Chevalier hospitalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chevalier de Malte)
Aller à : navigation, rechercher

Un chevalier hospitalier ou frère chevalier est le premier grade des moines-soldats de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Après la perte des états latins d'Orient et l’installation de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Rhodes, les chevaliers de l'Ordre prennent le titre de « chevalier de Rhodes ». Lors de la souveraineté de l'Ordre sur Malte le titre est transformé en « chevalier de Malte ».

Ce terme de chevalier hospitalier nécessite quelques précision[1] :

  • un chevalier hospitalier n'est pas assimilable à un chevalier dans le siècle, entre autres, il n'y a pas d'adoubement pour un chevalier hospitalier ;
  • un chevalier dans le siècle peut devenir chevalier hospitalier par son entré dans l'Ordre ;
  • un chevalier hospitalier n'est pas obligatoirement noble ;
  • un noble n'est pas obligatoirement chevalier lors de son entré dans l'Ordre.

Il n'y a pas d'équivalence entre le statut d'un chevalier ou d'un noble dans l'Ordre et le statut d'un chevalier ou d'un noble dans le siècle, c'est-à-dire dans la société. Les choses évolueront à partir du XIVe siècle avec une certaine « aristocratisation » de l'Ordre mais il n'y aura jamais d'obligation de noblesse même si l'entrée dans l'Ordre est soumise à la justification des quartiers de noblesse, trop d'exceptions et de dispenses en témoignent.

Il faut aussi noter que l'« habit rouge » de 1278, le surcot rouge à la croix latine blanche, qui vient du premier drapeau ou bannière institué par Raymond du Puy, est indistinctement porté par tous les combattants de l'Ordre, chevaliers, sergents d'armes, turcopoles et non l'habit distinctif des seuls chevaliers[2].

Les chevaliers et la Marine[modifier | modifier le code]

Cet ordre, qui était à la fois religieux et militaire, possédait une flotte internationale qui assurait la police des mers en Méditerranée. Il a formé la plupart des officiers, capitaines de navires, amiraux de la Marine française de guerre de Méditerranée. Recrutant ses chevaliers dans les meilleures familles de la Noblesse militaire française, l'Ordre de Malte fut un des ancêtres de l'Écoles navale française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Demurger (2013) p.270-273
  2. Alain Demurger (2013) p.272

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Demurger, Les Hospitaliers, de Jérusalem à Rhodes 1050-1317, Tallandier, Paris, 2013