Bougé-Chambalud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bougé-Chambalud
Bougé-Chambalud
La place de la mairie et la Grande Rue en 1919.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne
Canton Canton de Roussillon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Roussillonnais
Maire
Mandat
Claudette Fayolle
2014-2020
Code postal 38150
Code commune 38051
Démographie
Population
municipale
1 395 hab. (2015 en augmentation de 11,42 % par rapport à 2010)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 52″ nord, 4° 54′ 08″ est
Altitude 220 m
Min. 172 m
Max. 232 m
Superficie 15,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Bougé-Chambalud

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Bougé-Chambalud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bougé-Chambalud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bougé-Chambalud
Liens
Site web Site officiel

Bougé-Chambalud est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont les Bougérards et les Chambalaires. Mais les habitants ont l'habitude de plutôt dire Bougérois et Chambalairois.

Géographie et économie[modifier | modifier le code]

  • les rivières : le Dolon (rivière), le Bège, l'Oron et l'Ambroz.
  • Les sources : la source Saint-Font, la source Sainte-Geneviève, le jardin des Sources ( 5 sources dont 2 canalisées).
  • 32 espèces différentes de fruits sont cultivées : - 20 arboriculteurs produisant 14 sortes de fruits différents : abricots, cassis, caseilles (hybride de cassis et de groseille à maquereau), cerises, fraises, fraises des bois, framboises, groseilles, griottes, kiwis, melons, mirabelles, mûres, nectarines, pavies (pêches à conserves), pêches, poires, pommes, prunes, tomates - Les fruits du jardin pourraient être développées en culture : figues, groseilles à maquereaux, kakis, myrtilles, nèfles, raisins, coings le Bleuet, pastèques, raisins - Les fruits secs : amandes, noisettes, noix.
  • Le chambourcin est un cépage de cuve français de raisins noirs créé par Joannès Seyve (1900 - 1965) à Bougé Chambalud.
  • Après la période phylloxérique, on a créé de nombreux hybrides de la vigne pour reconstituer le vignoble. Un homme à Bougé-Chambalud, a créé une des grandes collections d'hybrides, Bertille-Seyve (1864-1944). Il a obtenu plus de 100 variétés dont 6 ont été de francs succès (notamment le Commandant, le Colonel et le Général) dans plus ou moins tout le pays. Ses deux fils ont poursuivi son œuvre, mais seul Johannès-Seyve est resté à Bougé-Chambalud[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Venant de deux paroisses bien distinctes, elles furent malgré tout assez souvent rassemblées. Achetées par le comte d'Anjou, elles firent partie de ce comté avec Agnin et Sonnay jusqu'à la Révolution de 1790.

Elles furent érigées en commune officiellement en 1801.

Le duc de Normandie, Édouard le Chauve a séjourné à Bougé-Chambalud pendant une semaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1955 1965 M. Colleon    
1965 1971 M. Louis Bérut    
1971 1977 M. Jean Couston    
1977 1985 M. André Denaud    
1985 1989 M. Louis Bernier    
1989 1995 Mme Marinette Marce    
mars 1995 mai 2008 M. Jean Villard    
mai 2008 mars 2014 M. Gérard Forcheron    
mars 2014 en cours Mme Claudette Fayolle SE Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire en 1908.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 400 habitants, en augmentation de 12,9 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6657137279351 0281 1491 1821 1691 212
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2111 2031 1261 0871 0689991 011945901
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
937891816815790764776817835
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
7897176728149181 1281 2641 400-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de Thivolley
Ancien domaine du Haut Moyen Âge, partiellement rasé en 1793. Il présentait, trois tours, dont une hexagonale (comportant un escalier à vis), avec une porte à cintre surbaissé et deux fenêtres à meneaux ornées de colonnettes.
  • Commanderie de la Chal
Située autrefois sur la paroisse de Bougé, et aujourd'hui sur la commune d'Epinouze (Drôme), elle dépendait de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ce château, dit commanderie des Templiers, est mentionné comme " Domus hospitalis " de Chalma dès le XIVe siècle.
  • Église de Bougé (lombarde)
Tout comme celle de Chambalud, elle aurait été bâtie sur les fondations de temples romains dédiés à Neptune et à Saturne ; on distingue sur la façade une pierre et un chapiteau romains de réemploi. Architecture lombarde, de style roman primitif avec un fronton triangulaire. À l'intérieur, le chœur porte des écussons symboles de l'ordre de Cluny.
  • Église de Chambalud (St-Ennemond)
Clocher de caractère roman, le presbytère serait plus ancien. Dans l'église, des pleins cintres et des ogives de la fin du XIIe siècle. Dédiée à saint Ennemond, l'église fut un lieu de pèlerinage. On évoquait ce saint pour préserver les enfants d'une épidémie et l'onguent Saint-Ennemond ou « Chambalud », médicament qui fit la popularité du curé de l'église, avait la propriété d'éliminer les abcès et furoncles. L'église fut un prieuré très riche descendant des bénédictins de Cluny en Saône-et-Loire.
  • Château de Porte, XVIIe siècle (~1620), rénové au XXe siècle (1902), résidence privée de la famille de Monts de Savasse.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Galet, Cépages et vignobles de France, tome 1 La vigne américaine, Montpellier, Déhan, , pages 393 et suivantes
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :