Pays Charolais-Brionnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pays Charolais Brionnais)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charolais.

Pays Charolais-Brionnais
Pays Charolais-Brionnais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes
Bourgogne-Franche-Comté
Départements Saône-et-Loire
Démographie
Population 90 000 hab.
Densité 36 hab./km2
Géographie
Superficie 2 500 km2
Subdivisions
Communes 129
EPCIFP 5
Localisation
Localisation de Pays Charolais-Brionnais

Le Pays Charolais-Brionnais est une structure de développement regroupant des collectivités locales françaises (Pays) situé dans les régions Auvergne et Bourgogne.

Une fédération historique de trois régions naturelles de France[modifier | modifier le code]

Le Charolais, le Brionnais et le Bourbonnais constituent le Pays Charolais-Brionnais. Ce pays correspond au concept de pays arrondissement développé sous la IIIe République. Il regroupe en effet trois petites régions naturelles (qui formaient chacune un district sous la Révolution) regroupées au sein de l'arrondissement de Charolles en 1800. On peut parler d'une fédération (informelle) de pays.

Situé dans l'arrondissement de Charolles, au sud-ouest de la Saône-et-Loire (Bourgogne), mais aussi trois communes de l'Allier, le Charolais-Brionnais se trouve à la jonction de trois régions administratives : Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes, et de cinq départements (Allier, Loire, Nièvre, Rhône, et Saône-et-Loire).

La cohérence du territoire est renforcée par la présence de la Route Centre-Europe Atlantique (RCEA) qui traverse le pays. L’aménagement de cet axe routier se poursuit afin d’améliorer encore la desserte et les échanges avec les pays (pagi) et départements voisins.

La véloroute EuroVelo 6 (EV 6) traverse le territoire et relie la côte Atlantique française aux rives de la Mer Noire en Roumanie.

Le Pays Charolais-Brionnais (PETR)[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du bocage.

Le Pays Charolais-Brionnais est composé de 129 communes, regroupées en 5 Communautés de communes (Canton de Marcigny, Canton de Semur-en-Brionnais, Entre Arroux, Loire et Somme, La Clayette Chauffailles en Brionnais et Grand Charolais). Il regroupe plus de 90 000 habitants sur une superficie de 2 500 km2, soit une densité de 36 habitants par km². Son Président est M. Jean-Marc Nesme, maire de Paray-le-Monial.

Le territoire s'organise depuis 2004 en Syndicat Mixte (devenu Pôle d'Equilibre Territorial et Rural en 2015).

À ce titre, le Pays Charolais-Brionnais est administré :

  • par un Comité Syndical composé de 191 élus du territoire, désignés par les communautés de communes et les communes.
  • par un Bureau, comité restreint qui regroupe les Vice-Présidents et les présidents de communautés de communes
  • par un Conseil de Développement, organe consultatif, mobilisant les différents partenaires et acteurs du développement qui mettent en avant des problématiques, des enjeux et des expériences, dans la perspective de faire émerger des réflexions structurantes pour le territoire.

Parmi les projets portés par cette structure :

  • un Contrat de Pays permettant de soutenir les porteurs de projet du territoire, des actions de développement culturel, touristique et patrimonial
  • une Démarche de Marketing territorial
  • une Charte de Qualité Architecturale et Paysagère
  • un Schéma de cohérence territoriale.

Un Contrat de Pays[modifier | modifier le code]

Par le biais d’un Contrat de Pays le Syndicat Mixte du Pays Charolais-Brionnais mobilise sur une période donnée des enveloppes budgétaires de trois financeurs : l’État, le Conseil régional (France) et le Conseil général (France). Le but de ce contrat est d’organiser les interventions de ces trois financeurs autour de projets de territoire structurants, définis par le Pays Charolais-Brionnais. Les Pays peuvent aussi recevoir le soutien du FEADER dans le cadre du développement rural.

En fonction des priorités de chacun, l’État, la Région Bourgogne, le Département de Saône-et-Loire, ont défini des enveloppes globales, mobilisables dans le cadre du Contrat 2008-2013 du Pays Charolais-Brionnais.

Les bassins de vie du Charolais-Brionnais[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du centre de Paray, ville principale du Charolais-Brionnais.
La ville de Charolles, surnommée Venise du Charolais.

Territoire avant tout rural, le Pays Charolais-Brionnais à la caractéristique de ne pas avoir de ville-centre, mais de bénéficier de 6 villes complémentaires qui maillent géographiquement le territoire. Ces « villes d'appui », qui sont toutes chef-lieux de Canton, sont au nombre de 6 sur le territoire :

À noter que ces villes se trouvent toutes en Saône-et-Loire.

