Aller au contenu

Jean-Antoine Pourtier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Antoine Pourtier
Illustration.
Fonctions
Député français

(4 ans, 4 mois et 16 jours)
Élection 10 novembre 1946
Circonscription Puy-de-Dôme
Législature Ire (Quatrième République)
Groupe politique UDSR
Biographie
Nom de naissance Jean Antoine Pourtier
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Amant-Roche-Savine
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Saint-Amant-Roche-Savine
Nationalité Française

Jean-Antoine Pourtier, né le à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme) et mort le à Saint-Amant-Roche-Savine, est un journaliste et homme politique français.

Jean-Antoine Pourtier est député du Puy-de-Dôme de 1947 à 1951, succédant à Alexandre Varenne après son décès en 1947. Il siège au Parlement avec le groupe UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance). Il est conseiller général du canton de Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme) de 1945 à 1967 et également maire de Saint-Amant-Roche-Savine de 1953 jusqu'à sa mort le 13 juillet 1975[1].

Après une scolarité brillante au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (1912-1917) il poursuit ses études à Paris : classe d’hypocagne du Lycée Henri IV (1917) où il suit les cours du philosophe Alain (Emile Chartier) et Licence de lettres à la Sorbonne (1918). Au Lycée Henri IV, il se lie d'amité avec Pierre Bost[2] et Jean Prévost.

De 1925 à 1928, il accompagne le Gouverneur Général de l'Indochine, Alexandre Varenne, en tant que membre du Cabinet chargé du service de presse).

De 1928 jusqu'à la mobilisation en 1939, il vit à Paris et travaille pour différents journaux, dont Excelsior où il fréquente des journalistes tels que Pierre Brossolette.

Il fut prisonnier de guerre de septembre 1939 à mai 1943. Il était interné au Stalag X-C de Nienburg sur Weser en Allemagne et travaillait dans une exploitation agricole près de Weser.

Après-guerre, J.-A. Pourtier fut rédacteur en chef du journal La Montagne à Clermont-Ferrand, de 1945 à 1965, mais il continua d'y publier une chronique intitulée « Propos d’un montagnard » jusqu'à sa mort en 1975[1]. C'est lui qui convainquit son ami Francisque Fabre[3] en 1952, de faire publier une chronique de son ami Alexandre Vialatte au journal La Montagne (jusqu'en 1971).

En 1948, il épouse Alice Turpin[4].

Jean-Antoine Pourtier est l'auteur d'un seul roman intitulé Mékong[5], initialement publié aux Éditions Grasset[6] en 1931, puis réédité en 1991 et 1997 aux Éditions Kailash (Pondichéry)[7].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Assemblée Nationale Française, « Jean Pourtier » (Base de données des députés français depuis 1789), sur Assemblée nationale
  2. Francois Ouellet, « Pierre Bost, Site officiel »
  3. Né le 10 janvier 1889 à Clermont-Ferrand, décédé le 4 mars 1988. Directeur du quotidien La Montagne entre 1928 et 1981. Engagé dans la France Libre en février 1942, au sein des Forces Françaises Combattantes – Réseau Phalanx (Résistance intérieure / Ali Tir). Médaillé de l’Ordre de la Libération avec rosette en 1947.
  4. Alice Camille Turpin est née en 1897 à Rouen. Licenciée ès lettres, elle fut lectrice et traductrice chez Grasset (elle était amie avec Bernard Grasset), reporter pour la revue Match, secrétaire d’André Maurois
  5. Pourtier, J. A. (Jean Antoine), Mékong, Kailash Éditions, (ISBN 2-84268-022-7 et 978-2-84268-022-0, OCLC 57413405, lire en ligne)
  6. « Éditions Grasset | Les Editions Grasset publient environ 170 nouveautés par an », sur www.grasset.fr (consulté le )
  7. « Kailash Editions », sur www.editionskailash.com (consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]