 %, 8 %, et 15 %[6]. La voiture représente 72 % des déplacements, notamment dans le SICOVAL [7] et dans le muretain [8].


La dépendance à l'automobile la plus forte se trouve dans la périphérie éloignée ainsi qu'à Labège[6].

D'autre modes de déplacement existent mais sont minoritaires: le vélo, 85 000 déplacement ; ou le combiné automobile TC: 77 000 déplacements[6].

Transports longue distance[modifier | modifier le code]

Routes et autoroutes[modifier | modifier le code]

Une rocade de nuit dans le quartier de Jules-Julien (Toulouse), sur le sud du périphérique toulousain

Toulouse est le centre de plusieurs axes de communications autoroutiers et routiers. Le périphérique de Toulouse, constitué de plusieurs rocades, permet de faire le tour du cœur de l'agglomération. C'est à ces rocades que tous les grands axes du réseau routier sont reliés :

  • au nord-ouest Bordeaux en prenant l'A62
  • au nord Paris par les N20 et A20, connectée à l'A62 au niveau de Montauban
  • au nord-est Albi, par l'A68. Son prolongement en 2x2 voies jusqu'à Lyon est prévu sans qu'aucune date n'ait été arrêtée à ce jour
  • à l'est Narbonne avec l'A61, puis toute la côte méditerranéenne (de Perpignan à Menton) grâce à la connexion de l'A61 avec l'A9
  • au sud-est, l'Ariège (Pamiers et Foix) et l'Andorre par l'A66. Son prolongement jusqu'à la frontière espagnole, pour relier Barcelone, est prévu, mais aucune date n'est programmée
  • au sud ouest, Tarbes, Pau la côte basque et l'ouest de l'Espagne, via l'A64

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Gare de Matabiau

La ville constitue un nœud ferroviaire, à l'intersection des grandes lignes nationales desservant Bayonne au Sud-ouest, Bordeaux au Nord-ouest, Paris au Nord et la côte méditerranéenne au Sud-est, et de lignes de moindre capacité comme celle menant vers Auch à l'Ouest, Foix et la gare internationale de Latour-de-Carol au Sud, ou Castres et Mazamet à l'Est.

La principale gare de voyageurs est Toulouse-Matabiau. Des TGV s'y arrêtent, assurant la jonction à vitesse réduite entre Bordeaux et Narbonne. La ligne n'est en effet pas au gabarit permettant la circulation à grande vitesse. La ville comprend d'autres gares et haltes, comme Toulouse-Saint-Agne, Toulouse-Montaudran, Toulouse-Saint-Cyprien-Arènes, Le TOEC, Lardenne, Saint-Martin-du-Touch et Ramassiers. Ces cinq dernières, avec la gare de Colomiers, sont utilisées en tant que stations de la ligne C du réseau de transport en commun de l'agglomération. Les gares Matabiau, Saint-Cyprien-Arènes et Saint-Agne sont par ailleurs en liaison directe avec le métro de Toulouse.

Enfin, une gare de marchandises, la gare Raynal, complète le réseau ferroviaire, en pleine ville. Cette gare correspond également au principal centre logistique du SERNAM (filiale de la SNCF) dans le département.

En 2016, la réalisation du projet de la ligne à grande vitesse SEA (Sud Europe Atlantique) permettra de rallier Toulouse à Paris en 4h15. Puis, dans un second temps, la construction du barreau Bordeaux - Toulouse qui suivra devra permettre de mettre Toulouse à 3h de la capitale[9].

Gare routière[modifier | modifier le code]

Le conseil départemental finance une gare routière, la Gare_routière_de_Toulouse. Elle abrite des Lignes_régulières_d'autocar_en_France d'intérêt départemental, régional, national et international.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Entrée de l'aéroport de Toulouse Blagnac
Article détaillé : aéroport de Toulouse Blagnac.

L'aéroport de Toulouse-Blagnac est situé sur la commune de Blagnac. Son emplacement à l'immédiat de la commune de Toulouse, et au cœur de Toulouse Métropole, en fait l'un des cinq aéroports français dont les nuisances pour les riverains sont les plus vives, avec Roissy, Orly, Lyon et Nice. Malgré tout, il est placé au 4e rang des aéroports de province, avec 7 669 054 passagers en 2015, derrière Nice, Lyon-Saint-Exupéry et Marseille Provence[10]. Un nouveau hall ("Hall D"[11]), mis en service en mars 2010, a inauguré l'extension de l'aéroport pour lui permettre l'accueil de 8,5 millions de passagers. Cette extension s'accompagne d'une nouvelle zone commerciale et d'un parking couvert supplémentaire.

Le site de Blagnac est aussi le lieu d'implantation du grand complexe aéronautique, AéroConstellation, inauguré en 2004. Il regroupe le hall d'assemblage de l'A380 appelé usine Jean-Luc Lagardère-Airbus, les ateliers de maintenance d'Air France Industries et les industriels associés au projet A380[12].

La ville possède d'autres infrastructures comme l'aérodrome de Toulouse-Lasbordes, situé près de Balma, ou encore l'ancienne base aérienne de Toulouse - Francazal, ouverte à la circulation aérienne civile depuis janvier 2011 et située près de Cugnaux.

Transports locaux[modifier | modifier le code]

Accidents[modifier | modifier le code]

Le risque d'accident reste la première préoccupation, à hauteur de 24 % des Toulousains[13].

  • Source gouvernementale[14]


Source gouvernementale[14].

L'automobile[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune étant particulièrement étendu, les trajets moyens sont longs. Il n'est pas rare de faire 20 à 50 kilomètres (aller sans retour) pour aller au travail. Cette longueur des déplacements, combinée à une politique d'équipements routiers et autoroutiers tous azimuts, a contribué à rendre les déplacements en automobile majoritaires, ainsi, 46 % des personnes qui ont un problème de stationnement sur le lieu de travail s'y rende en voiture contre 79 % pour les autres[13].

Les habitants de la grande agglomération toulousaine utilisent 633 000 voitures qui génèrent 1,84 million de trajets dans la journée et autant de besoin de stationnement[13].

Ceci étant, 49 % des ménages du centre ville n'ont aucune voiture, alors que 53 % des ménages de périphérie disposent d'au moins deux véhicules[13].

Le risque d'accident reste la première préoccupation, à hauteur de 24 % des Toulousains[13]. Sur la seule aire urbaine de Toulouse: en 2013, 459 personnes ont été victimes de l'automobile, 302 des deux-roues à moteur, 142 des piétons, 54 des cyclistes, et dix des poids-lourds[15].

Par ailleurs, les problèmes de déplacement sont amplifiés par l'extension de l'agglomération dans un modèle pavillonnaire qui conditionne l'emploi de la voiture dans des espaces où la faible rentabilité économique occasionnée par la très faible densité de population inhibe tout développement de transports collectifs.

Toutefois, en 2013 les trafics routiers sur les voies rapides stagnent alors qu'ils baissent à l'intérieur de la rocade, avec le développement des transport collectifs[15].

De nombreux acteurs envisagent donc de créer un grand contournement autoroutier pour permettre au trafic de transit (trafic extérieur à Toulouse) d'échapper à des bouchons toulousains qui sont occasionnés à 73 % par le trafic local des toulousains eux-mêmes, comme l'a démontré l'étude sur le grand contournement autoroutier de Toulouse, présenté par la DRE MIDI-Pyrénées en 2006.

Toulouse est notamment dotée d'un périphérique communément appelé rocade.

Taxi[modifier | modifier le code]

Comme un certain nombre d'endroits en France, le taxi est peu développé en raison d'une demande moins importante et d'un coût plus élevé qu'a Paris (la tarification de province est en effet relevé de 20 à 30 %). On dénombre 303 taxis à Toulouse dont 53 stationnant spécialement à l'aéroport de Toulouse Blagnac. (Paris en compte plus de 15 000)

Le cyclisme urbain[modifier | modifier le code]

Magasins de vélo[modifier | modifier le code]

Toulouse est certainement l'une des villes de France où l'on recense le plus grand nombre de boutique de vente et réparation de vélo[réf. nécessaire].

Aménagements Urbains[modifier | modifier le code]

En 2006, 210 kilomètres d’itinéraires cyclables sont disponibles à Toulouse, majoritairement sous forme de pistes en site propre partagées avec les piétons, et de bandes cyclables tracées sur le bord de la chaussée[16].

Malgré l'augmentation constante du kilométrage des pistes cyclables toulousaines, la qualité globale des aménagements cyclables est considérée comme insuffisante. Sont pointés du doigt le manque de continuité des pistes cyclables entre elles[17], et le parc d'arceaux de stationnements trop faible[18].

La situation s'améliore, l'année 2007 a vu la résorption d'une grande discontinuité de la piste du Canal du Midi en centre ville[19], l'ouverture de contresens cyclables dans les rues "semi piétonnisées" du centre ville[20].

En 2013, la mairie de Toulouse refuse la concertation avec les associations de cyclistes pour la réalisation des aménagements.

Location[modifier | modifier le code]

Des partenariats entre la mairie de Toulouse et Tisséo-SMTC (financeur des locations moyenne durée), l’association Movimento (exploitant), et le Conseil Régional (financeur des locations longue durée) ont rendu possible la location de vélos pour les particuliers. Le parc est composé de 1000 vélos, disponibles dans ces trois vélo stations qui ne sont pas des vélo stations automatisées.

  • au Capitole (place du général De Gaulle) pour les locations de moyenne durée (à la journée)
  • à la gare routière de Toulouse Matabiau, pour les locations de moyenne durée (à la journée)
  • au Port Saint-Sauveur pour les locations de longue durée (au mois), ainsi que pour les réparations.

Le coût de la location moyenne durée est de 2 € la journée, ou 1 € la demi-journée, et 1 € par nuit. Pour les locations longue durée le prix va de 10 à 18 € par mois.

À noter que depuis l'été 2006, la vélo station de la gare routière est gérée par Vinci à la suite d'un appel d'offres.

Velô-Toulouse[modifier | modifier le code]
Article détaillé : VélôToulouse.
Installation d'une station de location automatisée à la Daurade

Ce système de location automatique est en service depuis le 16 novembre 2007. Pour commencer, 60 premières stations étaient en place. Une décision du conseil municipal du 6 juillet 2007 a confié à la compagnie JC Decaux l'installation et l'exploitation d'un parc de bornes, bornettes et vélos en location automatique (Velopartage) sur le centre ville de Toulouse[21]. Il s'agit du système Cyclocity, c'est-à-dire que le principe est similaire à celui appliqué sur le Vélo'v lyonnais ou le Vélib' parisien : des stations de locations sont réparties avec un maillage très serré, et la location est payante (la journée est à 1 €). Ceci afin de maximiser la rotation des vélos et ne pas transformer les location courte durée en location à la journée. L'objectif de ce système est de faciliter la circulation en ville pour les marcheurs et les usagers des transports en commun, comme il l'a été montré après l'installation de Vélo'v à Lyon[22]

À la fin de la première phase d'installation, en janvier 2008, le réseau sera composé de 135 stations et de 1500 vélos. Le dispositif s’étendra ensuite jusqu'en périphérie de la ville. En avril 2008, 253 stations seront disponibles. Leur emplacement est encore à l’étude[23].

La tarification appliquée est la suivante[24] : pour les abonnés, gratuité pour la première demi-heure, 50 centimes jusqu'à une heure, puis 1€ par heure supplémentaire. Pour les non abonnés : 1€ de droit d'accès, gratuité pour la première demi-heure, 0,50€ jusqu'à une heure, 1,50€ jusqu'à deux heures, puis 2€ par heure supplémentaire.

L'abonnement est de 5€ pour une semaine, 10€ pour un mois et 25€ pour une année. La caution est de 150€.

Voici donc un exemple de tarifs de location pour les abonnés (hors abonnement) :

durée 30 min 1 h 1 h 30 2 h 5 h 10 h 20 h
tarif Gratuit 0,5 € 1,5 € 1,5 € 4,50 € 9,50 € 19,50 €

Et pour les non abonnés (hors droit d'accès) :

durée 30 min 1 h 1 h 30 2 h 5 h 10 h 20 h
tarif Gratuit 0,5 € 2,0 € 2,0 € 8,0 € 18,0 € 38,0 €

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Bus Tisséo au terminus du Cours Dillon
Ligne A du métro toulousain
Article détaillé : Transports en commun de Toulouse.

Les transports collectifs de l'agglomération toulousaine sont organisés par un syndicat regroupant plusieurs collectivités locales : Tisséo-SMTC. Il regroupe la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, le Sicoval, la Communauté d'Agglomération du Muretain et d'autres communes couvertes par le réseau Tisséo et regroupées dans le SITPRT (Syndicat Intercommunal des Transports Publics de l'Agglomération Toulousaine).

Le réseau s'articule principalement autour du VAL autour duquel s'organisent les lignes de bus et de tramway. Le Transport à la demande, le train et le mobibus (transports pour handicapés) complètent l'offre.

  • Le métro toulousain possède deux lignes (lignes A et B). La ligne A relie la zone commerciale et industrielle de Basso-Cambo à la zone commerciale de Balma-Gramont (en bordure de la commune de Balma) en une diamétrale sud-ouest - nord-est. La ligne B relie le quartier d'habitation de Borderouge au nord de la commune de Ramonville-Saint-Agne[25] en une diamétrale nord-sud.
  • Le tramway de Toulouse possède 2 lignes une allant de Toulouse à Beauzelle via Blagnac; et depuis Avril 2015 une nouvelle branche vers l'aéroport est en service reliant ce dernier au centre-ville de Toulouse.
  • Le réseau de bus couvre les communes de agglomération les plus proches de Toulouse[26] jusqu'à 22h. Un service de soirée réduit prend le relais de 22h à 1h, uniquement sur les territoires de Toulouse et de Blagnac[27].
  • Le transport à la demande (TAD) est un service de minibus flexible pouvant nécessiter une réservation préalable (selon le trajet), adapté à la desserte des zones rurales ou de moyenne densité. Sa version la plus élaborée, le TAD 106 (service de h 30 à h, fréquence d'une demi-heure) dessert l'est de la banlieue (Balma, Drémil-Lafage, Flourens, Mons, Pin-Balma, Quint-Fonsegrives). D'autres lignes de transports à la demande existent ailleurs dans l'agglomération.
  • Une ligne de train, la ligne C, propose un service cadencé entre le quartier des Arènes à Toulouse et la commune de Colomiers. Cette ligne est utilisable avec un titre de transport Tisséo.
  • Mobibus est un service de transport à la demande pour les personnes à mobilité réduite[28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Enquête sur les déplacements des ménages de l'aire urbaine toulousaine en 2004 — Partie 1 Partie 2
  2. Les grands projets de Toulouse, l'Express - 24 mai 2007
  3. Toulouse, quels territoires pour quels projets, sur chezbelan.com
  4. Source : Enquête ménage
  5. « Grand contournement autoroutier de Toulouse », DDE de la Haute-Garonne (consulté le 25 août 2007)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Les déplacements dans la Grande Agglomération Toulousaine 2013 Principaux résultats de l’Enquête Ménages Déplacements et de l’Enquête Cordon Routière www.aua-toulouse.org/sites/www.aua-toulouse.org/IMG/pdf/emd2013_100p_dossier_light.pdf
  7. www.aua-toulouse.org/sites/www.aua-toulouse.org/IMG/pdf/emd2013_chiffrescle_sicoval.pdf
  8. www.aua-toulouse.org/sites/www.aua-toulouse.org/IMG/pdf/emd2013_chiffrescle_muretain.pdf
  9. Présentation de la LGV Sud-Europe-Atlantique sur le Site Transports du Medad
  10. "Bilan et perspectives 2006", sur le site de l'aéroport.
  11. Présentation des halls de l'aéroport Toulouse-Blagnac
  12. Site du Grand Toulouse sur l'AéroConstellation
  13. a, b, c, d et e Enquête Ménages Déplacements 2013 Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine www.aua-toulouse.org/sites/www.aua-toulouse.org/IMG/pdf/stationnement_v2.pdf
  14. a et b http://www.securite-routiere.gouv.fr/content/download/35853/343235/version/3/file/Bilan+de+la+s%C3%A9curit%C3%A9+routi%C3%A8re+2015.pdf
  15. a et b observatoire des déplacements partenariat sGGd synthèse - situation 2013 www.aua-toulouse.org/sites/www.aua-toulouse.org/IMG/pdf/synthese_2013_light.pdf
  16. Source : Site de la mairie de Toulouse, consulté le 21/09/2006
  17. Source : Enquête de l'association vélo Toulouse sur les discontinuités, consulté le 21/09/2007
  18. Source : Enquête de l'association vélo Toulouse sur le stationnement, consulté le 21/09/2007
  19. Source : 20 minutes du 4/06/2007, consulté le 21/09/2007
  20. Source : 20 minutes du 4/06/2007, consulté le 21/09/2007
  21. Source : 20 minutes du 29/06/2007, consulté le 21/09/2007
  22. Source : Transflash n°311
  23. Source: Actualité du 16/11/2007 site VélôToulouse.fr
  24. Source : Délibération du Conseil Municipal du 6 juillet 2007, consultée le 21/09/2007
  25. « Le métro », Site officiel de la ville de Toulouse (consulté le 28 juillet 2007)
  26. Carte du réseau et carte de l'agglomération
  27. Réseau de soirée
  28. « Mobibus », Site officiel de la ville de Toulouse (consulté le 28 juillet 2007)