Grand Prix automobile du Brésil 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix du Brésil 2016
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 71
Longueur du circuit 4,309 km
Distance de course 305,909 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
h 1 min 1 s 335
(vitesse moyenne : 101,394 km/h)
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 10 s 736
(vitesse moyenne : 219,300 km/h)
Record du tour en course Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen,
Red Bull-TAG Heuer,
min 25 s 305
(vitesse moyenne : 181,846 km/h)

Le Grand Prix automobile du Brésil 2016 (Formula 1 Grande Prêmio do Brasil 2016), disputé le sur le Circuit d'Interlagos, est la 955e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la quarante quatrième édition du Grand Prix du Brésil comptant pour le championnat du monde de Formule 1, la trente-cinquième courue sur l'Autodrome José Carlos Pace et de la vingtième manche du championnat 2016.

Dominateur des trois phases des qualifications, Lewis Hamilton réalise la soixantième pole position de sa carrière, sa onzième de la saison, et offre un nouveau record à Mercedes Grand Prix : dix-neuf départ en tête en une saison, grâce à la Mercedes AMG F1 W07 Hybrid. Il bat d'un dixième de seconde son coéquipier Nico Rosberg qui peut remporter son premier titre mondial s'il gagne la course. Le plus rapide derrière les Flèches d'Argent est Kimi Räikkönen, qui partage la deuxième ligne avec Max Verstappen alors que Sebastian Vettel devance Daniel Ricciardo en troisième ligne. En quatrième ligne, avec le septième temps, Romain Grosjean égale son meilleur résultat en qualification pour Haas F1 Team.

Ni une pluie continuelle, ni plusieurs sorties de la voiture de sécurité et les redémarrages en piste les ayant suivies, ni deux longues interruptions au drapeau rouge d'une course qui a duré plus de trois heures n'empêchent Lewis Hamilton de mener de bout en bout les soixante-et-onze tours de l'avant-dernier Grand Prix de la saison. Il remporte sa première victoire au Brésil, la cinquante-deuxième de sa carrière (qui fait de lui le dauphin de Michael Schumacher au palmarès des vainqueurs de Grands prix), sa neuvième cette saison (égalant le total de Nico Rosberg) et la dix-huitième de Mercedes Grand Prix qui améliore son record sur une année. Dépassé au trente-deuxième tour par Max Verstappen, Nico Rosberg profite des errements stratégiques de Red Bull Racing pour compléter un nouveau doublé des Flèches d'Argent. Il concède sept points à son coéquipier et rival avant d'aborder l'épreuve finale d'Abou Dabi avec douze points d'avance. Sur une piste totalement détrempée, où les accidents se multiplient (notamment pour Romain Grosjean dès le tour de mise en grille ou Kimi Raïkkönen dans la ligne droite au dix-neuvième tour), Max Verstappen réalise une performance remarquable en se montrant particulièrement créatif dans le choix de ses trajectoires : repoussé au quatorzième rang après un cinquième arrêt au cinquante-cinquième tour pour corriger une erreur (il repasse les pneus « maxi pluie » dix tours après avoir chaussé des gommes intermédiaires inadaptées), il dépasse un à un onze pilotes dans les seize dernières boucles pour monter sur le podium. Il devient le plus jeune pilote de l'histoire à réaliser un meilleur tour en course. De son côté, Sergio Pérez résiste jusqu'au bout à Sebastian Vettel pour conserver la quatrième place. Tous les pilotes classés dans les points se tiennent en quarante-quatre secondes ; dans des conditions de visibilité extrêmement difficiles, Carlos Sainz Jr. termine sixième devant Nico Hülkenberg et Daniel Ricciardo. Felipe Nasr, en finissant neuvième devant Fernando Alonso, marque les premiers points de Sauber. Douzième à l'arrivée, Esteban Ocon, à plusieurs reprises en mesure de marquer ses premiers points et huitième à onze tours de l'arrivée, a évité de justesse Kimi Räikkönen quand il a tapé le muret dans la ligne droite.

