Le Journal de Gien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Journal de Gien
Image illustrative de l'article Le Journal de Gien

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité Hebdomadaire
Format Format tabloïd
Genre Presse régionale
Prix au numéro 1,50 € (ab.: 6 mois, 37 € ; 1 an, 71 € ; 2 ans, 142 €)
Diffusion en diminution 15 097 ex. (2014[1])
Fondateur Raymond Jatteau et Georges Gauthier
Date de fondation
Éditeur Olivier Bonnichon
Ville d’édition Gien

Propriétaire Centre-France
Rédacteur en chef François Basley

Le Journal de Gien est un journal hebdomadaire régional français basé dans la ville de Gien et le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Le titre, fondé en 1945, est diffusé dans quatre départements. Il appartient au groupe Centre-France depuis 2012[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le siège du journal est situé au 26 de la rue du Général-Marcel à Gien.

Sa zone de diffusion s'étend sur une partie des départements du Loiret et du Cher (région Centre-Val de Loire), de l'Yonne et de la Nièvre (Bourgogne), dans les régions naturelles du Giennois, du Val de Loire, de la Sologne, de la Puisaye et du Berry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Journal de Gien est un journal hebdomadaire régional fondé à la fin de la Seconde Guerre mondiale le par Raymond Jatteau et Georges Gauthier. Il s'établit à Gien dans la rue Georges-Clemenceau et est mis sous presse par l'imprimerie Jeanne-d'Arc[2].

Georges Gauthier démissionne en 1947 laissant Raymond Jatteau, seul, à la tête du journal[2].

En février 1974, l'entreprise déménage dans de nouveaux locaux situés en face de l'imprimerie Jeanne-d'Arc et y installe de nouvelles rotatives offset. Peu de temps après, des locaux destinés à héberger l'administration et les journalistes sont construits rue du Général-Marcel[2].

À la mort de Raymond Jatteau, le 16 novembre 1984, ses fils Jean-Pierre et Dominique Jatteau prennent la direction du journal[2].

En 2011, le journal emploie 28 salariés[3], tire à 20 672 exemplaires pour une diffusion payée de 17 032 exemplaires (en baisse de 3,2 % par rapport à l'année 2010)[1].

Le 17 février 2012, la famille Jatteau vend le journal au groupe français Centre-France spécialisé dans la presse régionale et le multimédia[2],[4].

Rédaction[modifier | modifier le code]

Six journalistes et une vingtaine de correspondants participent à la rédaction du journal.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Années Tirage Diffusion
(payée)
Diffusion
(totale)
2015
2014 17 424 14 534 15 097
2013 18 211 14 987 15 516
2012 20 080 15 891 16 434
2011 20 672 16 488 17 032
2010 20 816 17 053 17 600
2009 20 800 17 401 17 957
2008 20 936 17 875 18 435
2007 21 550 17 686 18 277
2006 21 761 17 724 18 438
Source : Diffusion des titres de la presse française, association OJD[1]

Données financières[modifier | modifier le code]

En 2011, le Journal de Gien est constitué sous la forme d'une société par actions simplifiée (officiellement créée en avril 1971) au capital de 78 000 €. Au , l'entreprise dégage un chiffre d'affaires net de 2 304 501 € et un résultat net positif de 183 248 €[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Le Journal de Gien », sur www.ojd.com, Association pour le contrôle de la diffusion des médias,‎ (consulté le 8 janvier 2016) ; années antérieures : 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006.
  2. a, b, c, d, e et f Jean-Pierre Jatteau et Dominique Jatteau, « Le Journal de Gien dans le giron de Centre-France », Le Journal de Gien, vol. 66, no 46,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. Laurent Quembre, « Le journal de Gien : l'irréductible », sur centre.france3.fr, France 3,‎ (consulté le 5 mars 2012)
  4. Ch. Launay, « Le journal de Gien perd son indépendance », sur centre.france3.fr, France 3,‎ (consulté le 5 mars 2012)
  5. « Le journal de Gien. Bilan gratuit », sur www.bilansgratuits.fr, Les Échos,‎ (consulté le 5 mars 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]