Hauterives

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hauterive.

Hauterives
Hauterives
La mairie d'Hauterives.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Drôme des collines
Intercommunalité Porte de DrômArdèche
Maire
Mandat
Florent Brunet
depuis 2011
Code postal 26390
Code commune 26148
Démographie
Gentilé Hauterivois, Hauterivoises
Population
municipale
1 900 hab. (2016 en augmentation de 10,47 % par rapport à 2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 22″ nord, 5° 01′ 38″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 506 m
Superficie 30,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Hauterives

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Hauterives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hauterives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hauterives

Hauterives est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le village qui relevait d'une seigneurie du même nom relevait du fief des archevêques de Vienne et il est particulièrement connu pour le Palais idéal, œuvre classée au titre des monuments historiques et signée par Ferdinand Cheval, simple facteur de la commune, qu'il a élaborée et construite de ses propres mains durant 33 ans entre 1879 et 1912.

Les habitants de la commune sont dénommés les Hauterivois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Hauterives et des communes voisines

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Le village d'Hauterives est localisé dans la partie septentrionale du département de la Drôme, dans la micro région de la Drôme des Collines et plus précisément entre deux collines qui forment la vallée de la Galaure.

Par la route, les limites du département de l'Isère se trouve entre 8 et 9 km au nord et à l'est. Le département de l'Ardèche est à un peu plus de 20 km vers l'ouest. La commune d'Hauterives est distante d'environ 26 km de Romans-sur-Isère, 45 km de Valence, 70 km de Grenoble et 80 km de Lyon.

Il s'agit d'une petite commune essentiellement rurale présentant certains atouts touristiques, mais situé à l'écart des grandes voies de circulation et comptant de nombreux hameaux disséminés dans un paysage agricole et entourée de collines.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Situées dans un rayon entre 5 et 6 km du centre du village, les communes les plus proches sont Tersanne, Lens-Lestang, Moras-en-Valloire, Le Grand-Serre et Châteauneuf-de-Galaure.

Communes limitrophes d’Hauterives
Moras-en-Valloire
Saint-Sorlin-en-Valloire
Lens-Lestang
Châteauneuf-de-Galaure Hauterives Le Grand-Serre
Saint-Martin-d'Août Tersanne Saint-Christophe-et-le-Laris

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Hauterives se situe en limité occidentale de la formation argilo-caillouteuse de Chambaran-Bonnevaux. Elle est notamment constituée de galets de quartzite patinés, d’origine alpine, pouvant atteindre une assez grande taille. ces galets sont enveloppés dans une terre argileuse rougeâtre dépourvue de calcaire. La présence de cette argile peu perméable a favorisé le glissement des alluvions sur les pentes, rendant difficiles leur délimitation [2].

L'Hauterivien, roche calcaire de teinte jaune caractéristique, que l'on peut trouver dans la Drôme, n'est pas lié à la commune mais à la localité d'Hauterive en Suisse[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Drôme.

Le secteur de la Drôme des collines dans lequel se situe Hauterives et la vallée de la Galaure présente un climat qualifié de climat méditerranéen dégradé ou altéré, car il est en partie soumis à des influences océaniques et semi-continentales, les pluies connaissent des maxima de printemps et d'automne d'importance à peu près similaire. La sécheresse d'été est plus modérée que dans le sud du département et le mistral (vent du nord) ne souffle pas aussi fort.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Galaure à Hauterives
La Galaure

La commune est traversée par la Galaure, une petite rivière provenant de la forêt de Chambaran, dans le département de l'Isère. Elle coule dans la partie centrale du territoire, au sud du bourg, non loin du Palais idéal, dans un axe Est-Ouest, puis conflue avec le Rhône à Saint-Vallier.[4].

Au niveau du territoire communal, la Galaure reçoit les eaux de plusieurs petits affluents, tels que :
le Galaveyson, d'une longueur de 17,46 km[5],
le ruisseau de Bonne Combe d'une longueur de 3,2 km[6],
le ruisseau de Dravey, d'une longueur de 2,86 km[7], et
l'Oeillon, ce dernier étant un effluent du Ruisseau de Combesse[8].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'est en ouest par la D 51 qui longe la vallée de la Galaure de Roybon à Saint-Vallier et en son axe nord-sud par la D 538 qui est un itinéraire bis entre Vienne et Marseille. Les sorties d'autoroute les plus proches sont situées à Chanas (environ 25 km) ou Tain-l'Hermitage (30 km) pour l'A7 et à Romans-centre (30 km) ou Saint-Marcellin (environ 37 km) pour l'A49.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville a mis en place un service de transports scolaires. La Société nationale des chemins de fer français assure également un service de transport TER par car (lignes 03 et 12).

À un peu plus de 20 km, la gare de Saint-Vallier-sur-Rhône située sur l'axe Avignon-Valence-Lyon permet d'accèder au réseau ferrovaire de la région Auvergne-Rhône-Alpes. À une trentaine de kilomètres au sud de Hauterives, la gare de Romans - Bourg-de-Péage dessert les destinations vers le centre ville de Valence et de Grenoble. La gare de Valence TGV située à une dizaine de minutes à l'est de Romans-sur-Isère (soit à une quarantaine de kilomètres de Hauterives), permet quant à elle d'emprunter le réseau des lignes à grande vitesse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logé entre la rive droite de la rivière La Galaure au sud et la colline au nord sur laquelle était autrefois construit le château fortifié, Hauterives s'étend principalement suivant un axe est-ouest. Le pont sur la départementale 538, dit « pont de Romans » fait la liaison routière et piétonnière entre le village et la rive gauche de la rivière où sont situés la piscine, le château communal, les équipements sportifs, le camping et une zone d'habitations (p. 22 et 23)[9]. Un peu plus à l'est, une passerelle pour piétons permet également de rejoindre cette zone.

L'occupation des sols est majoritairement dédiée à l'agriculture, puis par les espaces naturels qui s'étendent sur presque 40 % de la surface de la commune.

Occupation des sols à Hauterives en 2017
Type d’occupation Proportion (Drôme) Superficie (hectares)
Espace urbain construit 5,27 % (5,60) 162
Espace agricole 52,73 % (25,80) 1 620
Fôrets et milieux semi-naturels 37,59 % (66,40) 1 155
Eaux 0.9 % (1) 27
Indéterminés 3,54 % (1,30) 109
Source : Base statistique de l'Observatoire des surfaces à l’échelle communale (OSCOM) et Diaporama de présentation OSCOM[10]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Vue générale de Treigneux
Hameau de Treigneux.

Hauterives comprend deux hameaux ; Treigneux situé à environ 2,5 km vers l'ouest en direction de Châteauneuf-de-Galaure et Saint-Germain à environ 2 km vers l'est en direction du Grand-Serre.

Logements[modifier | modifier le code]

En , il est recensé un total de 880 logements à Hauterives, contre 771 en , soit une augmentation de plus de 14 % en cinq ans. Entre ces deux dates, la proportion de maisons et d'appartements est restée quasiment identique, soit respectivement environ 84 % et un peu plus de 15 %[11]. Il y a 745 résidences principales et 79 résidences secondaires en . Si le nombre de résidences principales a augmenté en valeur absolue, il représente une légère diminution relativement au total des logements (-0,7 %), ceci s'expliquant par la stagnation du nombre de résidences secondaires et une augmentation relativement importante du nombre de logements vacants qui est de 35 en pour atteindre 56 cinq ans plus tard.

Le logement à Hauterives
Types de logements 2014 Proportion 2009 Proportion
Total 880 100 % 771 100 %
Résidences principales 745 84,6 % 658 85,3 %
Résidences secondaires 79 9 % 78 10,1 %
Logements vacants 56 6,3 % 35 4,5 %
Source : Insee[11]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Hauterives est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[12].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Elle fait également l'objet d'un plan de prévention des risques technologiques [13], le PPRt Novaplex du nom de l'industriel qui opère un site de stockage de 60 000 m3 de propylène classé « Seveso seuil haut » sur la commune du Grand-Serre, en limite Est de Hauterives[14],[15].

Sur le territoire d'Hauterives, Storengy opère des installations de stockage souterrain de gaz naturel classées « Seveso seuil haut »[16] sans qu'elles soient, a priori, soumises à un plan de prévention des risques technologiques contrairement aux communes voisines de Tersanne, Saint Avit et Saint Martin d'Août[17].

Chloralp, filiale du groupe Vencorex exploite des mines de sel dans le sous-sol de la commune, ce qui nécessite l'utilisation de plusieurs centaines de milliers de mètres cubes d'eau par année[18].

Vieille photographie de la mine de lignite
L'ancienne mine de lignite d'Hauterives.

Au nord du village, le site d'une ancienne mine de lignite est sujet à des mouvements de terrain et de ce fait, déclaré zone inconstructible[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hauterives est nommé Villa Sancti Martini de Acelin au XIIe siècle, Castrum de Altarippa en , Castrum Altæripæ en , De Altorivo en , puis Alteripve en , Autarripve en et Auterives en [20] du fait de sa situation topographique puisque le village est bâti sur la terrasse de la rive droite de la rivière. En parler local, le nom de la commune est prononcé /øtaˈriva/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le village était fortifié, les remparts étant percés de quatre portes. Ne subsiste qu'une porte ogivale. Le village est dominé par le château féodal dont il ne reste que quelques ruines envahies par les broussailles. Le château se divisait en deux parties, la plus élevée représentait la citadelle ultime. La famille d'Hauterives est mentionnée dès , le château et son mandement en . Au début du XVIIe siècle, le château menaçait de tomber en ruines, toitures et charpentes étaient en mauvais état ; il cessa d’être entretenu. À l'aube du Moyen Âge figure la famille Ferlay parmi les très anciennes familles du mandement d'Hauterives[21].

Ruines du château vieux
Ruines du château vieux (XIIe siècle).

Selon la légende, le comte Anselme, originaire de Mayence, et son fils Pinabel, tous deux véritables détrousseurs de passants, habitaient le manoir et ce fut le paladin Roland qui, guerroyant alors en Dauphiné contre les Maures, mit fin à leurs sinistres exploits après avoir investi leur repaire. Figure également parmi les seigneurs qui l'ont habité, Amédée de Clermont, abbé de Hautecombe, puis évêque de Lausanne devenu saint Amédée[22].

La seigneurie d'Hauterives comprenait toute la communauté de ce nom et relevait du fief des archevêques de Vienne. Elle était possédée depuis fort longtemps par une famille de son nom, qui s'éteignit vers le milieu du XIIe siècle chez les Clermont.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La seigneurie et le château furent vendus en par la famille d'Hauterives aux Poisieu, dont l'héritière s'allia en à la famille de Saint-Chamond. Elle fut ensuite acquise en par les Borel, qui la vendirent en aux Chastellard, derniers seigneurs d'Hauterives[23].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En , Hauterives devint le chef-lieu du district de Romans-sur-Isère comprenant, outre la municipalité de son nom, celle du Grand-Serre ; mais la réorganisation de l'an VIII en fait une simple commune du canton du Grand-Serre.

Cette commune a compris les quatre paroisses ou sections de Hauterives, Saint-Germain, Treigneux et Tersanne, jusqu'au , époque où cette dernière paroisse en a été distraite, pour former une commune distincte du canton du Grand-Serre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats à Hauterives des principaux candidats aux élections présidentielles[24]
Année Candidats % exprimés
1er tour 2d tour
2012 Sarkozy 28,4 59,6
Le Pen 25,6
Hollande 19,5 40,4
Mélenchon 10,1
2017 Le Pen 27,8 41,4
Fillon 23,9
Macron 20,1 58,6
Mélenchon 15,3

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1983 Max Brunet    
mars 1983 décembre 2010[25] Gabriel Biancheri DVD-UMP Député et conseiller général
janvier 2011 En cours Florent Brunet[26] UMP-LR Ancien président de la communauté de communes des Quatre Collines

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

L'eau potable du village provient de la nappe souterraine pompée depuis le lieu-dit Dravey (code ouvrage 0126148002), environ 145 000 m3 par an[27]. L'assainissement collectif d'Hauterives est géré par la communauté de communes Porte de DrômArdèche grâce à deux stations d'épuration ; une est située sur le territoire de la commune, avec une capacité nominale de 800 équivalent-habitants (en , catégorisée comme non-conforme en performance et en équipement) ; l'autre étant située sur la commune voisine de Châteauneuf-sur-Galaure pour une capacité nominale de 300 équivalent-habitants[28],[29].

Des « îlots de propreté » ou « points d'apports volontaires » sont disséminés à plusieurs endroits du village, leur collecte étant assurée au niveau de la communauté de commune par le Syndicat Intercommunal Rhodanien de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères (Sirctom) qui opère aussi les déchetteries des environs, dont la plus proche est située à Châteauneuf-de-Galaure[30],[31]. La valorisation des déchets est confiée au Syndicat de Traitement des déchets Ardèche Drôme (Sytrad)[30],[32].

Une borne de recharge pour voiture électrique est située proche du Palais idéal[33].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de l'ancienne communauté d'Hauterives, qui était de 121 ménages et d'environ 786 âmes en 1474, se composait de 250 ménages et 1 580 âmes en 1760, et de 277 familles en 1774. En 1790, il y avait 1 588 âmes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[35].

En 2016, la commune comptait 1 900 habitants[Note 1], en augmentation de 10,47 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6431 6171 7641 8152 2842 3302 4732 4372 580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5062 4302 5422 5142 5221 8891 8301 7871 848
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7731 7331 7471 5951 6021 4541 3521 2751 185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 1761 1231 0811 0961 2021 3331 5321 5581 584
2013 2016 - - - - - - -
1 7991 900-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire à , l'école primaire publique comprend sept classes pour 167 élèves dont 104 en classe élémentaire et 63 en maternelle[38], réparties sur deux écoles situées au centre du village ; à proximité l'une de l'autre. L'école élémentaire Général-de-Miribel se situe près de l'église et l'école maternelle Ferdinand-Cheval, près de la Poste, accueille aussi la cantine scolaire dont les repas sont préparés par un traiteur.

Les collèges publics et privés les plus proches se trouvent tous à 6 km de Hauterives, respectivement au Grand-Serre et à Châteauneuf-sur-Galaure.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marché
Marché communal
Marchés et foires

Le marché se tient sur la place de la Mairie tous les mardis matins. La foire commerciale et agricole annuelle a lieu le lundi de Pâques.

Un marché de Noël est organisé durant un week-end en décembre alors que durant l'été ont lieu un marché artisanal, une brocante ainsi qu'une soirée gourmande.

La foire de Pâques s'y déroule régulièrement chaque année avec de nombreuses animations[39].

Vogues

Plusieurs vogues se déroulent durant l'été : à Hauterives le dernier week-end d'août, à Saint-Germain en août et à Treigneux, fin juin ou début juillet.

Randonnées pédestres

La randonnée pédestre « La Marche du facteur » est organisée le troisième dimanche d'avril pour découvrir les sentiers de la Drôme. En 2018, la trentième édition attire plus de 1700 randonneurs[40].

Autres manifestations

Des manifestations artistiques se déroulent également à Hauterives : durant l'été, plusieurs concerts sont organisés en soirée dans le jardin du Palais idéal et chaque année, une exposition artistique (peinture, photographie ou sculpture) est présentée au château communal durant toute la saison, d'autres plus éphémères, dans la salle communale à proximité du Palais idéal.

Santé et services sociaux[modifier | modifier le code]

De nombreux services de santé sont proposés à Hauterives. On peut trouver un médecin généraliste, un cabinet d'infirmières, un cabinet de kinésithérapeutes, des ambulanciers, une pharmacie et un vétérinaire.

Il y a également une maison de retraite (EHPAD) de plus de soixante-deux places disposant d'une unité pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer[41], un centre médico-social, ainsi qu'un foyer d'accueil et d'hébergement pour adultes handicapés[42].

L'hôpital le plus proche se trouve à Saint-Vallier à une quinzaine de minutes ou à Romans-sur-Isère à un peu plus de trente minutes en voiture.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs équipements sportifs : deux courts de tennis éclairés, des terrains de football, un gymnase, un terrain de boules, une piscine avec deux bassins et une pataugeoire pour les enfants.

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Plusieurs activités sportives s'exercent sur la commune : le football-club d'Hauterives (Fch-Usgs), le Haute-Galaure tennis-club, le judo club, le club de basket « Hauterives basket », l'amicale-boules, le club des chasseurs : ACCA, une association de gymnastique et yoga, le CSG (club sportif galaurien) pratiquant cyclisme et course à pied hors stade, l'association des pêcheurs « truite de la Galaure » et l'association « Danse passion ». Depuis la rentrée 2014, un club de « multi-boxes » a vu le jour. Il fait partie de l’association « Hauterives multisports », les entraînements se déroulent au dojo municipal.

Loisirs[modifier | modifier le code]

La bibliothèque « Facteur-livres » est située dans la rue principale en face de la poste. Elle est ouverte le mardi de h à 11 h, le jeudi de 18 h à 20 h et le vendredi de 16 h à 17 h 30. Des boites à livres ou « boites à lire » sont disposées à plusieurs endroits du village, permettant d'emprunter ou de déposer des livres librement.

Il existe aussi une école de musique, la chorale « Le chœur des collines », une troupe de théâtre nommée « la Brouette », l'association « Les amis du Cèdre » qui regroupe des personnes retraitées, l'association « Arts pour tous » ainsi que l'atelier « soie et vannerie ».

Il y a de nombreux sentiers de balades à Hauterives ainsi que des labyrinthes végétaux situés à Saint-Germain (entrée payante).

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Hauterives appartient à la paroisse « Saint-Joseph de la Galaure » qui regroupe les communautés de quinze communes[43].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est portée par l'agriculture, l'élevage et l'apiculture mais aussi le tourisme (tourisme vert lié, entre autres, à la présence du Palais Idéal qui draine de nombreux touristes)

Activité touristique[modifier | modifier le code]

Le village, qui bénéficie d'un certain afflux touristique, héberge plusieurs chambres d'hôtes ou gîtes, un hôtel-restaurant, deux étoiles et un camping trois étoiles de 150 places équipés de chalets et de mobil-homes[44].

Activité commerciale[modifier | modifier le code]

Les commerces sont nombreux : des boulangeries, primeur, pizzeria, bars et restaurants, un traiteur, une librairie, une jardinerie, une boutique d'électro-ménager, un bureau de tabac, antiquaire, pressing, opticien, coiffeurs, institut de beauté, ainsi qu'une auto-école, un garagiste et concessionnaire d'une grande marque française d'automobile. Un service de grande distribution de type supermarché avec une station de carburants est également présent sur la commune.

Activité industrielle[modifier | modifier le code]

Entreprises 

La commune compte une zone artisanale dans la partie septentrionale de son territoire accueillant le siège ou les services de quelques entreprises, principalement locales.

La société Vencorex, dont le siège est situé dans la région lyonnaise, exploite le sel en sous-sol qui est dirigé par saumoduc vers la plateforme chimique du Pont-de-Claix[45].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Les maisons anciennes dont les murs sont en arêtes de poisson sont construites avec les galets de la Galaure. On trouve également de nombreuses maisons en pisé.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Notre Dame de Bonnecombe.
Notre Dame de Bonnecombe.

Il ne reste rien de l'ancienne chapelle d'Hauterives du XIIe siècle qui était située près du cimetière. Pour la remplacer, l'église actuelle, l'église Saint-Martin, a été construite au XIXe siècle.

Deux autres églises se situent dans les hameaux voisins : l'église de Treigneux et l'église Saint-Roch de Saint-Germain.

Au milieu du XIIe siècle, Notre-Dame de Bonnecombe était un prieuré de l'ordre de Saint Ruf. Jusqu'au XVIe siècle, il y eut des religieux. Ils furent chassés par les guerres de religion et les bâtiments tombèrent en ruines. Vers 1690, monsieur Bret, prieur de Saint-Vallier et de Sarras reconstruit Bonnecombe. Pendant plusieurs années, les moines cordeliers de Charrière vinrent y célébrer des messes. À la Révolution, terres et bâtiments sont vendus. Le chapelle devient propriété de la famille Revol. Une partie est démolie et le reste transformé en bâtiment agricole. En 1851, les descendants cèdent la chapelle à une société qui s'engage à la reconstruire. En 1855, le nouveau sanctuaire est béni. Elle est surnommée « Notre-Dame-des-Mères » car la légende veut que près de la chapelle coule une source où les femmes gauloises atteintes de stérilité venaient s'abreuver afin d'assurer leur descendance. Un pèlerinage a lieu tous les ans en septembre et les pèlerins boivent l'eau de cette source.

Châteaux[modifier | modifier le code]

Porte féodale.
Porte féodale.

On peut voir la porte ogivale de l'enceinte du château féodal du XIIe siècle. Il ne reste que quelques ruines du château vieux qui s'est écroulé en 1650.

Le château dit communal du XVIIe siècle a été construit sur la rive gauche de la Galaure par le seigneur d'Hauterives plutôt que de restaurer le vieux château féodal. Il est remarquable par ses boiseries du XVIIe siècle et ses moulures en stuc du XVIIIe. Ce château accueille des expositions temporaires.[réf. nécessaire]

Le château du Châtelard, situé sur la rive gauche de la Galaure, face à la colline de Saint-Germain appartient à la famille de Miribel. Il laisse deviner, dans les grands arbres de son parc, ses tours coiffées en oignons de tuiles rouges sur le modèle lorrain. C'est dans ce château que le général de Miribel est décédé. À l'origine, un certain Berlion, de la maison d'Hauterives, avait pris le nom de seigneur du Chastellard en s'installant dans ce lieu dans les années 1250. Une place forte se justifiait ici au croisement de la route militaire reliant Nyons à Vienne et de la voie commerçante vers l'Italie depuis Saint-Vallier. Un nouveau château y fut édifié en 1460. Il en subsiste quelques tours marquées des armes de la maison. En 1750, François de Chatellard le démolit et construit la maison forte actuelle. Sa dernière héritière, mademoiselle de Valory de Chastellard, épousa le comte Arthus de Miribel. Elle était la mère du général de Miribel.

Le château de Barral est une ancienne maison forte restaurée au XIXe siècle.

Les œuvres du Facteur Cheval[modifier | modifier le code]

Détail du palais idéal du facteur Cheval.
Détail du palais idéal du facteur Cheval.
Tombeau du facteur Cheval.
Tombeau du facteur Cheval.
Le Palais idéal

Le Palais idéal[46] a été élevé entre 1879 et 1912 par le facteur Ferdinand Cheval avec les pierres qu'il ramassait lors de ses tournées. Fruit du long labeur d'un seul homme, ce monument est une curiosité de l'art naïf, classée monument historique depuis 1969.

Le tombeau du silence et du repos sans fin

Cette sépulture a été édifiée entre 1914 et 1922 par le facteur Ferdinand Cheval déçu de ne pas pouvoir être enterré dans l'enceinte de sa première œuvre et qui y est enterré avec d'autres membres de sa famille. la tombe est située dans le cimetière de la ville, à proximité de l'entrée principale.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Cèdre du Liban du parc du château d’Hauterives.

Hauterives est un village botanique membre des « Villages botaniques de la Drôme[47] ». À l'initiative de la mairie d'Hauterives, un circuit botanique est développé sur le thème des plantes fantastiques. Les communes d'Albon, Barnave, Chabrillan, Châtillon-en-Diois, Grignan, Manas, Mirmande, Montélier et Montvendre sont aussi membres des « Villages botaniques de la Drôme ».

Devant la facade Nord du château communal, un cèdre du Liban planté sous Henri IV, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, est possiblement l'un des plus anciens de France[48]. Sa cime dépasse trente mètres pour un tronc mesurant 8 m de circonférence à 1,30 m du sol (en )[49].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[50].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue du général de Miribel située devant l'église.
Statue du général de Miribel située devant l'église.
  • Henri de Chastelard de Salières (1602-1680) né Henri de Chastelard à Hauterives, appelé le marquis de Salières, est un militaire ; colonel commandant du régiment de Carignan-Salières en Nouvelle-France.
  • Joseph Antoine Ferlay (1798-1874) est un homme politique français né à Hauterives ; maire de Valence puis préfet de la Drôme.
  • André Lacroix (1824-1910), né à Hauterives, est un enseignant puis journaliste pour divers journaux locaux avant d'être nommé archiviste du département de la Drôme.
  • Joseph de Miribel (1831-1893), chef d'État-Major des armées françaises, décédé à Hauterives dans le château du Châtelard.
  • Ferdinand Cheval (1836-1924) plus connu sous le nom de « facteur Cheval » est un facteur français célèbre pour avoir passé 33 ans de sa vie à édifier à Hauterives le « Palais idéal ».
  • Étienne Vassy (1905-1969), né à Hauterives, est un géophysicien reconnu comme le premier en France à avoir vu l´intérêt scientifique des fusées-sondes.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Hauterives
Blason de Hauterives Blason Parti: au 1er d'azur à trois fleurs de lis d'or, au 2e d'or à la clef d'azur posée en barre, l'anneau en haut et le panneton vers le chef, et au chef d'azur[51].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Erreur de référence : La balise <ref> définie dans <references> a un groupe attribué « N.B. » qui ne figure pas dans le texte précédent.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de la Drôme, consulté le 23 avril 2019
  2. site de la préfecture de la Drôme "contexte environnemental, géologique et hydrologique de la commune de Châteauneuf-sur-Galaure, consulté le 31 juillet 2019
  3. Mention originale de ce terme dans Eugène Renevier, Tableau des terrains sedimentaires,
  4. SANDRE, « Fiche rivière la Galaure (V36-0400) » (consulté le 23 avril 2019)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau (V3600580) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau (V3600600) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau (V3601160) »
  8. « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Combesse (V3601180) ».
  9. Plan local d'urbanisme « PPRi Hauterives » [PDF], (consulté le 6 juin 2018) et Géoportail.
  10. « Observatoire des surfaces à l’échelle communale (OSCOM) en Auvergne-Rhône-Alpes », sur ministère de la Transition écologique et solidaire, (consulté le 2 juin 2018).
  11. a et b LOG T2 - Catégories et types de logements« Dossier complet - Commune d’Hauterives (26148) », sur Insee, (consulté le 3 juin 2018).
  12. Site du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, page sur la commune de Hauterives
  13. Préfecture de la Drôme, « Commune de HAUTERIVES : Fiche synthétique descriptive des risques » [PDF], sur .gouv.fr, .
  14. Plan de Prévention des Risques Technologiques NOVAPEX : Communes de Le Grand Serre et Hauterives, 52 p. (lire en ligne [PDF]).
  15. « PPRT Le Grand Serre - Novapex (stockage souterrain) », sur pprtrhonealpes.com (consulté le 2 juin 2018).
  16. « Fiche d'établissement - Inspection des Installations Classées », sur ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le 2 juin 2018).
  17. « PPRT Tersanne - Storengy (ex. GDF) stockage souterrain de gaz », sur pprt-rhonealpes.com (consulté le 2 juin 2018).
  18. « Irep », sur georisques.gouv.fr (consulté le 2 juin 2018).
  19. Maurin, Concession des mines de lignite de Hauterives (26) : Rapport de visite et d'évaluation des travaux de mise en sécurité, Bureau de recherches géologiques et minières, , 39 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  20. « Dictionnaire topographique de la France - CTHS », sur CTHS, (consulté le 15 juin 2018).
  21. Voir Monographie de la famille Ferlay, 1000 ans d'histoire.
  22. site de l'office du tourisme du pays d'Hauterives
  23. Site JC TRuffet, page sur le château de Chatelard, consulté le 25 avril 2019
  24. « Les résultats / Elections - Ministère de l'Intérieur », sur Ministère de l'intérieur (consulté le 30 mai 2018).
  25. « Décès du député Gabriel Biancheri », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 29 mai 2018).
  26. « Commune de Hauterives - Annuaire - Association des maires de la Drôme », sur association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  27. « L'eau dans la commune : HAUTERIVES (26) », sur Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse (consulté le 31 mai 2018).
  28. « Fiche STEU Hauterives - Chef lieu », sur Ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le 31 mai 2018).
  29. « Fiche STEU Station intercommunale de Châteauneuf-de-Galaure », sur Ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le 31 mai 2018).
  30. a et b « SIRCTOM – Déchetterie - Maire d'Hauterives », sur mairie-hauterives.fr (consulté le 31 mai 2018)
  31. « Synthèse rapport d’activité 2016 (SIRCTOM) » [PDF], sur sirctom.fr (consulté le 31 mai 2018).
  32. « Territoire & Adhérents - Sytrad », sur sytrad.fr (consulté le 31 mai 2018).
  33. « Sded - Parking du Palais Hauterives : borne de charge à Hauterives », sur chargemap.com (consulté le 31 mai 2018).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  38. « Fiche établissement - ECOLE ELEMENTAIRE PUBLIQUE GENERAL MIRIBEL », sur Académie de Grenoble (consulté le 29 mai 2018).
  39. Site dinature, page sur la foire de Pâques 2018 de Hauterives, consulté le 24 avril 2019
  40. Lucien Riband, « 1717 randonneurs à la Marche du Facteur », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 29 mai 2018).
  41. Site lesmaisonsderetraite.fr, page sur l'EHPAD Gabriel Biancheri de Hauterives, consulté le 24 avril 2019
  42. site annuaire action-sociale.fr, page sur le foyer La Chaumière de Hauterives, consulté le 24 avril 2019
  43. Site de la paroisse Saint-Joseph de la Galaure, page de présentation, consulté le 23 avril 2019
  44. « Les meilleurs Hébergement Hauterives par Petit Futé. », sur Petit Futé (consulté le 1er juin 2018).
  45. « La rénovation du Saumoduc à l’étude », sur isere-drac-romanche.fr, (consulté le 1er juin 2018).
  46. Palais idéal du facteur Cheval
  47. Village botanique
  48. F. Monteiller, « Enquêtes sur les arbres remarquables de la Drôme », Études drômoises, no 69, décembre 1986, p. 49.
  49. « Le cèdre du château communal de Hauterives (Drôme) », (consulté le 7 juin 2018).
  50. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  51. « L'armorial », Blasonnement de Hauterives (Drôme), sur armorialdefrance.fr, (consulté le 18 juin 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]