La Bastide-Pradines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastide.

La Bastide-Pradines
La Bastide-Pradines
Le village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Saint-Affrique
Intercommunalité Communauté de communes Larzac et Vallées
Maire
Mandat
Yves Malric
2014-2020
Code postal 12490
Code commune 12022
Démographie
Population
municipale
102 hab. (2016 en diminution de 7,27 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 09″ nord, 3° 02′ 50″ est
Altitude Min. 460 m
Max. 862 m
Superficie 20,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
La Bastide-Pradines

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
La Bastide-Pradines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bastide-Pradines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bastide-Pradines
Liens
Site web labastidepradines.free.fr

La Bastide-Pradines est une commune française du sud du département de l'Aveyron dans la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Georges-de-Luzençon Creissels Rose des vents
Saint-Rome-de-Cernon N Lapanouse-de-Cernon
O    La Bastide-Pradines    E
S
Tournemire Viala-du-Pas-de-Jaux

Site[modifier | modifier le code]

Le village culmine à 600 m sur un site escarpé s'allongeant sur une longue arête rocheuse grise et domine la vallée du Cernon tout en étant abrité par le plateau du Larzac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement nommé La Bastide de Sernonenque, La Bastide-Pradines était depuis au moins le XIIIe siècle une maison de l'Hôpital (domus Hospitalis) de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[1], membre la commanderie de Saint-Félix-de-Sorgues au sein du grand prieuré de Saint-Gilles[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Émilien Boutonnet SE  
2008 2014 Agnès Comby USD  
2014 En cours Yves Malric SE Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 102 habitants[Note 1], en diminution de 7,27 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
347417467486463466455435480
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
446463929543385345332333253
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
25825723518916314314311897
1990 1999 2005 2010 2015 2016 - - -
10298106111106102---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Granieyras, un grenier fortifié datant du XIVe siècle, de l'époque des Hospitaliers.
  • Maisons du XIIe siècle.
  • Pont de 17,60 m de long à deux arches, l’une en segment de cercle formant un léger dos d’âne et l’autre en plein cintre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La cantatrice Emma Calvé a séjourné à La Bastide-Pradines, chez une de ses tantes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jean-Luc Malet), Sent-Africa : La Bastida, Caumèls-e-Lo Vialar, Ròcafòrt, Sant-Faliç, Sent-Esèri, Sent-Jan, D'Aucàpias, Sent-Roma de Sarnon, Tornamira, Vabre, Verzòls-e-La Pèira / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Sent-Africa, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 429 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-54-8, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38977452)
  • André Soutou, « Trois chartes occitanes du XIIIe siècle concernant les Hospitaliers de La Bastide-Pradines (Aveyron) », Annales du Midi,‎ , p. 121-172 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Soutou 1967.
  2. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles faisant suite au manuscrit de Jean Raybaud 1751-1806 : tome III », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXIX,‎ , p. 120-121, disponible sur Gallica
    Le membre de La Bastide-Pradines et Saint-Pierre de Gourgas.
  3. Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.