Balaguier-sur-Rance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Balaguier-sur-Rance
Balaguier-sur-Rance
Balaguier sur Rance (Balaguier le Gras) en juillet 2010 depuis la Route menant vers Miolles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Arrondissement de Millau
Canton Causses-Rougiers
Intercommunalité Communauté de communes Monts, Rance et Rougier
Maire
Mandat
David Maury
2014-2020
Code postal 12380
Code commune 12019
Démographie
Gentilé Balaguiérois
Population
municipale
92 hab. (2017 en diminution de 8 % par rapport à 2012)
Densité 9,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 55″ nord, 2° 34′ 39″ est
Altitude Min. 253 m
Max. 748 m
Superficie 9,8 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Balaguier-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Balaguier-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balaguier-sur-Rance
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balaguier-sur-Rance

Balaguier-sur-Rance est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Curvalle Plaisance Martrin Rose des vents
N La Serre
O    Balaguier-sur-Rance    E
S
Miolles Pousthomy Saint-Sernin-sur-Rance

Site[modifier | modifier le code]

Balaguier-sur-Rance, village du sud Aveyron, est divisé en deux parties situées de part et d'autre de la rivière, le Rance. Balaguier le Maigre (ou le Vieux), sur la rive droite, avec ses maisons accrochées sous un éperon rocheux qui a porté un ouvrage fortifié dont il ne reste aucune trace. Sur la rive gauche, Balaguier le Gras, avec l'église, la mairie et un château des XVe et XVIe siècles. Les deux rives sont reliées par un pont en pierre du XVe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte des deux statues-menhirs prouve que le site a été occupé depuis la préhistoire.

Balaguier le Maigre… Balaguier le Gras…Très près de leur terre nourricière les habitants différenciaient les deux parties du village suivant la nature du sol. À Balaguier le Gras, la couche d'humus est plus importante, la terre est dite, grasse. Balaguier le Maigre, plus aride, la roche y affleure le sol. Balaguier le Vieux (panneau de circulation routière) est une appellation plus récente du début des années 1950 dont l'origine relève de l'anecdote.

Pour les sources, l'auteur, né au village, a utilisé ces termes dans son enfance et sa jeunesse... comme tous les habitants du village. Encore utilisés à ce jour, Ils figurent dans " Vivre au Pays" texte plus récent de l'histoire de Balaguier-sur-Rance qui les rappelle...

De la paroisse à la commune (registres numérisés)

L'histoire débute en 1702 avec le registre paroissial tenu par le curé Cluzel auquel succèdent - Durand, Gauthier, de Frézals - jusqu'au 23 août 1792, dernière prestation de de Frézals… pour le baptême de Jean Vincent, fils de Jacques Vincent métayer à la Vaysse.

Le 22 septembre 1792 (1er vendémiaire de l'an 1er de la république française) est établi le calendrier républicain.

Et le registre d'état civil (qui fait suite au registre paroissial) est inauguré le 30 septembre 1792 (9 vendémiaire an 1er) par le citoyen maire, Jean Jacques Tier de la Caze… qui, pour sa première prestation, enregistre la naissance de Marie Anne Villeneuve, fille d'André Villeneuve 52 ans et Anne Villeneuve son épouse. Et pour sa dernière, le 1er décembre 1792...

Remplacé le 20 mars 1793 (30 nivose an II) par Gabriel Guy "officier public de la commune de Balaguier" suivi de quelques autres qui s'y relaient les années suivantes.

Seulement, le 22 mars 1794 (2 germinal an II) intervient Joseph Bonnevialle "officier municipal de Roque montagne" (Saint-Sernin). La municipalité de Balaguier provisoirement réunie à celle de Roque montagne… qu'il dit.

Ce n'est qu'un court intermède car Gabriel Guy reprend la main le 1er juillet 1794 (13 messidor an II) .

Et tout se termine le 17 septembre 1800 (30 fructidor an VIII) par le décès de Thérèse Bec 50 ans, dernier enregistrement sur le registre de Balaguier.

Le 22 septembre 1800 (1er vendémiaire an IX) : suppression de la commune de Balaguier (et de son registre d'état civil)

Le 12 octobre 1800 (20 vendémiaire IX): premier enregistrement sur le registre de Saint-Sernin, la naissance de Marie Anne Bonnafé Jacques Bonnafé et Marianne Jean Jean, à Treixe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Philippe Boularan[1]    
mars 2014 En cours David Maury SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2017, la commune comptait 92 habitants[Note 1], en diminution de 8 % par rapport à 2012 (Aveyron : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
360403519550506502480510502
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
423458444450446403393329330
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
294278268224209172150127104
1999 2005 2010 2015 2017 - - - -
100941049292----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une statue-menhir du néolithique a été découverte lors de travaux sous la route départementale, dans le village. Une copie a été dressée sur le lieu de la découverte, au bord de la route, avec une plaque en céramique du Conseil Général de 'Aveyron. L'original est à la mairie.
  • Une seconde statue-menhir du néolithique a été découverte en 1930 au cours d’un labour au lieu-dit Puech du Lac. Une copie a été dressée non loin du lieu de la découverte, au bord de la route qui conduit au hameau de Canteloup. Fin août 2008, cette copie avait été enlevée et il ne restait que la plaque en céramique du Conseil général de l'Aveyron. L'original est au musée Damien-Bec, à Laval-Roquecézière.
  • Château donjon des XVe et XVIe siècles inscrit à l'inventaire des Monuments historiques en 2015.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Sent-Sarnin : Balaguièr, Brasc, Combret, Copiac, La Bastida-Solatges, La Sèrra, La Val-Ròca-Cesièira, Martrinh, Montclar, Montfranc, Plasença, Postòmis, Sant-Jòri / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de Sent-Sarnin, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 232 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-10-6, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF35529736)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]