Saint-Laurent-de-Lévézou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.

Saint-Laurent-de-Lévézou
Saint-Laurent-de-Lévézou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Raspes et Lévezou
Intercommunalité Communauté de communes de Lévézou Pareloup
Maire
Mandat
Patrick Contastin
2014-2020
Code postal 12620
Code commune 12236
Démographie
Gentilé Saint-Laurentais(e)
Population
municipale
158 hab. (2015 en augmentation de 1,94 % par rapport à 2010)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 12′ 31″ nord, 2° 57′ 34″ est
Altitude Min. 614 m
Max. 1 121 m
Superficie 23,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Lévézou

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Lévézou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Lévézou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Lévézou

Saint-Laurent-de-Lévézou est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentais. La commune a été érigée en 1869 par démembrement de celle de Saint-Léons, héritière d'une seigneurie et communauté d'Ancien Régime. Aussi l'histoire de Saint-Laurens se confond largement avec celle de Saint-Léons. Le territoire de la nouvelle commune est en gros celui de la paroisse, plus le village de Mauriac. La commune de Saint-Laurent est largement située sur le massif du Lévézou, comprenant un de ses plus hauts sommets, le Mont Seigne, 1128m. L'activité dominante y a toujours été l'agriculture, traditionnellement le seigle et l'élevage.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 12236.png
Rose des vents Vézins-de-Lévézou Rose des vents
N Saint-Léons
O    Saint-Laurent-de-Lévézou    E
S
Curan Saint-Beauzély

Site[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur l'entité géographique du Lévézou, au pied du mont Seigne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Saint-Laurent est d'abord connue par la remarquable Monographie de la commune de Saint-Léons d'Albert Carrière[1]. Elle a été renouvelée et augmentée par Marc Vaissière, enfant du pays[2].

L'histoire de Saint-Laurent se confond largement avec celle de Saint-Léons jusqu'à leur séparation en 1869. Du Moyen Âge à la Révolution Française, le territoire de Saint-Laurent faisait partie de la seigneurie et de la communauté de Saint-Léons. La terre de Saint-Léons est issue d'une donation des comtes de Rodez et vicomtes de Millau à l'Église, au Xe siècle. Un monastère bénédictin avait été fondé à Saint-Léons, et son prieur exerçait le pouvoir seigneurial sur le territoire et ses habitants. Au cours du Moyen Âge, une paroisse fut fondée autour de Saint-Laurent au profit d'un des moines du monastère, le camérier. Il touchait la dîme et payait un curé. Les limites de cette paroisse étaient légèrement différentes de la commune actuelle : le village de Castries dépendait de saint-Léons, le hameau de Gaverlac (seigneurie de Saint-Beauzély et commune actuelle) était de la paroisse de Saint-Laurent. Le village de Mauriac a une histoire particulière : il fut érigé en paroisse indépendante sous le patronage de Saints Abdon-et-Sennen ou Sainte-Marie-Madeleine. Village-étape d'altitude sur l'ancienne voie romaine, situé de l'autre côté de la crête du Lévézou, il présentait un certain particularisme.

De tous temps, l'agriculture, et surtout l'élevage, ont été les principales activités de la commune. Saint-Laurent était un village de paysans. Les artisans y étaient rares, généralement également cultivateurs, et les familles de notables aussi. De "gros paysans", laboureurs, ménagers, tenaient de grands domaines où ils employaient leurs voisins plus modestes comme fermiers, valets, domestiques, servantes. La Révolution Française a sécularisé les biens de l'Église, et permis aux gros paysans d'accroître encore leurs domaines. Au cours du XIXe siècle, la commune a atteint son maximum démographique. L'exode rural s'est accentué. Aujourd'hui, la commune est encore largement agricole.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2001 Roger Frayssinhes SE  
2001 en cours Patrick Contastin DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 158 habitants[Note 1], en augmentation de 1,94 % par rapport à 2010 (Aveyron : +0,85 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
425461448471430430428435444
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
341324301269277255230198166
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 -
157124152155156156157158-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Laurent a été largement remanié au cours des siècles mais conserve encore une église ancienne et des maisons traditionnelles. Il en est de même à Mauriac. La plupart des hameaux de la commune présentent aussi des architectures vernaculaires remarquables.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Vesinh : Sant-Liòns, Segur, Sent-Laurens / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de Vesinh, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 230 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-08-4, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF35529725)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carrière, Albert, "monographie de la commune de Saint-Léons", Mémoires de la société des Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron, t. XXIV, 1940, pp. 423-741.
  2. Vaissière, Marc, "de cada part del pueg, Saint-Laurent et Mauriac de Lévézou", 1995
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.