Camarès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camarès
Image illustrative de l'article Camarès
Blason de Camarès
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Causses-Rougiers
Intercommunalité Communauté de communes Monts Rance et Rougier
Maire
Mandat
Jacques Bernat
2014-2020
Code postal 12360
Code commune 12044
Démographie
Population
municipale
979 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 24″ nord, 2° 52′ 49″ est
Altitude Min. 356 m – Max. 968 m
Superficie 41,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Camarès

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Camarès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camarès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camarès

Camarès (en occitan : Lo Pont de Camarés) est une commune française et un canton du sud de l’Aveyron dans la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 23 kilomètres au sud de Saint-Affrique et à 80 kilomètres de Béziers, elle est traversée par le Dourdou de Camarès et se trouve au pied des Monts de Lacaune.

Son sol rouge, le Rougier, est de nature schisto-gréseuse. Il renferme un riche sous-sol qui a permis, dès l’époque gallo-romaine, l’exploitation des premières mines de cuivre ou de plomb argentifère.

Présence d'un bassin thermal avec des sources qui ne sont plus exploitées actuellement : Prugnes les eaux, Andabre, Le Cayla et Sylvanès (eau thermale).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Camarès

De gueules au pont de trois arches d’argent posé sur des ondes du même mouvant de la pointe, au chef cousu d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or

Toponymie[modifier | modifier le code]

Initialement Camarès désignait la région et la ville portait l'appellation de Pont-de-Camarès. Elle tirait ce nom du Pont Vieux dont la date de construction est inconnue, sans doute du XIe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ville est mentionnée en 883, comme siège d’une viguerie carolingienne, dans le cartulaire de l’abbaye de Vabres. Son territoire englobait le nord de l’actuel canton de Camarès, et quelques communes adjacentes. Le sud du canton actuel constituait une viguerie indépendante dont le chef-lieu était Brusque.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les troupes protestantes prirent Camarès en 1563 et en firent rapidement une de leurs villes fortes. En 1586, Camarès comptait parmi les quatre principales du Rouergue.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Fanjaud   Agriculteur
mars 2008 en cours Jacques Bernat DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

En 2011, Jacques Bernat est candidat à la succession de René Quatrefages à la tête du Parc naturel régional des Grands Causses. Il échoue cependant face à Alain Fauconnier, sénateur-maire de Saint-Affrique avec 20 voix, contre 23 à son adversaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 979 habitants, en augmentation de 0,82 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 750 1 638 2 206 2 425 2 679 2 034 2 132 2 363 2 434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 364 2 250 2 163 2 193 2 265 2 302 2 332 2 324 2 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 004 1 967 1 895 1 507 1 576 1 633 1 644 1 497 1 317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 288 1 253 1 212 1 258 1 127 1 008 979 987 979
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie actuelle est essentiellement agricole, en particulier en brebis qui en majorité fournissent le lait nécessaire à la fabrication du roquefort.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La région possède de nombreux châteaux comme le château de Montaigut (Xe-XVIIe siècle) et d’importants sanctuaires religieux dont l’Abbaye de Sylvanès (XIIe siècle) qui a été restaurée en centre musical.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Pont-vieux (XIe siècle).
  • Porte d’entrée de la ville haute.
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Croix, néo-gothique 1869, statue de la Vierge 1946 au clocher.
  • Église Saint-Michel, 1825.
  • Chapelle de Saint-Pierre d’Issis.
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Andrieu, Camarès, mille ans d'histoire locale, Camarès, Maison de la Presse, , 421 p., ill. ; 19 cm (notice BnF no FRBNF34926549)
  • René Bernat, La vie sous la Révolution française dans le pays du Camarès, Aveyron : 1789-1799, Camarès, Mairie de Camarès, , 137 p., couv. ill. ; 22 cm (notice BnF no FRBNF35292937)
  • Jean Delmas, A. Gouzes, M. Simonin et J.-C. Hedan, Le Canton de Camarès, Rodez, Sauvegarde du Rouergue, coll. « Maisons et paysages du Rouergue », , 32 p. (ISSN 0297-6269, notice BnF no FRBNF34979170)
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. M. le Conseiller général), Lo Pont : Arnac, Brusca, Faiet, Gissac, Melagas, Montanhòl, Pèus-e-Cofolèus, Silvanés, Tauriac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Camarés, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 320 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-50-5, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37657611)
  • Plan du Pont Camaretz avec ses fortifications... (1629) disponible sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]