Rosberg (367 points) conserve douze points d'avance sur Hamilton (355 points). Il lui suffit de finir devant son coéquipier à Abou Dabi pour remporter son premier titre mondial ; une deuxième ou une troisième place lui suffiront si Hamilton remporte la dernière course de la saison. Ricciardo termine définitivement troisième avec 246 points et 49 points d'avance sur Vettel (197 points), sous la menace de Verstappen, désormais cinquième rang avec 192 points. Suivent Räikkönen (178 points), Pérez (97 points), Valtteri Bottas (85 points), Hülkenberg (66 points) et Alonso (53 points). Déjà champion, Mercedes porte son total à 722 points tandis que Red Bull Racing (422 points) termine deuxième du championnat des constructeurs devant la Scuderia Ferrari, troisième avec 375 points ; suivent Force India (163 points), Williams (136 points), McLaren (75 points), Scuderia Toro Rosso (63 points), Haas (29 points), Renault (8 points), Sauber (2 points) et Manor (1 point).

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Situation du championnat du monde[modifier | modifier le code]

Photographie de deux hommes, vus de trois-quarts : à droite, un homme de peau blanche, blond, souriant ; à gauche, un homme de peau marron, souriant.
Lewis Hamilton et Nico Rosberg, les deux candidats au titre mondial.

Avec dix-neuf points d'avance sur Lewis Hamilton, Nico Rosberg est en mesure de remporter son premier titre mondial s'il gagne la course, quel que soit le résultat de son coéquipier.

Il peut aussi être sacré au Brésil s'il se classe :

  • deuxième et qu'Hamilton ne fait pas mieux que quatrième ;
  • troisième et qu'Hamilton ne fait pas mieux que sixième ;
  • quatrième et qu'Hamilton ne fait pas mieux que huitième ;
  • cinquième et qu'Hamilton ne fait pas mieux que neuvième ;
  • sixième et qu'Hamilton ne fait pas mieux que dixième[1],[2],[3].

Pneus disponibles[modifier | modifier le code]

Pneus disponibles à Interlagos
Pneus pour piste sèche Pneus pluie
Représentation des pneus tendres
Tendres
Représentation des pneus medium
Mediums
Représentation des pneus durs
   Durs
    Représentation des pneus intermédiaires
Intermédiaires
Représentation des pneus pluie
   Pluie

Les pilotes ont l'autorisation de choisir leurs pneus pour cette saison ; ils choisissent entre un à deux trains de pneus durs, trois à cinq trains de pneus mediums, et sept à neuf trains de pneus tendres[4]. La stratégie la plus utilisée est d'un train de pneus durs, de quatre trains de pneus mediums, et de huit trains de pneus tendres, choix adopté par les deux candidats au titre, Nico Rosberg et Lewis Hamilton, pilotes Mercedes, ainsi que les pilotes Renault, les pilotes Toro Rosso, les pilotes McLaren et les pilotes Manor[4].

Avenir du Grand Prix du Brésil[modifier | modifier le code]

En juin 2016, l'argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, déclare que le Grand Prix automobile du Brésil risque de disparaître très prochainement à cause de raisons financières, ce qui fait réagir les promoteurs du Grand Prix qui disent que « l'avenir du Grand Prix est assuré jusqu'en 2020. »[5],[6]. Fin septembre, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) dévoile le calendrier de la saison 2017 de Formule 1, avec un Grand Prix du Brésil, « sujet à confirmation »[7]. En marge du Grand Prix de 2016, Ecclestone maintient la pression sur les promoteurs, en pointant du doigt la mauvaise situation économique du Brésil, qui a beaucoup dépensé pour l'organisation de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux olympiques d'été de 2016, et en critiquant les travaux entrepris sur le circuit, estimant qu'ils auraient du être réalisés il y a quatre ans[8]. Malgré ces critiques, le promoteur du Grand Prix du Brésil, Tamas Rohonyi, répète qu'il n'y a aucun problème et qu'il le circuit a un contrat ferme avec la Formula One Management jusqu'en 2020[9]. Ces déclarations contradictoires laissent donc le flou sur l'avenir du Grand Prix pour les prochaines années, mais également sur l'avenir de la Formule 1 brésilienne, avec l'incertitude d'avoir un pilote brésilien en 2017[10].

Transferts et prolongations de pilotes[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme brun, souriant, vu de trois-quarts, en gros plan, avec des lunettes de soleil.

