Félix Boisselier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Félix Boisselier
Felix Boisselier stele.JPG
Stèle commémorative en marbre représentant Boisselier de profil (Santa Maria del Popolo, Piazza del Popolo, Rome).
Naissance
Décès
(à 34 ans)
Rome
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Distinctions
Prix de Rome en 1805
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisselier.

Félix Boisselier (1776-1811), dit Boisselier aîné (pour le différencier de son frère cadet et disciple Antoine-Félix Boisselier), était un dessinateur et peintre d'histoire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de laboureur, il est né le à Damphal, lieu-dit de Provenchères-sur-Meuse, commune de la Haute-Marne qui fut ultérieurement fusionnée dans celle de Val-de-Meuse. Il décéda prématurément le (à 34 ans) dans la Ville Éternelle.

Élève de Jean-Baptiste Regnault, il obtint le Premier Grand Prix de Rome de peinture historique en 1805 avec une toile représentant la Mort de Demosthène, qui figure à présent dans les collections du musée du Louvre. Son tableau sur la Mort d'Adonis, présenté à titre posthume au Salon de 1812, rejoignit également le Louvre.

Le musée d'Art et d'Archéologie de Senlis conserve un portefeuille de 76 dessins de sa main, pour la plupart croqués en Italie. Le musée des beaux-arts de Rennes en détient quelques autres. L'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris possède aussi un tableau intitulé Le retour de l'enfant prodigue. On trouve dans les collections du Fogg Art Museum de Cambridge (Massachusetts) une interprétation au burin de son tableau Le berger de Virgile par Antoine François Gelée[1].

Une stèle à sa mémoire est érigée dans l'église Santa Maria del Popolo, Piazza del Popolo à Rome. Il y est inscrit en français : "A LA MEMOIRE DE FELIX BOISSELIER. Peintre pensionnaire de l'Académie Française des Beaux Arts à Rome. Né à Amphal Dép. de la Hte Marne, il mourut à Rome le dans la trentième année de son âge. Ses camarades que sa fin prématurée remplit de douleur lui élevèrent ce monument."

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Charles Gabet : Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle (Paris, 1831) p. 76.

Liens externes[modifier | modifier le code]