Centrale nucléaire de Cattenom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Cattenom
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Cattenom
Centrale nucléaire de Cattenom
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Commune Cattenom
Coordonnées 49° 24′ 57″ N 6° 13′ 05″ E / 49.41583, 6.21806 ()49° 24′ 57″ Nord 6° 13′ 05″ Est / 49.41583, 6.21806 ()  
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1979
Date de mise en service 1986 à 1992
Statut En fonction
Direction Guy CATRIX
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 4 x 1 300 MW
Puissance nominale 5 448 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 34,084 TWh (en 2006)
Production moyenne 35,547 TWh
Production totale 720 TWh (au 1er septembre 2010)
Divers
Source froide Moselle
Site web Site de la centrale de Cattenom

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Cattenom

La centrale nucléaire de Cattenom est une centrale nucléaire exploitée par Électricité de France (EDF), située en Lorraine sur la commune de Cattenom, sur les bords de la Moselle entre Thionville10 km en amont) et Trèves80 km en aval), non loin des villes de Luxembourg (35 km), Arlon (42 km) et de Metz (40 km).

Présentation[modifier | modifier le code]

Le centre nucléaire de production électrique (CNPE) de Cattenom dispose de quatre réacteurs nucléaires à eau pressurisée (REP) d'une puissance de 1 300 mégawatts électriques chacun. Cattenom est la septième centrale au monde en puissance installée, et la deuxième centrale de France pour sa production d'électricité (derrière celle de Gravelines), avec 35 TWh produit en 2010 (8 % de la production nationale d'EDF). Son record de production date de 2005, quand elle produisit 38,2 TWh.

La centrale emploie environ 1 200 personnes. Pendant les périodes de visite décennale des réacteurs, elle fait appel à près de 1 000 personnes supplémentaires.

Le risque sismique est extrêmement faible à Cattenom, qui n'est pas placée dans une zone à aléa sismique significatif[1].

C'est la première centrale à avoir publié, en octobre 2010, un rapport de développement durable[2].

Y a été construit en 2010 le premier bâtiment tertiaire BBC 100 % électrique de France.

La centrale nucléaire de Cattenom est la seule centrale en France à rejeter en rivière ses effluents toxiques et radioactifs, - les autres centrales les rejettent dans des fleuves ou en mer - son impact sur l'environnement y est proportionnellement plus élevé[3].

Refroidissement[modifier | modifier le code]

La centrale devant le "Lac du Mirgenbach"

La centrale possède quatre aéroréfrigérants et prélève de l'eau dans la Moselle pour assurer son refroidissement. Lors de la construction de la centrale, EDF a également créé à proximité une retenue d'eau par la construction d'un barrage : le lac artificiel du Mirgenbach. De plus, un lac d'approvisionnement a été créé en 1985 pour soutenir le cours de la Moselle en cas de sécheresse, par construction d'un barrage dans la vallée de Pierre-Percée, en bordure du massif des Vosges, le barrage du Vieux pré.

En février 2011, des fissures ont été repérées sur le parement du support béton des pompes d'amenée d'eau de la Moselle vers les réacteurs no 1 et 2. Cette anomalie, qui a été classée au niveau 1 de l'échelle INES, remettait en cause la résistance de ces pompes en cas de seisme[4]. Fin juin 2011, les supports étaient confortés.

Caractéristiques des réacteurs[modifier | modifier le code]

Ces 4 réacteurs nucléaires à eau pressurisée sont du palier P'4, de même que les réacteurs des centrales nucléaires de Belleville, Nogent, Golfech et Penly. Ils ont tous été construits par Framatome et sont actuellement exploités par EDF. Les caractéristiques détaillées de chaque réacteur sont les suivantes[5] :

Nom du réacteur Début construction Raccord. au réseau Mise en service comm. 1re visite décennale 2de visite décennale
Cattenom-1 octobre 1979 novembre 1986 avril 1987 1997 2006
Cattenom-2 juillet 1980 septembre 1987 février 1988 1998 2008
Cattenom-3 juin 1982 juillet 1990 février 1991 2001 2011
Cattenom-4 septembre 1983 mai 1991 janvier 1992 2003 2013