Prolongation de Jolyon Palmer chez Renault[modifier | modifier le code]

Plusieurs annonces sont attendues durant le weekend, alors que les discussions entre différents pilotes et différentes écuries s'intensifient. Le mercredi, Renault annonce la prolongation du contrat de Jolyon Palmer, aux côtés de Nico Hülkenberg déjà titularisé depuis quelques semaines. Le Britannique est ainsi récompensé pour sa progression sur les dernières courses où il a progressivement pris l'avantage sur son coéquipier. Jérôme Stoll, le président de Renault Sport déclare : « Il nous a démontré sa faim de grandir en parallèle de l’écurie et nous avons été impressionnés par ses performances de plus en plus fortes sur la piste au cours de la saison »[11]. Il laisse Kevin Magnussen sans volant et déclare que « C'était sa décision. Il a eu une offre mais pas suffisamment bonne pour qu'il la saisisse »[12].

Transfert d'Esteban Ocon chez Force India[modifier | modifier le code]

Le poste libéré par Hülkenberg chez Force India devient le plus attractif depuis plusieurs semaines. Les dirigeants de l'équipe indienne retenaient notamment quatre noms : Felipe Nasr, Jolyon Palmer, Pascal Wehrlein et Esteban Ocon, ces trois derniers ayant déjà testé une Force India (en 2014 pour Palmer, en 2015 pour Wehrlein et Ocon)[13].

Depuis plusieurs jours, de nombreux médias annoncent l'arrivée du Français Esteban Ocon, jeune pilote Mercedes[14]. Le jeudi, l'équipe officialise son arrivée[15],[16]. Si le Français, considéré comme un « talent d'exception », se déclare ravi de cette annonce, Pascal Wehrlein, son coéquipier chez Manor Racing et jeune pilote Mercedes également, se montre très déçu de cette annonce et veut « demander des comptes à Force India » pour savoir pourquoi Ocon lui a été préféré[17]. Un mois plus tard, il révèle que c'est à cause des essais faits avec l'équipe en 2015 qu'Ocon a été choisi, car « Esteban [Ocon] s'est mieux intégré dans l'équipe » tandis que les ingénieurs de Force India n'étaient pas contents des tests de Wehrlein et de son attitude[18].

Transfert de Kevin Magnussen chez Haas[modifier | modifier le code]

Le vendredi matin, le pilote mexicain Esteban Gutiérrez annonce, via les réseaux sociaux, son départ de Haas F1 Team[19]. En discussion depuis plusieurs semaines avec Haas, Kevin Magnussen, en partance de chez Renault, signe un contrat avec l'équipe américaine le vendredi après-midi et sera le nouveau coéquipier de Romain Grosjean pour la saison 2017[20],[21].

Il ne reste que quatre volants libres, deux chez Sauber et deux chez Manor Racing.

Dernier Grand Prix du Brésil de Felipe Massa ?[modifier | modifier le code]

Le pilote brésilien Felipe Massa, ayant annoncé à sa retraite de la Formule 1 il y a quelques semaines[22], dispute son dernier Grand Prix du Brésil, chez lui, devant son public, dans sa ville natale, après être arrivé en Formule 1 il y a quatorze ans et demi, ayant notamment été sacré vice-champion du monde en 2008[23]. Pour ce Grand Prix, il porte une combinaison et un casque spéciaux, aux couleurs du drapeau du Brésil[24]. Martini, partenaire-titre de son écurie Williams, modifie la livrée de sa Williams FW38 : le nom Martini sur le côté de la voiture est remplacé par le nom de Massa, alors que sur l'aileron arrière, Martini est remplacé par Obrigado (« Merci » en portugais)[25]. Toutefois, en janvier 2017, Williams annonce son retour en Formule 1 pour la saison 2017. Il garde cependant le châssis que lui avait offert Williams en l'occasion[26].

Imbroglio entre Toto Wolff et Red Bull[modifier | modifier le code]

Peu avant le Grand Prix du Brésil, Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes Grand Prix appelle Jos Verstappen, le père de Max Verstappen, pour demander à son fils de se « calmer et de ne pas interférer dans la lutte pour le titre » entre ses deux pilotes Nico Rosberg et Lewis Hamilton[27],[28].

Offusqués par le fait de voir leur homologue appeler le père d'un de leurs pilotes pour lui dire comment piloter, Helmut Marko et Christian Horner, les dirigeants de Red Bull Racing, se montrent assez virulents envers Wolff : « Ça devient franchement absurde. Si Monsieur Wolff a quelque chose à nous dire, il devrait contacter les personnes de chez Red Bull et non le père de Max. Nous faisons notre propre course. [...] Je suis vraiment surpris par cette attitude. Appeler le père d’un pilote pour le manipuler n’est absolument pas correct »[29].

Wolff répond ensuite sur Sky Sports F1, qu'il avait appelé Verstappen pour avoir un beau final entre Rosberg et Hamilton et pour éviter une controverse si jamais Verstappen accidentait l'un des deux pilotes, faussant ainsi la lutte pour le titre[30].

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[31]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 895
2 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 1 min 11 s 991 + 0 s 096
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 12 s 125 + 0 s 230
4 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 371 + 0 s 476
5 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 13 s 129 + 1 s 234
6 Drapeau : Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 13 s 289 + 1 s 394

Alors que la pluie est prévue pour le weekend à São Paulo, la première séance d'essais libres se déroule sous un grand soleil et sur une piste sèche. Jolyon Palmer est le premier à sortir des stands, avec sa Renault R.S.16 équipée du halo, équipement spécial pour protéger la tête du pilote en cas de débris, qui a la possibilité d'arriver à partir de 2018. Avec de nombreux capteurs au niveau de l'aileron arrière, la Mercedes AMG F1 W07 Hybrid de Lewis Hamilton, dont le casque est aux couleurs du Brésil, signe une première référence chronométrique significative. Les pilotes découvrent progressivement la piste et sont assez peu nombreux lors du premier tiers de la séance avec une hiérarchie très provisoire : les Mercedes devancent les Williams. Le pilote de réserve Sergey Sirotkin, remplaçant Kevin Magnussen pour la séance, se montre dans les temps de son équipier Jolyon Palmer. Toutefois, le pilote russe rentre au ralenti dans la voie des stands après un problème mécanique[32],[33],[34].

Les pilote Mercedes continuent leurs tests en travaillant sur leurs ailerons et en essayant différents kits aérodynamiques. Pendant ce temps, les Red Bull s'intercalent entre les Williams, alors que les Ferrari semblent en difficulté avec Sebastian Vettel, qui peine à équilibrer sa voiture, avec un blocage de roue et une perte du train avant de sa voiture. À mi-séance, Hamilton mène devant Nico Rosberg pour 30 millièmes de seconde, Valtteri Bottas, Max Verstappen, Daniel Ricciardo, Felipe Massa, les deux Ferrari et les deux McLaren. Les Force India se montrent pour l'instant en retrait, alors que Sauber se montre dans les temps de Haas, et que Renault et Manor sont dans les dernières positions. Alors que la séance de Sirotkin semble compromise à cause d'un problème de pression d'essence, le Russe parvient à reprendre la piste pour la dernière demi-heure[32],[33],[34].

En pneus tendres, c'est d'abord Bottas qui signe le meilleur temps, devant les Mercedes qui étaient en pneus médiums, mais est vite battu par Verstappen, plus rapide d'une seconde. Daniil Kvyat, lui, doit rentrer aux stands à cause d'une crevaison au pneu arrière droit, suivi de près par les ingénieurs Toro Rosso et Pirelli. Hamilton reprend le meilleur temps pour un dixième de seconde, alors que Kimi Räikkönen peste à la radio parce qu'il n'aura pas le temps de terminer son programme pour cette matinée d'essais. En fin de séance, son coéquipier Vettel se fait remarquer par un tête-à-queue, alors que Romain Grosjean fait part des problèmes de sa Haas VF-16 à son équipe : « J’ai besoin d’aide, je suis perdu. La voiture fait n’importe quoi au freinage, c’est comme si toute l’adhérence avait disparu. »[32],[33],[34].

Finalement, Lewis Hamilton termine la séance en tête devant Verstappen, Rosberg, Ricciardo, Bottas, Pérez, Hülkenberg, Massa, Vettel et Räikkönen, ces deux derniers n'ayant pas roulé avec les pneus les plus tendres. En dehors du top 10, les Toro Rosso devancent les McLaren, les Haas, les Sauber, les Manor et les Renault[32],[33],[34].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[35]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 12 s 271
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 12 s 301 + 0 s 030
3 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 12 s 761 + 0 s 490
4 Drapeau : Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 12 s 789 + 0 s 518
5 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 828 + 0 s 557
6 Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 928 + 0 s 657

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[36]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 11 s 740
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 833 + 0 s 093
3 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 11 s 959 + 0 s 219
4 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 12 s 027 + 0 s 287
5 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 077 + 0 s 337
6 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 287 + 0 s 547

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[37]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 511 1 min 11 s 238 1 min 10 s 736
2 Drapeau : Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 11 s 815 1 min 11 s 373 1 min 10 s 838
3 Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 12 s 100 1 min 12 s 301 1 min 11 s 404
4 Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 1 min 11 s 957 1 min 11 s 834 1 min 11 s 485
5 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 12 s 159 1 min 12 s 010 1 min 11 s 495
6 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 1 min 12 s 409 1 min 12 s 047 1 min 11 s 540
7 Drapeau : France Romain Grosjean Haas-Ferrari 1 min 12 s 893 1 min 12 s 343 1 min 11 s 937
8 Drapeau : Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 12 s 428 1 min 12 s 360 1 min 12 s 104
9 Drapeau : Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 12 s 684 1 min 12 s 331 1 min 12 s 165
10 Drapeau : Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 1 min 12 s 700 1 min 12 s 312 1 min 12 s 266
11 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 12 s 680 1 min 12 s 420
12 Drapeau : Mexique Esteban Gutiérrez Haas-Ferrari 1 min 13 s 052 1 min 12 s 431
13 Drapeau : Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 12 s 432 1 min 12 s 521
14 Drapeau : Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Ferrari 1 min 13 s 071 1 min 12 s 726
15 Drapeau : Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Ferrari 1 min 12 s 950 1 min 12 s 920
16 Drapeau : Royaume-Uni Jolyon Palmer Renault 1 min 13 s 259 1 min 13 s 258
17 Drapeau : Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Honda 1 min 13 s 276
18 Drapeau : Danemark Kevin Magnussen Renault 1 min 13 s 410
19 Drapeau : Allemagne Pascal Wehrlein Manor-Mercedes 1 min 13 s 427
20 Drapeau : France Esteban Ocon Manor-Mercedes 1 min 13 s 432
21 Drapeau : Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 1 min 13 s 623
22 Drapeau : Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 1 min 13 s 681
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 16 s 517 (107 % de 1 min 11 s 511)

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

  • Esteban Ocon, auteur du vingtième temps, est pénalisé d'un recul de trois places pour avoir gêné Jolyon Palmer dans un tour rapide lors de la phase Q1 ; il s'élance de la dernière place de la grille de départ[38].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix du Brésil 2016.
La grille de qualification du Grand Prix du Brésil 2016.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix du Brésil 2016.
La grille de départ du Grand Prix du Brésil 2016.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[39]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 71 3 h 01 min 01 s 335 (90,305 km/h) 1 25
2 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 71 + 11 s 455 2 18
3 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 71 + 21 s 481 4 15
4 11 Drapeau : Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 71 + 25 s 346 9 12
5 5 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 71 + 26 s 334 5 10
6 55 Drapeau : Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Ferrari 71 + 29 s 160 15 8
7 27 Drapeau : Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 71 + 29 s 827 8 6
8 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 71 + 30 s 486 (5 secondes de pénalité) 6 4
9 12 Drapeau : Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 71 + 42 s 620 21 2
10 14 Drapeau : Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 71 + 44 s 432 10 1
11 77 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 71 + 45 s 292 11
12 31 Drapeau : France Esteban Ocon Manor-Mercedes 71 + 45 s 809 22
13 26 Drapeau : Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Ferrari 71 + 51 s 192 14
14 20 Drapeau : Danemark Kevin Magnussen Renault 71 + 51 s 555 18
15 94 Drapeau : Allemagne Pascal Wehrlein Manor-Mercedes 71 + 1 min 0 s 498 19
16 22 Drapeau : Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Honda 71 + 1 min 21 s 994 17
Abd. 21 Drapeau : Mexique Esteban Gutiérrez Haas-Ferrari 60 Électronique 12
Abd. 19 Drapeau : Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 46 Accident (et 5 secondes de pénalité) 13
Abd. 30 Drapeau : Royaume-Uni Jolyon Palmer Renault 20 Accrochage 16
Abd. 7 Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 19 Accident 3
Abd. 9 Drapeau : Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 12 Accident 20
Np. 8 Drapeau : France Romain Grosjean Haas-Ferrari Accident lors du tour de mise en grille 7
  • Daniel Ricciardo est pénalisé de 5 secondes pour être entré dans la pitlane alors que celle-ci venait d'être fermée. Il observe cette pénalité lors d'un arrêt ultérieur au stand[39].
  • Felipe Massa est pénalisé de 5 secondes pour avoir dépassé devant la ligne de la voiture de sécurité. Cette pénalité n'a aucune incidence dans la mesure où il est victime d'un accident au quarante-sixième tour[39].

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[43]
Pos. Pilote Écurie Points
1er Drapeau : Allemagne Nico Rosberg Mercedes 367
2 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 355
3 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 246
4 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 197
5 Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 192
6 Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 178
7 Drapeau : Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 97
8 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 85
9 Drapeau : Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 66
10 Drapeau : Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 53
11 Drapeau : Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 51
12 Drapeau : Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Ferrari 46
13 Drapeau : France Romain Grosjean Haas-Ferrari 29
14 Drapeau : Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Ferrari 25
15 Drapeau : Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Honda 21
16 Drapeau : Danemark Kevin Magnussen Renault 7
17 Drapeau : Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 2
18 Drapeau : Royaume-Uni Jolyon Palmer Renault 1
19 Drapeau : Allemagne Pascal Wehrlein Manor-Mercedes 1
20 Drapeau : Belgique Stoffel Vandoorne McLaren-Honda 1
Constructeurs[44]
Pos. Écurie Points
Champion Drapeau : Allemagne Mercedes 722
2 Drapeau : Autriche Red Bull-TAG Heuer 446
3 Drapeau : Italie Ferrari 375
4 Drapeau : Inde Force India-Mercedes 163
5 Drapeau : Royaume-Uni Williams-Mercedes 136
6 Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Honda 75
7 Drapeau : Italie Toro Rosso-Ferrari 63
8 Drapeau : États-Unis Haas-Ferrari 29
9 Drapeau : France Renault 8
10 Drapeau : Suisse Sauber-Ferrari 2
11 Drapeau : Royaume-Uni Manor-Mercedes 1

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix du Brésil 2016 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grégory Demoen, « Rosberg champion du monde ce dimanche si... », sur f1i.fr, (consulté le 8 novembre 2016)
  2. « Nico Rosberg sera champion ce week-end au Brésil si... », sur lequipe.fr, (consulté le 11 novembre 2016)
  3. Richard Burgan, « F1 2016 : Rosberg champion du monde au Brésil si… [Chiffres, Tableau comparatif] », sur auto-moto.com, (consulté le 11 novembre 2016)
  4. a et b Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - GP du Brésil: Les sélections de pneus », sur sportauto.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  5. Jonathan Noble, « Le GP du Brésil affirme que son destin est sécurisé jusqu'en 2020 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  6. Basile Davoine, « L'avenir du GP du Brésil ne fait aucun doute, selon son promoteur », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  7. Fabien Gaillard, « La FIA révèle le calendrier 2017 provisoire de la F1 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  8. Fabien Gaillard, « Ecclestone - Les GP du Brésil et d’Allemagne sont menacés pour 2017 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  9. Tupac Pointu, « GP du Brésil: "aucune inquiétude" sur l'avenir de l'épreuve (promoteur) », sur rfi.fr, AFP, (consulté le 22 décembre 2016)
  10. Mickaël Guilmeau, « Le Brésil dans le viseur de Bernie Ecclestone », sur francef1.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  11. Basile Davoine, « Officiel - Palmer confirmé par Renault pour 2017 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  12. Basile Davoine, « Magnussen - "C'était ma décision" de quitter Renault », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  13. (en) Chris Medland, « Testing Palmer, Ocon and Wehrlein to help Force India decision », sur f1i.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  14. (en) Lawrence Barretto, « F1 2017: Esteban Ocon closing on Force India deal », sur autosport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  15. Fabien Gaillard, « Officiel - Ocon rejoint Force India pour 2017 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  16. Benjamin Vinel, « Ocon, "un talent d'exception" selon Force India », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  17. Benjamin Vinel, « Wehrlein va demander des comptes à Force India », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  18. Grégory Demoen, « Voici pourquoi Force India a préféré Ocon à Wehrlein », sur f1i.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  19. Basile Davoine, « Gutiérrez annonce son départ de chez Haas F1 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  20. Basile Davoine, « Les discussions entre Magnussen et Haas ne dérangent pas Renault », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  21. Fabien Gaillard, « Officiel - Magnussen chez Haas en 2017 », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  22. Olivier Ferret, « F1 - Felipe Massa annonce sa retraite de la Formule 1 », sur nextgen-auto.com, (consulté le 23 décembre 2016)
  23. « Une dernière course pour Felipe Massa dans son pays natal », sur rds.ca, São Paulo, (consulté le 23 décembre 2016)
  24. (en) « Special suit and helmet for Massa in Brazil », sur planetf1.com, (consulté le 23 décembre 2016)
  25. Basile Davoine, « Martini change la livrée de la Williams pour honorer Massa », sur motorsport.com, (consulté le 23 décembre 2016)
  26. « Massa va garder la Williams du GP du Brésil malgré son retour », sur motorsport.com, (consulté le 21 janvier 2017)
  27. Jonathan Noble, « Un coup de fil de Wolff aux Verstappen sorti de son contexte ? », sur motorsport.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  28. Jacques-Armand Dupuis, « Wolff a appelé Jos Verstappen pour calmer Max », sur autohebdo.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  29. « Marko agacé : Wolff a appelé papa Verstappen pour lui demander de calmer Max », sur eurosport.fr, f1i.fr, (consulté le 22 décembre 2016)
  30. (en) William Esler, « Toto Wolff hits back at Christian Horner over criticism of phone call about Max Verstappen », sur skysports.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  31. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO DO BRASIL 2016 - PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 11 novembre 2016)
  32. a b c et d Emmanuel Touzot, « F1 - Interlagos, L1 : Hamilton d’un souffle devant Verstappen », sur nextgen-auto.com, (consulté le 24 décembre 2016)
  33. a b c et d Guillaume Navarro, « EL1 - Mercedes et Red Bull créent un gouffre devant », sur motorsport.com, (consulté le 24 décembre 2016)
  34. a b c et d (en) « FP1 - Hamilton has Verstappen hot on his heels », sur formula1.com, (consulté le 24 décembre 2016)
  35. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO DO BRASIL 2016 - PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 11 novembre 2016)
  36. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO DO BRASIL 2016 - PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 12 novembre 2016)
  37. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO DO BRASIL 2016 - QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le 12 novembre 2016)
  38. Fabien Gaillard, « Ocon pénalisé sur la grille de départ », sur fr.motorsport.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  39. a b et c (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO DO BRASIL 2016 - RACE RESULT », sur formula1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  40. « Brésil 2016 Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le 12 novembre 2016)
  41. « Brésil 2016 Meilleurs Tours », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  42. « Brésil 2016 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  43. « Brésil 2016 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  44. « Mexique 2016 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  45. « Lewis Hamilton pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 12 novembre 2016)
  46. « Lewis Hamilton victoires », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  47. « Statistiques Pilotes victoires par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  48. « Mercedes victoires », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  49. « Moteur Mercedes victoires », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  50. « Mercedes doublés », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  51. « Pole position dans une année », sur statsf1.com, (consulté le 12 novembre 2016)
  52. « Statistiques Constructeurs victoires dans une année », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  53. « Max Verstappen : Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  54. « McLaren Grands Prix disputés », sur statsf1.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  55. Michael Delaney, « McLaren : 800 divisé par 12 », sur f1i.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  56. (en) « Brazil stats - Hamilton wins at record 24th different track », sur formula1.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  57. Olivier Ferret, « F1 - Verstappen élu Pilote du Jour du GP du Brésil », sur nextgen-auto.com, (consulté le 13 novembre 2016)
  58. « Lewis Hamilton Points », sur statsf1.com, (consulté le 31 octobre 2016)
  59. Gaël Angleviel, « Grand Prix du Brésil : Présentation et Horaires. », sur francef1.fr, (consulté le 11 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :