Petit Navire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Petit Navire
logo de Petit Navire

Création 1932
Dates clés 15 novembre 1948 : immatriculation de la société actuelle
Fondateurs Paul-Edouard Paulet
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « La mer vous inspire »
Siège social Douarnenez
Drapeau de France France
Direction Pau Reenan (depuis le 24 février 2018)
Actionnaires Thai Union Group
Activité Commerce de gros alimentaire spécialisé divers.
Produits Produits de la mer (conserves)
Société mère Thai Union Europe 488331331
Effectif 250 à 299 salariés en 2018
SIREN 375 880 804
Site web petitnavire.fr

Chiffre d'affaires 345 284 400 € en 2012

Comptes récents non disponibles

Résultat net 18 millions d'€ (2014)

Petit Navire est la marque commerciale d'une conserverie de poisson créée en 1932 à Douarnenez (Bretagne) par Paul-Edouard Paulet. Elle appartient aujourd'hui au groupe thaïlandais Thai Union Frozen[2].

La marque est exploitée par la société : Établissements Paul Paulet[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul-Édouard Paulet, né en 1897, est un fils de haut fonctionnaire. Ingénieur diplômé de l’École de physique et chimie de Paris[4], il subit une reconversion forcée suite à des problèmes de santé, et il est nommé directeur du Crédit Nantais de Douarnenez. Le Crédit Nantais est alors considéré comme la banque spécialiste de la conserve[5].

Au printemps 1932, Paul Paulet décide de quitter son poste à la banque et rachète une usine Hyacinthe Parmentier en cessation de paiement, ainsi que le nom « Petit Navire ». Le logo de cette nouvelle marque est une sardinière à voile voguant sous des goélands. La première version a été dessinée à l’aquarelle par Marguerite Paulet, peintre et épouse du fondateur[6].

En 1935, Paul Paulet met en place une charte de qualité. Il est également précurseur de la création de la Participation Salariale. Lors de l’achat de la conserverie Parmentier, Paul Paulet a utilisé un prêt innovant : il fait appel aux banques et fait compléter l’apport financier par ses amis[7]. Cette manière de fonctionner a ensuite été mise en place dans toute la société. La participation salariale a été complété par un système de sécurité sociale interne, couvrant les frais médicaux et les arrêts maladies pour certains cas.

La même année, il ouvre des usines à l'île d'Yeu et Saint Jean de Luz pour être au plus proche des ports de pêche. Paul Paulet invente la "bassine à frire", ou friture prête à l'emploi, pour cuire les sardines, éviter la fermentation et permettre une production constante toute l'année[6].

Le 19 juin 1940, Paul Paulet répond à l’appel du général De Gaulle et embarque pour l’Angleterre à bord du sardinier Ma Gondole[4]. En août 1942, Paul-Édouard Paulet disparaît avec quelque 7 000 autres prisonniers dans le naufrage du Nino Bixio.

En 1955, les fils de Paul-Édouard Paulet, Jean et Yves Paulet, reprennent les rênes de l’entreprise[5].

En 1962, ils prennent la décision de moderniser la conserverie. La nouvelle usine de Pouldavid est inaugurée en 1963.

Le géant américain Heinz, possédé par H.J Heinz, prend une participation dans la société en 1981. Il rachète l'ensemble du capital en 1986[8].

En 1988, l’entreprise ouvre trois nouvelles usines : Portugal, Ghana et Seychelles. Petit Navire possède déjà trois usines en Bretagne.

En 2000, Petit Navire lance une campagne de communication publicitaire avec des spots TV, mais également un partenariat avec l’émission Fort Boyard[9]. Cette présence en télévision a permis de générer 8.5% de ventes supplémentaires en volume, ainsi que 2 points de part de marché[5].

En 2006, Petit Navire affiche un chiffre d’affaires de 207 millions d’euros. Heinz revend ses activités de produits de la mer en Europe, dont la marque Petit Navire, qui est rachetée par le fonds d’investissement américain MW Brands[10].

En 2010, Thai Union Group rachète le groupe MW Brands, dont fait partie Petit Navire, pour 680 millions d’euros[2].

En 2015, Petit Navire lance une nouvelle campagne marketing intitulée ''La Mer vous inspire'', mettant en avant des repas variés évocateurs de bons moments partagés, au travers de plans gourmands et sensoriels dans une ambiance de bord de mer[11].

En 2016, profitant du rachat de Meralliance, spécialiste du saumon fumé, par sa maison mère Thai Union, Petit Navire entre pour la première fois au rayon frais. L’entreprise propose une gamme de huit références de poissons fumés[12].

Controverse[modifier | modifier le code]

Petit Navire est mis en cause par Greenpeace pour l'utilisation de dispositif de concentration de poisson, méthode non sélective, lors de la pêche au thon[13]. En mai 2016, Greenpeace bloque l'accès à la conserverie Petit Navire de Douarnenez[14]. L'ONGI reproche à la marque l'utilisation de « méthodes de pêche destructrices » en abusant des DCP[15].

En réponse à ces attaques, la marque a noué un partenariat avec WWF en 2016[16], et avec Greenpeace en 2017[17].

En 2019, Petit Navire est mis en cause dans le magazine Cash Investigation pour la surpêche dans l'océan Indien du thon albacore avec l'utilisation de DCP, l'obtention discutable de subventions européennes et les montages financiers autour de la reprise de la marque par Thai Union Group[18].

Engagements et politique RSE[modifier | modifier le code]

En réponse aux attaques de Greenpeace, Thaï Union a fait évoluer sa politique RSE, et a mis en place un ensemble d’actions, regroupées sous le nom de « Sea change[19] ». Les objectifs sont fixés pour 2020. Les grands thèmes de ce programme sont :

  • Un approvisionnement responsable
  • Une production responsable
  • Le bien-être des communautés
  • Les conditions de travail

En 2016, le groupe Thai Union a engagé 90 millions de dollars dans sa politique environnementale[20], avec la création de filières d’achat sur des produits labellisés, comme le label Marine Stewardship Council (MSC) et le lancement de projets d'amélioration des pêcheries, ou "Fishery Improvement Projects"[21]. Une collaboration entre Thai Union Europe et WWF a également été mise en place[16]. WWF a alors réalisé l’audit de toutes les chaînes d’approvisionnement du groupe[22].

En 2017, la marque a conclu un partenariat avec Greenpeace[17], avec un ensemble d'objectifs à atteindre d'ici 2020 : le nombre de DCP de 50%, étendre le moratoire sur le transbordement en mer à toute sa chaîne mondiale d’approvisionnement, développer un code de conduite complet pour l’ensemble de ses navires…

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thai Union Group http://fr.thaiuniongroup-europe.com/7640-histoire-et-chiffres-cles.htm
  2. a et b Keren Lentschner, « Petit Navire passe sous pavillon thaï », sur Le Figaro.fr, (consulté le 30 décembre 2019)
  3. « Etablissements Paul Paulet », sur www.societe.com (consulté le 21 août 2019)
  4. a et b « PAULET Paul-Edouard - Ancien combattant de la 1ère DFL », sur www.1dfl.fr (consulté le 30 décembre 2019)
  5. a b et c « La saga Petit Navire | Chasse Marée » (consulté le 30 décembre 2019)
  6. a et b « Petit navire : il était un petit pêcheur … », sur www.cnews.fr (consulté le 30 décembre 2019)
  7. « L'entreprise Petit navire et la participation salariale », sur RTL.fr (consulté le 30 décembre 2019)
  8. « Alimentation : Heinz monte le thon en Europe - Investissements industriels », L'UsineNouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2019)
  9. « Petit Navire s'associe à Fort Boyard », sur Stratégies, (consulté le 30 décembre 2019)
  10. « MW Brands bat pavillon thaïlandais », sur Capital Finance, (consulté le 30 décembre 2019)
  11. « Petit Navire reprend la parole en TV », sur L'ADN, (consulté le 30 décembre 2019)
  12. « Petit Navire arrive au rayon frais », sur lsa-conso.fr (consulté le 30 décembre 2019)
  13. « Greenpeace contre Petit Navire : décryptage d'une campagne », sur Sciences et Avenir (consulté le 30 décembre 2019)
  14. « Bretagne: Greenpeace bloque une conserverie Petit Navire », sur www.20minutes.fr (consulté le 31 décembre 2019)
  15. « Action sur l'usine Petit Navire de Douarnenez », sur Greenpeace France (consulté le 31 décembre 2019)
  16. a et b « Petit Navire s’engage avec le WWF France pour une pêche durable », sur WWF France (consulté le 31 décembre 2019)
  17. a et b « Thai Union s'engage en faveur de produits de la mer plus durables et socialement responsables », sur Greenpeace France (consulté le 31 décembre 2019)
  18. « « Cash investigation » : demain, un monde sans poisson ? », Le Monde
  19. (en-US) « Home », sur SeaChange® (consulté le 31 décembre 2019)
  20. « Amaury Dutreil (Petit Navire) : "En deux ans, nous avons perdu 10 points de marge" », sur lsa-conso.fr (consulté le 31 décembre 2019)
  21. « Projets d amelioration de Pecheries FIPs MSC | Marine Stewardship Council », sur www.msc.org (consulté le 31 décembre 2019)
  22. « Petit navire, partenaire du WWF France », sur WWF France (consulté le 31 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]