Enercoop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enercoop
Image illustrative de l'article Enercoop

Création 29 juillet 2005
Fondateurs Patrick Behm
Julien Noé
Forme juridique Société coopérative d'intérêt collectif de type Société anonyme à capital variable
Slogan « L'énergie militante »
Siège social Drapeau de la France Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Emmanuel Soulias
Sociétaires 25 000
Activité Fournisseur d'électricité
Produits Électricité
Effectif 140 salariés (2014)
SIREN 484 223 094
Site web enercoop.fr

Fonds propres 4 907 823 (2015)[1]
Chiffre d’affaires 24 677 597 [1] (2015)
en augmentation + 27,6 %[1]
Résultat net −691 294 (2015)[1]
en diminution - 744,54 %[1]

Enercoop est un fournisseur français d'électricité d'origine renouvelable. Son statut est celui d'une société coopérative d'intérêt collectif à capital variable et son objectif principal est le développement des énergies renouvelables en France.

Elle compte parmi ses administrateurs diverses sociétés et associations impliquées dans le projet dès son origine, parmi lesquelles : Biocoop, le CLER, Greenpeace et La Nef[2]. Enercoop rassemble par ailleurs des professionnels des énergies renouvelables, des associations citoyennes, des collectivités locales, des acteurs de l'économie sociale et solidaire.

Enercoop se démarque des autres fournisseurs par sa forme coopérative et son offre 100 % renouvelable, ne passant pas par le système des certificats verts[3]. C'est le seul fournisseur français à passer exclusivement par des accords avec des petits producteurs français d'énergie renouvelable[4].

La forme coopérative d'Enercoop permet de regrouper producteurs et consommateurs afin de garantir une traçabilité commerciale de l'électricité (la traçabilité physique de l'électricité étant impossible). Ce qui est facturé aux consommateurs est reversé aux producteurs de la coopérative. Concrètement, Enercoop a produit 110 GWh d'électricité[5] en 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine d'Enercoop se trouve un groupe de travail d'une vingtaine d'acteurs issus du monde des énergies renouvelables, des associations citoyennes et de l'économie sociale et solidaire, parmi lesquels le CLER (Comité de Liaison des Énergies Renouvelables), la Compagnie du Vent, Espace Éolien Développement (éolien), Solagro (biogaz), Hespul (photovoltaïque), le réseau des magasins Biocoop, les associations Agir pour l'environnement, Greenpeace France et Les Amis de la Terre. Ils se fixent comme objectif d'agir concrètement pour développer les énergies renouvelables en France et inciter à la maîtrise de l'énergie.

Cette activité s'inscrit dans le contexte de l'ouverture du marché de l'électricité intervenu progressivement en France, qui a conduit à une séparation des activités de production, de transport (qui restent un monopole public via RTE), de distribution et de fourniture de l'électricité (qui restent un monopole public via Enedis et les ELD). Les particuliers (depuis juillet 2007) et les professionnels (depuis 2004) peuvent librement choisir leur fournisseur d'électricité et souscrire à une offre de marché par opposition à l'offre réglementée.

Fin 2005, Enercoop officialise son existence, dépose son nom et obtient le statut de SCIC. Ce statut, délivré par la préfecture, reconnaît l'utilité sociale et l'intérêt collectif d'Enercoop.

En septembre 2006, Enercoop reçoit l'agrément « entreprise solidaire » et commence à alimenter en électricité ses premiers consommateurs.

2006 : premier bilan[modifier | modifier le code]

L'année 2006 est marquée par le démarrage effectif de l'activité d'Enercoop, le 1er septembre. En moins de trois mois, près de 200 consommateurs avaient rejoint Enercoop.

En 2006, le marché de l'électricité n'étant pas encore ouvert à la concurrence pour les particuliers, les consommateurs sont des agriculteurs, professions libérales, associations et particuliers exerçant une activité professionnelle à domicile. Huit producteurs produisent plus de 1 000 MWh annuels : une centrale hydroélectrique, une petite éolienne et six toits solaires photovoltaïques.

530 membres rejoignent la coopérative, le capital social est alors de 232 000 .

Enercoop reçoit des subventions de la Fondation de France, du Conseil régional d'Île-de-France, de la Fondation MACIF, et de la Fondation du Groupe Chèque Déjeuner. Elle a des conventions avec le Conseil régional d'Île-de-France et les clubs CIGALES, Charte éthique des IUT, etc. et compte quatre salariés.

2009 : équilibre financier atteint[modifier | modifier le code]

Enercoop aborde l'année 2009 fort du soutien de 3 000 consommateurs. Le rythme auquel de nouveaux sociétaires et consommateurs rejoignent la coopérative a atteint les objectifs qui avaient été fixés en assemblée générale.

À la fin de l'année, la coopérative atteint l'équilibre financier, conformément aux prévisions. Le fournisseur en énergie verte se targue même d'être le meilleur fournisseur en termes de satisfaction des clients : « sur les 13 000 plaintes enregistrées en 2009 par le Médiateur de l'énergie, aucune ne concerne Enercoop » précise le communiqué[6].

En 2010, Le Chefresne devient la première commune cliente d'Enercoop[7],[8]. La même année, la coopérative participe à la fondation du mouvement Énergie Partagée, qui soutient et finance des projets citoyens d'énergie renouvelable[9].

2011[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À la fin 2011, plus de 10 000 consommateurs ont rejoint la coopérative et 55 producteurs fournissent plus de 44 GWh annuels : 39 éoliennes, onze toits solaires photovoltaïques, quatre centrales hydroélectriques et une centrale biogaz.

7 000 sociétaires constituent les six collèges de la coopérative, ce qui porte le capital social à 1,8 million d'euros.

Enercoop compte, en octobre 2011, quatorze salariés.

2012[modifier | modifier le code]

En 2012, Enercoop compte 14 000 clients, 8 000 sociétaires et 30 salariés. Elle fournit une énergie qui s’élève en 2012 à 52 GWh produite par 89 producteurs : 50 éoliennes, 12 toits solaires photovoltaïques, 26 centrales hydroélectriques et 1 centrale biogaz[10].

2013[modifier | modifier le code]

En milieu 2013, Enercoop atteint, pour la quatrième année, l'équilibre économique[11]. Il compte 16 000 clients et 10 000 sociétaires.

Enercoop compte alors 6 coopératives régionales, en Bretagne, Champagne-Ardenne, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais - Picardie, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Rhône-Alpes.

En termes de production d'électricité, Enercoop dispose de 82 producteurs en 2013[12] et 85 producteurs en 2014[5].

2014[modifier | modifier le code]

À la fin 2014, Enercoop compte 21 250 clients à travers la France[5],[13].

2015[modifier | modifier le code]

Début 2015 est créée la coopérative régionale, Enercoop Midi-Pyrénées[14], suivi en juin d'Enercoop Normandie[15]. Le réseau Enercoop compte fin 2015 plus de 25 000 clients et 10 000 sociétaires à travers la France.

2016[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2016, Enercoop obtient l'agrément pour l'achat d'énergie issue des installations de production d'énergie renouvelable subventionnées par les contrats d'obligation d'achat[16]. Il met fin au monopole des opérateurs historiques sur la gestion de ces contrats[17]. Enercoop va pouvoir contractualiser avec les installations de production bénéficiant de ce mécanisme de soutien public, possibilité jusqu'ici réservée à EDF. Les producteurs d'énergie renouvelable peuvent, à partir du 1er janvier 2017, vendre leur production à l'acheteur agréé de leur choix, tout en bénéficiant du soutien public via ce mécanisme de tarif d'achat subventionné[18].

En octobre, l'association de préfiguration d'une nouvelle coopérative, en Pays de la Loire, est lancée[19].

Fin 2016, le réseau Enercoop compte plus de 40 000 clients, environ 25 000 sociétaires, pour 124 producteurs (sites de production) à travers la France[20][réf. insuffisante], répartis en 10 coopératives.

2017[modifier | modifier le code]

Début 2017, avec 10 coopératives régionales, 42 000 clients et 27 000 sociétaires, Enercoop a recueilli 1,5 million d'euros via un appel à souscription auprès de ses sociétaires, portant son capital à 12 millions d'euros. Enercoop envisage d'entrer sur le marché du gaz en France, avec une offre « 100 % renouvelable »[21].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le premier objectif d'Enercoop est de développer la production d'électricité d'origine renouvelable et de favoriser les comportements énergétiques responsables chez ses consommateurs. Pour ce faire, Enercoop vise à rendre les énergies renouvelables plus compétitives en développant leur marché et à inciter à la réduction de consommation.

Développer le marché des énergies renouvelables consiste entre autres à rassembler les consommateurs prêts à se fournir exclusivement auprès de producteurs verts et à favoriser les investissements. Enercoop souhaite donc impulser et soutenir des investissements collectifs afin de développer localement de nouveaux moyens de production verts (éolien, biogaz, solaire et hydraulique).

L'objectif, une nouvelle politique énergétique locale : « Dans un objectif de décentralisation de la production et des décisions, l'idée est à terme de répéter ce modèle au niveau local et de réunir élus, consommateurs, producteurs et associations dans une démarche de service public décentralisé. Ce modèle ouvre la possibilité de construire une nouvelle politique énergétique locale plus viable à long terme et plus responsable, pour influencer les choses au niveau national dans un deuxième temps[22]. »

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Enercoop achète de l'électricité à des producteurs d'électricité renouvelable eux-mêmes sociétaires de la coopérative. L'électricité est acheminée par les réseaux publics de transport et de distribution, auprès duquel Enercoop s'acquitte d'un droit d'accès proportionnel à son utilisation. L'électricité est ensuite facturée au consommateur final à un prix incluant le coût de l'énergie et le coût d'accès au réseau (via différentes taxes). Enercoop est agréé pour la gestion des contrats d'obligation d'achat d'électricité renouvelable depuis septembre 2016, dans la limite de 75 contrats et 100 MW[23].

Contrairement aux autres fournisseurs d'électricité, le tarif d'Enercoop n'a pas connu d'augmentation depuis sa création en 2005 (hors évolution des taxes applicables à tous les fournisseurs d'électricité). L'entreprise estime que d'ici 2020, son tarif sera au niveau de celui de ses concurrents[24].

Commerce équitable[modifier | modifier le code]

La commercialisation de l'électricité par Enercoop s'inscrit dans la mouvance du commerce équitable. L'électricité est achetée directement aux producteurs en circuit court : le prix est fixé pour permettre un retour sur investissement suffisant pour assurer le développement de chaque filière[25].En payant ce prix juste, le consommateur participe concrètement au développement des énergies renouvelables[réf. nécessaire].

Décision collective[modifier | modifier le code]

La SCIC est une nouvelle forme d'entreprise sociale qui s'inscrit dans le courant de l'économie sociale et solidaire et qui permet d'associer celles et ceux qui veulent agir ensemble dans un même projet. Dans l'organisation d'Enercoop, producteurs et consommateurs d'électricité ont les mêmes droits.

Plus précisément, la coopérative est structurée en six collèges : producteurs, consommateurs, salariés, porteurs de projet, partenaires et collectivités locales. Ils sont tous représentés au Conseil d'administration. Dans chaque collège, les décisions sont prises sur le principe coopératif « une personne = une voix ». En 2016, Enercoop regroupait environ 25 000 sociétaires.

Utilisation des bénéfices[modifier | modifier le code]

Les statuts d'Enercoop imposent le réinvestissement d'au moins 57,5 % des bénéfices dans des nouveaux moyens de production et des services de maîtrise de l'énergie[26]. Les bénéfices restants sont soit réinvestis dans la coopérative, soit viennent rétribuer les parts de capital des sociétaires au maximum dans la limite du TMRO (taux moyen de rendement obligataire, qui varie tous les six mois)[27].

Développement de coopératives locales[modifier | modifier le code]

  • Objectifs :
    • investir dans des moyens de production d'énergie renouvelable en encourageant leur décentralisation géographique ;
    • offrir aux sociétaires de la coopérative des moyens pour la diminution de leur consommation énergétique.
  • SCIC locales en activité :
    • En 2009 a été créée la première SCIC locale dans la région Champagne-Ardenne, elle est aujourd'hui en activité sur la proposition de services énergétiques et produit de l'énergie photovoltaïque via des panneaux solaires installés sur leurs locaux. Différents autres projets sont en cours et verront le jour dès 2011.
    • En septembre 2010 a été lancée Enercoop Rhône-Alpes et aspire aux mêmes ambitions. Des projets de petite hydraulique sont en cours de réalisation.
    • Enercoop Nord-Pas-de-Calais a été créée en 2011 puis a été élargi à la Picardie en juillet 2013 pour devenir Enercoop Nord-Pas-de-Calais - Picardie
    • En avril 2012, création de Enercoop Languedoc-Roussillon
    • Enercoop Provence-Alpes-Côte d'Azur, d'abord association de préfiguration créée début 2012[28], est devenue une coopérative régionale en mars 2013. Elle compte sept producteurs d'énergie renouvelable (cinq hydrauliques, un éolien et un photovoltaïque) et plus de 1 000 clients dont trois communes (Forcalquier, la Motte-en-Champsaur et le Beaucet)[29].
    • Enercoop Bretagne, d'abord association de préfiguration créée début 2011, est devenue une coopérative régionale en mars 2013.
    • En janvier 2015, Enercoop Midi-Pyrénées est créée.
    • En juin 2015, Enercoop Normandie est créée.
    • En octobre 2016, l'association de préfiguration d'une nouvelle coopérative en Pays de la Loire est lancée.

Perspectives[modifier | modifier le code]

En termes d’usagers, Enercoop alimente en électricité renouvelable plus de 21 000 usagers en décembre 2014 après avoir fêté le 10000e usager en octobre 2011. Le but d'Enercoop est d'atteindre 150 000 clients en 2020[30].

Le modèle, à court/moyen terme, consiste à continuer à mettre en place les SCIC locales de production : des coopératives (ayant le même statut qu'Enercoop), réalisant la production et la commercialisation d'électricité. Ces coopératives permettent aux sociétaires d'investir dans de nouveaux moyens de production, et donc de consommer leur propre production. Elles raccourcissent la chaîne qui relie producteurs et consommateurs. Elles permettent donc de se couper de la dépendance au marché (les prix de l'électricité sur le marché connaissent des fluctuations très importantes). En outre, les SCIC locales permettent d'associer les collectivités territoriales intéressées par cette démarche de développement local.

Pendant la phase actuelle, celle de mise en place de ces projets, le nombre de producteurs admis au sein d’Enercoop augmente pour garantir l’équilibre entre énergie « verte » injectée sur le réseau de distribution et quantités soutirées par les usagers de la coopérative.

Activité de lobbies[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Enercoop est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2015, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement s'élèvent à 1 000 euros[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Enercoop : fiche de l'entreprise », sur http://www.verif.com, (consulté le 22 mars 2017).
  2. « Inscription au registre des sociétés - Nom des administrateurs », sur societe.com, (consulté le 4 janvier 2009)
  3. Rafaële Rivais, « Le mirage de l'électricité "100 % verte" », sur lemonde.fr,
  4. Julien Vinzent, « Fournisseurs d’électricité verte : attention aux mirages », sur terraeco.net,
  5. a, b et c « Découvrir Enercoop - Notre histoire » [PDF], sur http://www.enercoop.fr, (consulté le 7 février 2016).
  6. L'Atelier, « Enercoop à l'équilibre financier », sur atelier-idf.org, L'Atelier, Centre de ressources régional de l'économie sociale et solidaire, (consulté le 11 janvier 2010)
  7. « Electricité verte : Le Chefresne, première commune cliente d'Enercoop », sur archives-lepost.huffingtonpost.fr, 18 mars2010 (consulté le 4 janvier 2016).
  8. « Le Chefresne montre le bon exemple », l'âge de faire, no 41,‎ .
  9. « L’association », sur energie-partagee.org (consulté le 15 septembre 2016).
  10. « Enercoop : se fournir auprès de petits producteurs », sur techniques-ingenieur.fr (consulté le 8 juillet 2017)
  11. Enercoop à l'équilibre économique pour la 5e année consécutive, sur euro-energie.com du 9 juillet 2014, consulté le 9 juillet 2017
  12. « Enercoop Fournisseur d'électricité éthique et écologique », sur France Hydro-électricité (consulté le 3 novembre).
  13. « Enercoop fournisseur d'électricité verte s'installe en Aquitaine », sur France 3 Aquitaine, (consulté le 17 avril 2014).
  14. Enercoop Midi-Pyrenées, sur enercoop.fr, consulté le 9 juillet 2017
  15. Enercoop Normandie, sur enercoop.fr, consulté le 9 juillet 2017
  16. « Arrêté relatif à l'agrément de la société Enercoop », sur legifrance
  17. « Enercoop met fin au monopole sur l'achat d'électricité renouvelable », sur environnement-magazine.fr, (consulté le 10 juillet 2017)
  18. « Communiqué de presse Enercoop agréé » [PDF], sur enercoop.fr, (consulté le 10 juillet 2017)
  19. « ALECS »
  20. « Page d'accueil - La réappropriation citoyenne au cœur de notre projet »
  21. Thomas Blosseville, « Biogaz, maîtrise de l'énergie : Enercoop veut se diversifier », Environnement Magazine,‎ (lire en ligne).
  22. Histoire d'une coopérative verte et solidaire, sur enercoop.fr, consulté le 10 juillet 2017
  23. Thomas Blosseville, « Enercoop met fin au monopole sur l'achat d'électricité renouvelable », sur environnement-magazine.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  24. « Nos offres - particuliers (section "Un tarif juste / Stable") », sur enercoop.fr (consulté le 10 juillet 2017)
  25. « Devenir producteur - partie "Il témoigne" », sur enercoop.fr (consulté le 10 juillet 2017)
  26. Jennifer Murzeau, « Comment devenir producteur d'énergie renouvelable ? 4 façons de rejoindre le mouvement », sur wedemain.fr, (consulté le 17 décembre 2015).
  27. Taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées, sur economie.gouv.fr, consulté le 10 juillet 2017
  28. L'énergie verte se branche en PACA, article du journal régional Le Ravi
  29. Amandine Rancoule, L'énergie 100 % verte d'Enercoop, site de 20 Minutes Marseille, le 2 avril 2014, consulté le 8 avril 2014
  30. Dossier de presse Enercoop, site d'Enercoop, le 22 octobre 2015, consulté le 3 novembre 2015
  31. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 18 octobre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]