Marlhes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marlhes
Image illustrative de l'article Marlhes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Saint-Genest-Malifaux
Intercommunalité Communauté de communes des Monts du Pilat
Maire Jean Gilbert
Code postal 42660
Code commune 42139
Démographie
Population
municipale
1 393 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 02″ N 4° 23′ 44″ E / 45.2838888889, 4.39555555556 ()45° 17′ 02″ Nord 4° 23′ 44″ Est / 45.2838888889, 4.39555555556 ()  
Altitude Min. 810 m – Max. 1 190 m
Superficie 32,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Marlhes

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Marlhes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marlhes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marlhes

Marlhes est une commune française, située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Elle fait partie du Parc Naturel Régional du Pilat.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Marlhes est située dans le Haut-Pilat, un plateau qui domine le massif du Pilat (classé parc naturel régional). La commune s'étend sur plus de 32 km², à des altitudes variant entre 800 et 1 200 mètres. Les hivers des années 1941, 1948, 1951 sont marqués par de très fortes chutes de neige ; en revanche, les années 1906, 1942, 1943, 1944 sont marquées par de très grandes sécheresses.

Activité[modifier | modifier le code]

L'agriculture occupe encore une place importante avec des exploitations tournées vers la production de lait de vache. Par ailleurs, quelques entreprises sont installées sur la commune (maçonnerie, scierie, commerces...). Mais une grande partie de la population travaille à l'extérieur de la commune, essentiellement sur l'agglomération stéphanoise.

Au XIXe et XXe siècles, de nombreuses scieries et une usine sont en activité le long de la rivière qui va du hameau de de l'Allier jusqu’à Verne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marlhes est citée dans des textes de Saint-Sauveur-en-Rue dès l'an 1080. Marlhes est le lieu de naissance de Marcellin Champagnat (1789-1840), fondateur des écoles maristes présentes sur plusieurs continents, canonisé le 18 avril 1999 par Jean-Paul II. Au lieu-dit de la Faye, existait un château, siège de la baronnie de la Faye. Au Temple, le promeneur peut apercevoir les traces d'une ferme fortifiée, dépendance de la commanderie hospitalière de Devesset.

Le 22 juillet 1948, l'abbé Dorna composa la Marlhesienne, hymne de la commune, qui fut interprété par la clique de la sapinière puis par l'ensemble musicale présent depuis 2007.

L'église abrite les reliques, contenues dans une statue en cire, de saint Fidèle.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1878 1901 Claude Chorain    
1901 1903 Jean Courbon Lafaye    
1903 1904 Celestin Peysson    
1904 1944 Paul Courbon Lafaye    
1944 1945 Jean Riocreux    
1945 1959 Paul Courbon Lafaye    
1959 1977 Paul Aubert    
1977 1995 Claude Chorain SE  
1995   Jean Gilbert PS conseiller général du canton de Saint-Genest-Malifaux
Les données manquantes sont à compléter.

d'après http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-marlhes.html

Marlhes est jumelée à Togo Feouda et charrette au Québec.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 393 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 800 2 233 2 371 2 420 2 700 2 717 2 731 2 893 2 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 784 2 246 2 143 2 039 2 141 1 994 2 046 1 891 1 878
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 901 1 938 1 671 1 469 1 406 1 407 1 358 1 238 1 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 015 971 981 1 021 1 094 1 305 1 392 1 382 1 393
2011 - - - - - - - -
1 393 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Au hameau du Rosey, la chapelle dédiée à Saint-Marcellin Champagnat, ainsi que, juste à coté, la maison natale de celui-ci.
  • L'église de Marlhes, surnommée la basilique des hauts-plateaux.
  • La maison de la Béate et de l'Allier, musée d'arts et traditions populaires.
  • La Maison de l'eau.
  • La ferme et le Château de La Faye. La ferme, réputée pour la fabrication du babeurre (de la fin du XVIIIe jusqu'au milieu du XXe siècle), fut dirigée pendant plus de deux siècles par la famille Courbon Lafaye, dont le dernier représentant fut Paul Courbon Lafaye (maire). Le Château, d'un style néoclassique sobre, présente toutefois une architecture massive et austère. Tombé en ruines après la Seconde Guerre Mondiale, il est depuis quelques années restauré, en vue de la création par un collectionneur privé d'un musée dédie à la statuaire romaine.
  • Le Château de la Sapée, dans le centre du bourg.
  • La statue de la madone, en haut d'une colline surplombant le village.
  • Les carrières de la Faye de granit bleu, spécifique dans la région.

Sports[modifier | modifier le code]

En 1975 Marlhes et Jonzieux participent au jeu intervillages présenté par l'animateur Guy Lux qui fait le déplacement dans ces deux communes. Le dimanche 20 juillet, le village de Jonzieux l'emporte à Marlhes, mais Marlhes prend sa revanche à Jonzieux le 27 juillet.

Chaque année fin mai, se déroule la Foulée Verte de Marlhes, une course à pied créée en 1981, qui emprunte les sentiers de la commune sur 17 km.

Les 23 et 24 mai 2009, les championnats de France universitaire de course d'orientation se sont déroulés dans la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Marlhes, faisant partie du Pilat, comporte de nombreux milieux naturels remarquables. Elle comporte quatre ZNIEFF de type 1 et une de type 2 ainsi qu'un SIC (Site d'intérêt communautaire) :

  • Type 1 : Crêt de Chaussitre, Prairies de Marlhes, Prairies de la Frâche, Prairies de l'Allier.
  • Type 2 : Les zones humides du Haut Pilat.
  • SIC : Les Tourbières du Pilat et Landes de Chaussitre.
Etang gelé, au sein d'un milieu naturel, durant l'hiver 2011

Au niveau des forêts, Marlhes est constituée principalement de sapinière, de pinède à pin sylvestre et de plantations de résineux (notamment de douglas).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]