Certifications[modifier | modifier le code]

La centrale a obtenu en 2005 une certification environnementale ISO 14001, en 2007 une certification qualité ISO 9001, et début 2008 une certification hygiène et sécurité OHSAS 18001. Son laboratoire de surveillance de l'environnement est accrédité ISO/CEN 17025 par le COFRAC

Histoire[modifier | modifier le code]

manifestation contre la centrale de Cattenom en 1980

La décision d'implantation de la centrale date de 1978 (gouvernement de Raymond Barre). Cette décision a été fortement contestée par le Luxembourg à l'époque. Le chantier des réacteurs de la centrale a débuté en 1979 et s'est terminé en 1991. La centrale a été implantée sur le lieu d'un ancien casernement du 168e régiment d'infanterie, qui avait en charge la défense des ouvrages de la ligne Maginot qui sont situés dans la forêt de Cattenom (ouvrage du Galgenberg, ouvrage du Kobenbusch, ouvrage du Bois-Karre, etc.).

Depuis le début du projet, il y eut des oppositions à la centrale nucléaire de Cattenom en France, au Luxembourg, en Allemagne et surtout dans la région de la Sarre près de la frontière[8]

Les œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Les « moutons » : dans le cadre du 1 % à consacrer à l'acquisition d'œuvres d'art, le sculpteur Jean Cardot a réalisé pour le site une sculpture en extérieur représentant un troupeau de moutons, blancs, verts et roses, toujours visible.

Le centre d'information du public et les autres bâtiments du site ont été dessinés par l'architecte Claude Parent, en collaboration avec un architecte local, Roger Schott. On y reconnait aisément le tropisme de Parent pour les lignes obliques. La centrale fait donc partie du patrimoine architectural lorrain du XXe siècle, comme l'Église de Boust, à 2 km, œuvre de Georges-Henri Pingusson.

L'Imagerie d'Épinal a réalisé une image de la centrale, œuvre d'Antonio Gaccia.

Le pendule de Foucault de 1985[modifier | modifier le code]

En 1985, pendant la construction de la centrale, l'École nationale d'ingénieurs de Metz (ENIM) fait installer au cœur de l'aéroréfrigérant de la tranche 1 le plus grand pendule de Foucault du monde[9]. Pour l'occasion, l'ENIM invente un système de rotule sur coussins d'air, pour minimiser les frottements, ce système est breveté. La tête du pendule se trouve actuellement à l'ENIM.

Intrusions de 9 antinucléaires en 1986[modifier | modifier le code]

Le 10 octobre 1986, neuf anti-nucléaires des associations "Robin des bois" et "Robinwood" escaladent une tour de refroidissement d'une tranche alors en construction[10].

Incidents de mars 2001[modifier | modifier le code]

En mars 2001, 131 personnes ont évacué par précaution le bâtiment réacteur no 3, à la suite d'une alarme intempestive, liée au radon naturellement présent dans le sable utilisé pour le sablage de bétons. Selon l'AFP, les agents présents dans le bâtiment réacteur auraient subi une exposition aux radiations « de 5 à 10 minutes »[11]. Mais l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a confirmé qu'il n'y a pas eu de fuite radioactive et qu'aucune personne n'a été contaminée ou irradiée[12].

Toujours en mars 2001, il y a eu un problème de rupture des gaines de combustible. Des défauts d'étanchéité ont conduit à une augmentation de la radioactivité de l'eau du circuit primaire du réacteur no 3[13]. L'événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Selon Wise-Paris, cet incident serait significatif d’une érosion de la sûreté liée à la recherche de performance économique[14]. Cela a provoqué une augmentation notable des rejets radioactifs pour toutes les catégories de rejets mesurées : gaz, halogènes, aérosols et rejets liquides[15].

La canicule de 2003[modifier | modifier le code]

Lors de la canicule 2003, la centrale a bénéficié, du 12 août au 30 septembre 2003, d'une dérogation officielle de la température de ses rejets en Moselle[16]. Elle n'a en fait pas eu besoin de faire usage de cette dérogation.

Hors période de canicule, le 8 octobre 2003 entre 13h00 et 14h00, la centrale nucléaire de Cattenom a causé accidentellement un échauffement de l’eau de la Moselle de 2,2 °C alors que cet échauffement est limité à 1,5 °C par arrêté préfectoral[17]. Cet échauffement a été considéré comme non dangereux par l'ASN et classé 0 sur l'échelle INES.

Rejets de tritium[modifier | modifier le code]

En octobre 2003, des militants de Greenpeace se sont opposés au projet d'EDF d'augmenter la limite des rejets radioactifs liquides en tritium[18]. Dans le même temps, la CRIIRAD accusait EDF de ne pas justifier l’évolution à la hausse de ces rejets et de ne pas analyser les conséquences pour la population autour de Cattenom[19]. De plus, l'association Wise-Paris affirmait que la demande d’EDF n’est pas conforme aux obligations d’information du public, de minimisation de l’ensemble des impacts sur l’environnement et de justification de ces impacts[20].

Dans le cadre de l'enquête publique qui a eu lieu en 2004, la centrale nucléaire de Cattenom a été autorisée à augmenter ses rejets de polluants chimiques[3].

2010[modifier | modifier le code]

Manifestation en Allemagne pour la fermeture de la centrale[modifier | modifier le code]

Le 17 septembre, un millier (selon les organisateurs) d'antinucléaires allemands, luxembourgeois et français, rassemblés à Perl, exigent l'arrêt de la centrale qui, selon eux, est « une bombe à retardement en Europe » en raison des « incidents préoccupants qui s'y produisent ». D'après les responsables du comité Non à Cattenom, 710 incidents et événements « significatifs » ont été recensés par l'Autorité de sûreté nucléaire entre la date de mise en service de la première tranche en 1986 et 2006[21]. Il s'agit en fait d'écarts sans impact pour la sûreté, classés niveau 0 en deçà de l'échelle INES et qui sont déclarés dans un souci de transparence à l'ASN. Les règles de déclaration à l'ASN sont beaucoup plus étendues en France, comparées à l'Allemagne[22].

Le rapport sur la sûreté de la centrale, exigible de par la loi de 2006, est disponible sur internet[23].

Prolongation de la durée de vie au-delà de 40 ans[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 2010, EDF annonce l'ambition de faire fonctionner la centrale au-delà de 40 ans car aucun obstacle technique ne s'y oppose. Cela devrait se formaliser par la préparation d'un dossier de prolongation de l'exploitation entre 2016 et 2022. Des investissements de 2,4 G€ sur 20 ans serviront à moderniser les salles de commandes, les alternateurs et les générateurs de vapeur. Les cuves contenant les barres radioactives, les bâtiments-réacteur et les enceintes de confinement ne seraient pas concernés puisqu'en parfaite santé. Ce programme doit servir de modèle aux autres centrales à eau pressurisée de 1 300 MW du parc nucléaire français pour lesquelles EDF envisage de poursuivre l'exploitation au-delà de 40 ans[21].

2011[modifier | modifier le code]

Protestations au Luxembourg[modifier | modifier le code]

Dès le début des années 1980, la majorité de la population du Luxembourg s'est opposée à la construction du premier réacteur de Cattenom[24].

En 2011, les 36 communes luxembourgeoises qui se situent jusqu'à 25 km de la centrale nucléaire de Cattenom, ainsi que plusieurs autres communes situées bien au-delà des 25 km, se sont unies pour demander l'arrêt de la centrale[25].

En 2012, le 27 mars, le Parlement luxembourgeois a adopté à l'unanimité une motion stipulant que Cattenom "met en péril la souveraineté et la pérennité de la nation luxembourgeoise", exigeant "le renforcement de l'action gouvernementale en vue de [sa] fermeture définitive"[24].

Résultat du stress-test[modifier | modifier le code]

Mi septembre, EDF a remis le rapport du stress-test appliqué à la centrale de Cattenom à l'Autorité de Sûreté Nucléaire, suite à l'accident de Fukushima. EDF considère sa centrale comme sûre et robuste, mais se propose d'équiper chaque réacteur d'un générateur électrique diesel supplémentaire, de forer dans la nappe phréatique pour renforcer l'alimentation en eau et de préparer la centrale à accueillir les matériels de secours de la Force d'Action Rapide du Nucléaire (FARN). Tout ceci reste suspendu à l'avis de l'IRSN et de l'ASN, et à la vérification par 7 autres pays européens, conformément aux décisions du Conseil Européen.

Inspection de l'AIEA[modifier | modifier le code]

En novembre 2011, 15 inspecteurs de l'AIEA ont inspecté la centrale. Lors de la conférence de presse de fin de mission, le 1er décembre, l'AIEA considère que la sûreté d'exploitation est assurée à Cattenom, détecte 4 bonnes pratiques, mais formule 4 recommandations. L'AIEA reviendra vérifier la prise en compte de ses remarques en 2013.

Prises de position en faveur de la prolongation de fonctionnement au-delà de 40 ans[modifier | modifier le code]

Suite au flou induit par l'accord électoral Verts-PS, plusieurs personnalités lorraines[Qui ?], de tous les horizons politiques, prennent position contre le critère d'arrêt à l'ancienneté à 40 ans, et en faveur d'une évaluation décennale de la sureté de la centrale, selon l'avis de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, et en fonction des investissements de modernisation que réalisera le propriétaire, EDF.

2012[modifier | modifier le code]

Février 2012 : découverte d'un incident de niveau 2[modifier | modifier le code]

Début février 2012, des travaux ont été réalisés sur deux tuyauteries des piscines d'entreposage du combustible des unités no 2 et 3 de la centrale de Cattenom afin de rectifier un défaut de construction (absence d'une ouverture de 20 mm). Pour l’ASN, cette anomalie « n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais elle constitue une dégradation des dispositions de défense.»[26] Cet incident a été classé par l'Autorité de sûreté nucléaire au niveau 2 de l'échelle internationale des événements nucléaires le 6 février 2012 du fait de ses conséquences potentielles engendrées par l'absence d'un des quatre dispositifs prévus pour empêcher la baisse du niveau des piscines[27]. Cette défaillance, qui existe depuis 30 ans, n'avait jamais été détectée lors des visites décennales[28].

Juin 2012 : alerte fictive[modifier | modifier le code]

Fin juin 2012, la centrale a été mise en état d'alerte maximum pendant deux jours pour un exercice mené conjointement par l'Allemagne, la Belgique, la France et le Grand-Duché du Luxembourg. D'autres exercices impliquant ces quatre pays sont prévus en décembre 2012 et au printemps 2013[29]. Ce type d'exercice a été décidé en 2011 après la catastrophe de Fukushima.

Octobre 2012 : procédures "insuffisantes"[modifier | modifier le code]

Suite aux test de résistance européens mené après l'accident de Fukushima, « Les procédures prévues en cas d'accident sont jugées "insuffisantes". » De plus, « les équipements de secours, comme les groupes électrogènes, ne sont pas assez protégés contre les éléments en cas de catastrophe naturelle en France. »[30]

Le président du Parlement luxembourgeois Laurent Mosar (en) abonde dans ce sens : « Les récents tests de sécurités effectués par la Commission européenne sont à certains égards plus critiques envers la centrale nucléaire de Cattenom qu'envers celle de Fessenheim, que le gouvernement français s'est pourtant engagé à fermer d'ici à 2016. »[24]

2013[modifier | modifier le code]

Février 2013 : Accident mortel du travail[modifier | modifier le code]

Fin février un accident du travail a eu lieu dans le bâtiment du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Cattenom. Cet accident a causé la mort de deux personnes et fait un blessé grave. L’accident est survenu vers 17h00 lors de travaux de maintenance. Le réacteur est à l’arrêt pour sa visite décennale depuis le 9 février 2013[31].

Mai 2013 : Fête du Lac du Mirgenbach[modifier | modifier le code]

Le 26 mai 2013, la centrale organise comme tous les ans sa Fête du Lac, à l'occasion de la Fête de la Nature.

7 juin 2013 : Incendie d'un transformateur électrique du réacteur no 1[modifier | modifier le code]

Peu après 13h30, un incendie s'est déclaré dans la centrale nucléaire mosellane. Le feu a démarré dans le transformateur électrique de soutirage qui permet d'alimenter le réacteur no 1 en électricité. Plusieurs témoins ont entendu une détonation. Le réacteur s'est automatiquement arrêté. Le personnel de l'unité de production no 1 a été évacué. Les pompiers ont mis plus de deux heures à maîtriser complètement le sinistre et étouffer une très épaisse fumée noire[32]. Le transformateur de soutirage a été entièrement détruit[33].

Parallèlement, l'Autorité de sûreté nucléaire a été alertée, tout comme les pouvoirs publics, les communes avoisinantes et les pays limitrophes dont le Luxembourg[34]. Selon l'exploitant, l'incendie n'a eu aucune conséquences pour la sécurité des installations et l'environnement. La centrale a ouvert ses portes au public 24 heures après l'incendie du transformateur électrique. Il est possible que le transformateur ait contenu des Biphényls polychlorés (BPC) toxiques et cancérigènes[35].

L'exploitant prévoit de maintenir le réacteur à l'arrêt pendant 2 mois pour pouvoir effectuer les travaux de réparation du transformateur endommagé [36].

Août 2013 : de l'acide chlorydrique dans la Moselle[modifier | modifier le code]

Le 16 août 2013, de l'acide chlorhydrique est rejetté dans la Moselle[37]. Devant normalement servir au système du réfrigérant atmosphérique, il s'est inflitré dans le sol puis dans la Moselle à la suite de l'absence d'un tronçon de tuyauterie[37]. Selon EDF cela correspondrait à moins de 1 % de l'autorisation des rejets et selon l'ASN, il s'agit d'un écart classé au niveau 0 sur l'INES[37].

2014[modifier | modifier le code]

Mai 2014 : dix salariés contaminés[modifier | modifier le code]

Le 7 mai 2014, selon le Républicain lorrain, dix sous-traitants ont déclenchés les détecteurs de contamination en sortant de la zone nucléaire du réacteur n°2 - à l'arrêt[38].

Juin 2014 : incendie dans la salle des machines du réacteur n°2[modifier | modifier le code]

Le 23 juin 2014, selon le service d'urgence du Luxembourg, tout le personnel de l’unité de production n°2 - à l'arrêt - a été évacué et les pompiers ont dû intervenir pour éteindre les flammes car un échafaudage est parti en feu en salle des machines[39].

Surveillance de l'environnement[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble de la centrale de Cattenom

(Source : réponse faite au député luxembourgeois Henri Kox à une question écrite[40])

EDF a l'obligation, de par un arrêté interministériel de 2004, de surveiller l'environnement. La centrale opère les installations de mesures suivantes :

  • 4 stations de prélèvements de poussières atmosphériques ;
  • 4 balises permettant de mesurer le débit de dose à 1 km ;
  • 4 balises permettant de mesurer le débit de dose à 5 km ;
  • 10 détecteurs mesurant le débit de dose à la clôture du site ;
  • 11 détecteurs dans l'environnement mesurant le débit de dose à 10 km ;
  • 5 mesures dans les eaux souterraines (3 dans le site et 2 à l'extérieur).

De plus, des échantillons sont prélevés dans l'environnement (sol, rivière, production de lait).

Les données mensuelles sont accessibles sur Internet[41]

Le laboratoire de la centrale réalisant ou faisant réaliser ces mesures a reçu en 2008 un agrément délivré par le COFRAC, ce qui implique des programmes d'assurance qualité. Les résultats des mesures réglementaires sont consignés dans des registres qui sont communiqués mensuellement à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui en assure un contrôle.

EDF est juridiquement responsable de respecter les limites de rejets fixés par l'arrêté ministériel, ainsi que de déclarer immédiatement tout dépassement éventuel. En vertu de l'accord bilatéral de 1983 avec la France, relatif aux échanges d'informations en cas d'incident ou d'accident pouvant avoir des conséquences radiologiques, les informations d'un dépassement des limites sont également transmises au Luxembourg, en l'occurrence à la division de la radioprotection.

De plus, l'environnement autour de la centrale de Cattenom est surveillé de manière indépendante par :

Les résultats de mesure sont accessibles sur Internet, sur le site de ATMO Lorraine[43].
  • l'État, au travers de l'établissement public IRSN et son réseau de balises[44] anciennement dénommé « Teleray ». IRSN opère une station de prélèvements de poussières atmosphériques, deux balises aériennes à 1 km et à Roussy-le-Village, ainsi qu'une sonde dans l'eau sur la Moselle à Apach. Les résultats en temps réel sont accessibles sur Internet[45].
  • l' ASN s'assure, par des inspections inopinées, que les exploitants respectent bien les dispositions réglementaires. Au cours de ces inspections, des inspecteurs font prélever des échantillons dans les effluents ou l'environnement et les font analyser par un laboratoire spécialisé et indépendant. En 2007, l'ASN a réalisé une inspection avec prélèvement à Cattenom, où aucune irrégularité n'a été constatée.
  • le Grand-Duché de Luxembourg, qui dispose de 23 stations de mesure, dont une en territoire français, à mi-distance entre la centrale et la frontière luxembourgeoise, à Roussy-le-Village, en vertu d'un accord international de 1994[46]. La division de la radioprotection[47] dépendant du Ministre de la Santé et de la Sécurité sociale a commencé dès 1983 à installer un réseau de mesure et d'alerte automatiques sur le sol luxembourgeois. II s'y ajoute un programme d'échantillonnage dans divers milieux biologiques, comme les eaux et les boues de la Moselle, et dans la chaîne alimentaire. Tous ces échantillons sont mesurés par le laboratoire de radiophysique de la division de la radioprotection. Les résultats mensuels de ces mesures sont accessibles sur Internet[48].

Les mesures réalisées en France sont regroupées dans le Réseau National de mesure de la Radioactivité et accessible sur internet[51]

Un parcours extérieur à la centrale, composé de panneaux réalisés avec le concours de l'ONF et de la réserve géologique naturelle d'Hettange permet à tous les promeneurs de se renseigner sur cette surveillance.

Divertissement[modifier | modifier le code]

Dans le jeu de rôle Shadowrun quatrième édition (2005), la centrale nucléaire est victime d'un accident en 2008, contaminant ainsi la « SOX », réunion de la Lorraine, du Luxembourg et de la Sarre[52].

Dans le dessin animé japonais Summer Wars (2009), l'intelligence artificielle qui a pris le contrôle du monde virtuel Oz détourne un satellite pour l'envoyer s'écraser sur une centrale nucléaire. Apparait alors à l'écran une vue aérienne de Cattenom (repère 1h15 du film).[réf. nécessaire] Le satellite finira heureusement par s'écraser dans la campagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aléa sismique de la France - Carte du Ministère de l'écologie, 2008
  2. rapport de développement durable
  3. a et b http://www.greenpeace.org/luxembourg/fr/press/releases/augmentation-des-rejets-radioa/
  4. Le canard enchaîné, 23/03/2011 : Petites fissures à Cattenom
  5. (en) « Reactors in operations, 31 dec 2009 », sur www-pub.iaea.org/ (consulté le 27 avril 2011)
  6. La puissance électrique brute est celle mesurée aux bornes des groupes des centrales, elle comprend donc la consommation des services auxiliaires et les pertes dans les transformateurs des centrales
  7. La puissance électrique nette est celle mesurée à la sortie des centrales, c'est-à-dire déduction faite de la consommation des services auxiliaires et des pertes dans les transformateurs des centrales
  8. (de) Hiltrud Breyer - November 2006 : 20 Jahre Cattenom - 30 Jahre Widerstand. Eine Dokumentation zum Jahrestag der Inbetriebnahme des Atomkraftwerks an der Mosel
  9. [PDF] [1]
  10. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Les-precedentes-intrusions-dans-les-centrales-nucleaires-_NG_-2011-12-05-743770
  11. AFP, mars 2001
  12. Réacteur 3 Évacuations préventives du bâtiment réacteur - Autorité de sûreté nucléaire
  13. Avis d'incident à Cattenom : Réacteur 3 - Nombreux défauts d'étanchéités d'assemblages combustibles - ASN, 19/03/2001
  14. [PDF] La sûreté nucléaire à Cattenom - Wise Paris, 6 février 2003
  15. [PDF] Renouvellement des autorisations de rejets et de prélèvements de la centrale nucléaire de Cattenom - Wise-Paris
  16. Arrêté du 12 août 2003 relatif aux conditions exceptionnelles de rejets d'eau des centrales de production d'électricité, J.O no 186 du 13 août 2003 page 14012
  17. Échauffement accidentel de la température de la Moselle - Autorité de sûreté nucléaire
  18. « Communiqué de Greenpeace Luxembourg du 3 octobre 2003 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-05-27
  19. [PDF] « Étude critique du dossier Catenom » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-05-27 - CRIIRAD
  20. [PDF] Revue sommaire du dossier d’enquête publique - Wise Paris
  21. a et b « http://bonjour.news352.lu/index.php?p=edito&id=48619 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-05-27
  22. rapport de la DFK sur les différences de critères de déclaration entre France et Allemagne
  23. rapport sur la sûreté de la centrale
  24. a, b et c Le Luxembourg mobilisé contre la centrale nucléaire française de Cattenom - Le Monde du 12 octobre 2012
  25. Cattenom: Protestation contre le nucléaire
  26. http://www.asn.fr/index.php/content/view/full/132438
  27. « L’ASN classe au niveau 2 de l’échelle INES une non-conformité d’une tuyauterie des piscines des réacteurs 2 et 3 de la centrale de Cattenom », sur le site de l'ASN,‎ 6 février 2012 (consulté le 7 février 2012)
  28. Le Quotidien - 7 février 2012 : Une anomalie détectée à la centrale
  29. Article du 29 juin 2012 sur Lor'Actu
  30. Philippe Ricard, « Sûreté nucléaire : tension entre Paris et Bruxelles », [Le Monde],‎ 2 octobre 2012
  31. Accident mortel du travail à la centrale nucléaire de Cattenom ASN, 28 février 2013
  32. http://www.francebleu.fr/faits-divers/centrale-nucleaire/incendie-la-centrale-nucleaire-de-cattenom-628814
  33. http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2013/06/13/transformateurs-expertise-attendue
  34. http://www.lessentiel.lu/fr/news/dossier/cattenom/story/Incendie-a-la-centrale-de-Cattenom-16372485
  35. http://www.loractu.fr/thionville/4337-cattenom-l-incendie-est-il-dangereux-pour-la-sante-.html
  36. http://www.lequotidien.lu/region/45873.html
  37. a, b et c « De l'acide chlorhydrique dans la Moselle après une fuite à la centrale de Cattenom », Le Monde.fr,‎ 16 août 2013 (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  38. Dix salariés de Cattenom ont été contaminés - L'essentiel, 9 mai 2014
  39. Incendie à Cattenom - Le Quotidien, 23 juin 2014
  40. [PDF] « http://www.greng.lu/files/documentcenter/20080522-2553-KO-Sante-Cattenom-QR.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-05-27
  41. http://energies.edf.com/accueil-fr/la-production-d-electricite-edf/-nucleaire/les-centrales-nucleaires/cattenom/indicateurs-environnementaux/controles-environnementaux-120702.html
  42. Site de l'ALQA
  43. Mesures de radioactivité de l'ALQA en Lorraine
  44. Surveillance de l'environnement par l'IRSN
  45. Résultats de mesure de l'IRSN en France (zoomer sur la Lorraine pour avoir les valeurs autour de Cattenom)
  46. [PDF] Enregistrement de l'accord auprès de l'ONU
  47. Site de la division de la radioprotection du Luxembourg
  48. Mesures de radioactivité réalisées par le Luxembourg
  49. Page spécifique du site de l'administration du Land de Sarre pour l'environnement
  50. Mesures réalisées par les Lands de Sarre et Rhénanie
  51. RNME
  52. « Wiki communautaire de Shadowrun expliquant la situation de Cattenom dans le jeu de rôle du même nom, Shadowrun Wiki, 18 juin 2011 »] (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)