Constance-Marie Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charpentier.
Constance-Marie Charpentier
Constance Marie Charpentier.jpg
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Paris
Nom de naissance
Constance-Marie Bondelu
Activité
peintre
Maître
Influencée par

Constance-Marie-Charpentier, née Constance-Marie Bondelu le à Paris, morte dans la même ville le , est une artiste peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mélancolie (1801), Amiens, musée de Picardie.

Constance-Marie Bondelu est la fille unique d'Alexandre Hyacinthe Bondelu (mort en 1786), épicier cour du Commerce à Paris, et de son épouse Marie Angélique Debacq. En 1787, après la vente du commerce, sa veuve et Constance s'installent dans un logement rue des Cordeliers. Ses parents l'inscrivent aux cours de dessin de Johann Georg Wille en 1777, cours qu'elle ne quittera qu'en 1787. Le , elle intègre l'atelier de Jacques-Louis David.

En avril 1793, elle épouse François Victor Charpentier, frère d'Antoinette Gabrielle Danton et beau-frère du révolutionnaire Georges Danton. Le couple s'installe au no  17 de la rue du Théâtre français (aujourd'hui le no  21 rue de l'Odéon).

Constance-Marie-Charpentier peint des scènes de genre et des portraits, essentiellement d'enfant et de femmes. Une suite de quatre œuvres sur le thème de Sémire et Mélide est interprété à l'aquatinte en couleurs par Louis-François Mariage[1].

En 1788, elle reçoit un prix d'encouragement. De 1795 à 1819, elle expose environ trente peintures dans divers Salons, gagnant une médaille d'or en 1814 au salon de Paris et une médaille d'argent en 1821 au Salon de Douai.

Certaines de ses œuvres seraient attribuées à tort à son maître David.

Elle est considérée comme l’un des meilleurs portraitistes de son époque. En 1795 elle habite 17 rue du Théâtre Français, qui devient en 1798 rue du Théâtre de l'Odéon. Elle habite au numéro 35 de la même rue en 1806.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon de Paris
    • 1795 :
      • La petite Friandise (no 82)
      • Portrait d'homme et Portrait de femme (no 83)
    • 1798 :
      • Portrait en pied du C. F…, ex-représentant du peuple au Conseil des Anciens (no 79)
      • Portrait d’une femme et de son enfant (no 80)
      • Portrait d’une femme peintre(no 81)
      • Portrait de l’auteur (no 82)
      • Portrait d’homme (no 93)
    • 1799 :
      • La Veuve d'une journée et son pendant La Veuve d'une année (no 708), prix d'encouragement
      • Portrait de l'auteur et de sa fille (no 709)
      • Portrait de femme (no 710)
      • Portrait de femme (no 711)
    • 1800 :
      • Portrait de Mme Delille, artiste de l’Odéon' (no 85)
      • Portrait d'une petite fille (no 86)
      • Plusieurs Portraits (no 87)
    • 1801 :
      • La Mélancolie (no 58, achat de l'État)
      • La Jeunesse bienfaisante (no 59)
      • Plusieurs Portraits (no 60)
    • 1804 : Une Mère convalescente soignée par ses enfants
    • 1806 : Un Aveugle entouré de ses enfants est consolé de la perte de la vue par les jouissances des quatre autres sens (no 94)
    • 1808 :
      • Première Cure d’un jeune médecin (no 114)
      • Portraits et Études (no 115)
    • 1810 : Plusieurs Portraits (no 155)
    • 1812 :
      • Une Mère recevant la confidence de sa fille (no 183)
      • Une jeune Fille tenant un nid de fauvettes (no 184)
      • L’Absence, étude de femme (no 185)
      • Portrait de Mme la baronne Dupin (no 186)
      • Portrait de Mlle. Aug. Jodot (no 187)
      • Portrait de M. Larey, major de cavalerie, et de son épouse (no 188)
      • Plusieurs Portraits (no 189)
    • 1814, le jury lui décerne une médaille d'or :
      • Première Cure d’un jeune médecin (no 197)
      • Une Dame recevant la confidence de sa fille (no 198)
      • Une jeune Personne dessinant le paysage (no 199)
      • Portrait de deux jeunes filles de M.C., statuaire (no 200)
      • Portrait de la fille de M. B., peintre (no 201)
      • Tête de vieillard (no 202)
      • Tête de vieille femme (no 203)
      • Plusieurs Portraits (no 204)
    • 1819 :
      • Portrait de Mme A… en paysanne suisse (no 212)
      • Portrait de Melle G…, peintre (no 213)
      • Portrait d'une petite fille (no 214)
      • Plusieurs Portraits (no 215)
  • Salon de Douai en 1821, le jury lui décerne une récompense

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Paris, Galerie Terrades, Portrait d'une jeune femme

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit[2]
  • Gildas Dacre-Wright, Constance Charpentier (1767-1849)
  • (en) Alexandra K. Wettlaufer, Portraits of the Artist As a Young Woman : Painting and the Novel in France and Britain, 1800-1860, Ohio State University Press, 2011, 338 p., (ISBN 978-0-8142-1145-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :