Louis Lafitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafitte.
Louis Lafitte
Ventose.jpg
Allégorie du mois de Ventôse pour le Calendrier républicain, gravure de Salvatore Tresca d'après Louis Lafitte.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Distinction

Louis Lafitte, né le à Paris et mort dans la même ville le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Lafitte naît à Paris le 15 novembre 1770. Il est fils d'un maître perruquier qui héberge, vers 1778, le peintre Simon Mathurin Lantara (1729-1778), un artiste doué mais pauvre. Lantara décèle un don pour le dessin chez le fils de son hôte. Louis Lafitte devient ainsi l'élève de deux graveurs : Gilles Demarteau (1750-1802) puis, en 1786, Jean-Baptiste Regnault (1754-1829).

Admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris, il obtient le grand prix de Rome de peinture de 1791. Il est le dernier peintre envoyé à Rome sous le règne de Louis XVI.

En 1793, il doit fuir la villa Médicis à cause du soulèvement italien contre les Français. Il se réfugie à Florence, où il est nommé professeur d'académie.

En 1795, il rentre à Paris et s'installe au 17 rue du Théâtre Français (aujourd'hui 21 rue de l'Odéon). Il peint en compagnie des artistes Constance-Marie Charpentier (1767-1849), qui habite les lieux depuis son mariage en février 1793, et Pierre Bouillon, qui demeure dans la même rue[1].

Il se marie en 1796 et a une fille.

Des embarras financiers l'obligent à s'orienter vers la décoration et l'illustration. En 1796, il fournit douze dessins du Calendrier républicain. Il produit aussi des décorations peintes sur papier huilé, destinées à être éclairées et vues par transparence (gravée par Salvatore Tresca).

En 1800, il travaille au château de Malmaison avec l'architecte Charles Percier. Il y orne plusieurs pièces, dont la salle à manger où il peint sur stuc, en camaïeu, huit danseuses dans le style pompéien[2].

En 1809, le Sénat lui commande une toile monumentale représentant L'Établissement de la République Cisalpine à Milan le 9 juillet 1797. Mais il n'arrive pas à commposer la scène.

En 1810, il décore la maquette en grandeur nature de l'arc de triomphe de l'Étoile, sous lequel l'Empereur et Marie-Louise doivent passer lors de leur entrée à Paris, le 2 avril. Il peint en trompe-l'œil les bas-reliefs représentant Les Embellissements de Paris, La Législation, l'Industrie nationale, La Clémence de l'Empereur et L'Arrivée de l'Impératrice[3].

Le , à l'occasion du baptême du prince impérial, il dessine une médaille commémorative que grave Jean-Bertrand Andrieu (1761-1822). L'avers représente l'Empereur de profil, couronné de lauriers. Le revers le montre debout devant son trône, en costume d'apparat, soulevant son fils au-dessus des fonts baptismaux. Une seconde médaille porte, au revers, l'inscription : « À l'Empereur, les bonnes villes de l'Empire : Paris, Rome, Amsterdam […] » (quarante neuf villes en tout)[4]

De 1800 à 1814, il dessine des modèles pour la Manufacture de Sèvres, dont le vase intitulé Louis XIV règne par lui-même, 1661 (Salon de 1828)[5].

De 1807 à 1808, il réalise les décors du Théâtre de l'Impératrice, reconstruit par Chalgrin[6].

De 1814 à 1816, il collabore, avec Merry-Joseph Blondel, à douze motifs de papier peint, en camaïeu de gris ou de sépia, sur le thème des Amours de Psyché et de Cupidon, d'après le roman de Jean de La Fontaine.

En 1816, il se rend à Londres. Le roi Georges III lui commande des dessins pour Carlton House, à l'occasion d'une fête.

Revenu en France, il réalise des dessins pour la naissance du duc de Bordeaux en 1820, et pour le sacre de Charles X en 1825.

En 1823, il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur comme dessinateur du cabinet du roi.

Il meurt après une courte maladie, en son domicile sis place des Quatre-Nations (actuelle place de l'institut - 6e arrondissement de Paris), le .

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, dans la (28e division)[7].

Ses biens sont vendus aux enchères du 18 au 24 décembre 1828.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Brutus écoutant les ambassadeurs des Tarquins au Musée d'art du comté de Los Angeles.

Estampes[modifier | modifier le code]

  • Léda et le Cygne, vers 1793, dessin ayant servi pour le mois de Thermidor dans le Calendrier républicain
  • Regulus retournant à Carthage, gravé par Normand, parue dans Les Annales du Musée, planche 7

Médailles[modifier | modifier le code]

  • Médaille commémorative du baptême du Roi de Rome, 1811, dessins

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Recueil complet de gravures, faites d'après les dessins de M. Lafitte, dont partie des Annales du Musée; Principes de dessins, têtes d'étude, les fêtes pour le retour du Duc d'Angoulême, plusieurs portraits et un grand nombre de vignettes pour différents ouvrages[11]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1795 : Gladiateur mourant
  • 1798 : Portrait de Saint-Prix
  • 1806 :
    • Bataille de Rivoli
    • Feu d'artifice tiré le 16 décembre 1804 à l'occasion du couronnement
    • Portrait de Bernardin de Saint-Pierre
    • Sujet de Paul et Virginie
    • Mars et Vénus
  • 1808 : Clémence de Napoléon envers Madame de Hatzfeld, lui accordant la grâce de son mari
  • 1810 :
    • Clémence de l'Empereur
    • La Législation
    • Les Embellissements de Paris
    • l'Industrie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gildas Dacre-Wright, Constance Charpentier (1767-1849).
  2. A. Pougetoux.
  3. pour cet travail d'envergure, il a présenté un mémoire s'élevant à 33 157 francs, réduit à 24 000 francs malgré ses protestations.
  4. Marc Allègret, « Revue du Souvenir Napoléonien », in Revue Napoléonica, no 439, février-mars 2002, p. 63.
  5. a et b notice sur le site photo.rmn.fr
  6. les dessins de ces décors n'ont pas été gravés et ne sont connus que par la description publiée lors de l'inauguration de 1808. Le lot comporte cinquante-deux pièces réalisées aux crayons noir et blanc sur papier de couleur, ou au lavis à l'encre de chine ou à la sépia.
  7. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 210
  8. Notice no 07660015859, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. Notice no 07660015861, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. Notice no 07660015860, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. Jean Duchesne Aîné, Catalogue, op.cit, p. 28-29 l'ensemble contenant 368 pièces, lot 267 bis.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Jean Tulard, l'Histoire de Napoléon par la peinture, Éditions Belfond, 1990, p. 29. Réédition par les Éditions de l'Archipel, 2005, (ISBN 2841877396)
  • Marc Allègret, « Louis Lafitte, (1770-1828), peintre et dessinateur », dans Revue du Souvenir Napoléonien, no 439, p. 63.
  • Roman d'Amat, Dictionnaire de biographie française, fascicule CIX
  • Lacombe-Laglenne, Dictionnaire Napoléon, 1995, p. 172-173, notice « L.Lafitte » par A. Pougetoux, p. 1019.
  • Bernard Chevallier (directeur), Style Empire, Éditions Valmont, octobre 2000
  • Véronique de Bruignac-La Hougue, Le papier peint une forme de revêtement mural, p. 63-65.
  • Jean Duchesne Aîné, « Notice sur la vie et les ouvrages de Monsieur Louis Lafitte », in Catalogue des tableaux, dessins, estampes, livres, médailles du cabinet de feu Mr Louis Lafitte, 1828.
  • C. Daufresne, Théâtre de l'Odéon, architecture, décors, musée, Sprimont, 2004, p. 43-53.
  • L'Athénéum ou galerie de productions des tous les arts, no 4, 2e année, 1808.
  • Journal de Paris, 1808, p. 1195-1196.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :