Lens-Lestang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lens-Lestang
Lens-Lestang
Chapelle Notre-Dame de Chatenay.
Blason de Lens-Lestang
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Communauté de communes Porte de Dromardèche
Maire
Mandat
François Faure
2020-2026
Code postal 26210
Code commune 26162
Démographie
Gentilé Lenselois, Lenseloises
Population
municipale
888 hab. (2018 en augmentation de 9,23 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 33″ nord, 5° 02′ 36″ est
Altitude Min. 237 m
Max. 448 m
Superficie 16,41 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Beaurepaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Drôme des collines
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Lens-Lestang
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Lens-Lestang
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lens-Lestang
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lens-Lestang
Liens
Site web mairie-lens-lestang.fr

Lens-Lestang est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lens-Lestang est situé dans le nord du département, en bordure avec l'Isère, à 20 km à l'est de Chanas et à 5 km de Beaurepaire.

Rose des vents Manthes Beaurepaire (Isère) Beaurepaire (Isère)
Marcollin (Isère)
Rose des vents
Manthes
Moras-en-Valloire
N Marcollin (Isère)
Lentiol (Isère)
O    Lens-Lestang    E
S
Moras-en-Valloire Hauterives Lentiol (Isère)
Hauterives

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sites particuliers : Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Combe Bouzat
  • Combe de la Font
  • Combe de l'Échatel
  • Combe de Levaux
  • Combe des Morts
  • Combe du Gray
  • Combe Falconon
  • Combe Marion
  • Combe Marmiton
  • Coteau de la Garenne

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les cours d'eau suivants[1] :

  • l'Échatel de Saint-Didier ;
  • le Dolure ;
  • Ruisseau de Lentiol, affluent du Dolure ;
  • Torrent de Frémuzet.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lens-Lestang est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Beaurepaire dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (62 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,1 %), forêts (35,1 %), zones agricoles hétérogènes (9,1 %), prairies (8,1 %), zones urbanisées (3,6 %), cultures permanentes (0,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Barbonnière
  • Bois de Levaux
  • Bois des Potences
  • Bois du Double
  • Carmone
  • Champ de la Dame
  • Champ du Clerc
  • Champs Fumat
  • Château du Double
  • Château Levaux
  • Chatenay
  • Chemin de la Vie Bosson
  • Fafay
  • Imbeau
  • la Grande Raie
  • la Saône
  • le Bourgeat
  • le Couiment
  • le Gelas
  • le Paletou
  • les Biesses
  • les Bouchassels
  • les Bouyonnes
  • les Charmes
  • les Curtils
  • les Granges
  • les Mollies
  • les Pérouses
  • les Petites Biesses
  • le Vernet
  • Marion
  • Peytefoux
  • Pignerol
  • Saint-Didier

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[9] :

  • 1055 : in Lento (cartulaire de Saint-André-le-Bas, 265).
  • XIIe siècle : vicus de Lantuis et Lent (cartulaire de Saint-André-le-Bas, 97).
  • 1268 : grangia de Lentio, in parrochia de Serra, Viennensis diocesis (cartulaire de Léoncel, 231).
  • 1311 : mention de la paroisse : parrochia de Lento (Lacroix, Le canton du Grand-Serre, 67).
  • 1390 : dominus de Lencio (choix de documents, 197).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : capella de Lemto (pouillé de Vienne).
  • 1474 : de Lemptis (archives de la Drôme, E 3557).
  • 1521 : mention de la paroisse : ecclesia Lenti (pouillé de Vienne).
  • 1568 : Len (Bull. soc. d'archéol., XIX, 26).
  • 1675 : Lent (archives de la Drôme, E 3562).
  • 1790 : le Petit Lens (nom vulgaire).
  • 1891 : Lens-Lestang, commune du canton du Grand-Serre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses :

  • Peut-être d'un nom de personne gaulois Lentus, variation de Lentius[10].
  • Plus sérieusement : du mot gaulois lindon « liquide », semblable au vieil irlandais lind, irlandais lin (cf. Dublin), vieux breton lin « étang, lac »[11].

Le sens de ce mot étant devenu opaque, il a été traduit par son correspondant roman estang, estanc « étendue d'eau dont les bords arrêtent l'écoulement » puis étang[réf. nécessaire].

Le ruisseau du Lentiol semble représenter un dérivé de Lens[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[9] :

  • Au point de vue féodal, Lens-Lestang était une partie de la terre de Moras.
  • Elle fait partie du domaine des dauphins.
  • 1574 : acquise par les Murat.
  • 1643 : Les Murat obtiennent l'érection de leurs terres (Lens-Lestang, Lentiol, Marcolin et Vinay) en marquisat de Lestang. Ce marquisat est resté dans la famille des Murat jusqu'à la Révolution.

La paroisse de Lens-Lestang dépendait de Moras jusqu'au XVIIe siècle[12].

1650 : Lens-Lestang fut distraite de la communauté de Moras[9] (ou 1654[13]).

1774 (démographie) : 210 familles[9].

Avant 1790, Lens-Lestang était une communauté de l'élection et subdélégation de Romans et du bailliage de Saint-Marcellin.
Elle formait une paroisse du diocèse de Vienne dont l'église, dédiée à saint Jean-Baptiste, dépendait du prieur du Grand-Serre qui y prenait la dîme et présentait à la cure[9].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Lens-Lestang est comprise dans le canton de Moras. La réorganisation de l'an VIII la fait entrer dans celui du Grand-Serre[9].

En 1855, le territoire de cette commune a été diminué d'une partie de la commune de Lapeyrouse-Mornay[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1790 1867 ?    
1867 1871 François Bois    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 ?    
1874 1878 ?    
1878 1884 ?    
1884 1888 ?    
1888 1892 ?    
1892 1896 ?    
1896 1900 ?    
1900 1904 ?    
1904 1908 ?    
1908 1912 ?    
1912 1919 ?    
1919 1925 ?    
1925 1929 ?    
1929 1935 ?    
1935 1945 ?    
1945 1947 ?    
1947 1953 ?    
1953 1959 ?    
1959 1965 ?    
1965 1971 ?    
1971 1977 ?    
1977 ? (†) Maurice Novat DVG  
?
(élection ?)
1983 ?    
1983 1989 ?    
1989 1995 ?    
1995 2001 ?    
2001 2008 Jean-Pierre Olmos DVG  
2008 2014 Jean-Pierre Olmos   maire sortant
2014 2019 (17 sept.) (†) Jean-Pierre Frize   fonctionnaire
2019 (29 nov.)
(élection ?)
2020 François Faure   retraité
2020 En cours
(au 30 mars 2021)
François Faure[14][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 888 habitants[Note 3], en augmentation de 9,23 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0551 0461 1661 3161 5321 5251 6021 7101 744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4921 4541 4201 4111 4261 3941 3141 2161 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0121 013976860856770720747791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
701655636672629667775790829
2017 2018 - - - - - - -
882888-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête : 15 août (pèlerinage)[12].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Église de Lens-Lestang.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, vergers, bovins, caprins, ovins[12].

  • Foires : 27 avril, 25 juin, 11 septembre, 27 novembre[12].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tours anciennes[12].
  • Chapelle romane de Chatenay érigée après un vœu à l'époque des croisades[19]. Aujourd'hui restaurée, elle fait l'objet d'un pèlerinage chaque .
  • Chapelle (Xe et XIe siècles) au cimetière[12].
  • Château du Double construit entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle[20] : gypseries et sculptures du XVIIIe siècle[12].
  • Moulin à farine référencé sur cartographies de Cassini publiées en . Moulin modernisé en . Cessation en [réf. nécessaire].
  • Église Saint-Jean-Baptiste, construite entre et . De dimensions imposantes, sa construction nécessita des techniques audacieuses pour vaincre l'instabilité du sol due à la présence de la nappe phréatique. Le clocher, surmonté d'une croix, culmine à 48 mètres. Il abrite trois cloches, remarquablement accordées, dont le fameux bourdon « Jean- Baptiste » qui pèse plus de 1 500 kg[réf. nécessaire].
  • Château Levaux[19], maison forte moderne.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Maison du marin.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Lens-Lestang Blason
De gueules au loup d'or emportant dans sa gueule un mouton d'argent, accorné (et onglé) de sable[21].
Détails
Blason attribué par Charles d'Hozier en 1696 et repris par la commune de Lemps.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 pages, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en octobre 2020, l'ancienne notion d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b c d e et f J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 193 (Lens-Lestang).
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, DNLF, p. 395b. sous Lemps.
  11. Xavier Delamarre, DLG, p. 202.
  12. a b c d e f g h et i Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Lens-Lestang.
  13. Pierre Martin, « Aperçu sommaire de l'histoire de Moras-en-Valloire », Bulletin de l'association universitaire d'études drômoises, no 19, 1970, p. 17.
  14. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a et b « Le riche patrimoine de Lens-Lestang », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  20. « Château du Double à Lens-Lestang », sur monumentum.fr (consulté le ).
  21. « 26162 Lens-Lestang (Drôme) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).