Le Clapier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Clapier
Le Clapier
Abside de l'église de Saint-Xist
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Causses-Rougiers
Intercommunalité Communauté de communes Larzac et Vallées
Maire
Mandat
Raymond Fabreguettes
2014-2020
Code postal 12540
Code commune 12067
Démographie
Gentilé Clapierois(e)
Population
municipale
79 hab. (2016 en augmentation de 5,33 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 55″ nord, 3° 10′ 24″ est
Altitude Min. 459 m
Max. 803 m
Superficie 19,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Le Clapier

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Le Clapier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Clapier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Clapier

Le Clapier est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Clapier
Fondamente Cornus
Fondamente du Clapier Romiguières
(Hérault)
Roqueredonde
(Hérault)

Site[modifier | modifier le code]

Au premier plan, le Mas Hugonenq (avant-causse) ; au fond, les falaises de Bouviala coiffées par le volcan de Romiguières.

Le village est situé à 640 mètres d’altitude sur un plateau qui appartient à l'avant-causse. Une plateforme établie sur des calcaires, en avant du causse Larzac qui suit à l'est, mais est plus haut de 100 à 200 m. L'avant-causse est très caillouteux dans la zone du Clapier (étage géologique du Sinémurien), d'où le nom du lieu où l'on observe de nombreuses murettes d'épierrement et tas de cailloux (clapiers = accumulations de pierres en occitan). La montée sur le Causse se fait en deux niveaux. En pied de pente on observe une épaisse couche de marnes noires appartenant au Toarcien (175 millions d’années); elle est striée de griffes d'érosion si bien que la couleur sombre du matériau est localement visible dans les prairies.

En haut de pente apparaissent les grandes falaises blanches et calcaires qui caractérisent le rebord du Larzac, ici la partie occidentale appelée Guilhaumard. Dans le cas précis, les falaises appartiennent principalement au Bathonien. Tout le secteur est lieu d'excursion de chercheurs de l'Europe entière, pour au moins deux raisons : d'une part, les marnes noires sont fossilifères et livrent une faune marine (ammonites, bélemnites...); d'autre part, la région, depuis la vallée de la Sorgue jusqu'au Larzac proche, permet de découvrir une série sédimentaire superbe qui, avec quelques sérieuses lacunes, va du Cambrien au milieu du Secondaire. C'est magique pour apprendre la géologie. Le village du clapier est situé sur la ligne de partage des eaux Atlantiques et Méditerranéennes, versant méditerranéen.

Toponyme[modifier | modifier le code]

« Clapier » = accumulation, tas de pierres au milieu des champs en occitan. Ce sont des tas de cailloux artificiels créés pour dégager les terrains très caillouteux à fin de les rendre arables et agricoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Raymond Fabreguettes DVG Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2016, la commune comptait 79 habitants[Note 1], en augmentation de 5,33 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
550615480509475473476480436
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
464504410404367335291241225
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
22719315014511996797167
1999 2006 2007 2012 2016 - - - -
6576777579----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château[modifier | modifier le code]

Au centre du village, le château du Clapier comprend quelques vestiges d'un fort médiéval, dû probablement aux Hospitaliers de Jérusalem. On remarquera notamment la partie inférieure d'une tour percée de plusieurs meurtrières et les arcades d'une galerie latérale. Ruiné à l'époque des guerres de Religion, l'ouvrage a été partiellement reconstruit aux XVIIe et XVIIIe siècles pour devenir une ferme. Les archives épiscopales nous apprennent que le "fort" (aussi appelé "repaire") du Clapier était un ensemble assez vaste destiné à offrir aux pèlerins en route pour Compostelle un refuge contre les loups et les brigands. Il comprenait notamment des dortoirs, un four à pain, la résidence du commandeur et...une prison.

Bastide des Fonts[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-de-Bouviala[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-de-Bouviala non loin des sources de l’Orb.

Église de Saint-Xist[modifier | modifier le code]

Elle date du (Xe siècle). Son clocher-tour (Xe siècle), unique dans la région, dresse son élégante architecture et, tel un phare muet perdu au milieu des terres, sert de repère pour le petit hameau blotti à ses pieds. Des peintures de Nicolas Greschny occupent la totalité des murs de fond et du chœur. Ces œuvres monumentales représentent en 14 planches, la Crucifixion et la Résurrection. Elles apportent encore à la richesse culturelle du lieu.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jardin du Curé[modifier | modifier le code]

Le jardin du curé qui jouxtait l’église et qui était en friche a été transformé en un jardin botanique avec plus de 300 plantes médicinales et aromatiques, dont le renom commence à s’étendre au-delà de la région. Son parrainage par le jardin des plantes de Montpellier prouverait, s’il en était besoin, de sa qualité et de sa diversité.

Plateau de Guilhaumard[modifier | modifier le code]

Encore appelé Causse du Guilhaumard, c'est un plateau calcaire (karstique) fortement érodé par endroits (chaos ruiniformes, avens, grottes, dolines) autrefois boisé de hêtres, aujourd’hui réduit à l’état de pelouses sèches. L'abîme du Mas Raynal est une cavité remarquable de ce causse.

On y rencontre:

  • Une flore riche de plus de 1900 espèces, dont certaines endémiques et rares;
  • Une faune a sujet rares (pipit, bruant, traquet, tritons, papillons)
  • Les randonnées sur le plateau de Guilhaumard
    • GR-71: Saint-Xist — Pas de Licous - Pascalerie - Grange de Baldy—Mas Raynal
    • GR-71b: Montpaon, par le pas Farrat et Panissargues - Saint-Rome-de-Berlières, par le pas de Tirecul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jean Geniez), Cornus : Lo Clapièr, Fondamenta-Montpao(n), La Panosa, Senta-Aularia, Sent-Baulise, Sent-Jan-Sent-Paul, La Tor-Marn(h)agas, Lo Vialar / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Cornus, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 239 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-32-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36694302)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]