Le Pays Charolais-Brionnais bénéficie par ailleurs de 6 autres chef-lieux de canton sur son territoire :

Un Pays d'Art et d'Histoire[modifier | modifier le code]

Le Pays Charolais-Brionnais bénéficie d'un patrimoine culturel, immatériel et paysager riche et varié. De tels atouts lui ont valu l'obtention en 2007 du label Pays d'Art et d'Histoire décerné par le Ministère de la Culture et de la Communication. Ce label a pour vocation l'animation et la valorisation du patrimoine, quel qu'en soit le type, auprès de tous les publics. Le label est aujourd'hui porté et animé par le Syndicat Mixte du Pays Charolais-Brionnais. Son Animateur du Patrimoine mène chaque année des actions de sensibilisation et de valorisation du Patrimoine local auprès des publics[1].

Au programme :

  • Visites guides thématiques sur l'ensemble du territoire
  • Formation des guides et professionnels du patrimoine et du tourisme
  • Conférences
  • Actions pédagogiques
  • Expositions…

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Le château de La Clayette et son grand étang, dans le Brionnais.

Le patrimoine bâti est riche : de l'habitat rural aux châteaux d'apparat, du bâti industriel et du génie civil aux Églises romanes :

  • Le château de La Clayette est l'un des châteaux forts les mieux conservés de la région[2]. Construit au XIVe siècle, de nouveaux bâtiments furent ajoutés au donjon médiéval au XVIIIe siècle et une partie fut remaniée dans un style néo-Renaissance au XIXe siècle[3].
  • La basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial est un chef-d'œuvre de l'art roman des XIIe siècle-XIVe siècle[4]. De nombreuses maisons anciennes, dont l'actuel Hôtel de ville et sa somptueuse façade du XVIe siècle, intégrent les premières innovations de la Renaissance[5].
  • La ville thermale de Bourbon-Lancy est riche d'une histoire de 2 000 ans. De nombreux témoignages de ce passé sont encore visibles : vestiges du mur d'enceinte, beffroi du XIVe siècle, maisons à pans de bois (dont la maison « Sévigné » du XVIe siècle), colonne romaine[6]
  • Siège de la baronnie de Semur entre le XIVe siècle et le XIVe siècle, Semur-en-Brionnais est l'un des plus beaux villages de France[7]. Ses puissants seigneurs lui ont légué un riche patrimoine : château, collégiale, chapelle romane, tour d'enceinte[8]

Le territoire, ses caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vaches charolaises.

Le Charolais-Brionnais présente des paysages variés et pleins d'attraits, entre monts, vallées, cours d'eau, canaux, forêts et bocage façonné par l'homme depuis le XVIIIe siècle.

Terre d'élevage par excellence, deux Appellations d'origine protégée (AOP) existent à ce jour sur le territoire : l'AOP Bœuf de Charolles et l'AOP Fromage de Chèvre Charolais.

Chaque mercredi, à Saint-Christophe-en-Brionnais, le marché aux bestiaux anime le cœur historique et économique de la race bovine[9].

Ouverte en 1999 à Charolles, la Maison du Charolais est composée d'un musée, d'un espace dégustation, d'une boutique de produits du terroir et d'un restaurant[10].

La position géographique et les richesses naturelles du Charolais-Brionnais l'ont aussi aidé à évoluer dans le cadre des mutations économiques des XIXe et XXe siècles : forges, textile et céramiques…

Candidature UNESCO[modifier | modifier le code]

Signature de courrier électronique.

En avril 2019, le Pays Charolais-Brionnais a validé sa « Valeur Universelle Exceptionnelle » auprès du Comité National des Biens Français du Patrimoine Mondial (CNBFPM), un an après l'inscription de la candidature sur la Liste Indicative de la France en tant que paysage culturel du berceau de la race charolaise[11]. Les principaux enjeux de cette candidature sont la préservation d'un paysage de bocage et de pratiques traditionnelles d'élevage, la protection et la mise en valeur d'un patrimoine de bâti remarquable, la pérennité d'un système d'utilisation du paysage en harmonie avec la nature et en phase avec les attentes sociétales du bien-être animal[12].

Il s'agirait du premier bocage à être insrit au patrimoine mondial de l'UNESCO[13], au titre des paysages culturels évolutifs vivants[14].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Rossi : Dictionnaire étymologique et ethnologique des parlers brionnais, Editions Publibook Université 2004, (ISBN 9782748305333), extraits Google-books
  • Mario Rossi : Les Noms de lieux du Brionnais-Charolais, Editions Publibook Université 2010, (ISBN 9782748350722), extraits Google-books
  • Fernand Laurent, L'aventure européenne du Charolais; Charolles (Arconce Éditions), 2014; 224 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]