Esteban Ocon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Esteban Ocon
Description de cette image, également commentée ci-après

Esteban Ocon en 2016.

Biographie
Date de naissance (20 ans)
Lieu de naissance Évreux (Eure)
Nationalité Drapeau de France Français
Site web www.esteban-ocon.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2012
Qualité Pilote automobile
Équipe Drapeau : Royaume-Uni Manor Racing (2016)
Drapeau : Inde Force India (2017-)
Statistiques
Numéro permanent 31
Nombre de courses 20
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0

Esteban Ocon, né le à Évreux (Eure), est un pilote automobile français. Vainqueur du championnat d'Europe de Formule 3 en 2014 puis du championnat de GP3 Series 2015, il effectue ses débuts en Formule 1 l'année suivante, au sein de l'écurie Manor Racing.

Lors du Grand Prix de Belgique 2016, il devient, à 19 ans et 345 jours, le plus jeune Français à prendre le départ d'une épreuve de Formule 1 ; ensuite engagé par Force India en 2017, il devient le plus jeune Français à inscrire un point en Grand Prix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karting et débuts en monoplace[modifier | modifier le code]

1996-2011 : jeunesse et karting[modifier | modifier le code]

Esteban Ocon nait à Évreux le [1]. Sa famille est originaire de Malaga et s'est ensuite installée en France ; les parents d'Esteban Ocon, Laurent et Sabrina, tiennent alors un garage à la naissance de ce dernier[1].

Ocon découvre le karting à 4 ans et demi[2] dans un centre de loisirs, le pratique dans le jardin parental avant de s'engager en compétition en catégorie mini-kart en 2004 et 2005[1]. En 2006, il participe à quelques compétitions locales et au championnat de France minimes où il termine huitième et premier débutant[1]. L'année suivante, il remporte le championnat de France, avant de s'imposer en catégorie cadets en championnat de France en 2008[1].

En 2009, il est repéré par la structure Gravity Sport Management, sous la houlette d'Éric Boullier[2], et passe en catégorie KF3 et dispute notamment la WSK International Series dans laquelle il se classe trente-cinquième. Il se classe également trente-cinquième du championnat d'Espagne de KF3 et quatrième de la Bridgestone Europe Cup. L'année suivante, toujours en KF3, ses résultats sont aussi modestes : trente-cinquième de l'Italian Open Masters, septième de la Winter Cup, sixième de la WSK Nations Cup et de la Bridgestone Europe Cup. Il obtient néanmoins la deuxième place du Trofeo Andrea Margutti.

Pour sa dernière saison en karting, en 2011, Ocon est vingt-septième du CIK-FIA Karting Academy Trophy et quatorzième de la CIK-FIA World Cup for KF3. Neuvième de l'ERDF Masters Kart-Junior puis sixième du Trofeo Andrea Margutti, il finit vice-champion des WSK Euro Series-KF3 et champion de France KF3[3],[1].

2012-2013 : débuts en monoplace[modifier | modifier le code]

En 2012, Esteban Ocon fait ses débuts en monoplace en Eurocup Formula Renault 2.0 avec Koiranen GP et se classe quatorzième avec 31 points (quatre entrées dans les points dont un podium à domicile)[4].

En 2013, toujours dans la même compétition, il rejoint ART Junior Team et intègre le Lotus F1 Junior Team[5]. Avec trois podiums dont une victoire au circuit Paul-Ricard HTTT, il termine troisième du championnat avec un total de 159 points, derrière le champion Pierre Gasly et Oliver Rowland[6]. Cette même année, Ocon intègre le championnat d'Europe de Formule 3 et débute au Grand Prix de Macao au sein de Prema Powerteam[7].

Champion en formules de promotion et essais en Formule 1[modifier | modifier le code]

2014 : titre en Formule 3 et tests en Formule 1[modifier | modifier le code]

Esteban Ocon en Formule 3 sur le circuit d'Hockenheim en 2014.

En 2014, Esteban Ocon poursuit sa collaboration avec l'écurie italienne Prema Powerteam dans le cadre du Championnat d'Europe de Formule 3[8]. Il prend rapidement les rênes du championnat grâce à un excellent début de saison où il termine les douze premières courses dans les points, avec un total de onze podiums. À partir de la mi-saison, il voit la montée en puissance de son principal adversaire Max Verstappen, qui grâce à six victoires consécutives, revient sur lui au championnat. Ocon réussit à inverser la tendance en s'imposant lors des trois épreuves du meeting russe, ce qui lui permet de reprendre le large au championnat. Le 12 octobre, il remporte le titre à l'issue de la manche d'Imola[9],[10]. Également sacré meilleur débutant de la saison, son écurie Prema Powerteam est sacrée championne des constructeurs à la dernière manche du championnat[11].

La récompense du champion d'Europe de Formule 3 est un test F1 avec la Scuderia Ferrari le 29 octobre[12]. Toutefois, en tant que membre du Lotus F1 Junior Team, Lotus F1 lui offre deux journées de tests à bord de la Lotus E20, une semaine avant[13]. En plus d'être membre de Lotus F1, de faire une journée de tests avec Ferrari, Ocon est courtisé par Mercedes Grand Prix qui loue, par l'intermédiaire de Toto Wolff, les performances du Français, souhaitant l'intégrer à leur filière de jeunes pilotes[14]. Lors du dernier Grand Prix de la saison 2014, à Abou Dabi, il réalise sa première séance d'essais libres au volant de la Lotus E22 et participe à la deuxième journée d'essais privés post-saison, peu après le Grand Prix[15].

En parallèle à sa saison de Formule 3, Ocon est engagé par l'écurie britannique Comtec Racing pour disputer les dernières courses du championnat de Formule Renault 3.5[16],[17]. Il se classe vingt-troisième du championnat, avec deux points en trois courses, alors que le calendrier est composé de 17 courses.

Fin novembre, il participe aux essais post-saison du championnat de GP2 Series 2014 avec l'équipe française DAMS, aux côtés de son compatriote Pierre Gasly, qui a réalisé six courses dans la discipline, prouvant l'intérêt de la structure tricolore pour les deux pilotes[18]. Gasly, plus expérimenté, réalise les meilleurs temps lors des trois journées d'essais, tandis qu'Ocon termine avec le deuxième meilleur temps des essais[19]. À la fin de la saison, Esteban Ocon participe à la Course des Champions pour représenter l'Équipe de France, aux côtés de Romain Grosjean, tenant du titre[20]. Il réalise également début décembre, des essais avec Mercedes-Benz pour le Deutsche Tourenwagen Masters, au volant d'une Mercedes C-Coupé[21]. Même s'il évoque sa difficulté à « s'adapter à la voiture car on ne voit pas grand-chose en comparaison avec une monoplace », il « espère avoir une nouvelle opportunité de conduire cela un jour. ». Nommé débutant de l'année 2014 par Auto Hebdo (France) le 31 décembre[22], il reçoit les louanges d'Alan Permane, le directeur des opérations piste de Lotus F1 Team, qui qualifie le français d'une « star en devenir »[23],[24].

2015 : soutien de Mercedes et sacre en GP3 Series[modifier | modifier le code]

Après l'annonce de DAMS d'aligner Pierre Gasly et Alex Lynn dans leur équipe GP2, la structure de management Gravity d'Ocon, ne semble pas réunir assez de budget pour une saison en monoplace. De plus, Jolyon Palmer, champion GP2 en titre, devient 3e pilote Lotus. Finalement, grâce à la bourse donnée par Pirelli au champion d'Europe de F3, il intègre le GP3 Series avec pour objectif le titre avec l'écurie française ART Grand Prix[25]. La structure de management d'Ocon, Gravity, détenue par Genii, actionnaire majoritaire de Lotus F1, est mise en liquidation judiciaire en avril[26].

Photographie d'une monoplace rouge et blanche dépassant au freinage une monoplace rouge, vues de profil.
Esteban Ocon (au premier plan) en GP3 en 2015 à Monza.

Après des semaines de rumeurs envoyant Ocon chez Mercedes-Benz, quittant Lotus[27], Mercedes et Ocon officialisent leur accord le 7 mai. En plus d’être soutenu financièrement par Mercedes, le Français est nommé au poste de pilote d'essais et de réserve pour Mercedes en Deutsche Tourenwagen Masters. Considéré par Toto Wolff comme « un jeune homme très talentueux et l'une des stars du futur », Mercedes déclare et espère que « cette année sera la première d'une longue collaboration »[28],[29]. Juste après le Grand Prix d'Espagne 2015, il est nommé pilote d'essais par Force India et prend le volant de la Force India VJM08 lors de la deuxième journée d'essais privés, toujours à Barcelone[30],[31].

Pour le début de la saison 2015 des GP3 Series, Esteban Ocon et ART Grand Prix s'annoncent comme de crédibles candidats pour le titre. À l'issue du premier meeting, le Français décroche la victoire et mène déjà au championnat pilote[32]. Malheureusement vers la mi-saison, le protégé de Mercedes voit l'Italien Luca Ghiotto lui passer devant au classement général et se fait même distancer[33]. Cependant, grâce à une excellente régularité avec neuf deuxièmes places consécutives, il revient peu à peu sur son rival au championnat[34]. À l'issue d'un final à suspense à Abou Dabi, il bat Ghiotto et remporte le titre ; il contribue également à la première place de son écurie au championnat constructeurs[35].

Mercedes-Benz décide d'exercer l'option qu'elle avait sur Ocon, faisant de lui un pilote officiel de la firme allemande, et le pilote essayeur de Mercedes F1 ; « Nous avons exercé notre option sur lui car cela fait un moment qu'il est avec nous et qu'il suit notre équipe DTM, il est pilote d’essais en DTM et il s’est bien intégré et a fait du très bon travail en GP3. C’est quelqu’un que nous voulions vraiment avoir dans la famille et c’est pourquoi nous avons exercé l’option. » déclare Toto Wolff, directeur de Mercedes Motorsport[36].

2016 : pilote de réserve chez Renault et demi-saison en DTM[modifier | modifier le code]

Photographie d'une voiture de tourisme blanche, vue de profil, dans son ensemble, légèrement excentrée à droite de la photo.
Ocon sur le Hockenheimring en DTM en 2016.

Le , l'équipe Renault Sport Formula One Team est officiellement lancée, et Esteban Ocon est confirmé en tant que pilote de réserve et pilote essayeur, derrière les titulaires Kevin Magnussen et Jolyon Palmer, pour la saison 2016 de Formule 1[37]. Il retrouve ainsi l'usine d'Enstone qu'il avait rejoint à l'âge de treize ans et quittée fin 2014[37]. Malgré cette nomination chez Renault, il reste soutenu par Mercedes-Benz et Toto Wolff, qui veulent faire courir le pilote français, en plus de son programme en Formule 1[37]. Il est considéré comme un « candidat potentiel » pour devenir titulaire à l'avenir, par Vasseur, alors que Cyril Abiteboul, déclare qu'Ocon est « pour l'instant, [...] prêté [par Mercedes à Renault] [...]. Après, qui sait ? »[38].

Lors des essais privés se déroulant sur le circuit de Barcelone, il dispute la première journée au volant de la Renault R.S.16, avec laquelle il se montre l'un des plus assidus en piste avec 105 tours bouclés et une nouvelle évolution moteur majeure[39]. Pour le compte de Mercedes Grand Prix, il pilote la Mercedes F1 W07 lors de la seconde séance d'essais privés en juillet à Silverstone, ou il effectue plus de 250 tours[40],[41],[42].

Après d'insistantes rumeurs[43], Mercedes-Benz annonce ses pilotes en Deutsche Tourenwagen Masters, le championnat très relevé de voitures de tourisme allemand : le seul changement comparé à la saison précédente est le remplacement de Pascal Wehrlein, champion en titre parti pour rejoindre Manor F1, par Esteban Ocon, qui combine ainsi Formule 1 et DTM pour la saison 2016[44],[45]. Une semaine après, Mercedes-Benz annonce la répartition de ses huit pilotes dans les quatre équipes : Ocon est placé chez l'équipe française ART Grand Prix, qui l'avait emmené vers son titre en GP3 l'année dernière, et a pour coéquipier l'expérimenté Gary Paffett[46]. Les débuts d'Esteban Ocon dans la saison 2016 de DTM sont mitigés : face à des pilotes bien plus expérimentés que lui, il réalise des qualifications intéressantes mais connait quelques déconvenues en courses avec notamment trois abandons sur accrochages[47]. Il décroche ses premiers points à Zandvoort, en terminant neuvième de la première course du weekend[48].

Carrière en Formule 1[modifier | modifier le code]

2016 : débuts en cours de saison chez Manor[modifier | modifier le code]

Esteban Ocon au Grand Prix de Malaisie 2016.

En août 2016, l'écurie Manor Racing annonce qu'Esteban Ocon remplace dorénavant Rio Haryanto en Formule 1[49]. Comme numéro permanent en Formule 1, il choisit le no 31 avec lequel il a remporté son premier titre de champion de France minimes de karting en 2007[50]. Qualifié en dix-septième position pour son premier Grand Prix, en Belgique, il devient le plus jeune pilote français au départ d'une épreuve de Formule 1 ; il termine seizième à un tour du vainqueur Nico Rosberg. Lors du Grand Prix de Malaisie, il bat pour la première fois de la saison son équipier Pascal Wehrlein en qualification ; il finit seizième de la course après avoir reçu une pénalité. Une semaine plus tard au Japon, pour la première fois de la saison, il bat son coéquipier sur l'intégralité du weekend. Au Grand Prix du Brésil, il se qualifie vingtième mais démarre la course dernier à cause d'une pénalité pour avoir gêné Jolyon Palmer. Au terme d'une course mouvementée et animée par la pluie, Ocon obtient son meilleur résultat de la saison grâce à une douzième place. Il finit vingt-troisième du championnat du monde des pilotes avec aucun point.

2017 : transfert chez Force India[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2016, Esteban Ocon est engagé par Force India pour remplacer Nico Hülkenberg, en partance chez Renault F1 Team, et faire équipe avec Sergio Pérez en 2017[51].

En terminant dixième du Grand Prix inaugural, en Australie, il devient le plus jeune pilote français à inscrire un point en Formule 1[52]. En Chine, après une erreur de pilotage, il se qualifie en dernière position sur la grille mais bénéficie des pénalités infligées à Grosjean, Giovinazzi et Palmer pour s'élancer dix-septième. Le lendemain, il remonte jusqu'à la dixième place. Une semaine plus tard, au Grand Prix de Bahreïn, il se classe à nouveau dixième. En Russie, il accède pour la première fois à la phase finale des qualifications et termine septième. Lors du Grand Prix d'Espagne qui marque le début de la saison européenne, Ocon obtient son meilleur résultat de la saison grâce à une cinquième place. À Monaco, il ne marque pas de point mais parvient à battre son équipier pour la première fois de la saison en course. Au Grand Prix du Canada, il se qualifie une nouvelle fois parmi les dix premiers et occupe la seconde place de l'épreuve pendant plusieurs tours. En lutte contre son coéquipier qui ne lui laisse pas l'ouverture pour accéder à la quatrième place et tenter de ravir la troisième place à Daniel Ricciardo, il termine sixième de l'épreuve. En Grande-Bretagne, il franchit la ligne d'arrivée huitième à un tour du vainqueur Lewis Hamilton.

Résultats en compétition automobile[modifier | modifier le code]

Résultats en karting[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats d'Esteban Ocon en karting
Saison Championnat Écurie Classement
2004 Coupe de France - Mini-kart 16e
2005 Coupe de France - Mini-kart 5e
2006 Championnat de France - Minimes 8e
2007 Championnat de France - Minimes 1er
2008 Championnat de France - Cadets 1er
2009 WSK International Series - KF3 35e
Bridgestone Cup Europe - KF3 4e
Championnat d'Espagne - KF3 35e
2010 WSK Nations Cup - KF3 6e
Bridgestone Cup Europe - KF3 6e
Italian Open Masters - KF3 35e
CIK-FIA Coupe du Monde - KF3 7e
Trophée Andrea Margutti - KF3 2e
Winter Cup - KF3 7e
2011 Championnat de France - KF3 1er
WSK Euro Series - KF3 GSM One Karting 2e
CIK-FIA Karting Academy Trophy 27e
CIK-FIA Coupe du Monde - KF3 14e
Trophée Andrea Margutti - KF3 GSM Karting 6e
ERDF Masters Kart - Junior 9e

Résultats en monoplace[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats d'Esteban Ocon en monoplace
Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points inscrits Classement
2012 Eurocup Formula Renault 2.0 Drapeau : Finlande Koiranen Motorsport 14 0 0 0 1 31 14e
Formula Renault 2.0 Alps 9 0 0 1 2 69 7e
2013 Eurocup Formula Renault 2.0 Drapeau : France ART Junior Team 14 2 1 1 5 159 3e
Formula Renault 2.0 NEC 8 1 0 3 3 122 12e
MSV F3 Cup (en) Drapeau : Royaume-Uni Lanan Racing 2 0 0 0 1 non-attribution
invité
n.c
Coupe intercontinentale de Formule 3 de la FIA Drapeau : Italie Prema Powerteam 2 0 0 0 0 non-attribution 10e
2014 Championnat d'Europe de Formule 3 Drapeau : Italie Prema Powerteam 33 9 15 7 21 478 Champion
Formula Renault 3.5 Series Drapeau : Royaume-Uni Comtec Racing 3 0 0 0 0 2 23e
2015 GP3 Series Drapeau : France ART Grand Prix 18 1 3 5 14 253 Champion

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats d'Esteban Ocon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Abandons Meilleurs tours Points inscrits Classement
2016 Drapeau : Royaume-Uni Manor Racing MRT Manor MRT05 Mercedes V6 P 9 0 0 0 0 0 0 23e
2017 Drapeau : Inde Sahara Force India Force India VJM10 Mercedes V6 P 11 0 0 0 0 0 45 8e
Résultats détaillés d'Esteban Ocon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Classement Points inscrits
2016 Manor Racing MRT Manor MRT05 Mercedes V6 P AUS BAH CHN RUS ESP MON CAN EUR AUT GBR HON ALL BEL
16
ITA
18
SIN
18
MAL
16
JPN
21
USA
21
MEX
21
BRE
12
ABD
13
23e 0
2017 Sahara Force India Force India VJM10 Mercedes V6 P AUS
10
CHN
10
BAH
10
RUS
7
ESP
5
MON
12
CAN
6
AZE
6
AUT
8
GBR
8
HON
9
BEL ITA SIN MAL JPN USA MEX BRE ABD 8e 45

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean-Louis Moncet, « Le nouvel espoir français », Auto Plus, no 1433,‎ , p. 58-59
  2. a et b GP de Belgique: des louveteaux dans les Ardennes - Thierry Thirault, Libération, 26 août 2016
  3. « Esteban Ocon Champion de France KF3 », Kartcom.com,
  4. (it) « Ocon e Pakari pronti per il debutto », ItaliaRacing.net, (voir archive)
  5. (en) « Lotus F1 Junior Team drivers announced », GPUpdate.net,
  6. (en) Ant Musker, « Ocon takes first Eurocup victory in frantic race two », Paddock Scout, (consulté le 18 octobre 2013)
  7. (en) Marcus Simmons, « Lotus Formula 1 protege Esteban Ocon gets Prema Macau Formula 3 seat », Autosport, Haymarket Media Group - Haymarket Publications,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Arnau Viñals Vendrell, « Esteban Ocon in F3 with Prema Powerteam for 2014 », sur formularapida.net, (consulté le 20 octobre 2013)
  9. Gianpetro Cervonia, « CHAMPIONNAT EUROPE DE F3. ESTEBAN OCON EST SACRE CHAMPION D’EUROPE A IMOLA », sur autonewsinfo.com, (consulté le 23 octobre 2014)
  10. « Championnat européen de F3 2014 à Imola : le champion est Français », sur leblogauto.com, (consulté le 11 novembre 2014)
  11. « Verstappen gagne, Prema Powerteam champion », sur kartcom.fr, (consulté le 23 octobre 2014)
  12. « F1. ESTEBAN OCON VA PILOTER UNE MONOPLACE DE GRAND PRIX », sur autonewsinfo.com, (consulté le 23 octobre 2014)
  13. « F1 - Ocon en test avec Lotus », sur autohebdo.fr, (consulté le 23 octobre 2014)
  14. Grégory Demeon, « Ocon courtisé par Mercedes », sur f1i.com, (consulté le 23 octobre 2014)
  15. « F1 - Esteban Ocon de retour en piste avec Lotus », sur autohebdo.fr, (consulté le 20 novembre 2014)
  16. Pierre Tassel, « FR 3.5 - Esteban Ocon débutera à Budapest », sur autohebdo.fr (consulté le 8 septembre 2014)
  17. Guillaume Navarro, « Un volant de course en FR3.5 pour Ocon, le protégé français de Lotus F1 », sur autohebdo.fr, (consulté le 8 septembre 2014)
  18. (en) Glenn Freeman, « Red Bull junior Gasly and Lotus F1 protege Ocon in DAMS GP2 frame », sur autosport.ocm, (consulté le 31 décembre 2014)
  19. (en) « Gasly completes GP2 test dominance », sur eurosport.com, (consulté le 31 décembre 2014)
  20. « Esteban Ocon en piste lors de la Race of Champions », sur autohebdo.fr, (consulté le 12 novembre 2014)
  21. Jacques-Armand Dupuis, « DTM – Esteban Ocon et Charles Pic aux essais Mercedes », sur autohebdo.fr, (consulté le 5 décembre 2014)
  22. « F3 - Esteban Ocon, Rookie de l'année AUTOhebdo », sur autohebdo.fr, (consulté le 31 décembre 2014)
  23. (en) Edd Straw et Pablo Elizalde, « Esteban Ocon a star of the future, according to Lotus F1 team », sur autosport.com, (consulté le 31 décembre 2014)
  24. Grégory Demoen, « Ocon, une star en devenir selon Lotus », sur f1i.com, (consulté le 31 décembre 2014)
  25. Olivier Ferret, « F1 - Esteban Ocon rebondit en GP3 avec ART Grand Prix », sur nextgen-auto.com, (consulté le 11 mars 2015)
  26. Olivier Guillaume, « Lotus - La filiale de management Gravity en liquidation », sur motorsport.com, (consulté le 18 avril 2015)
  27. Paul Gombeaud, « F1 - Esteban Ocon quitte Lotus et rejoint Mercedes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 18 avril 2015)
  28. « DTM - Esteban Ocon, pilote d'essais et de réserve Mercedes », sur autohebdo.fr, (consulté le 7 mai 2015)
  29. Basile Davoine, « Officiel - Esteban Ocon sous contrat avec Mercedes », sur motorsport.com, (consulté le 7 mai 2015)
  30. Emmanuel Rolland, « Esteban Ocon en piste mercredi à Barcelone avec Force India », sur motorsport.com, (consulté le 12 mai 2015)
  31. Grégory Demoen, « Ocon en piste avec Force India », sur f1i.com, (consulté le 12 mai 2015)
  32. « GP3 - Esteban Ocon ne manque pas ses débuts », sur autohebdo.fr, (consulté le 9 mai 2015)
  33. (en) « Points distribution: GP3 Series - Season 2015 », sur speedsport-magazine.com (consulté le 22 août 2015)
  34. Valentin Khorounzhiy, « Course 2 - Eriksson gagne, Ocon revient à deux points de Ghiotto », sur motorsport.com, (consulté le 16 octobre 2015)
  35. Benjamin Vinel, « Esteban Ocon sacré champion, première victoire de Palou! », sur motorsport.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  36. Basile Davoine, « Ocon prend du galon chez Mercedes pour 2016 », sur motorsport.com, (consulté le 27 novembre 2015)
  37. a, b et c Olivier Ferret, « F1 - Esteban Ocon : Ravi de participer au retour de Renault en F1 », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 février 2016)
  38. Benjamin Vinel, « Esteban Ocon "prêté" à Renault par Mercedes », sur motorsport.com, (consulté le 4 février 2016)
  39. Grégory Demoen, « Ocon : "Le nouveau moteur Renault va surprendre" », sur f1i.com, (consulté le 20 mai 2016)
  40. Cesare Ingrassia, « Esteban Ocon: « Cette voiture frôle la perfection » », sur f1only.fr, (consulté le 10 août 2016)
  41. Julien Pereira, « F1 – essais privés Silverstone 2016 : Räikkönen et Ocon au top, Camara en découverte », sur tf1.fr, (consulté le 10 août 2016)
  42. « F1 - Ocon ravi d'avoir découvert la Mercedes », sur sportauto.fr, (consulté le 10 août 2016)
  43. (en) Ian Parkes et Mitchell Adam, « Renault F1 reserve Esteban Ocon poised for 2016 Mercedes DTM seat », sur autosport.com, (consulté le 11 février 2016)
  44. Emmanuel Rolland, « Mercedes officialise Esteban Ocon en DTM », sur motorsport.com, (consulté le 11 février 2016)
  45. « Esteban Ocon sera bien un pilote Mercedes en 2016 », sur lequipe.fr, (consulté le 11 février 2016)
  46. Emmanuel Rolland, « Esteban Ocon débutera en DTM avec ART Grand Prix », sur motorsport.com, (consulté le 18 février 2016)
  47. Emmanuel Rolland, « Une première expérience écourtée pour Ocon », sur motorsport.com, (consulté le 10 mai 2016)
  48. Martin Businaro, « Premiers points pour Ocon », sur f1i.com, (consulté le 10 août 2016)
  49. Olivier Ferret, « Officiel : Esteban Ocon devient titulaire chez Manor », sur nextgen-auto.com (consulté le 10 août 2016)
  50. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - Ocon a choisi son numéro », sur sportauto.fr, (consulté le 26 août 2016)
  51. Emmanuel Touzot, « Officiel : Ocon signe chez Force India pour 2017 », sur nextgen-auto.com, (consulté le 10 novembre 2016)
  52. Xavier Beal, « Ocon marque des points en F1, Zarco marque les esprits en MotoGP », sur tf1.fr, (consulté le 27 mars 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :