Saint-Victor-et-Melvieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Victor.
Saint-Victor-et-Melvieu
Saint-Victor
Saint-Victor
Blason de Saint-Victor-et-Melvieu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Arrondissement de Millau
Canton Raspes et Lévezou
Intercommunalité Communauté de communes de la Muse et des raspes du Tarn
Maire
Mandat
Jean Capel
2014-2020
Code postal 12400
Code commune 12251
Démographie
Gentilé Saint-Victorois
Population
municipale
379 hab. (2014 en augmentation de 0,26 % par rapport à 2009)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 07″ nord, 2° 49′ 58″ est
Altitude Min. 262 m
Max. 689 m
Superficie 17,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Victor-et-Melvieu

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Victor-et-Melvieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-et-Melvieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-et-Melvieu

Saint-Victor-et-Melvieu est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ayssènes Viala-du-Tarn Rose des vents
N
O    Saint-Victor-et-Melvieu    E
S
Le Truel Les Costes-Gozon Saint-Rome-de-Tarn

Site[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Victor-et-Melvieu se situe à quelques kilomètres de Millau et Saint-Affrique. Les paysages que l'on peut y observer sont des paysages d'avant-causses, caractérisés par des collines. La commune se situe aussi sur le territoire des Raspes, tout près du Tarn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Victor-et-Melvieu est une ancienne seigneurie des Montcalm-Gozon, famille du célèbre Dieudonné de Gozon.

Vers 1925, la construction du barrage hydro-électrique de Pinet, sur la rivière Tarn, crée un afflux de population, notamment de travailleurs espagnols. Une gendarmerie est alors présente à St Victor et indique l'importance que ce village a pris. À cette époque, on note aussi la présence d'une station essence, d'un hôtel. St Victor est connu pour son bon air. On y vient aussi en cure.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de ...

Ecartelé, au premier et au quatrième: d'azur à trois merlettes d'or; au deuxième et au troisième: de sable à une tour d'or; sur le tout un écusson de gueules à une bande cousue d'azur; à la bordure componée d'or et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Jean Capel SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

  • Projet de poste de transformateur 400 000 volts « Sud-Aveyron ».
    RTE-SA, gestionnaire des réseaux de transport d'électricité THT projette la création d'un poste de raccordement électrique sur 6 à 9 hectares. Ce projet connait l'opposition d'une partie de la population des deux villages formant la commune et de certains propriétaires des terrains[1]. Ce projet de poste est lié à la création de parcs éoliens en Sud-Aveyron, Nord de l'Hérault et Est du Tarn (les objectifs européens, relayés en objectifs nationaux et déclinés à l'échelle régionale prévoient 1600 MW éoliens à l'horizon 2020 dans l'ancienne région Midi-Pyrénées et environ 30 000 MW au niveau national). L'association d'opposition à ce projet d'aménagement du territoire, Plateau survolté,[2] s'est formée en 2010.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2014, la commune comptait 379 habitants[Note 1], en augmentation de 0,26 % par rapport à 2009 (Aveyron : +0,58 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
694 762 815 827 840 827 785 815 853
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
841 839 805 774 754 811 600 987 749
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
608 553 516 456 367 296 305 299 329
2005 2010 2014 - - - - - -
362 381 379 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • À Saint-Victor, une tour de guet du XVe siècle.
  • Dans l'église de Saint-Victor, les fresques byzantines de Nicolas Greschny, artiste contemporain.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Désert, vue sur les Raspes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Greschny est venu réaliser les fresques de l'église de St Victor (1953).
  • En juin 1940, l’écrivain Maurice Genevoix se réfugie à Saint-Victor-et-Melvieu chez le père de son épouse Yvonne Louise Montrozier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Alain Marc), Sant-Roma : Aissenas, Broquièrs, Brossa, Las Còstas, L'Estrada, Sant-Victor, Lo Truèlh / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Sant-Roma, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 239 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-20-3, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36688572)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Barroux, « Dans le sud de l’Aveyron, un projet de transformateur fait monter la tension », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. Plateau survolté
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.