Saint-Juéry (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Juéry.

Saint-Juéry
Saint-Juéry (Aveyron)
Les deux églises Saint-Georges de Saint-Juéry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Arrondissement de Millau
Canton Causses-Rougiers
Intercommunalité CC Saint Affricain, Roquefort, Sept Vallons
Maire
Mandat
Christian Font
2014-2020
Code postal 12550
Code commune 12233
Démographie
Gentilé Saint-Juéryen(ne)
Population
municipale
284 hab. (2016 en augmentation de 19,33 % par rapport à 2011)
Densité 9,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 39″ nord, 2° 41′ 47″ est
Altitude Min. 289 m
Max. 637 m
Superficie 29,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de Région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Saint-Juéry est une commune française, située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Gos (du Tarn) au pont de la Bastende.

Dans la moitié sud du département de l'Aveyron, dans le parc naturel régional des Grands Causses, la commune de Saint-Juéry s'étend sur 29,01 km2. Elle est arrosée par deux cours d'eau portant le même nom, le Gos. À l'est, celui qui est un affluent du Tarn arrose la commune sur six kilomètres et demi dont cinq kilomètres marquent la limite communale, en deux tronçons. L'autre, affluent du Rance et sous-affluent du Tarn, prend sa source sur le territoire communal un kilomètre et demi à l'est-sud-est du bourg de Saint-Juéry.

L'altitude minimale, 289 mètres, se trouve localisée à l'extrême nord, près du lieu-dit Costerasse, là où le Gos du Tarn quitte la commune et entre sur celle de Saint-Izaire. L'altitude maximale avec 637 mètres est située au nord-ouest, près des lieux-dits le Salvage et le Theil[1].

Traversé par la route départementale (RD) 90, le bourg de Saint-Juéry est situé, en distances orthodromiques, seize kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Saint-Affrique.

La commune est également desservie par les RD 150, 501 et 902.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Saint-Juéry et des communes avoisinantes.

Saint-Juéry est limitrophe de huit autres communes, dont Montclar au nord-ouest sur 200 mètres.

Communes limitrophes de Saint-Juéry
Montclar Saint-Izaire Calmels-et-le-Viala
Martrin Saint-Juéry Vabres-l'Abbaye
La Serre Combret Rebourguil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du lieu est attesté en 1293 sous la forme S. Georgio[2].

Le nom de la commune viendrait d'une déformation de saint Georges[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village d'Ennous, qui est une des trois bourgades de la commune de Saint-Juéry, était un village fortifié. Le seigneur était celui de Brousse, soit la famille d'Arpajon, puis celle de Grandsaigne. Le dernier prieur d'Ennous fut Jean Louis Cœurveillé (1750-1829), poète de langue d'oc.

Les communes d'Ennous et de Farret fusionnent avec Saint-Juéry en 1833[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
  1977 Abel Barthélemy    
1977 1983 Louis Tarrisse   Agriculteur
1983 2008 Gaston Roques   Agriculteur
2008 En cours Christian Font DVD Professeur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 284 habitants[Note 1], en augmentation de 19,33 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
301251868874940853930934782
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
962952956983910900849846853
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
653662578579542469452396356
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016 -
322290257231228224272284-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Saint-Juéry du XVIe siècle.
  • Église Saint-Georges de Saint-Juéry.
  • Ancienne église (ou chapelle) Saint-Georges, entourée du cimetière. La nef et le clocher dateraient du XIIe siècle et la toiture du clocher a été refaite après le foudroiement vers 1930 de sa flèche[8].
  • Croix de Saint-Marc, monolithe du XVe ou XVIe siècle, à l'entrée sud du cimetière[8]. Elle est sculptée des deux côtés par de nombreux bas-reliefs. À l'avers, le Christ en croix est entouré du lion de saint Marc, du taureau de saint Luc, de l'aigle de saint Jean et de l'ange de saint Matthieu, mais aussi de la Vierge Marie et de saint Jean[9]. Au revers, autour de la Vierge à l'Enfant sont représentés saint Georges terrassant le dragon, la fille du roi qui devait être livrée au dragon, ainsi que trois anges[9].
  • Ennous : ancien bourg fortifié ; le bourg avait alors des portes (des quatre tours, seul restait le clocher). D'anciennes douves appelées « battut » ou « bàtut » sont présentes dans le bourg. L’étymologie du mot, son origine et son histoire laissent place à de nombreuses interrogations. L'église Saint-Michel a été bâtie en 1896.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Sent-Sarnin : Balaguièr, Brasc, Combret, Copiac, La Bastida-Solatges, La Sèrra, La Val-Ròca-Cesièira, Martrinh, Montclar, Montfranc, Plasença, Postòmis, Sant-Jòri / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de Sent-Sarnin, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 232 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-10-6, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF35529736)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 637 » sur Géoportail (consulté le 7 septembre 2019)..
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 300.
  3. Jacques Baudoin, Google Books Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a et b « La litre de l'ancienne église... et la Croix de St-Marc », Panneau du Syndicat d'initiative des 7 Vallons, situé à l'entrée nord du cimetière, côté extérieur, vu le 30 juin 2019.
  9. a et b « La légende de Saint-Juéry », Panneau situé à côté de la croix de Saint-Marc, vu le 30 juin 2019.
  10. L’histoire insolite d’un aventurier missionnaire (archive), sur saintjuery.cmonvillage.net.